Chapitre 1 : Le projet du Lord

« Mes missions sont toujours synonymes de défi et de meurtre... mais cette fois, le projet de mon père est bien plus ambitieux. Cette fois, il s'agit d'infiltrer le camp adverse avant même qu'il ne songe à nous considérer comme un ennemi. »
 
Chapitre 1 : Le projet du Lord

 
| 18 août 1976 |
 
Je me réveillai en sursaut, couverte de sueur, la respiration haletante.
« Encore cet horrible souvenir. » pensai-je avec lassitude.
Je poussai un soupir et me laissai retomber sans ménagement sur l'oreiller, posant mes mains sur mon visage. J'essuyai d'un revers de bras mon front trempé et regardai le plafond, essayant de retrouver mon calme. Je revivais souvent des scènes atroces lors de mes nuits agitées, mais de tous, c'est bien ce souvenir qui me torturait le plus. Ce n'était pourtant pas le plus gore... mais c'était celui qui me rappelait ce que j'avais toujours eu au fond de moi... et qui avait surgi pour la première fois le soir de mon cinquième anniversaire.
Lorsque les battements de mon c½ur retrouvèrent un rythme normal, je poussai un profond soupir et regardai le réveil. 7h12.
« Je ferais mieux de me lever. Mon professeur ne va pas tarder à arriver. »
 
Après m'être rapidement préparée, je parcourus de longs couloirs froids, me dirigeant vers la salle à manger. L'immense manoir de mon père avait la taille d'un petit château en fait. Les sous-sols étaient un vrai labyrinthe de tunnels obscurs où se trouvaient les cachots. Au rez-de-chaussée, c'était les « salles d'activités » : réunion, entraînements, salle à manger... Premier étage : les chambres des serviteurs les plus proches de mon père qui avaient la possibilité de rester sur place si nécessaire, celles des deux professeurs, mais surtout celles des « élèves ». Nous étions une petite poignée de jeunes à être formés à devenir des tueurs... spéciaux. Enfin, tout le second étage était réservé aux appartements privés de mon père.
 

| Manoir Voldemort – Salle à manger – 7h30 |
 
Je m'installai à ma place habituelle, à droite du fauteuil vide de mon père. C'est à peine si je prêtai attention aux trois autres personnes qui buvaient silencieusement leur café. Je devinai à leur masque qu'il s'agissait d'élèves, comme moi.
Mon petit déjeuner avait déjà été servi par les elfes. Je gardai les mains collées sur mon verre froid de jus de citrouille pour me réveiller. Mais le souvenir de mon cauchemar était encore bien présent dans mon esprit, me déconnectant de la réalité. Un elfe s'approcha, me sortant de mes pensées. Je le regardai, attendant qu'il parle.
 
-         Maîtresse, dit-il en s'inclinant.
-         Que veux-tu ? demandai-je sèchement.
-         Le Maître désire vous voir. Dans ses appartements privés.  

 

Ah... la journée commençait bien. J'allais avoir du pain sur la planche. Ou plutôt du sang sur ma lame.

-         Il t'a dit de quoi il s'agissait ?
-         Non, maîtresse. Il veut juste vous voir au plus vite.
 
J'avalai une dernière gorgée et me levai, contournant l'elfe qui s'affairait déjà à faire disparaître mon petit-déjeuner et à nettoyer mon fauteuil. Je me dirigeai  vers les appartements de mon père, me demandant ce qu'il pouvait bien me vouloir alors que j'allais bientôt avoir mon cours de la journée. Je frappai à la porte et entrai sans bruit, retirant mon masque en voyant qu'il n'y avait personne d'autre que mon père. Il était debout devant la fenêtre, le regard vide perdu à l'extérieur fixé sur ses pensées, les mains jointes au creux de son dos, l'énorme serpent Nagini enroulée autour de ses épaules. Je le voyais souvent dans cette posture. Son visage était indéchiffrable, comme toujours. Impossible de prévoir s'il était de bonne humeur ou s'il allait commettre un meurtre.
« Quoi que de toute façon, il est toujours de bonne humeur quand il tue quelqu'un » pensai-je avec amusement. Je gardai le silence et restai immobile pour ne pas l'interrompre dans ses réflexions. Il ne m'avait sans doute pas entendu arriver... comme la plupart des gens.
 
Mon père s'appelait Tom Jedusor. Mais il haïssait viscéralement ses origines. Pourquoi ? Parce que l'homme qui lui avait donné ce nom était un Moldu qui a abandonné sa mère en apprenant qu'elle était une sorcière. Et parce que cette dernière était faible à en crever. C'est d'ailleurs ce qu'elle a fait en mettant au monde son fils. Pendant des années, mon père s'est appliqué à approfondir ses connaissances de la magie noire pour repousser toujours plus les limites de sa puissance. Il était le digne héritier de la célèbre famille Serpentard. Notre ancêtre, Salazar Serpentard, était un illustre mage, et aussi l'un des quatre fondateurs de l'école de sorcellerie Poudlard. La descendance de notre famille avait peu à peu terni l'image de notre ancêtre en sombrant dans la misère et la folie. Mon père avait éliminé la dernière génération, indigne de Serpentard. Il estimait qu'il était de son devoir de redorer le blason de notre ancêtre. Il l'avait fait en se forgeant une nouvelle identité : Voldemort, autoproclamé Lord, avec pour seule raison d'être l'achèvement de l'oeuvre de Salazar.

Pour comprendre, il faut savoir que nous n'avons pas tous le même statut en ce monde. Il y a deux catégories de personnes : les Moldus, c'est-à-dire les personnes dénuées de pouvoir magique, et les sorciers, qui en sont dotés. Chez les sorciers, il y a à nouveau une division, selon la pureté du sang. Un sang-pur est un sorcier dont les deux parents sont également sorciers. Un sang-mêlé a l'un de ses parents moldu. Un Cracmol est un enfant de sorciers dénué de pouvoirs magiques. Une anomalie en quelque sorte, car les pouvoirs sont censés être héréditaires. Et enfin, il existe une infamie : les Sang-de-Bourbe. Eux, ce sont des erreurs... des sorciers nés de moldus. En d'autre terme, des voleurs de magie. Les sorciers qui osaient prendre leur défense étaient des traîtres à leur sang.
Ce sont eux qui étaient au coeur des projets de mon père, en respect avec la noble cause de notre ancêtre : purifier le pays. Par « purifier », j'entends « exterminer les Sang-de-Bourbe et ramener les traîtres à leur sang dans le droit chemin ». Et en écho, comme un murmure pour l'instant, j'entends aussi « exterminer les Moldus pour ne plus avoir à partager ce monde qui est le nôtre ». Car oui, les sorciers étaient condamnés à vivre dans l'ombre de la communauté moldue, afin de leur cacher l'existence de la magie.

Pour l'instant, mon père restait discret, préparant le terrain dans l'ombre pour mener à bien ses projets. Il recrutait des sangs-purs extrémistes et toutes sortes de criminels pour parvenir à ses fins. Ce projet lui tenait énormément à coeur. C'est pour cette raison qu'il connaissait désormais tous les secrets de la magie noire. Il avait commencé à former un groupe de partisans en ralliant quelques-uns de ses anciens camarades de classe, qui étaient désormais ses serviteurs les plus fidèles et dévoués. Il avait insufflé dans je ne sais combien de familles ses idées pour que les parents élèvent leurs enfants à devenir dignes sang-purs, avec pour valeurs : fierté, honneur, puissance, domination, froideur, insensibilité. Aucune place pour la rébellion, ni pour les faibles. Il fallait toujours être à la hauteur de son rang.
Quand on naît dans une famille de Sang-Pur qui partage les idées du Lord, on n'a autre choix que d'honorer ce prestigieux héritage. Et je n'avais pas fait exception. Moi, plus que les autres, fille de ce génie, je faisais honneur à mon statut en le servant et en m'acharnant pour me perfectionner, à être plus puissante que je ne l'étais déjà... En étant à son image : froide, redoutable, fin stratège.

L'armée qu'il était en train de monter grossissait petit à petit. Les soldats qui la constituait étaient appelés "Mangemorts". Mon père plaçait ses pions au Ministère, à l'école, dans l'armée... partout où il pouvait s'en servir. Ce sont eux qui iront en première ligne lorsque le moment sera venu... mais à les condamner, autant qu'ils fassent le plus de mal possible. Quand ils interviendront, l'étau sera déjà refermé sur nos proies. Alors, affaiblies, affolées, elles verront avec horreur les maîtres entrer en jeu pour porter le coup de grâce. Et là... Echec et mat. Le plan est simple n'est-ce pas ? Tout est tellement simple lorsqu'on agit dans l'ombre.

 


Mon père finit par se retourner, et je lui adressai un signe de tête respectueux. Un simple regard sur lui suffit à deviner toute la dangerosité qu'il renferme. Pas par son physique. Il est plutôt fin pour sa taille, et la musculature n'a jamais représenté un intérêt pour lui. Par contre, les traits de son visage durs et froids, ses rares sourires narquois, sa voix douce et glaciale, et surtout son regard pénétrant, peuvent lui donner une apparence aussi menaçante que charmeuse. Un atout dont il n'a jamais eu de scrupule à se servir, comme un véritable don de persuasion.
 
-         Vous vouliez me voir... ?
-         Oui. Assieds-toi, dit-il de sa voix  glaciale.
 
Je m'exécutai.
 
-         J'ai prévenu Fark que tu n'assisteras pas à son cours ce matin. Ni les autres d'ailleurs. C'est fini pour toi les cours particuliers, je veux que tu ailles à Poudlard.
 
Je le regardai, le visage impassible comme à mon habitude, malgré ma surprise. Fark, c'était un professeur « normal », c'est-à-dire qu'il m'enseignait les matières « normales » et les choses essentielles de la vie pour me fondre dans le monde « normal ». J'insiste sur ce mot car il a son importance.
 
-         Père... sauf votre respect, le professeur Fark est excellent. Il m'enseigne très bien l'art de la magie qui est transmis à Poudlard. Me rendre là-bas me contraindrait énormément au niveau de mes activités. C'est bien pour cette raison que j'ai toujours suivi des cours particuliers, non ?
-         Effectivement. Mais j'ai besoin de toi pour une mission... spéciale.
 
Je ne dis rien, préférant le laisser venir. J'aimais les missions « spéciales ». Elles étaient toujours source d'adrénaline. Je regardai donc mon père marcher lentement dans la pièce, attendant patiemment la suite.
 
-         Jack est formel sur une chose : tu es l'élève la plus prometteuse qui ait jamais eu dans ce manoir. Tu es déjà une redoutable tueuse à gages, mais aussi une excellente espionne. Tu es patiente, tu as du sang-froid, du cran... et un esprit manipulateur quand il le faut. En clair, tu as toutes les qualités requises pour la mission. Et plus important encore... je t'accorde toute ma confiance.
 
Je perçus dans sa voix  froide de l'excitation à la simple pensée de son projet. Je sentais qu'il voulait m'annoncer quelque chose d'important à ses yeux, ce qui piqua ma curiosité, sans que je lui montre pour autant. Les missions que me confiaient personnellement mon père étaient toujours plus excitantes. Il ne s'agissait pas de simples meurtres... c'était à chaque fois un vrai défi que je me faisais un plaisir de relever.
 
-         Que voulez-vous que je fasse, Père ? Un autre... « nettoyage » ?
-         Non, rien de ça. C'est une mission... à long terme.

 

Je haussai les sourcils. Long terme ? Il ne me fallait pas beaucoup de temps pour tuer, même les personnes les mieux protégées. En quelques semaines tout au plus c'était réglé... que me réservait mon père cette fois ?

-          Expliquez-vous.
-       Quand nous commencerons à nous faire connaître, les Aurors s'intéresseront à nous. En fait, nous deviendrons la priorité de leurs enquêtes. Nous seront traqués. Mais ça n'a aucune importance, puisque nous aurons toujours une longueur d'avance. Grâce à toi.
-         Et comment cela...?
-         Nous ne serons véritablement dans le rouge que dans quelques années. Deux ans selon mes estimations. C'est exactement le temps dont tu as besoin pour obtenir les diplômes nécessaires à la formation d'Auror.
-         Je vous demande pardon ? Vous voulez que je devienne Auror ?!
-    Oui. Tu seras notre espionne la mieux placée. La source d'information la plus importante et la plus fiable. Tu pourras même te servir de ta couverture pour agir en notre faveur, au Ministère.
 
J'acquiesçai lentement, saisissant très bien tout l'intérêt de cette mission. C'était au-delà de tout défi relevé jusque-là !
 
-         Et donc... je dois aller à Poudlard...
-         Mais pas seulement. Je veux que tu sois envoyée à Gryffondor.

Je sursautai légèrement. Godric Gryffondor était l'ennemi juré de notre ancêtre... l'un des quatre fondateur qui prêchait toutes les valeurs opposées de Salazar. Être envoyée dans sa maison serait une insulte à mon rang en tant qu'héritière de Serpentard.

-         Vous vouliez sans doute dire Serpentard, repris-je poliment.
 
Mon père me transperça du regard en guise de réponse.
 
-         Ma langue ne fourche pas quand il s'agit de discerner ces deux maisons.

 

Je me renfrognai, déçue de ne pas pouvoir aller dans la maison de mon ancêtre. A la place, j'allais devoir aller chez l'ennemi, ce qui ne m'enchantait guère.

-         Je peux t'assurer que j'aurais mille fois préféré que tu ailles à Serpentard, reprit mon père. Mais ce n'est pas dans l'intérêt de la mission. Crois-tu que j'enverrais ma propre fille chez les traîtres si je n'avais pas une bonne raison de le faire ?
-         ... Non, bien sûr que non.
-         Alors écoute-moi. Va à Gryffondor, et rapproche-toi au maximum de ceux qui se font appeler « les Maraudeurs ».
-         Ok, mais pourquoi eux en particulier ?
-         D'après une prophétie, ils représentent une menace pour mes projets à venir. La seule capable de me barrer la route.

 

Et tout naturellement, je devais veiller à ce que le destin ne s'accomplisse pas. J'adorais devoir gérer des missions de si haute importance. Jamais encore je n'avais eu un travail pareil.

 


-         Je vois... Nos futurs rivaux ?
-         Exact. Il te faudra les identifier, leur surnom est la seule chose dont je dispose. J'ai besoin de quelqu'un de mes rangs pour en savoir plus et garder un ½il sur eux. Et sur l'école en même temps. Dumbledore en particulier.
-         Le directeur ?
-       Oui, ne le sous-estime jamais. Sous ses apparences de vieux fou fantaisiste, il est d'une rare intelligence. Méfie-toi de lui et ne lui donne jamais l'occasion de s'intéresser à toi.
-         Il ne sera pas un problème. J'accepte cette mission avec grand plaisir.
-         J'espère que tu es consciente du rôle que tu vas devoir jouer... Tu devras faire semblant de haïr les Serpentard, d'approuver l'opinion des Gryffondor, d'être amie avec des traîtres, des loups-garous, des Sang-de-Bourbe... et ce pendant des années... à la fois pour te rapprocher de nos rivaux afin de les manipuler plus tard... mais aussi pour devenir une Auror suffisamment brillante pour avoir de l'influence au Ministère.
-          ...
-         Prue ?
-        Des Sang-de-Bourbe...? répétai-je avec dégoût. Vous n'êtes pas sérieux ?! demandai-je les dents serrées, tentant de contrôler la rage qui s'emparait de moi.
-         Crois-moi, je n'ai jamais été aussi sérieux de toute ma vie.
 
Je fixai quelques secondes mon père, cherchant dans ses yeux froids la trace d'une plaisanterie de mauvais goût, même si ce n'était pas dans ses habitudes de blaguer. Mais je ne trouvai rien de cela. Au contraire, je ne lisais que de la détermination. J'allais devoir me résigner. Prendre sur moi. Faire abstraction. L'enjeu était trop grand pour que ce... détail... représente un obstacle au bon déroulement de la mission. Il s'agissait d'anéantir la menace qui planait sur les projets de mon père... je ne pouvais pas tout gâcher en me laissant guider par des pulsions meurtrières.
 
-         ... J'essaierai d'éviter de les tuer, me contentai-je de répondre.
-         Tu n'as pas le choix... Ton arrivée ne doit pas coïncider avec des meurtres de Sang-de-Bourbe.
-         ...Je vous promets de me contrôler. Mais jamais je ne ferai semblant d'être amie avec. C'est... au-dessus de mes moyens.
-         Je comprends et je ne peux pas t'y forcer après ce que tu as traversé... 

Je gardai le silence, encore un peu troublée par cet aspect de ma mission. Elle était à la fois excitante et complexe. Un jeu de masque risqué et permanent.

-         Tu devras être une actrice parfaite, reprit mon père.
-         Mon Maître ne m'a enseigné que le meurtre parfait. En théorie et en pratique ! rétorquai-je avec une pointe d'amertume.
-         Je le sais. Ça va beaucoup te changer. Pour l'instant, tu as un palmarès incroyable... tu as rempli à la perfection chaque mission confiée. Et il va falloir continuer sur ta lancée. Même si celle-là est très différente des autres, à la fin, elle se terminera de la même façon. Ce n'est qu'une question de temps avant que ta lame transperce tes cibles.
 
Une vague de nostalgie m'envahit. Que faisait-il de mes contrats dans toute cette histoire ? Si j'allais à Poudlard, comment continuer le reste ?
 
-         Plus de contrat alors ?
-         Bien sûr que si, tu es capable de jouer sur deux tableaux à la fois non ?

 

Voilà qui sonnait beaucoup mieux. Tracker sans sa lame, c'est comme un loup sans crocs.

-        Aucun problème, assurai-je avec soulagement.
 
Le visage de mon père se détendit et un sourire étira légèrement ses lèvres.
 
-         Voilà qui me rassure. Je ne me voyais pas confier une mission aussi délicate à quelqu'un d'autre. Tu me sers énormément en acceptant cette mission. Elle devient ta priorité. Si je ne me trompe pas – et je sais que c'est le cas – tu apporteras sans doute la pierre la plus solide à notre édifice. Cette mission est de la plus haute importance. Tu devras la garder secrète, même avec les autres Mangemorts. Pour l'instant, il n'y a que Jack et Asesino qui sont au courant en dehors de toi et moi, ce qui m'a semblé inévitable.
 
Jack, c'était mon Maître, celui qui m'avait appris à devenir un assassin digne de ce nom. Asesino... c'était mon frère d'arme et de c½ur. Alors oui, je ne pouvais pas leur cacher cette mission étant donné qu'ils étaient les seules personnes dans ma vie que je fréquentais vraiment. Les seuls à connaître mon identité, et mon lien de parenté avec le Lord.
 
-       A  partir du 1er septembre, tu deviens Prudence Hunt, précisa mon père. Tu as grandi à l'orphelinat de Little Hangleton et tu as hérité de ton père récemment, te permettant d'étudier à Poudlard. Personne ne doit savoir que tu es une descendante de Jedusor et de Blade. Ces deux noms doivent rester secrets. Personne ne doit connaître ton passé. Pour eux, tu seras une fille normale, sans histoire. Tu n'auras aucun recours possible à la violence... uniquement à tes talents d'actrice pour conserver une couverture parfaite.  
-         Entendu Père.
 
Je fis demi-tour, impatiente de me lancer dans cette nouvelle mission. Cette nouvelle mission allait insufflait un vent inédit à mes activités.
 
-         Prue.
 
Je me retournai.
 
-         Tu ne pourras pas porter de masque à l'école comme tu le fais la plupart du temps. Là-bas, tu seras à visage découvert... tu ne devras rien laisser paraître pour ne pas te trahir.
 
Ce qui n'allait pas être difficile. Même si, comme l'a souligné mon père, je portais un masque tout le temps, même en-dessous, mon visage restait indéchiffrable.
 
-         Tu n'auras pas le droit à l'erreur. Ne me déçois pas...
-         Comptez sur moi.
-         En attendant, va trouver Orion. Je crois qu'il a un travail pour toi.
 
Je sortis sans plus attendre en remettant mon masque noir. « Travail » était souvent synonyme de « meurtre » en ce qui me concerne.

 
| Cachots |
 
Je venais d'arriver aux cachots, mais j'étais restée dans l'ombre. Avec ma tenue noire, j'étais invisible aux  yeux d'Orion et du prisonnier. Orion Black était incontestablement le serviteur le plus fidèle de mon père, avec Bellatrix Lestrange. Les familles Black et Malefoy étaient étroitement liées à lui. Mais aussi proches qu'ils puissent être, aucun Mangemort ne connaissait mon identité. Pour eux, j'étais Tracker, la tueuse à gages préférée de Lord Voldemort. Rien de plus. Ils avaient beau être fidèles et dévoués, mon père ne leur dévoilait jamais ses secrets. Ils ne savaient pas que j'étais la fille de leur Maître.
 
-         Ne sois pas borné Mike. Ça ne t'avancera à rien avec moi... dit Orion d'une voix doucereuse en tournant autour d'un prisonnier bien amoché.
 
Le prisonnier était à genoux au sol, les mains liées derrière le dos avec du barbelés. Son torse nu était couvert de sang et d'ecchymoses. Je regardai pensivement la scène, sans broncher.
 
-         Dis-moi où est ton traître de frère, et tout ira pour le mieux.
-         Vous me tuerez dans tous les cas...
-         C'est vrai. Mais si tu parles, j'épargnerais le reste de ta famille. Ta belle femme et tes deux adorables petites filles. Ce serait vraiment une tragédie qu'elles périssent alors qu'elles ne sont pas impliquées dans l'histoire...
 
La famille. L'amour. L'amitié. C'est ce qui rend une personne faible lors des séances de torture. La seule faille qui rend vulnérable n'importe quelle carapace. Raison pour laquelle j'étais l'une des meilleures tueuses. J'étais une louve solitaire, rattachée à rien, liée à personne. J'avais bien Asesino, mais ça faisait bien longtemps que je m'étais fermée à lui, me contentant d'une relation entre partenaires assez distante, malgré notre attachement indéniable. Je ne voulais pas m'ouvrir aux autres. Je voulais conserver une carapace blindée. Ainsi, le seul moyen de m'atteindre était l'affrontement direct. Et avec l'entraînement que j'avais, autant dire que cela frôlait l'impossible. 
 
-         Je ne sais pas où est mon frère, mais je sais comment le trouver.
 
Je sortis de mes pensées pour écouter avec plus d'attention les paroles du prisonnier.
 
-         Vous trouverez un certain Amo devant Barjow et Beurk  à 22h. Il porte un tatouage de croix sur chaque doigt. Il connaît bien mon frère. Vous pourrez peut-être en savoir plus avec lui.
Orion se pencha à l'oreille du prisonnier :

-         Je tiens à te signaler que c'est Tracker en personne qui va se déplacer... alors il vaudrait mieux  pour toi qu'elle ne se dérange pas pour rien.
-         Vous aurez ce que vous voulez. Je vous l'assure.
 
Orion se redressa et regarda dans ma direction. Il ne me voyait pas mais savait que j'étais là. Je ne manifestai pas ma présence pour autant et rebroussai chemin.

 
| Allée des Embrumes |
 
Jusque  là, le prisonnier disait vrai. Il y avait bien un gars attendant devant Barjow et Beurk, les doigts tatoués.
A 22h précises, il commença à bouger et je le suivis. Etant sur les toits, je n'avais aucune difficulté à me déplacer. Je sautai d'un toit à l'autre, agile et rapide. Je connaissais la ville par c½ur pour avoir traqué de nombreuses personnes depuis les hauteurs. Je pistai l'homme pendant plusieurs minutes jusqu'à ce qu'il entre dans un pub. Je m'allongeai sur les tuiles et reconnus près de la vitre le frère qu'Orion cherchait tant. J'attendis patiemment pendant près d'une heure qu'ils aient fini de discuter.
 
Quand je les vis enfin se lever, je descendis des toits pour me poster près de la porte du pub. Les deux hommes sortirent et je leur laissai un peu d'avance avant de marcher dans leurs pas. Ils avançaient maladroitement, l'esprit embrumé par les deux bouteilles de Vodka qu'ils s'étaient descendus. Ça me facilitait la tâche, ma cible ne pourrait pas transplaner. Le frère salua Amo et tourna dans une ruelle. Il devait habiter là. Quand il s'approcha d'une porte, je regardai autour de nous pour m'assurer que nous étions seuls. Ceci étant fait, je sortis mon couteau et me rapprochai rapidement de ma cible, l'entourant d'un bras autour de la gorge pour le tirer en arrière et lui planter la lame dans le c½ur. Je sentis son corps tressauter dans mes bras avant de s'affaisser. J'entrai en contact avec mon collier militaire, me servant de Portoloin pour rentrer au manoir.

 
| Domaine Voldemort |
 
Je me matérialisai dans l'immense jardin entourant le manoir de mon père. J'accompagnai lentement le corps de ma victime au sol, et passai ma main gantée sur ses yeux pour les clore à jamais. J'envoyai une boule de feu dans le ciel pour signaler mon retour et attendis. Orion vint me rejoindre rapidement.
 
-         Bon boulot Tracker, comme toujours.
 
Il cracha sur le corps de ma victime.
 
-         Ça faisait un bail que je voulais le voir mort ce chien. Tiens, pour  te remercier.
 
Il me lança une bourse remplie de gallions que j'attrapai au vol.
 
-         J'ai tué le prisonnier, informa Orion. Tu t'occupes de retrouver sa femme et ses gosses ?
-         Vous avez passé un accord. Il nous livrait son frère et en échange, on épargnait le reste de sa famille. Il a rempli sa partie, je remplirai la mienne. Laissez la famille en dehors de ça.
-         C'est toi qui vois... J'aurais pu allonger ta récompense pour ce petit supplément...
-         Je n'ai qu'une parole... rappelai-je en passant à côté de lui.
 
Ma partie de chasse était finie pour aujourd'hui.
 
 
Chapitre 1 : Le projet du Lord
 
Et voilà pour ce premier chapitre. Comment le trouvez-vous ? Pas trop déstabilisant de se retrouver dans la tête de la tueuse du Lord, programmée pour tuer les Maraudeurs ? ;)
En tout cas, j'espère que ce chapitre introductif vous a donné envie de voir le déroulement de cette fameuse mission. Vos avis et critiques sont attendus, alors lâchez-vous.

Tags : L'histoire d'un assassin - Partie 1 : L'amour d'un Assassin - tome 1

Leave a comment

We need to verify that you are not a robot generating spam.

See legal mentions

Don't forget that insults, racism, etc. are forbidden by Skyrock's 'General Terms of Use' and that you can be identified by your IP address (54.167.202.184) if someone makes a complaint.

Comments :

  • Dum-Cha

    14/12/2016

    Super Chapitre, les éléments se mettent super facilement en place et j'adore car dans vos écrits il y a toute une logique et un mécanisme. J'adore votre style d'écriture car on s'y laisse prendre facilement.

  • fichp-lifealwaysrestart

    23/08/2015

    Effectivement tu prend pas mal de libertés, comme dire qu'Orion est un Mangemort, alors que seuls Regulus et Bellatrix l'ont été à proprement parler. Sinon j'accroche toujours autant, j'aime beaucoup le personnage de Prue, c'est intéressant d'avoir un personnage qui agit pour Voldemort pas par peur, mais par convictions. Je lis la suite três prochainement !!

  • Sn00w

    12/07/2015

    Bonsoir,
    Nous venons de passer sur ton blog, nous venons de lire ton premier chapitre et nous sommes intéressées par le sujet de ton histoire. Nous te proposons une invitation pour t'inscrire sur notre blog.
    Le pass Invitation te permet d'accéder directement à la réservation sur notre blog et de pouvoir balayer la pré-réservation.

    Merci de prendre le temps de lire ce petit commentaire d'invitation.
    Bonne soirée.

    La gérante de L'hôtel Sn00w.

  • x3-Hogwarts-x3

    01/02/2015

    Waouh !
    J'ai bien aimé ce chapitre ;) c'est ce à quoi je m'attendais, au niveau du caractère du personnage principal et de sa relation avec son père ;) c'est bien écrit, le décor et l'ambiance sont installés de suite... C'est cool ;)
    Et pour répondre à ta question, oui, c'est très déstabilisant de se retrouver dans la tête d'une tueuse au service de Voldemort, voire... dérangeant ? x)
    Perso j'ai hâte qu'elle arrive à Poudlard, je veux voir comment ça va se passer !
    En revanche, j'ai deux questions : la première, pourquoi as-tu fais le choix d'un couteau alors qu'elle pourrait utiliser la magie ? Je n'aurais pas imaginé une Mangemort utiliser des "pratiques de moldus", mais bon, c'est pas gênant hein ! Et ma deuxième question, comment peut-elle influencer le Choixpeau au point de choisir clairement d'aller à Griffondor ? C'est un objet magique, qui ne se laisse pas manipuler comme un humain... Ceci dit, je ne doute pas vraiment des prouesses de Tracker, étant donnée la description qui en est faite ;)

  • assassin-maraudeurs

    09/07/2014

    Blog-des-maraudeurs-lily wrote: "Si tu veux repobndre a mes coms ben... tu y reponds sur TON blog stp ! Voir, sur l'article pub qui est sur le mien... mais pas n'importe ou ! C agacant, tu c ?
    Bref...
    Ct tres bien ecrit, bravo !
    "

    Beh figure-toi que la plupart des blogueurs ne supportent pas qu'on réponde justement sur les blogs, parce qu'ils considèrent ça comme de l'égoïsme (au point de mettre des bannières sur leurs articles pour proscrire ce genre de comportement), raison pour laquelle je fais l'effort de répondre aux commentaires sur les blogs des lecteurs, et non sur le mien. Mais si toi ça t'agaces, je prends note, et je te répondrai sur mon blog désormais... tu te doutes bien que ça m'arrange d'échanger directement sur mes articles !

    Sinon, merci pour le compliment, et bonne lecture pour la suite.

  • Blog-des-maraudeurs-lily

    09/07/2014

    Si tu veux repobndre a mes coms ben... tu y reponds sur TON blog stp ! Voir, sur l'article pub qui est sur le mien... mais pas n'importe ou ! C agacant, tu c ?
    Bref...
    Ct tres bien ecrit, bravo !

  • auteur28

    24/06/2014

    bravo! c'est juste un peu long mais on jurerai que c'est l'½uvre d'un auteur agréé.

  • hostfresh-HarryPotter

    23/06/2014

    J'adore ! Ton style d'écriture, l'histoire, les actions, tout !!! Je me demande comment ont fait les autres pour tenir aussi longtemps !
    A la prochaine !
    Lily.

  • assassin-maraudeurs

    16/06/2014

    ptinos wrote: "tu as du talent"

    merci :) contente que ça te plaise

  • ptinos

    16/06/2014

    tu as du talent

Report abuse