Chapitre 3 : Un nouveau monde

« Ça y est... le grand jour est arrivé. Le début de mon rôle. C'est le moment de prouver que même privée de masque, Tracker reste digne de sa réputation. Même si je me sens désormais à découvert... »
 
Chapitre 3 : Un nouveau monde

 
| 1er septembre 1976 – Gare King Cross – Quai n°9 ¾ - 10h54 |
 

Je n'avais pas beaucoup dormi cette nuit. Même si je connaissais par coeur mon rôle pour avoir répété ces derniers jours, l'adrénaline m'avait empêchée de me reposer. Quitter le manoir pour venir à Poudlard, aller à Gryffondor et m'allier avec "Les Maraudeurs", étaient autant de sources de stress. J'étais plutôt du genre à conserver mon calme en toutes circonstances... sauf que d'habitude, j'avais mon masque et la possibilité d'utiliser mon arme. Ici, dans cette gare bondée d'élèves avec leurs parents, j'attendais un train qui allait me conduire dans ce qui serait un théâtre pour moi. A partir de maintenant, j'étais Prudence Hunt, une fille ordinaire qui débarquait à Poudlard.

La locomotive rouge et noire arriva dans un long sifflement, tandis que les freins crissaient pour l'arrêter complètement. Je regardai la porte devant laquelle je me trouvais, les entrailles un peu serrées. La montée dans ce foutu train allait signer définitivement la fin de ma liberté pour les prochaines années à venir. Je pris une grande inspiration, essayant de me rassurer en me disant que ce n'était qu'un simple jeu de rôle après tout, et que tuer était bien plus difficile que de jouer la comédie. Je soupirai. En fait si, c'était beaucoup plus difficile. Tuer, c'est simple, rapide et sans discussion.
 
-         Hé ! T'es nouvelle, toi ! Je ne t'ai jamais vue ! lança une voix dans mon dos.
 
Je fis volte-face, les battements de mon coeur trahissant ma surprise. Bon sang, moi qui croyais passer inaperçue ! Comment était-il possible que je me fasse remarquer avant même d'avoir mis un pied dans le train ? Mon masque commençait déjà à me manquer ! Je reconnus immédiatement la personne qui me faisait face. Grand à la ligne sportive, des cheveux bruns mi-longs frisés, des yeux bleu sombre, un regard charmeur et une tête à claque de rebelle... Le fils mal aimé des Black venait de me tomber dessus. Je ne pouvais pas faire de pire première rencontre.
 
-         Sirius Black, tombeur professionnel, se présenta le jeune homme.

Il ne se doutait certainement pas à quel point il était loin de produire l'effet escompté. Si son physique avantageux ajouté à son arrogance débordante pouvait en faire chavirer plus d'une, la seule chose qu'il pouvait faire craquer chez moi... c'était mes nerfs. Sirius était probablement le pire traître à son sang qui pouvait exister. Il fallait que je garde mon calme... et le contrôle sur mon instinct meurtrier.
 
-         Prudence Hunt, dis-je platement.

« Tueuse professionnelle ».

-         D'où tu viens ?
-         Little Hangleton.
-         Vaguement entendu parler.
-         C'est un petit village.
 
Je ne savais pas trop quoi ajouter. En fait, je ne voulais rien ajouter. Pas avec lui. Il me fallait une échappatoire. J'avais souvent eu l'occasion d'entendre parler de lui... tous dans sa famille le détestaient, et lorsqu'ils parlaient de lui, ce n'était qu'avec une profonde haine et du dégoût. Une haine qui lui valait régulièrement des corrections pour châtier les affronts de cet inlassable rebelle.
 
-         Tu pourras compter sur moi pour te familiariser avec l'école. Personne ne la connait mieux que moi et mes amis.
 
Sa remarque eut pour effet d'attirer mon attention. Ok, ce n'est certainement pas avec lui que j'allais le mieux jouer mon rôle... mais avant de l'envoyer sur les roses, je pouvais éventuellement profiter de ses connaissances pour identifier mes cibles. J'avais beau connaître l'histoire de Poudlard, j'allais me retrouver en territoire inconnu, avec des cibles mystérieuses à retrouver.

-         C'est gentil, dis-je sur un ton qui se voulait amical.

« Putain Prue concentre-toi... ! » m'énervai-je mentalement. Le ton de ma voix frôlait l'ironie. Sirius me tendait la main, ce n'était peut-être pas une bonne option de mal me comporter avec si je voulais me servir de lui.
 
-         C'est tout naturel. Enfin... si tu tombes à Gryffondor bien entendu. Ou à Serdaigle... ou à Poufsouffle...
 
Je fis semblant de ne pas comprendre, bien que l'exaspération commença à m'envahir face à son attitude.
 
-        Ah, oui, il faut que je te dise... Notre école est divisée en quatre maisons : Serdaigle, Poufsouffle, Gryffondor...
 
« Et Serpendard »
 
-         Et Serpentard, finit-il sur un ton méprisant.
 
J'eus envie de lui en coller une rien que pour lui donner une bonne raison de grimacer. J'avais beau connaître le personnage au travers des récits haineux d'Orion, je me rendis compte que j'avais mal préparé mon esprit à rester impassible... Quoi que de toute façon, je ne pourrai jamais rester calme face à un manque de respect envers mes origines ou moi-même.
 
-         Tu n'as pas l'air d'apprécier cette... maison  ? dis-je calmement pour continuer la conversation malgré moi.
 
Tout en discutant, on monta dans le train et Sirius me conduisit à travers les wagons pour trouver un compartiment.
 
-         Pas du tout même. Je suis allergique aux serpents visqueux !

Nouveau courant électrique dans le corps. Je sentais une démangeaison particulière m'envahir. J'avais envie de le saisir à la gorge.

-         Je vois... Mais pourtant tu, hem... tu es un Black.
-        A mon plus grand désolement, oui. Impressionné de constater que la connerie de mes parents est célèbre jusque dans ton bled.
 
J'eus un rire nerveux. J'avais l'impression que ça fumait dans ma tête.
« Pour le bien de cette mission, tant pis pour les connaissances de Black... il vaut mieux que je m'éloigne et que je me débrouille seule. Sinon je vais bientôt déraper... et Père a été clair, malgré la vermine que je vais être amenée à côtoyer, je ne dois pas tuer »
Cette pensée me renfrogna.
« Je me trouverai des petits moments pour m'éclipser et me défouler »
Je m'imaginais déjà partir en chasse dans quelques coins où je savais que des proies traînaient à coup sûr, ce qui eut le don de me calmer un peu.
 
-         Pour ma famille, je suis un traître, un rebelle, un fils indigne,
  expliqua Sirius sombrement.

Je me concentrai sur la réalité pour ne plus penser à mes envies meurtrières qui faisaient doucement surface.
« Non, tu crois ?! »
 
-         Mais bon... je n'aime pas leurs idées de... « sang pur » ! On ne classe pas les gens en fonction de leur sang ! On ne les classe pas du tout même ! Ce sont des conneries tout ça, il n'y a pas de statut supérieur. Nous sommes tous égaux.
 
« Ce train va-t-il vraiment m'amener à Poudlard... ? Ou dans un asile ? Argh, Père, vous auriez pu choisir de m'envoyer ailleurs qu'au milieu de fous ! »

Un frisson me parcourut malgré moi. J'espérais que cette fois il n'y aurait pas de mauvaise surprise. Mais je me rassurai bien vite.
« Poudlard est une école mondialement connue... pas de souci de ce côté-là... »

-         Encore en train de draguer ? lança une voix depuis un compartiment.
-         Ah ! James ! Mon frère ! se réjouit Sirius en lui sautant dessus. 
 
Je sortis de mes amères pensées pour me reporter une fois de plus sur ce qui m'entourait. Tout en serrant son ami dans ses bras, ledit James me regarda avec un grand sourire par-dessus l'épaule de Sirius. Il avait sensiblement la même carrure que Sirius, avec des cheveux en bataille et des yeux rieurs couleur noisette derrière des lunettes rondes. Je savais très bien que par « frère », Sirius voulait dire « frère de c½ur », car ce James n'appartenait pas à la famille Black.
 
-         Tu ne me présentes pas ? demanda James en souriant à Sirius.
-         Bien sûr que si ! James, je te présente Prudence Hunt. Prudence –
-         Appelle-moi Prue, coupai-je.
-         Ok. Prue, je te présente mon frère de c½ur, James Potter.
 
« Ah ! Un Potter... ! C'est une famille de sacrés bons Aurors. Aaron, son père, l'a d'ailleurs échappé belle une fois, lorsqu'il enquêtait sur mes premiers meurtres... »
 
-         Enchantée, dis-je avec un sourire assez ironique en repensant à cette période.
 
« Fils de Black rebelle, fils d'Auror parmi les plus célèbres... que me réserve la suite ? »
 
-         De même ! Tu es nouvelle, non ?
-         Oui, c'est exact.
 
« C'est écrit sur mon front ou quoi ? Ne me dites pas qu'ils connaissent toute l'école pour remarquer une nouvelle quand ils la croisent parmi toute cette foule ! »
 
-         Tu viens d'une autre école ?
-         Non. Ils proposent des cours à l'orphelinat donc je –
-         Oh, tu as perdu tes parents.
 
Un instant, je revis le cadavre de ma mère planté d'un couteau, baignant dans son sang. Je sentis un courant électrique se propulser dans tout mon corps, comme si souvent lorsque j'avais envie de violence. Je refoulai ce désir et me concentrai pour garder mon masque d'impassibilité. C'est incroyable ce que peuvent déclencher de simples mots.
 
-         Je suis désolé, s'excusa James.
-      Ce n'est pas grave, murmurai-je. Tu ne pouvais pas savoir, repris-je la voix plus claire.
 
Un silence gêné s'installa. Je ne savais toujours pas quoi dire. Je n'étais pas très habituée à faire la conversation, alors pour ne pas dire de bêtise, je les laissai venir.  
 
-         Ça te dit de faire le trajet avec nous ? proposa Sirius.
 
J'eus un instant d'hésitation. Rester plusieurs heures avec ces deux énergumènes pouvait mal finir... d'un autre côté, ils semblaient vraiment bien connaître l'école... peut-être pourraient-ils m'aider à identifier mes cibles ?

-         Hum, et bien oui, pourquoi pas ? finis-je par dire.
-        Dans ce cas, après vous charmante demoiselle, lança Sirius sur un ton théâtral en me faisant signe d'entrer dans le compartiment.
 
Je haussai un sourcil interrogateur et entrai, hissant ma valise dans le filet à bagages.
 
-        Parle-nous un peu de toi, qu'on fasse connaissance ! dit James avec enthousiasme.
-      Il n'y a pas grand-chose à dire, dis-je en m'asseyant sur la banquette, près de la fenêtre. J'ai grandi dans un orphelinat. Je suivais des cours particuliers là-bas. Et puis, ils ont reçu une somme d'argent pour moi, on ne sait pas trop d'où elle vient. Je suppose qu'elle vient de mon père. Du coup, la directrice a décidé de m'envoyer à Poudlard, histoire que je connaisse autre chose que l'orphelinat.
-         Attends, l'argent vient de ton père ? Il n'est pas mort ?
-         On dirait bien que non... ou alors il vient de mourir, j'en sais rien. Il est parti peu de temps après ma naissance, je ne l'ai pas connu.
-         Ça n'a pas dû être facile...
 
Je haussai les épaules.
 
-         En tout cas, c'est une bonne chose que tu viennes à Poudlard ! lança Sirius pour changer de sujet. C'est la meilleure école qui existe !
-         Oui ! Ça faisait une éternité que j'attendais ce moment !

Ce n'était pas un mensonge... venir dans cette école était mon rêve avant que... tout bascule. Ayant tout au manoir de mon père, je ne sortais que pour mes activités criminelles. Je ne connaissais pas grand-chose du monde normal... mais au fond de moi, cette école n'avait jamais cessé d'animer un certain désir. Elle était mondialement connue comme la meilleure.
 
-         J'ai hâte de découvrir le château, avouai-je.
-        Il va te plaire, j'en suis sûr. Personne ne peut entrer dans l'enceinte sans tomber sous le charme. Ça a beau être une école, je peux t'assurer qu'on est triste lorsqu'on en part, même pour les vacances. Il y a une ambiance vraiment particulière.
 
Au moins je ne m'ennuierai pas. Les deux garçons me sourirent. Je sentais qu'ils m'observaient et ça me mettait mal à l'aise parce que moi aussi je voulais les analyser un peu. Malheureusement, je n'avais pas mon masque, et il fallait que je fasse attention à mes attitudes.
 
-         Euh... vous m'avez l'air de connaître beaucoup de monde à l'école... je ne pensais pas être repérée si vite... dis-je pour relancer un peu la discussion.
 
Sirius éclata de rire. James eut son petit sourire lui aussi. 
 
-         Et bien il y a deux raisons à cela... expliqua Sirius. La première, c'est que tu attires l'attention... ton physique est plutôt marquant... le genre qu'on n'oublie pas facilement. Alors tout le monde saura que tu es nouvelle.
 
Je déglutis lentement. C'est vrai que mon masque me manquait. Me manquait terriblement. Sirius venait de souligner une caractéristique non négligeable... j'avais un physique plus qu'appréciable.
 
-         Et la seconde ? demandai-je pour ne pas m'attarder sur ce point.
-      Elle vient compléter la première. Nous sommes probablement le groupe le plus célèbre de toute l'école, alors nous connaissons énormément d'élèves... au moins de visage, et le tien ne m'est pas familier.
-       Le groupe le plus célèbre de Poudlard...? repris-je en laissant planer la surprise pour les forcer à développer un peu.

J'avais un excellent pressentiment sur ce qui allait suivre.

-       Nous adorons faire des farces, déclara Sirius avec un grand sourire. Tu verras, tout le monde parle de nous à l'école, en particulier les profs. Le nom des « Maraudeurs » est connu de tous !
 
Je souris intérieurement. Voilà une version qui me plaisait davantage. Le hasard faisait décidément bien les choses.
« Ou alors c'est mon instinct qui m'amène toujours à mes cibles. Les identifier aura été plus simple que prévu. Black  semble être littéralement sous mon charme... me rapprocher ne sera pas trop compliqué. Même si ça m'emmerde profondément de devoir faire semblant d'être gentille avec lui, au moins, je sais que mes efforts seront récompensés... la fin de ma mission se terminera avec sa mort. Alors sans rancune, j'accepte de supporter ce putain de rebelle »
 
-        Original comme nom, dis-je pensivement. Et vous formez un groupe... à deux ? Ou il y en a d'autres ?
-         Deux autres oui. On va te les présenter dès qu'ils arrivent, assura James.
 
« Parfait. Bon au moins, j'ai trouvé mes cibles, je n'ai plus qu'à rester avec. Ils m'aideront à « m'intégrer » au château... ce qui devrait me permettre de me rapprocher d'eux. Ils ont l'air d'avoir un bon relationnel... je n'ai plus qu'à me montrer sympa et à entrer dans leur jeu »
 
-         Tiens, en parlant du loup ! lança Sirius en se redressant.
 
Il se leva dès que le nouveau entra pour lui sauter dessus avant même que j'ai eu le temps de voir à quoi il ressemblait. Ces garçons étaient décidément très démonstratifs. Loin de la froideur et de la distance imposées dans les familles de Sang-Purs.
 
-         Mon cher Lunard ! se réjouit Sirius. Tu m'as manqué !
 
« Loup...Lunard... décidément... »
 
James se joignit à leur étreinte, et je les regardai patiemment. Je finis par me lever moi aussi lorsqu'ils se dégagèrent pour saluer le nouvel arrivant.
 
-         Comment vas-tu mon grand ?
-      Bien, merci, répondit calmement « Lunard ». Et toi ? Pas trop de bêtises avec Sirius ?
-         Tu nous connais... rigola Sirius.
-         Patmol...
 
« Lunard... Patmol... eux aussi ont des surnoms ? A quoi correspondent-ils... ? »
 
-         Plus intéressant, coupa James, retourne-toi.
 
Ledit Lunard s'exécuta et eut un instant d'arrêt en me voyant. J'eus la vague sensation de prendre un coup de poing en pleine tête. Ce type... trois cicatrices lui barraient le visage en diagonale, et je revis l'espace d'un instant une forêt, en pleine nuit, des combats, et une interminable fuite... stoppée par...
Je secouai la tête.
« Tu te trompes, ça ne peut pas être lui »
Mais mon regard se détacha des cicatrices, attiré par les yeux du jeune homme. Non, il n'y avait pas de doute. Cela ne pouvait pas être une simple coïncidence. Ses yeux.... Des yeux ambrés... comme de l'or liquide...
« Ça ne peut être que lui... »
Bon sang que le monde est petit. Je n'arrivais pas à y croire...!
 
-         Remus, je te présente Prue. Elle est nouvelle à Poudlard.
 
Il m'observait lui aussi, les sourcils légèrement froncés.
 
-         C'est drôle, dit-il pensif. J'ai l'impression de te connaître.
 
Mon c½ur cogna furieusement contre ma poitrine. Je ne m'attendais pas à le recroiser un jour. Des souvenirs que j'avais réussi à maintenir dans l'oubli revinrent en masse, et je luttai pour les enterrer à nouveau. Mais comment faire face à...lui ? Ses yeux étaient identiques à ceux du loup sauvage et agressif qui avait bondi de nulle part sur mon chemin... entre moi et la liberté.
 
-         Je ne pense pas que ça soit le cas, dis-je en essayant de me reprendre. J'ai une bonne mémoire visuelle. 
 
Il m'observa plusieurs secondes et je soutins difficilement l'intensité de son regard. L'image du prédateur remplaçait son visage par séquence de flashs. Je revoyais sa tête à un mètre de la mienne, mes yeux plantés dans les siens, le c½ur battant à l'idée qu'il se décide à bondir.
 
-         Alors ravi de te rencontrer, conclut-il en me tendant la main. Je suis Remus Lupin.
 
Toujours troublée, je baissai les yeux sur sa main et me décidai à la serrer, essayant de chasser la rangée de crocs blancs qui m'avait tétanisée à l'époque. Je déglutis péniblement à l'idée de le toucher. C'est comme si un fantôme surgissait de mon passé. Un fantôme dont je ne connaissais pas le visage à l'époque.
 
-         De même, répondis-je sur le même ton. Je suis Prudence Hunt.
 
Je levai à nouveau les yeux sur lui. Malgré l'absence de toute agressivité ou de sauvagerie sur son visage, je ne pouvais m'empêcher de voir un loup en lui. Un loup puissant et redoutable. Un prédateur dont le comportement restera à jamais incompris.
 
-         Et voilà le dernier ! Toujours en retard, taquina Sirius en s'adressant à quelqu'un derrière moi.
-         Je me suis arrêté à une boutique de bonbons ! se défendit le concerné dans mon dos.
 
Je fus contente d'avoir une bonne excuse pour me détourner du regard doré de Lupin. Je me retournai pour faire face à un garçon plus petit et un peu gros. Il faisait un peu tâche à côté de ses amis, tous grands et musclés, dignes de vrais sportifs.
 
-         Prue, voici Peter Pettigrow, le dernier de notre bande de fripouilles ! rigola James.
-         Enchantée, dis-je en lui serrant la main.
-      Bon ! Maintenant que les présentations sont faites, je vous laisse ! J'ai une jolie rousse à aller draguer ! annonça James en se frottant les mains.
-       Dis surtout que t'as des bouffes à prendre, se moqua Sirius assez fort pour que son ami sorti l'entende.
 
Je souris intérieurement. J'avais localisé la bande au complet, et je commençais déjà à en apprendre sur leur faiblesse. Un bon point. Mais j'avais du mal à savourer ma trouvaille de la journée... Le loup-garou continuait à me lancer des regards en biais. Je n'avais pas besoin de le regarder pour le savoir, je l'avais en plein dans mon champ de vision. Il me rendait nerveuse.
« Cette mission va me sembler durer une éternité... »

Une certaine amertume me renfrogna pour le restant du trajet et je me réfugiai dans mes pensées en regardant inconsciemment le paysage défiler par la fenêtre. Cette mission était particulière. J'allais devoir m'armer de patience et apprendre à retenir les pulsions meurtrières qui seront sans doute fréquentes. J'aurais préféré avoir d'autres types de cibles, mais il fallait se rendre à l'évidence... s'ils étaient désignés comme les futurs problèmes de mon père, c'est clair que mes chances de réellement bien m'entendre avec eux étaient quasi inexistantes. Ce jeu de rôle allait être pesant. Surtout avec ... ce lycanthrope parmi eux. J'allais devoir contrôler mes émotions, et ne surtout pas laisser mes souvenirs m'envahir... comme c'était le cas en ce moment. Il fallait que je reste bien campée dans le présent. Mais je ne parvenais à penser à autre chose tellement j'étais sous le choc. Quelles étaient les chances pour que je retrouve quelqu'un rattaché à mon passé ?
Je savais qu'il me serait pénible de supporter de poser mes yeux sur Lupin... je savais qu'il me ferait sans cesse penser à cette forêt obscure, interminable, où une odieuse partie de chasse avait eu lieu... mais je savais aussi que de tous les Maraudeurs, c'est avec lui que j'avais le plus de chance de me rapprocher rapidement. Après tout, nous étions déjà liés non ?
 
 
| Poudlard – Extérieur – 19h40 |

 
Les Maraudeurs avaient beaucoup parlé de Quidditch, de leurs vacances, de futures farces, de leurs amis, de certains profs... de longues discussions où ils riaient beaucoup et où je m'ennuyais ferme. Ça ne m'apprenait pas grand-chose sur eux si ce n'est qu'ils méritaient amplement de se faire appeler « Maraudeurs ». A part ça, rien d'intéressant à retenir. Ils semblaient très proches. Sans doute parce qu'ils devaient se connaître depuis longtemps. J'avais souvent décroché pour rester dans mes pensées. Je ne leur avais répondu que brièvement les quelques fois où je m'étais sentie obligée de participer à la conversation pour ne pas sembler impolie.
 
Lorsque le train commença enfin à ralentir, on se leva pour se diriger vers les portes. On descendit du train une fois immobilisé. Les Maraudeurs saluèrent beaucoup de personnes, dont un demi-géant. Je me rendis compte avec une certaine surprise que Sirius n'avait absolument pas exagéré pas en affirmant qu'ils étaient connus de tous. Ils ne pouvaient pas faire dix mètres sans s'arrêter pour échanger quelques mots avec d'autres élèves. On se dirigea ensuite vers des diligences qui nous attendaient près du quai. En m'installant, mon regard fut attiré par un cheval noir à l'apparence cadavérique qui était attelé à la diligence. Je le fixai plusieurs secondes, n'ayant jamais vu un tel animal auparavant. Ses ailes, comme celles de chauve-souris, était trouées par endroit. Je trouvais vraiment étrange qu'une telle bête ait été choisie pour assurer le trajet jusqu'à l'école. Je m'attendais à un peu plus chaleureux comme première vision.
 
-         C'est un Sombral, me dit Sirius.
-         Connais pas, avouai-je.
-         Tu le vois ? s'étonna Lupin.
-         Je ne suis pas aveugle, renvoyai-je irritée.
 
Il parut un peu surpris de ma réponse, et je me mordis légèrement la langue pour me rappeler à l'ordre.
« Je sais que c'est dur, mais essaie d'être moins agressive.»
J'avais tellement l'habitude d'être froide et autoritaire avec tout le monde qu'il m'était difficile de me comporter différemment. Je n'étais pas très sociable de nature. Pas du tout même.
 
-         Seuls ceux qui ont croisé la mort peuvent les voir, expliqua Remus calmement.
 
Je serrai la mâchoire sans rien ajouter. Je venais de leur avouer involontairement que j'avais déjà croisé la mort. Je n'avais pas intérêt à m'aventurer sur ce terrain avec eux. Bon sang, j'aurais mieux fait de tenir ma langue ! Je soupirai avec agacement. Au fait... le voyaient-ils ? Pour Black, je n'étais pas surprise qu'il puisse voir le Sombral. Avec sa famille, il avait dû avoir quelques occasions d'apercevoir la Mort avec une famille de Mangemorts... Mais les trois autres... ?
 
-         Tu le vois toi ? demandai-je à Remus d'un ton neutre.
-         Non, répondit-il soudainement gêné.
 
Il mentait, c'était évident. Sa mémoire pouvait lui jouer des tours... mais j'étais quasiment certaine qu'il avait vu la mort de ses propres yeux la fameuse nuit où l'on s'était croisé. Elle avait été si présente... comment aurait-il pu ni la voir ni la sentir de toute sa force ?
L'école entra dans mon champ de vision, et tout ce à quoi je pensais s'évapora. La silhouette de l'école se dressait au milieu d'un paysage sublimé par le soleil couchant, m'offrant une vision magnifique.
 
-         Incroyable... soufflai-je.
-         C'est beau hein ? dit Potter.
-         Oui, avouai-je. Elle est impressionnante. « Bien plus que je ne l'imaginais... et elle semble renfermer plus d'un mystère »
 
 
| Hall - 19h58 |
 
Je me trouvais devant les hautes portes de la Grande Salle. Je n'avais pas pu suivre les Maraudeurs au-delà, devant être répartie comme les autres nouveaux. Une certaine McGonagall m'avait expliqué la démarche à suivre, et j'attendais, entourée d'élèves bien plus jeunes que moi. Débarquant en plein cursus scolaire, les premières années avaient la priorité. Il y avait pas mal de bruit de l'autre côté, ce qui me dérangeait, moi qui étais habituée au calme. D'un coup, le silence régna et une voix se fit entendre. Je tendis l'oreille.
 
-         Chers élèves. Comme chaque année, nous allons avoir le plaisir d'accueillir de nouveaux étudiants dans notre école. Je déclare la cérémonie de répartition commencée !
 
Les doubles-portes s'ouvrirent sur une immense salle. Quatre tables prenaient toute la longueur de la pièce, correspondant sans doute à chaque maison. Et en bout, tout au fond, je devinai la tablée des professeurs qui faisait face aux autres. Je levai les yeux vers le plafond, où l'on pouvait voir un ciel étoilé apaisant.
Je laissai passer les jeunes devant moi et les suivis, d'une démarche calme et féline. Il était difficile de passer inaperçue étant donné que je faisais trois têtes de plus que les autres élèves à répartir. J'ignorai au mieux le regard insistant de la majorité de l'école braqué sur moi.
« Moi qui aime me fondre dans la masse et rester dans l'ombre... là c'est raté »
Je regardai devant moi pour essayer d'ignorer au maximum les gens qui m'entouraient. Mais devant moi au loin se trouvait une autre personne que j'aurais préféré éviter de regarder. Dressé de toute sa taille, recouvert d'une robe violette élégante, le directeur observait avec bienveillance les nouveaux venus derrière ses lunettes en demi-lune. Sa longue barbe argentée lui donnait un air de sagesse. Et malgré l'aspect réconfortant qu'il pouvait avoir, je n'en étais que plus sur mes gardes.
« Albus Dumbledore... » 
Le simple fait de le voir de mes propres yeux suffisait à m'accélérer légèrement le c½ur. Cet homme était aussi intelligent que puissant. Il fallait que je me méfie de lui, car je n'aurai pas le droit à l'erreur. Il ne fallait surtout pas que j'attire son attention ou que je me trahisse dans mes paroles ou mon comportement. De toutes les personnes avec lesquelles j'allais devoir jouer... c'est bien avec lui qu'il me faudra écourter la partie. Je sentis un frisson désagréable me parcourir lorsqu'il me fixa, le regard empli de surprise, en se rasseyant lentement dans son fauteuil. Je fronçai légèrement les sourcils. Il avait été prévenu de mon arrivée, pourquoi était-il si surpris de me voir ? On aurait dit qu'il avait vu un mort.

Essayant tant bien que mal de ne pas trop me poser des questions, j'assistai à la répartition, dans le plus grand calme. Du moins, c'est ce que mon visage exprimait. Parce qu'à l'intérieur, je stressais à mort. Je regardais les différents élèves s'asseoir à tour de rôle sur un tabouret pour se soumettre au jugement du Choixpeau.
« C'est l'épreuve la plus difficile... c'est de là que tout va partir... je DOIS aller à Gryffondor. Mais Père a dit que le Choixpeau verrait qui je suis vraiment. Donc je vais devoir me fermer complètement. L'ennui, c'est que je ne suis pas forte à ce jeu...l'occlumencie n'est pas ma spécialité. Et s'il découvrait tout...?! Argh, non, je ne peux pas me dévoiler... »
 
-         Et maintenant, j'aimerais vous présenter la dernière élève à répartir. Elle ira directement en sixième année. Je vous prie d'accueillir chaleureusement, mademoiselle Prudence Hunt.
 
Dumbledore avait retrouvé son calme, et un visage indéchiffrable. Il y eut des applaudissements polis et tous les regards se braquèrent de nouveau sur moi, situation très inconfortable pour une personne de mon espèce. Je me dirigeai vers le Choixpeau, d'un pas qui se voulait sûr. Il fallait que je me concentre.
« Ton meilleur rôle est à jouer maintenant. La suite de la mission en dépend »
Je m'installai sur le tabouret pour faire face à la Grande Salle. Je levai les yeux vers les drapeaux au-dessus de chaque tablée. Les Serpentard se situaient à ma droite, bien à l'opposé des Gryffondor. J'étais incapable de penser à quoi que ce soit. Mon esprit était comme figé. Le stress était retombé. J'étais à nouveau calme, prête à jouer mon rôle. McGonagall me posa le Choixpeau miteux sur la tête. Je fermai les yeux sur la Grande Salle bondée qui me fixait.
 
-         Inutile de fermer ton esprit, jeune fille. Je lis tes pensées, m'annonça le Choixpeau dans ma tête.
 
Entendre une voix dans ma tête autre que celle de mon père me perturba. Les autres élèves ne pouvaient pas entendre cette discussion télépathique. Il fallait que je reste concentrée pour qu'il n'accède pas à ma mémoire, ni à la partie sombre de mon esprit.
 
-         Hmm... tu es une occlumens très douée... félicita le Choixpeau. La question est pourquoi ? Qu'as-tu donc à cacher ?
-      « Rien qui te regarde »
-         Hum... Du caractère... J'ai aussi perçu du courage en toi et une détermination inébranlable... deux qualités qui te vaudraient amplement ta place à Gryffondor... Seulement, il y a aussi une partie d'ombre. Je n'y ai pas accès, mais je sais qu'elle existe. Et... tu essaies de l'enterrer, de l'oublier... Il y a également beaucoup de souffrance au fond de toi... une souffrance qui te pousse à la recherche de la grandeur. Oui, je vois de l'ambition... ton désir est de te hisser au-dessus des obstacles, d'être intouchable...
-      « Tu débloques... »
 
Je faisais un effort surhumain pour me contrôler et conserver mon calme. Le Choixpeau semblait sourd à mes pensées... il continuait son analyse. Je ne supportais pas de l'entendre me caractériser. Je passais ma vie à cacher qui j'étais aux gens, pour ne pas qu'ils sachent réellement qui j'étais, qu'ils soient incapables de me cerner. Et voilà que lui s'amusait à le faire en quelques secondes. Comment parvenait-il à lire ainsi en moi ? J'avais envie de l'ôter de ma tête et de le brûler.

-         Oh, et tu as du talent... ! reprit le Choixpeau avec excitation. Tu renfermes une très grande puissance magique, je le sens ! Ton corps entier vibre de puissance... tu dois être très douée dans l'art de la magie avec de telles capacités... Tu as ta place à Serpentard, il n'y a aucun doute là-dessus...je suis sûr que tu seras une excellente sorcière.
-   « Non, je refuse d'y aller ! »
-         Ah oui ? Et pourquoi ça ? Tu y as largement ta place.

L'échec commençait à se profiler. Si j'étais envoyée à Serpentard, ma mission deviendrait quasiment impossible à accomplir. Mon père serait immensément déçu et me châtierait.

- « Tu te trompes. Je suis une battante... ma place est parmi les lions. Je ne rampe pas ventre à terre comme ces serpents à sonnette, je marche droit et sans crainte avec honneur et fierté. »
 
Le Choixpeau réfléchit encore un peu. J'espérai que mon argument suffise à lui faire changer d'avis.
 
-         Il est vrai que ta personnalité colle assez bien avec celle du roi des prédateurs...
 
Je déglutis à l'entente de cette remarque. Diable qu'elle était bien choisie... avait-il vu qui j'étais ? Savait-il que j'étais effectivement l'un des prédateurs les plus redoutables du pays ? Un prodige criminel qui dépassera bientôt son propre maître ?
 
-         Une seule raison peut te pousser à te fermer autant... Si tu n'avais rien à cacher, tu me laisserais lire dans ton c½ur...
- « Je suis juste réservée. Mon passé ne regarde que moi... »
-         Bien, si c'est ce que tu veux... Cependant, laisse-moi te dire une chose...
-    « Laquelle ... ? »
-         La partie d'ombre en toi est... assez étendue... mais je détecte aussi une infime partie de lumière. Il ne tient qu'à toi d'inverser le cours des choses.
-  « ... Je m'en souviendrai »
-         Dans ce cas... GRYFFONDOR  ! hurla-t-il.
 
Je rouvris les yeux et me gardai bien de ressentir le moindre sentiment de satisfaction pour ne pas me trahir. On m'enleva le Choixpeau, et je pus enfin tout lâcher et libérer mon esprit.
« Je déteste l'occlumencie putain ! »
La tension retomba lorsque je posai mon regard sur la table des lions. Ils applaudissaient tous, me souriant. Je retrouvai toute mon assurance. Je parvins même à sourire.
« Victoire... la mission peut commencer »
Je me dirigeai vers la table des Gryffondor, et vis Black, debout, qui me montrait une place à côté de lui. Même sa présence ne pourrait gâcher le sentiment exaltant qui s'était emparé de moi. J'avais réussi à tromper le Choixpeau et à me rendre à Gryffondor, au coeur des rangs ennemis. C'était l'étape la plus difficile... maintenant qu'elle était passée, la suite de la mission ne dépendait plus que de mes talents d'actrice. Je me faisais beaucoup moins de souci pour ça.
 
-         Tu peux compter sur nous ! Tu es des nôtres ! assura Sirius.
-         Merci !
 
Je croisai à nouveau le regard du loup-garou sans le vouloir, ce qui me fit frémir. Il était calme et impassible, tout comme moi. Je savais très bien qu'il avait des soupçons à mon sujet. Je n'avais sans doute pas réussi à le convaincre qu'on ne se connaissait pas. Difficile de mentir à une personne qui a les sens sur-développés. Mais je n'avais pas d'autre choix que de nier. Comment pouvais-je lui dire ? Il m'était impossible de lui dire la vérité. Bon sang ce qu'il m'énervait. Il ne cessait de me détailler avec son regard intense, cherchant sans doute dans sa mémoire à quel moment il m'avait déjà vu. Une analyse qui m'était pénible, car jamais de ma vie encore je ne m'étais sentie aussi déstabilisée.
 
 
| Dortoir masculin des Gryffondor – 22h04 |

~ Point de vue général ~
 
-         Comment vous trouvez la nouvelle ? demanda Peter tout en se mettant en pyjama.
-         Canon ! lança Sirius. Grande à la taille mannequin avec une ligne sportive, visage finement dessiné, des yeux bleus magnifiques avec un regard pénétrant... Sans oublier un charme et un charisme à tomber par terre !
 
Les autres levèrent les yeux au ciel. Il fallait avouer que la belle brune dégageait un certain magnétisme. C'était une beauté simple et naturelle, qui n'avait besoin d'aucune touche superficielle. Avec son visage froid et son regard provocateur, elle incarnait à merveille la jeune femme fatale inaccessible.
 
-         Moi je la trouve sympa, à condition qu'on lui parle. Sinon, elle ne dit rien, dit James en ôtant ses lunettes pour les poser sur la table de nuit à côté de son lit. 
-         Mets-toi à sa place, intervint Remus. C'est nouveau pour elle tout ça. Elle ne connait personne, elle se retrouve dans un endroit inconnu, avec un tout nouveau fonctionnement... c'est presque une nouvelle vie pour elle.
-         Oui... pas faux.
-         Mais elle est quand même étrange, souffla Remus en glissant sous les draps doux et chauds. 
 
Ses amis parurent surpris.
 
-         En quoi est-elle étrange ?
-        J'ai la vague sensation de la connaître. Elle me rappelle quelqu'un... ses yeux surtout. J'ai le sentiment de l'avoir déjà croisé.
-        Ce n'est pas son cas. Et... tu n'es pas le genre de personne qu'on oublie facilement, dit Sirius avec un clin d'½il.
 
Remus se contenta de sourire à la remarque. C'est vrai que les cicatrices qu'il portait au visage lui attiraient plus d'un regard suspect. Les gens ne pouvaient s'empêcher de le dévisager, pour essayer de deviner ce qui avait bien pu le marquer ainsi. Ces trois espèces de griffures diagonales étaient comme posées sur un visage d'ange. Cela offrait une sorte de beauté sauvage... surtout avec des yeux aussi fascinants. Une vision assez inoubliable.
 
-         Oui... mais...Vous ne pouvez pas le sentir, mais j'ai capté certaines choses... et... comment dire ? Je n'arrive pas à l'expliquer. C'était comme si... comme si elle cachait quelque chose, reprit Remus.
-         Tu te fais trop d'idées mon loulou ! dit Peter en souriant.
-         Elle lui a juste tapé dans l'½il la belle brune ! coupa Sirius.
 
Remus toisa Sirius avec un soupçon d'exaspération.
 
-         Quoi ? Ne me dis pas que ce n'est pas ton style ! continua Sirius. Elle est magnifique ! Et elle est loin d'être une fifille fragile ! C'est pas une gonzesse, c'est une vraie louve ! Je suis sûre qu'elle met au tapis le premier Serpentard qui osera la provoquer ! Une beauté sauvage... on n'en a pas tous les ans !
-         C'est vrai qu'elle sort du lot, reconnut Remus. Mais ce n'est pas sa beauté qui m'a le plus troublé. Je ne sais pas comment l'expliquer. C'était vraiment bizarre. J'ai l'impression qu'elle n'est pas celle qu'elle laisse paraître.
-         Nous verrons bien, fit Sirius en bâillant. Si ce que tu dis est vrai, compte sur nous pour le découvrir. Je pense qu'on va passer beaucoup de temps ensemble...

| Parc – 23h38 |

~ Point de vue de Prue ~
 
L'air de cette nuit de septembre était frais, surtout à une heure si tardive. Ça me faisait du bien pour réfléchir. Ma première soirée s'était plutôt bien passée. Les Maraudeurs étaient venus à moi.
Je me remis à marcher. Je pensai à Père. Je m'étais connectée à son esprit pour lui faire le rapport de ma première journée. Je lui avais annoncé  que j'avais identifié les Maraudeurs et que j'avais été envoyée à Gryffondor. Il m'avait félicité pour mon efficacité. Il n'était pas vraiment surpris de l'identité des cibles. Pour Sirius et James en tout cas. Le père de Sirius, le très respecté Orion Black, était notre allié le plus fidèle et dévoué. Tandis que celui de James, Aaron Potter, était un Auror bien connu et réputé pour son efficacité. Tout comme celui de Remus, Lyall Lupin.
Il me faudra établir un profil plus détaillé de mes cibles pour que mon père en sache plus sur eux. J'aurai rendez-vous avec lui dans deux semaines à Pré-au-Lard, à l'occasion d'une de ses sorties. D'ici là, il fallait que je commence à progresser dans le cercle des Maraudeurs.

Je m'arrêtai près d'un lac, levant les yeux vers les étoiles scintillantes dans le ciel noir. Mon c½ur se serra légèrement. J'avais toujours une pensée pour ceux que j'avais perdu lorsque je regardais le ciel dans la nuit.
J'eus un faible sourire en balayant le parc du regard. Je sentais que ce nouveau territoire allait me plaire. J'étais confiante. Je savais que ma mission se déroulerait bien. Il ne pouvait pas en être autrement après tout.
Le vent se mit à souffler plus fort. Je rebroussai chemin et rentrai, en prenant le soin d'esquiver le concierge. Celui-ci n'était pas trop difficile à berner. C'était un excellent point. Je pourrai m'accorder des petites excursions nocturnes pour me détendre.
 
 
Chapitre 3 : Un nouveau monde
 
Et voilà. Trois chapitres postés, et la mission peut enfin se lancer. Le coeur de l'histoire. J'espère que ce que vous avez lu jusqu'à maintenant vous a donné envie de découvrir comment Prue va gérer sa double-vie... comment le prédateur qu'est Tracker va se comporter avec ses proies. Vous commencerez à avoir un aperçu à partir de samedi prochain, avec la publication du chapitre 4.
En attendant, n'oubliez pas de laissez vos impressions. Avis et critiques sont appréciés.

Remarque : j'ai choisi d'effectuer un petit changement concernant l'un des personnages... les connaisseurs l'auront sans doute remarqué, ça concerne Lyall Lupin, le père de Remus. Pour mon histoire, j'ai préféré qu'il soit Auror, et non Expert en Apparitions Spectrales d'Origine Non Humaine.
 

 

Tags : L'histoire d'un assassin - Partie 1 : L'amour d'un Assassin - tome 1

Leave a comment

We need to verify that you are not a robot generating spam.

See legal mentions

Don't forget that insults, racism, etc. are forbidden by Skyrock's 'General Terms of Use' and that you can be identified by your IP address (54.196.182.102) if someone makes a complaint.

Comments :

  • Dum-Cha

    14/12/2016

    Et voilà trois Chapitre de lus. Pure est diuée pour cacher ses sentiments mais pour combien de temps? Mystère.. Sinon d'où lui viennent le pouvoir du feu ? C'est intriguant.. j'ai hâte de lire la suite. C'est un véritable thriller..

  • fichp-lifealwaysrestart

    23/08/2015

    Elle est douée, Prue... À peine arrivée sur le quai du train qu'elle tombe direct sur Sirius !! Elle n'aura pas eu besoin de chercher longtemps... Sa rencontre avec Remus me laisse perplexe, je me dande dans quel contexte ils se sont déjà vu (parce que je ne doute pas que c'est déjà arrivé. Pas dupe, apparemmemt Dumbledore... Peut être a-t-il établi une ressemblance avec son père ou sa mère ? J'en saurais sûrement plus par la suite !

  • x3-Hogwarts-x3

    03/02/2015

    Wahou ! Super ! J'ai vraiment beaucoup aimé ce chapitre ;) il faut dire que j'attendais cette rencontre depuis un moment ;)
    Sinon, tu veux me faire craquer avec cette description de Remus xD C'est vraiment un de mes personnages préférés de toute la saga ! Et cette intrigue sur leur première rencontre avec Tracker... ça me met l'eau à la bouche ! J'ai vraiment hâte de lire la suite !
    Quant à la répartition, j'ai enfin mes réponses ;) c'est à peu près ce à quoi je pensais, sauf que je n'avais pas pensé à l'occlumancie ! En tout cas c'est super, chaque nouveau chapitre en dévoile un peu plus, juste assez pour accrocher ton lecteur et ne lui donner qu'une envie : lire la suite !
    Malheureusement pour moi, je vais devoir attendre :(

    A très bientôt en cas et encore bravo !

  • auteur28

    25/06/2014

    bravo ;) ça donne vraiment envie de continuer à lire. j'adore et pourtant j'ai jamais accroché avec Harry potter.

  • hostfresh-HarryPotter

    23/06/2014

    J'adore ! Mais que c'est-il passé avec Lunard ?

  • aliseevila

    02/04/2014

    Je t'avouerais que j'ai trouvé ce chapitre bien long. J'ai cru ne jamais voir la fin.
    J'ai aussi remarqué que dans certain de tes dialogues tu ne dis pas qui parle à qui, ce qui fait que l'on se perte.

    Pour le reste je n'ai rien à dire. C'est très bien.

  • harry-potter-8-fic

    25/03/2014

    Encore un très bon chapitre.
    Je me demande comment Remus connait Prue exactement.

  • aSupernaturalLife

    14/03/2014

    J'adore de plus en plus ta fiction ! C'est rare de lire des histoires du point de vue des "méchants" et là c'est plutôt bien mené !
    Je vais essayer de rattraper mon retard le plus vite possible pour m'inscrire à la liste des prévenues :)

  • LesrecitsdAnnaNeige

    17/01/2014

    Dans le chapitre « 03 » Prue se mal à cause qu’elle reconnait « Rémus Lupin » l’a-t-elle déjà vue par le passé ?! Je crains que oui. Mais si cela est le cas elle n’a rien dit à son père Lord Voldemort ?! ahahha Sirius Black me fait bien rire (a) Verra-t-on mon « chouchou » Severus Rogue dans ton histoire, miss ?! J’ai également l’impression que « Lunard » ment au sujet du « Sombral » je paris qu’il le voit mais ne veut rien dire à cause de la présence de ses proches : /

    Rémus est inquiet, ailleurs, etc.... Ça me fait de la « peine » de le voir comme ça ! Il se torture trop en cherchant ou il a vu cette fille:/. Ca risque de compliqué la mission de « Pruedence ».

  • assassin-maraudeurs

    29/12/2013

    Hp-Prophetie-95 wrote: "J'adore.!! J'ai beaucoup aimé ce chapitre car il présente tout les personnages enfin les maraudeurs. Je l'ai trouvé plutôt marrant et a des moments. J'aime bien l illusion a lily quand James dit qu'il va dragué une certaine rousse.

    Je me demande bien qu'elle est cette histoire avec remus et prue car tu ne dit pas entièrement se qu'il c'est passé tu laisse des petits passage pour nous laisser deviné je pense. Tous se que j'ai peu imaginer c'est qu'il était dans une forêt le soir de la pleine lune , il y avait beaucoup de mort et le loup était sortie. A un moment le loup et traker se trouvaient face à face et le loup ne la pas attaquer. C'est les seul chose que j'ai pue imaginer de cette histoire donc je ne sais pas si c'est c'est passé comme ça , en plus il y a plein de trous dans cette hypothèse d'histoire.

    C'était toujours très bien écrit. J'ai vraiment envie dans savoir plus je continue ma lecture ;) .
    Bisous ;)
    "

    Re ! Et oui, enfin l'entrée des Maraudeurs dans l'histoire =) il était temps hein ?
    Bon alors au sujet de ce qu'il s'est passé entre Remus et Prue, l'entière vérité ne sera dévoilée que bien plus tard. Mais d'ici là, de nombreuses allusions seront faites, avec à chaque fois un peu plus de détails.
    Et puis pour l'instant tu as bien imaginé la chose : c'était bien dans une forêt, un soi r de pleine lune... il y avait effectivement pas mal de morts et Lunard n'a pas attaqué Prue lorsqu'il s'est retrouvé en face d'elle. Mais comme tu dis, il y a des "trous" mais c'est normal, le passé de Prue ne sera jamais donné totalement pour le moment.
    Bonne lecture !

Report abuse