Chapitre 7 : Déception

« Depuis le début, je sais que les Maraudeurs appartiennent à un monde situé à l'opposé du mien... je savais en acceptant la mission que je serais mise à l'épreuve en évoluant au milieu de gens qui ne me ressemblent pas. Qui sont mon contraire.
Mais je suis presque déçue de constater que nous sommes différents au point d'être incompatibles.
Père avait raison : ils sont infestés à un point inacceptable. »
 
Chapitre 7 : Déception

 
 
|22 septembre 1976 – Poudlard – Hall – 13h20|
 
Je vadrouillais dans les couloirs, attendant l'occasion parfaite de me glisser en dehors de l'école. J'observais les groupes d'élèves qui passaient à côté de moi en discutant, d'autres qui étaient assis contre les murs... certains me jetaient un ½il au passage, auquel je répondais d'un regard froid avant de me reporter à nouveau sur Rusard. Il ne cessait de regarder dans ma direction, caressant sa foutue chatte d'une main tremblante. Comme s'il savait que je voulais sortir. Il m'exaspérait de n'avoir rien d'autre à faire de sa journée que de me faire obstacle. Il fallait vraiment que je sorte. J'essayais de me remémorer le passage secret que James et Sirius m'avaient fait prendre pour rejoindre Pré-au-Lard lors de notre dernière sortie. Trop absorbée par mes pensées, je ne me rendis pas compte qu'une fille s'était approchée de moi.
 
-          Bonjour... Prudence, c'est ça ?
 
Je fus presque surprise qu'on m'adresse la parole. Je tournai la tête et vis une fille de mon âge me sourire. Je la reconnus immédiatement. C'était la meilleure de la classe. Lily Evans si mes souvenirs étaient bons. Elle faisait partie des filles avec lesquelles je partageais mon dortoir, mais comme je m'arrangeais toujours pour me coucher la dernière et être la première debout, je n'avais encore jamais eu l'occasion de faire sa connaissance.
 
-         C'est exact, confirmai-je en commençant déjà à l'observer plus attentivement.    Et toi tu es... Evans ?
-          Appelle-moi Lily, dit-elle avec un sourire.
-         Enchantée, répondis-je d'une voix neutre. « La fameuse Fleur de Lys... enfin je vois de plus près la faille de James Potter... »
-         De même.
 
Je fixai quelques secondes ses yeux verts, cherchant à deviner ce qu'elle me voulait. Pourquoi ne pas avoir passé son chemin sans me prêter attention ?
 
-          Hum... en tant que préfète, l'un de mes rôles est de servir d'intermédiaire entre les élèves et les professeurs. Je me doute que ton entrée à Poudlard en plein cursus scolaire ne doit pas être simple alors...
-          Je gère parfaitement, merci, coupai-je.
 
Elle parut un peu surprise par ma réponse.
« Encore trop sèche, contrôle-toi »
 
-          Très bien, je voulais juste m'assurer qu'il n'y ait aucun problème. Tu te plais ici ?
-          Oui. J'aime beaucoup cette école.
-          Et au niveau du travail ? J'ai vu que tu es excellente en Défense Contre les Forces du Mal... tu t'en sors dans les autres matières ?
-          Ça va... un peu de retard en théorie...
-        Tu le rattraperas rapidement, t'as l'air d'être une bucheuse. Je peux te passer les synthèses des cours des années précédentes si tu veux.
-          Merci, c'est gentil. « Mais j'ai vraiment besoin que tu me laisses partir... »
-         N'écoute pas ce rat de bibliothèque, lança une voix derrière moi. Tu n'as vraiment pas besoin d'elle pour t'en sortir.
 
La lueur chaleureuse qui brillait dans le regard de Lily fut instantanément remplacée par des éclairs de colère. Je me retournai pour voir de qui il s'agissait. Je ne fus pas surprise de découvrir un élève aux couleurs de Serpentard appuyé contre le mur du couloir, à quelques mètres de nous, arborant un sourire provocateur pour compléter son air arrogant.
C'était une vraie guerre entre les deux maisons. Je soupirai. Je n'avais vraiment pas le temps pour une dispute entre gamins.
 
-        C'est sûr qu'elle devrait t'écouter... tu dois avoir un ou deux bons conseils à lui donner, dit Lily sarcastique.
-         J'en aurais qu'un seul... répondit froidement le Serpentard en s'adressant à moi. Tâche de mieux t'entourer Hunt... je te vois traîner avec de la vermine depuis le début de l'année. Tu as l'air d'avoir du potentiel, ne le gâche pas.
Il m'était assez difficile de ne pas aller dans son sens, étant donné qu'il avait raison. Mais j'étais une Gryffondor, et il fallait que je reste fidèle à cette image pour ne pas paraître suspecte.

-          Je me sens bien entourée, répliquai-je avec froideur en le toisant du regard.
-     Ah oui ? Après les Maraudeurs, qui sont composés d'un balafré, deux traîtres à leur sang et une gourde... voilà que tu te familiarises avec une Sang-de-Bourbe ? C'est quoi la prochaine étape ?
 
Mon sang sembla bouillonner dans mon corps. Je sentis un courant électrique me traverser chaque muscle, chaque nerf... j'avais cette sensation d'être dans un état second, sensation que je connaissais par c½ur... elle précédait la plupart du temps une pulsion meurtrière. C'est à peine si je me rendis compte que Lily se rapprochait du Serpentard, l'air menaçant. Je ne pouvais détourner mon regard d'elle. Ma main droite trembla légèrement et je fermai les yeux pour essayer de penser à autre chose que mon couteau. Je ne devais pas le faire apparaître. Je ne devais pas m'en servir. Père me l'avait interdit. Ça compromettrait ma mission. Mais l'envie de libérer la tueuse était tellement puissante. Je n'arrivais pas à rester sourde à l'appel. J'étais en présence d'une Sang-de-Bourbe. C'était insupportable de la laisser en vie.
« Calme-toi... Respire... Ce n'est pas le moment de perdre le contrôle...tu es dans une école...tu es en mission... Reprends-toi...tu vas tout gâcher sinon... ne la tue pas... pas maintenant... du calme... »
Lorsque je rouvris les yeux, Lily fusillait du regard un Serpentard qui filait dans le couloir, fier de lui. Je n'avais même pas entendu ce qu'ils s'étaient dits. Je mis mes mains derrière mon dos et les serrai avec force pour cacher mes légers tremblements. Je me concentrai sur ma respiration mais ne pus empêcher mes yeux de la fusiller, mon visage de se fermer. La haine me piquait dans tout le corps. Il fallait que je parte, je ne pourrai pas me retenir très longtemps. Ça me démangeait atrocement. Le désir de meurtre m'avait submergée en une seconde. Et comme toujours dans ces cas-là... il était quasiment irrésistible. La moindre erreur de Lily pouvait lui coûter la vie. J'étais au bord de l'explosion.
 
-          Il n'a pas volé sa place chez les serpents celui-là ! Comme aucun autre d'entre eux d'ailleurs ! s'exclama-t-elle avec colère.
 
« Et toi tu as volé la tienne parmi nous... »
 
-           Prue !
 
Je fus presque soulagée de voir Sirius et James arriver. Ils m'empêchaient de faire une bêtise face à cette irrésistible tentation.
 
-       Je vois que tu as fait la connaissance de ma ravissante Fleur de Lys... lança joyeusement James.
 
Un nouveau courant électrique me parcourut. Ma haine m'avait momentanément fait oublier que James courrait... après ça. Je réprimai un frisson et serrai la mâchoire. Ce groupe de Maraudeurs était infecté jusqu'au bout. Père avait raison sur toute la ligne là-dessus. Ma mission allait me demander de prendre énormément sur moi. Supporter les insultes de Sirius et James, c'était une chose... je parvenais à me contrôler... mais alors les voir tolérer une Sang-de-Bourbe... Je secouai vivement la tête pour ne pas me laisser emporter par le dégoût. J'avais été naïve de penser que les Maraudeurs ne me réservaient plus de surprise. A cet instant, j'étais persuadée que je n'étais pas au bout de mes peines avec eux. Ils pouvaient encore mettre mes nerfs à plus rude épreuve. Il me faudra veiller à empêcher tout rapprochement entre James et Lily... s'ils se mettaient en couple, il me faudrait supporter sa présence au quotidien, ce qui n'était pas envisageable. Déjà que j'allais avoir du mal à rester dans la même salle de cours maintenant que je savais ce qu'elle était...
 
-         Je dois y aller. On se voit plus tard, dis-je en tournant les talons.
 
Je m'éloignai, mais j'entendis qu'on me suivait. Sirius marchait à mes côtés.
« Tu commences à me gonfler à toujours me coller Black... »
La colère me rendait plus agressive, et impulsive. Black risquait de me pousser à bout en me retardant. J'avais une mission à accomplir, je n'avais pas de temps à perdre avec lui !

-         Où tu vas ?
-         ...J'aimerais quitter l'école... répondis-je d'une voix que je voulais calme.
-         Quoi ? Mais pourquoi ?!!
-         J'ai envie de me balader.
-         Ah... tu ne veux pas que je t'accompagne pour une fois ?
 
S'il y a bien une personne avec laquelle je n'avais pas envie d'être, c'est le frère de c½ur de ce misérable traître, qui n'était pas mieux que lui !
 
-         C'est très gentil Sirius, m'efforçai-je de dire avec sincérité, mais... j'ai envie d'être un peu seule.
-          Qu'est-ce qui t'arrive ? Ça ne va pas ? s'inquiéta Sirius.
 
« C'est toi qui ne vas plus aller dans deux secondes si tu ne me laisses pas partir... »
 
-         Si si, j'ai juste besoin de m'isoler. Vieilles habitudes.
-         Je vois. On se voit ce soir alors ?
-         Oui. A ce soir.
-       Je te conseille de prendre le même passage qu'on t'a montré la dernière fois. Rusard ne va pas quitter l'entrée avant un bon moment.
-         Merci pour l'info.
 
Je le laissai là et rebroussai chemin. J'essayai de ne pas penser à la Sang-de-Bourbe que j'avais identifié par accident. J'essayai de ne plus penser aux Maraudeurs. J'avais bien mieux à faire. Une fois en dehors de l'enceinte de l'école, je me servis de mon collier comme Portoloin pour me rendre sur les lieux de mon futur crime.
 
|Aéroport de Londres – 13h58|
 
Je pus enfin respirer. Je n'aimais pas beaucoup cette sensation d'être agrippée par le nombril et attirée dans le néant. Même si cela ne durait que quelques secondes, je n'aimais pas perdre contact avec le sol. Il ne me tardait pas davantage de pouvoir transplaner, car il paraît que c'était encore plus désagréable... mais au moins je serai plus indépendante qu'avec un Portoloin. Le problème d'être une tueuse avant la majorité... cette foutue Trace m'obligeait à ne pas faire usage de la magie. J'étais plutôt douée d'ailleurs... j'arrivais à être la meilleure tueuse à gages aussi bien dans le monde sorcier que moldu, en ne recourant quasiment pas à de moyen magique. Qu'est-ce que ça allait être quand je pourrai me servir de ma baguette...

Je sortis de l'aéroport et l'avion militaire entra dans mon champ de vision. Bel engin au passage. Je me dépêchai pour ne pas le rater. Je montrai mon billet à un agent qui le vérifia. Après quelques secondes, il releva la tête en m'adressant un grand sourire.
 
-         Je vous souhaite un agréable trajet à bord du 703, Mlle Carence.
-         Merci.
 
Leah Carence. C'était mon identité du jour. La vraie Leah était actuellement enfermée dans les toilettes de l'aéroport avec une bonne dose de somnifères et une mémoire trafiquée. Quant à moi, j'étais sous l'emprise du Polynectar, comme assez souvent. A l'instant même où je montai dans l'avion, tout s'effaça dans mon esprit. Comme si j'entrais dans un autre monde. Il n'y avait plus que ma cible qui comptait. Tout le reste passait au second plan, même ma haine envers la Sang-de-Bourbe, bien qu'elle rende mon désir de meurtre plus pressant.

Je marchai à travers les nombreuses rangées de sièges gris et confortables de la première classe, à la recherche de ma proie. Je regardai les visages et la corpulence des passagers, concentrée. Je finis par apercevoir un homme qui correspondait assez bien à la description du briefing.
« Pas le droit de me planter de personne »
 Je m'approchai de lui.
 
-         Monsieur Burtley ! saluai-je en tendant la main.
 
Il leva ses yeux sur moi et serra ma main.
« Cible localisée... »
 
-         Madame... ?
-         Carence ! Leah Carence !
-         Enchanté.
-         Je suis très intéressée par tous vos projets sur les avions militaires ! Celui-là est... un véritable bijou !
-         Oh, vous me flattez ! Je vous fais une petite visite guidée ?
 
Je n'aimais pas du tout la façon dont ses yeux globuleux me déshabillaient du regard mais je m'efforçais de sourire. Me retrouver seule avec lui, je ne pouvais pas demander mieux, il m'offrait l'occasion de l'éliminer rapidement.
 
-         Avec –
-         Chéri ! entendis-je derrière moi.
 
Une grande femme blonde lui tomba carrément dessus. Burtley ravala bien vite son sourire.
 
-         Ma chérie... ! Je te présente Leah Carrence. Une admiratrice de mon travail, dit-il d'un ton beaucoup plus sérieux.
-         Je suis contente que ça vous plaise ! Mon mari passe énormément de temps sur les projets militaires vous savez !
-         Ça en vaut la peine, dis-je en souriant. « Pense à tuer la personne qui m'écrit le briefing... la présence de la femme aurait dû être signalée ! »
-         Bien ! Maintenant que j'ai fini de me refaire une beauté, si on mangeait ? proposa la femme. Je meurs de faim !
-         Avec plaisir, ma chérie. Voulez-vous vous joindre à nous ? me demanda-t-il.
-         Oh non, merci, dis-je sur un ton désolé. Je ne voudrais pas vous déranger. J'ai déjà mangé de toute façon. Je vais aller profiter du vol.
-         Ça m'a fait plaisir de vous parler en tout cas !
-         Moi aussi !
-         Au plaisir de vous revoir.
 
Je les saluai et m'éloignai, mon sourire faux s'éteignant de suite.
« Génial, et maintenant je fais comment pour le tuer avec cette pintade qui ne va pas le lâcher ? »
Je n'avais que très peu de temps pour agir. Ce simple vol d'inauguration ne me laissait que trente minutes. Et ma cible allait passer tout son vol à manger pendant que les autres clients profitaient du vol. Je continuai de m'éloigner de ma cible, réfléchissant à toute allure. Je croisai une hôtesse de l'air et la suivis du regard quand elle me dépassa. Elle apportait un plateau de boissons à la table de ma cible. Un plan tout neuf germa immédiatement dans ma tête, me décochant un sourire.
«Les cuisines... »
L'hôtesse posa les deux verres et se dirigea vers moi en me voyant la fixer.
 
-         L'avion ne va pas tarder à décoller. Veuillez vous asseoir et vous attacher s'il vous plait, dit-elle poliment.
 
Je la fixai, toujours souriante.
 
-         Avant ça, où sont...les toilettes s'il vous plait ?
-         Je vous guide.
-         C'est gentil.
 
Je la suivis. Elle m'ouvrit la porte des toilettes.
 
-         C'est ici.
-         Merci.
 
Je remarquai de suite qu'un des WC était occupé. Je profitai que l'hôtesse tourne la tête pour faire tomber son plateau sur moi. Un verre se renversa sur ma tenue. Je fis semblant d'être surprise.
 
-         Argh ! laissai-je échapper en sentant un liquide assez froid dégouliner sur le ventre.
 
L'hôtesse ouvrit de grands yeux.
 
-         Je suis confuse madame !
-         Ce n'est rien ! Rien du tout ! lui assurai-je en me passant rapidement la main sur la chemise.
 
L'hôtesse se précipita sur les lavabos et mouilla du papier pour me nettoyer la tâche. Je la laissai faire en surveillant la porte verrouillée.
« Dès qu'on est seules... » 
Quelques instants plus tard, une vieille femme sortait, voûtée, et se dirigeait lentement vers le lavabo.
« Tout est fait pour tester ma capacité de contrôle aujourd'hui... » 
L'hôtesse frottait toujours aussi énergiquement mon chemisier dont la tâche semblait ne pas vouloir partir. Je ne lâchai pas des yeux la vieille qui lavait ses mains au ralenti. Ça me propulsait des ondes dans tout le corps. La vieille se tourna ensuite pour se sécher et se dirigea enfin vers la sortie, toujours avec cette lenteur qui grossissait ma boule d'impatience dans le ventre. Quand la porte se referma enfin, la tâche disparut et l'hôtesse en fut soulagée.
 
-         Encore désolée madame.
-         Ce n'est rien, vraiment, dis-je très calmement.
 
Elle me tourna le dos pour sortir, mais je l'entourai d'un bras pour lui placer ma main sur sa bouche, et lui plantai une seringue de sédatif de l'autre. Elle tenta de se débattre, mais elle s'affaissa très vite dans mes bras. J'échangeai nos vêtements et déplaçai son corps dans un des WC. Je me concentrai sur le verrou pour qu'il bascule et sortis, le c½ur battant à l'idée d'avoir peut-être raté une occasion de tuer ma cible discrètement.
« Allons ne pense pas des choses pareilles... la perfection ou rien. Reste concentrée »
Mais je perdis un peu l'équilibre pendant le décollage de l'avion et ne le retrouvai qu'une minute plus tard, lorsqu'il était déjà haut dans le ciel et stabilisé. Je soufflai un bon coup et récupérai le plateau pour me diriger vers les cuisines. Je les trouvai enfin et entrai en baissant la tête pendant qu'une autre serveuse passait à côté de moi.
 
-         La commande pour les Burtley est posée ici Flo, me dit le cuisinier sans se détourner de ses fourneaux. Le homard sans salade est pour lui.
 
Je m'emparai des deux plats sans répondre. Je profitai qu'on soit seuls pour verser quelques gouttes de poison dans le homard de Burtley. Je sortis de la cuisine et retournai dans la partie « première classe ». J'approchai de la table et les servis en regardant ailleurs pour ne pas qu'ils me reconnaissent.
 
-         Merci, lança automatiquement ma proie sans même me regarder, reprenant sa discussion avec sa femme.
 
Je m'éloignai avec un sourire et retournai aux toilettes. J'échangeai une nouvelle fois mes vêtements avec ceux de la serveuse et la laissai enfermée dans les toilettes. Le sédatif était assez puissant pour la maintenir endormie jusqu'à l'atterrissage et même plus. Je cherchai mon siège dans la troisième classe et m'assis. Je pris un magazine posé sur le siège voisin déserté et commençai à le lire le plus sereinement possible. A peine dix minutes plus tard, j'entendis un cri perçant au loin. Les discussions cessèrent autour de moi. Tout le monde était à l'écoute. Les agents de sécurité semblaient tous se diriger au même endroit.
« On dirait que le poison a fait effet »
Je regardai ma montre. Encore cinq minutes avant l'atterrissage. Ça allait faire long. Il y eut un mouvement de panique. Des gens qui n'étaient pas censés être dans cette partie de l'avion se ruèrent ici. J'interceptai un homme au passage.
 
-         Qu'est-ce qui se passe ? demandai-je.
-         Burtley est mort ! me dit un passager de la première classe.
-         Quoi ?!
-         Il s'est écroulé d'un coup ! Impossible de le ranimer.
-         Bon sang... mais qu'est-ce qu'il a eu ?

-         Aucune idée. Des policiers attendent déjà à l'aéroport pour nous interroger.
 
Mon c½ur rata un battement. Je ne devais surtout pas croiser la route des policiers. La Brigade de la Police Magique s'emparerait de l'affaire en apprenant les origines sorcières de ma victime, et je ne devais surtout pas me retrouver dans leur bureau. Mon passé me l'interdisait formellement.
 
-         Votre attention s'il vous plait. Veuillez rester sur vos sièges jusqu'à la fin du vol, annonça une hôtesse.
 
Je vis la femme de Burtley, effondrée dans les bras d'un agent de sécurité. « Toutes mes condoléances...même si je pense que c'est pour le fric que tu étais avec ce gros pervers ».
J'eus un rire intérieur en la voyant renifler sur l'épaule d'un agent de sécurité, visiblement très embarrassé de l'avoir dans les bras.
 
-         Madame, je vous en prie, essayez de vous rappeler... Rien ne vous a paru bizarre dans son comportement ?
-         Non ! Il allait très bien ! On discutait, et il s'est étouffé d'un coup !! dit-elle en pleurant.
-         Il n'a pas de problème de santé particulier ?
 
Elle secoua négativement la tête en pressant un mouchoir contre sa bouche pour étouffer ses sanglots.
 
-         Racontez-moi les derniers évènements qui ont précédé la mort ?
-      Je me suis absentée pour aller aux toilettes... à mon retour, il parlait avec une admiratrice et après on a mangé et
-         Vous vous souvenez de son nom ? Cette admiratrice, vous savez qui elle est ?
-         ... Je crois que mon mari le savait, mais je ne m'en souviens plus...
-         Vous pourriez l'identifier ?
 
La femme acquiesça et se mit à regarder les visages des personnes présentes.
« Rah putain elle me cherche ! »
Plus question de plaisanter, je devais agir vite. Je fermai les yeux et me concentrai sur l'avion. Quelques secondes plus tard, il fut parcouru de secousses violentes faisant tomber toutes les personnes debout. Je lâchai prise, car cet effort mental me coûtait beaucoup d'énergie. L'avion se stabilisa de nouveau, et je rouvris les yeux, la tête un peu engourdie. Les personnes étaient les unes sur les autres et se relevèrent péniblement en titubant. La confusion régna durant les deux minutes qui restaient avant l'atterrissage.
Les roues de l'avion touchèrent enfin le sol, et la femme de ma victime perdit à nouveau l'équilibre. Un homme la rattrapa et son regard se posa sur moi. Elle me montra du doigt en criant « c'est elle ! », mais au même moment, les passagers se levaient tous pour se ruer dehors, ce trajet ayant décidément été mouvementé. La porte s'ouvrit dès que l'avion s'immobilisa pour faire évacuer au plus vite le mouvement de panique. Je me détachai et me levai d'un bond, me fondant sans difficulté dans la masse pour sortir. Je restai bien sagement au milieu de la foule jusqu'à atteindre l'intérieur de l'aéroport. Je me rendis dans les toilettes pour « mettre à jour » les souvenirs de Leah Carence avant de préparer son réveil. Une fois le travail terminé, je me servis du Portoloin pour quitter les lieux. Je me matérialisai dans une forêt et envoyai un Patronus à mon père pour le prévenir de ma réussite.
 
 
|Manoir Voldemort – Quartiers privés du Lord – 14h36 |
 
~ Point de vue général ~
 
Une lumière blanche illumina la pièce. Nagini cracha, réveillé par surprise de sa sieste. Un grand loup blanc éblouissant sauta sur la table. Le Lord le regarda avec attention.
 
-         Mission accomplie, cible éliminée.
 
C'est tout ce que le message disait. Le Lord sourit cruellement, et scruta à nouveau par la fenêtre. Bien sûr qu'elle avait réussi. Comme toujours. Grâce à Tracker, il avait des fonds solides qui lui permettaient de payer armes et hommes.
 
-     Vraiment talentueuse pour son âge... elle tient ça de moi pour son instinct meurtrier... murmura le Lord songeur.
-         Maître ?
-         Il ne me semble pas t'avoir autorisé à entrer, répondit froidement Voldemort.
-         Excusez-moi.
 
Le Seigneur des Ténèbres se retourna, son éternel regard meurtrier fusillant le nouveau venu.
 
-         Que veux-tu ? demanda-t-il d'une voix glaciale.
-         Nous aurons bientôt un autre contrat pour Tracker.
-         Quand ?
-         Pour les vacances de Noël... Elle doit éliminer tout un groupe d'hommes.
-         Le nombre ne l'impressionne pas.
-      Parfait. Ce sera 60 000 gallions pour la cible principale. D'autres cibles seront disponibles, mais optionnelles. 30 000 par tête.
-         ... Combien seront-ils ?
-         Huit au total, en comptant la cible principale.
-         Vous pouvez confirmer ce contrat pour le groupe entier.
-         Bien, Maître. Nous ferons parvenir le briefing à Tracker, comme d'habitude.
 
L'homme s'inclina avant de partir. Le Lord regarda à nouveau par la fenêtre, un sourire cruel accroché aux lèvres. Oui, Tracker lui était vraiment d'une grande utilité... une véritable mine d'or sanglante.
 
 
|Poudlard – Parc – 16h |
 
~ Point de vue de Prue ~
 
Je venais tout juste de revenir de ma mission. J'avais dû passer par ma planque pour ranger mes affaires. J'en avais profité pour faire le tour de mes armes et accessoires. J'aimais me retrouver dans ma planque. Seulement, l'heure m'avait rappelé à l'ordre, et me revoilà à Poudlard.
 
Je marchais vers le château, essayant de ne pas penser aux Maraudeurs. Mais peine perdue. Je vis Remus un peu plus loin, seul. Il était près du lac et me remarqua en quelques secondes. Il m'adressa un signe de la main, et je me sentis bien obligée d'aller vers lui, bien que je ne sois pas d'humeur à jouer la comédie.
 
-       Alors vadrouilleuse, tu as bien profité de ta balade ? demanda Remus avec un sourire.
-         Oui. Ça fait du bien, répondis-je en reportant mon attention sur le lac.
 
Je le vis acquiescer dans mon champ de vision.
 
-         C'est vrai... reconnut Remus.
-         ... Ça fait longtemps que tu t'es « isolé » de tes amis ?
-         Une heure à peu près.
 
Je fixai quelques secondes l'immobilité de la surface de l'eau. Rien ne venait troubler la tranquillité qui régnait dans cette partie du parc.
 
-         Lily m'a dit qu'un Serpentard t'avait accostée ce matin... reprit Remus au bout d'un moment.
 
Une onde me parcourut le corps à l'instant où il prononça son nom. Je fis un mouvement de la tête pour détendre ma nuque.
 
-         Oui, me contentai-je de répondre.
-         Ne leur prête pas attention. Les Serpentard ne nous apprécient guère.
 
Il ricana.
 
-         Et c'est réciproque.
 
Je serrai la mâchoire. J'avais l'impression que mon tatouage sur ma poitrine me chauffait doucement.
 
-         Je ne compte pas me laisser influencer, assurai-je.
-         Je n'en doute pas.
-         ... Ça fait longtemps que tu connais Lily ? ne pus-je m'empêcher de demander.
-         Hum... depuis la deuxième année. Enfin, je l'avais vue dès le départ puisque nous sommes dans la même maison et qu'elle ne passe pas vraiment inaperçue en cours... mais nous avons vraiment commencé à nous connaître en deuxième année.
-         ...
-         C'est une fille vraiment bien. Très intelligente.
 
Je dus faire un gros effort pour ne pas lui sauter dessus. Alors comme ça... même lui était capable de tomber aussi bas ? La déception m'envahit. Je m'attendais à mieux de sa part. Quand je lui avais dit que c'était un type bien aux Trois Balais... je le pensais. Je m'étais trompée. Il ne valait pas mieux que ses amis tout compte fait. Je serrai la mâchoire, me détournant un peu pour ne plus qu'il entre dans mon champ de vision. Je crois bien que j'étais éc½urée.
 
-         Tu verras, je suis sûr que tu l'apprécieras quand tu auras un peu plus discuté avec.
 
« La seule chose conversation que j'apprécierai avec elle, c'est celle que j'aurai lorsque je l'aurais isolée pour lui régler son compte »
 
-         Prue ?
 
Je sortis de mes pensées meurtrières pour regarder Remus. Il semblait m'observer avec plus d'attention.
 
-         Tu es bien silencieuse...
-         Je suis un peu ailleurs...
 
Je me rendis compte que j'étais assez froide. Il fallait que je me reprenne si je ne voulais pas provoquer la suspicion du lycanthrope.
 
-         Je vois ça. Un problème ?
-         Non. Tout va bien.
-         Ok... Les Maraudeurs m'attendent. Ça te dit de te joindre à nous ?
 
Surtout pas. Pas tant que je n'étais pas calmée. Le risque de perdre le contrôle était trop grand pour l'instant. Il fallait que je me reprenne.
 
-         Je vous rejoindrai d'ici une heure. J'ai... encore besoin de prendre l'air.
 
Remus eut un faible sourire.
 
-         Je comprends. A toute à l'heure.
 
Je le regardai s'éloigner, réprimant toujours mes pulsions qui ne me demandaient qu'à faire le nettoyage. Ici et maintenant. Il me serait difficile de supporter la présence de tous ces traîtres maintenant que je savais ce qu'ils étaient capables d'accepter comme vermine parmi eux. De la part de Sirius, ça ne m'étonnait pas, il était le rebelle par excellence. Par définition, il faisait tout l'inverse de ce qu'avait tenté de lui inculquer sa famille. James était un Gryffondor pure souche, donc lui aussi je n'étais pas surprise qu'il transporte les valeurs de Godric en courant après une Sang-de-Bourbe. Peter, en tout bon mouton insignifiant qu'il était ne devait même pas comprendre quelle était la portée de son amitié avec cette Evans. Mais Remus... le prédateur envers lequel j'avais tant d'estime... 
Je fermai les yeux en soupirant d'agacement. Je m'étais faite de fausses idées sur lui. Il n'y avait que sa nature animale qui méritait d'être connue. L'humain... n'était pas aussi raisonné que je l'avais imaginé. L'humain était digne d'être ma proie.
 
 
| Dortoir des filles de Gryffondor – 22h |
 
J'étais assise au bord de mon lit, les yeux rivés sur Lily Evans. Tuer Burtley ne m'avait calmée que le temps de la mission. En revenant à Poudlard, la haine s'était à nouveau emparée de moi. Je n'arrivais pas à supporter de connaître l'identité d'une Sang-de-Bourbe et de devoir me retenir de l'éliminer. J'étais tout à fait capable de commettre le meurtre parfait, même ici, à Poudlard. Je pouvais imaginer un moyen de me débarrasser d'elle sans me compromettre. Je ne pouvais pas accepter qu'elle dorme tranquille. Là. Juste devant moi. Elle était si près.
Je me levai lentement, m'approchant sans bruit de son lit. Mes yeux se posèrent sur le coussin où reposait ma proie. Je fermai momentanément mes yeux, essayant de me calmer. Mais en les rouvrant, je me rendis compte que je tenais mon couteau dans la main. L'envie de faire couler son maudit sang était de plus en plus irrésistible. Elle le méritait tellement. La clarté de la lune à travers la fenêtre fit contraster la fumée noire qui apparaissait doucement. Celle-ci se posa sur mes mains, faisant apparaître mes gants, et commença à remonter lentement.
« Ta mission Prue... pense au bien de ta mission... »
Mais je pouvais la tuer. J'étais Tracker. C'était largement à ma portée. Je pouvais le faire sans me compromettre.
« Pense à tes cibles... tuer Lily maintenant affecterait James... ce n'est pas bon pour ta mission... »
Je serrai la mâchoire, inspirant un grand cou pour essayer de me calmer. La fumée glissa en sens inverse pour faire disparaître ma tenue. J'eus un dernier instant d'hésitation en regardant mon couteau, avant de le laisser se volatiliser lui aussi. Je ne devais pas faire apparaître Tracker à Poudlard. Il fallait que je me raisonne. Je fixai Lily dormir, un sourire mauvais s'accrochant à mes lèvres. Ce n'était que partie remise.
« Je te tuerai Lily Evans... mais pas ce soir... j'attendrai le moment où ça fera le plus mal... tu seras la première faille que je briserai lorsque l'heure sera venue pour les Maraudeurs de payer... »



Chapitre 7 : Déception

Alors... que pensez-vous de ce chapitre ? Surtout concernant la haine difficilement contrôlable de Prue au sujet des nés-moldus... comment envisagez-vous la suite maintenant que les Maraudeurs ont "déçu" Prue ?

Tags : L'histoire d'un assassin - Partie 1 : L'amour d'un Assassin - tome 1

Leave a comment

We need to verify that you are not a robot generating spam.

See legal mentions

Don't forget that insults, racism, etc. are forbidden by Skyrock's 'General Terms of Use' and that you can be identified by your IP address (54.167.202.184) if someone makes a complaint.

Comments :

  • Dum-Cha

    21/12/2016

    Coucou je suis stupéfaite de la manière dont prue joue avec ses différentes personnalités, si facilement que ca en est presque indécent. Je suis vraiment fan de Cette fiction , elle est tellement pleine de suspense.. ❤️

  • fichp-lifealwaysrestart

    24/08/2015

    Je me demande comment ça va évoluer. Si Lily continueà aller la voir pour l'intégrer, il faut à tout pris que Prue se contrôle. J'aime bien avoir le point de vue de quelqu'un qui déteste les Nés-Moldus, on voit à quel point ils sont aveuglés par le sang.

  • assassin-maraudeurs

    07/03/2015

    Visiteur wrote: "Eh ben... Honnêtement je ne suis pas surprise, on ne découvre pas la haine de Prue envers les Sang-de-Bourbe dans ce chapitre ;) mais bon j'ai peur pour Lilly maintenant x)
    Quant à Prue ça mission va se compliquer si elle ne parvient pas à maîtriser sa haine et ses pulsions :) bon, elle y arrive, puisqu'elle n'a pas tuer Lilly, mais il faut aussi qu'elle arrive à continuer à jouer la comédie ^^
    "

    Ah Prue et ses pulsions... heureusement qu'elle a appris à en maîtriser quelques unes ;)
    merci pour ton avis en tout cas !

  • Visiteur

    07/03/2015

    Eh ben... Honnêtement je ne suis pas surprise, on ne découvre pas la haine de Prue envers les Sang-de-Bourbe dans ce chapitre ;) mais bon j'ai peur pour Lilly maintenant x)
    Quant à Prue ça mission va se compliquer si elle ne parvient pas à maîtriser sa haine et ses pulsions :) bon, elle y arrive, puisqu'elle n'a pas tuer Lilly, mais il faut aussi qu'elle arrive à continuer à jouer la comédie ^^

  • hostfresh-HarryPotter

    23/06/2014

    Je sais pas !!!! Le coup de Burtley était très bien pensé !!! Bravo !

  • harry-potter-8-fic

    27/03/2014

    Encore un magnifique chapitre auquel j'adhère

  • LesrecitsdAnnaNeige

    19/01/2014

    Coucou, j'ai lu ton chapitre 07. On ressent toujours autant la "haine" de Prue envers Lilly. Elle ne se controle pas trop :) Je continue ma lecture x)

  • assassin-maraudeurs

    30/12/2013

    Hp-Prophetie-95 wrote: "J'adore! c'est toujours comme d'habitude super bien écrit.

    On retrouve la prue avec tout c'est idée pour la perté du sang. C'est dommage qu'elle l'a découvert des le début que Lily était née moldu car peut être que si elle avait un peu fait connaissance avant elle n'aurait peut être pas essayer de la tué (enfin pas sur, si je pense qu'elle aurait comme même ue envie de la ). Enfin ce que je veux dire c'est que maintenant elle va tout faire pour ne pas lui parler et du coup elle n'apprendra pas a la connaître. (Je sais pas si tu vois ce que je veux dire) ;)

    On a ue le droit a un meurtre on dirait. En faite si j'ai bien compris elle a pris l'apparence de quelqu'un d'autre pour ensuite prendre les affaires de quelqu'un d'autre et se déguisé en une autre personne, elle a ue de la chance de ne pas s'être fait repérer. Je me demande se qui est arrivé à la personne de qui elle avait pris l'apparence, car elle a due se faire accusé du meurtre et que si je me trompe pas je croyais que preu ne s'en prenait pas au personne innocente. Donc sur se côté je me demandais pourquoi cette personne si elle était méchante où je ne sais pas.

    Voilà je continue ma lecture. ;)
    Bisous :)
    "

    Je vois bien ce que tu veux dire au sujet de lily, mais Prue aura d'autres occasions de changer de point de vue ;)

    Concernant les accusations, étant donné que
    Prue n'a laissé aucune preuve derrière elle, les flics ne pourront pas remonter jusqu'à la personne dont elle a pris l'apparence. Ne t'en fais pas, elle ne fait pas accuser les innocents :)

  • Hp-Prophetie-95

    30/12/2013

    J'adore! c'est toujours comme d'habitude super bien écrit.

    On retrouve la prue avec tout c'est idée pour la perté du sang. C'est dommage qu'elle l'a découvert des le début que Lily était née moldu car peut être que si elle avait un peu fait connaissance avant elle n'aurait peut être pas essayer de la tué (enfin pas sur, si je pense qu'elle aurait comme même ue envie de la ). Enfin ce que je veux dire c'est que maintenant elle va tout faire pour ne pas lui parler et du coup elle n'apprendra pas a la connaître. (Je sais pas si tu vois ce que je veux dire) ;)

    On a ue le droit a un meurtre on dirait. En faite si j'ai bien compris elle a pris l'apparence de quelqu'un d'autre pour ensuite prendre les affaires de quelqu'un d'autre et se déguisé en une autre personne, elle a ue de la chance de ne pas s'être fait repérer. Je me demande se qui est arrivé à la personne de qui elle avait pris l'apparence, car elle a due se faire accusé du meurtre et que si je me trompe pas je croyais que preu ne s'en prenait pas au personne innocente. Donc sur se côté je me demandais pourquoi cette personne si elle était méchante où je ne sais pas.

    Voilà je continue ma lecture. ;)
    Bisous :)

  • Harry-Potter-generationx

    02/12/2013

    Hey ! Me re-voila :)
    Je suis impardonnable ... tellement longtemps que je ne suis plus venue lire ta fiction ... :s Mais je vais me rattraper, je cour lire la suite ^^
    Franchement super chapitre ! La haine de Prue envers Lily est tellement palpable et si bien décrite, juste ... OUAH ! :D
    Et l'année de fait que commencer ... ;)
    Le meurtre dans l'avion était pas mal ^^
    Au début j'me suis dit Prue deviendra "gentille" au bout d'un moment mais en lisant ça je me dit que sa va être vraiment long x) (si elle devient gentille un jour bien sûre)

    Bref je vais vite lire la suite ! :D

Report abuse