Chapitre 9 : Un pas de plus dans leur cercle

 " Ma relation avec les Maraudeurs commence à prendre forme. Et je compte bien profiter de chaque occasion pour renforcer nos liens. "
 

 
Chapitre 9 : Un pas de plus dans leur cercle

 
|21 octobre 1976 – Poudlard  Terrain de Quidditch – 17h|
 
-         Enfourchez vos balais. A mon coup de sifflet... 3 – 2 – 1 !
 
Madame Bibine siffla. Je tapai le pied au sol pour m'envoler et prendre de l'altitude. Deux semaines avant, James m'avait proposé de passer les sélections pour intégrer l'équipe de Quidditch. Inutile de préciser que j'avais accepté de suite. Je m'étais déchirée pour obtenir le poste. Rapide, n'hésitant pas à faire des figures sur le balai voire à le lâcher, précise et puissante au tir, c'est tout ce que James voulait voir pour me choisir. Jouer en équipe implique toujours des moments forts. Les membres doivent être soudés. En gagnant ma place dans l'équipe, je faisais encore progresser ma relation avec les Maraudeurs. Car oui, là encore, ils faisaient parler d'eux. Le groupe quasi complet faisait partie de l'équipe.
James était le capitaine et attrapeur, tandis que Sirius et Remus étaient les deux batteurs. Seul Peter préférait rester dans les tribunes avec ses friandises, en simple spectateur. Heureusement que je m'étais "réconciliée" avec Evans, car elle était également dans l'équipe. Elle, une certaine Cindy et moi formions le trio des poursuiveuses. Le gardien s'appelait Jonathan, et j'avoue que je n'y avais jamais fait attention jusqu'à maintenant.
 
Toute l'équipe avait travaillé dur toute la semaine. J'avais été au centre des entraînements, devant intégrer les bases techniques, les règles, et les principales astuces en très peu de temps. Les autres jouaient au Quidditch depuis plusieurs années. Pour être franche... j'adorais ce sport ! Je le trouvais tout simplement génial ! Il y avait tout pour me plaire. La vitesse, l'action, l'adrénaline, la stratégie. Et surtout, voler ! J'adorais fuser dans les airs et faire des figures. Cela me procurait un sentiment de liberté. Du coup, mon engouement avait du bon, j'apprenais très vite. Heureusement d'ailleurs, car aujourd'hui, l'heure était venue de voir ce que je valais vraiment en jouant mon premier match. Même si ce n'était qu'un match préparatoire au tournoi, personne sur le terrain n'envisageait la défaite.

On se battit pour la victoire comme si le trophée nous attendait au bout. Il y avait une réelle compétition entre les maisons. Ce sport occupait vraiment une place importante dans la vie du château. Élèves et professeurs des quatre maisons se rassemblaient dans les gradins pour encourager les équipes. Les encouragements donnaient du punch, tandis que les insultes nous enragés davantage. Les Serpentard étaient particulièrement exécrables envers les Gryffondor. La rivalité entre les maisons étaient encore plus marquée sur le terrain. Le manque de fairplay me gênait parfois, car je trouvais ce comportement indigne. Une véritable victoire devait être méritée, pour la beauté du sport. Alors, je m'appliquais à ne pas me laisser emporter par les provocations de nos adversaires, préférant répondre en marquant des buts. Je m'en sortais plutôt bien pour une première, j'étais assez contente de mes performances. Je redoutais un peu ce match, car le Quidditch était si important aux yeux des Maraudeurs que je ne voulais pas les décevoir. Si je voulais me rapprocher d'eux, il fallait au contraire que j'excelle.
 
Au bout d'un peu plus d'une heure, alors que je faisais la passe à Cindy pour lui permettre de marquer, je vis James me passer devant à toute allure, poursuivi de près par l'attrapeur des Serdaigle. Il se saisit du vif d'or avec le sourire jusqu'aux oreilles, provoquant instantanément le soulèvement des supporters. J'étais assez impressionnée de voir à quel point ce sport tenait à coeur, aussi bien aux élèves qu'aux professeurs. C'est à peine si j'entendis le coup de sifflet final de Mme Bibine tant il y avait du bruit. Les supporters s'époumonaient joyeusement dans les tribunes pendant que James faisait son tour de terrain en brandissant le vif sous le mauvais oeil de l'attrapeur de Serdaigle. Sirius et Remus foncèrent sur leur frère de coeur et ne s'arrêtèrent qu'au dernier moment, le prenant en sandwich en guise de félicitations. Je volai vers lui moi aussi, rejoint par les deux autres filles. Il parvint tant bien que mal à se détacher de ses amis.

-         Tu es une excellente tireuse Prue ! Magnifique pour ton premier match ! me dit James avec enthousiasme.
-         Merci ! C'est parce que j'ai un capitaine qui me donne de très bons conseils, répondis-je assez fort pour qu'il m'entende malgré les supporters bruyants. Bravo à toi pour ta prise ! Je crois que les Serdaigle te remercient d'avoir mis un terme à cette boucherie !
 
Le restant de l'équipe rigola. Nos adversaires avaient pris un score assez sévère. 360 à 90. Une belle raclée. Il faut dire que Jonathan était aussi excellent pour garder nos buts que Cindy, Evans et moi pour les marquer. J'avais d'ailleurs été assez impressionnée de voir Evans jouer, car là encore, elle était loin d'être incompétente. Si j'avais marqué une dizaine de buts, elle en avait bien mis sept et elle maîtrisait tout aussi bien que moi son balai, dans n'importe quelle position. Si elle pouvait être une "Fleur de Lys" dans l'école, sur le terrain, c'était une vraie lionne ! Cela me rappela mes recherches à la bibliothèque, qui avaient fait l'objet d'une découverte inattendue et m'avaient conduit à des résolutions. Il fallait que j'arrête d'être impressionnée par ses capacités. Elle était comme moi après tout. Comme n'importe qui. Mon habitude à la juger inférieure avait du mal à me quitter. Il fallait que je fasse des efforts pour changer ma mentalité.

J'interceptai un sourire complice entre Sirius et Remus alors que James profitait du prétexte de la victoire pour prendre avec élan sa Fleur de Lys dans ses bras. Celle-ci, prise par l'engouement de la victoire, ne songea pas le repousser. Remus et Jonathan se mirent une bonne tape à l'épaule en raillant nos adversaires. Le regard de Remus s'accrocha au mien, et il me sourit en s'apercevant que je l'observais. Il vola vers moi et me pris dans ses bras dans un élan qui me surprit un peu. Cependant, il ne me vint pas à l'esprit de le repousser.
 
-        Tu as vraiment super bien joué pour ton premier match !
-        Merci ! Et toi bravo pour ta défense avec les Cognards. C'était impressionnant !
 
L'adrénaline que j'avais eu pendant tout le match me rendait un peu fébrile maintenant que c'était terminé. Je me séparai de Remus lorsque James se tourna vers nous.
 
-       Bon boulot tout le monde, félicita James. Vous avez très bien joué ! On va écraser Serpentard lors du match d'ouverture.
 
* Oh... je sens que j'aurai un peu trop le soleil dans les yeux avant de tirer ce jour-là... ce sera difficile de viser juste *
 
-         Décidément... douée en cours, douée au combat, douée en Quidditch... douée dans d'autres sports ? taquina Sirius avec un sourire entendu et un regard charmeur en venant à ma hauteur.
-          La plupart, renvoyai-je avec un sourire qui se voulait amical.
 
Il profitait vraiment de la moindre occasion pour tenter une approche. Ça me désespérait. Il rigola doucement.
 
-        Bon, c'est pas que la conversation me déplait... mais l'heure de ton bizutage a sonné, me dit Sirius.

La bonne blague... il pensait réellement pouvoir me bizuter ? Moi ? Le boulet. J'allais lui faire brouter l'herbe !



-        Tu tiens à atteindre le sol plus vite que prévu Sirius ? narguai-je.
 
Sirius ne perdit pas son sourire provocateur. C'est là que je me rendis compte que les autres membres de l'équipe, ayant fini de se féliciter, s'étaient tous tournés vers moi, avec un air qui ne présageait rien de bon. Lorsqu'ils s'élancèrent tous en même temps dans ma direction, je pris un virage à sec et fonçai sans réfléchir davantage. Je n'eus même pas le temps de sortir du terrain : un Cognard me coupa la route, me faisant effectuer un écart qui permit à Sirius et James de me prendre en sandwich. Bien vite rejoint par les autres, je me retrouvai cernée. Remus arriva à son tour, le sourire aux lèvres en tenant sa batte.
 
-         C'est toi l'enfoiré qui leur a permis de me rattraper ? maugréai-je.
 
Il éclata de rire devant ma mine blasée. Mes coéquipiers me tenaient fermement pour m'empêcher de prendre la poudre d'escampette.
 
-         T'as qu'à être plus rapide, me répondit Remus avec un clin d'oeil.
 
Je grommelai, me laissant mener tranquillement hors du terrain par la voie des airs.
 
-      Alors, qu'est-ce qu'on va bien pouvoir te faire... ? me demanda Sirius sans vraiment attendre de réponse.
-          Si mes souvenirs sont bons... elle nous a tous mis à la flotte il y a quelques temps non ? fit semblant de se rappeler James.
-          Oh mais c'est vrai Jamesie, tu as tout à fait raison ! continua Sirius.
-          Je ne vous pensais pas si rancuniers... ça fait presque trois semaines !
-        L'honneur des Maraudeurs doit être racheté ! dit James sur un ton théâtrale. Et puis c'est la coutume après le premier match...
 
Je soupirai. S'il fallait passer par là pour vraiment faire partie de l'équipe...
Nous étions arrivés au niveau du lac, à environ huit de mètres au-dessus.
 
-         Rien de tel qu'une bonne douche ! Tu en as besoin après t'être donnée pendant plus d'une heure, me chambra Remus.
 
J'eus un sourire en coin en le plantant du regard.
 
-            N'affiche pas cet air ravi Remus, je comptais venir la prendre avec vous dans les vestiaires !
-             T'es sérieuse ?! s'exclama Sirius, démarrant au quart de tour.
 
Je tournai la tête vers lui, lançant un regard charmeur. Je l'agrippai par sa tenue d'une main, me rapprochant avec le sourire aux lèvres.
 
-            Tu en doutes ?
 
Je le fis basculer, me laissant tomber avec lui tout en me servant de la télékinésie pour emporter le restant de l'équipe dans ma chute. L'atterrissage dans l'eau froide me donna l'impression de sentir un étau tout autour de moi tellement la température me saisit. Je nageai rapidement à la surface. Sirius pestait de s'être fait avoir encore une fois, tandis que les autres rigolaient. Je rejoignis le rebord, n'ayant que l'envie de sortir. Je portai ma main à la taille par réflexe et poussai un juron en me rappelant que je ne pouvais pas avoir de baguette lors d'un match. Et je ne voulais pas me servir de mon pouvoir sur le feu devant les autres. Ma capacité à me servir de la magie sans baguette pouvait attirer trop de curieux, et je ne tenais pas à ce qu'on s'intéresse à mon cas. James me mit une tape à l'épaule en passant à côté de moi.
 
-           Je ne désespère pas que Sirius parvienne un jour à avoir le dernier mot sur toi.
 
J'affichai un air un peu moqueur.
 
-            Moi je ne parierais pas, dit Remus en me lançant un clin d'oeil.
-            C'est perdu d'avance, dit Evans en emboitant le pas à James.
-            Merci pour le soutien, lança Sirius. Toujours un plaisir.
-     Ne sois pas blasé, tes amis sont juste réalistes, répondis-je avec provocation.
 
Sirius grommela en guise de réponse. Trempés et frigorifiés, on se dirigea en toute hâte vers le château. Une fois sur le territoire des Lions, je restai dans la salle commune près du feu, laissant mes deux autres coéquipières passer devant pour se doucher. Je souris en voyant que Remus en faisait de même. On prit place dans des fauteuils. Je poussai un soupir, ayant un coup de barre en laissant retomber l'adrénaline du match. Nous nous étions bien dépensés, j'étais un peu fatiguée maintenant.
 
-            Alors, ton premier match ? demanda Remus.
-          J'ai adoré ! Il y a vraiment une bonne équipe, et une ambiance de feu dans les gradins !
-            Oui, ça donne des ailes d'avoir des supporters pour nous encourager.
-            C'est clair... ça fait longtemps que vous êtes dans l'équipe ?
-       Depuis qu'on a l'âge, c'est à dire lors de notre deuxième année. On s'est fait sélectionner tous les trois en même temps. Et puis l'an dernier, James est devenu capitaine.
-            Vous avez gagné la coupe combien de fois ?
-            Chaque année, dit Remus avec un sourire.
-            Les Maraudeurs frappent encore et toujours, plaisantai-je.
-            Exact. Nous n'avons perdu que très peu de matchs ces dernières années.
-            Impressionnant.
 
Le silence tomba. Mon regard s'était accroché aux flammes dans la cheminée. J'aimais être près du feu. Ça m'apaisait. Et j'en profitais. Il n'y avait pas trop de bruit dans la salle commune, alors c'était vraiment agréable de pouvoir rester posée un peu. Me sentant fixée, je détournai mon regard des flammes vers Remus. Il sourit faiblement, avec ce calme qui ne semblait jamais le quitter.
 
-              Tu as l'air fatigué, dit-il.
-              C'est toi qui dis ça ? plaisantai-je.
 
Remus hocha la tête, son sourire s'élargissant.
 
-              Moui, c'est vrai que je ne suis pas le mieux placé.
 
Je laissai passer quelques secondes, m'attardant un peu dans l'observation de son visage. Remus avait toujours un air fatigué et un peu maladif, avec des cernes prononcées.
 
-              C'est le contrecoup du match... dis-je pour répondre à sa première remarque. Une bonne nuit de sommeil et ça ira mieux demain.
 
Remus afficha une mine peu convaincue, attisant ma curiosité. Quoi, qu'est-ce qu'il avait à sourire comme ça ?
 
-                  Tu as le même air depuis qu'on se connait...
-                  Tu as l'air de bien m'observer... répondis-je malicieusement.

Il rigola, et j'eus à nouveau l'occasion de voir cette lueur pétillante dans ses yeux. Cette même lueur qui parvenait à éclairer son visage jusqu'alors fatigué. Comme si, alors que tout son être était au repos, ses yeux étaient vifs. Malicieux. Pénétrants... Déstabilisants.
 
-                  Prue ?
-                  Hmm ?
-                  Je t'ai réveillée ou quoi ? plaisanta Remus.
 
Je ricanai.
 
-              Excuse-moi, tu disais...?
-             Que penses-tu de Lily maintenant que vous vous connaissez davantage ? reprit Remus.
 
Mon coeur se serra immédiatement, balayant les agréables pensées qui me traversaient la tête. C'était encore un sujet sensible... car je pensais à chaque fois aux innocents que j'avais tués, et ça m'était assez insupportable d'avoir ça sur la conscience.
 
-             Tu avais raison... c'est une fille vraiment sympa.
-             Je suis content que vous vous entendiez bien... j'avoue que je ne l'aurais pas cru au départ.
-             * Moi non plus *. Ah bon ?
-             Oui, elle te trouvait un peu trop agressive sur les bords.
 
J'eus un faible sourire. C'est vrai que j'étais d'un naturel assez... froid et mordant. Mais alors avec elle, je n'avais vraiment pas fait d'effort avant que je fasse mes découvertes. Erreur dans laquelle je ne m'enfoncerai pas davantage, même si je ne compte pas devenir "amie" au sens propre du terme. Disons que sa présence ne m'indisposait plus en me provoquant des pulsions meurtrières.
 
-             J'avoue ne pas avoir un caractère évident.
-        C'est qu'au premier abord, rassura Remus. Il faut juste passer la première barrière pour se rendre compte que t'es sympa en fait.
 
Je reportai mes yeux sur lui, remarquant la malice dans les siens. Ma première barrière... l'expression me fit sourire.
 
-             Merci, dis-je.
 
A nouveau le silence s'imposa. Mais avec lui, je ne sais pas si on pouvait réellement parler de silence... étant donné que l'échange se poursuivait à travers nos regards. C'est incroyable tout ce que j'avais l'impression de lire dans ses yeux... sans parvenir à mettre des mots dessus.
 
-             ... Sympa mais vraiment pas bavarde, ajouta Remus en rigolant.
 
Je ricanai, arrêtant mon analyse pour rester dans la réalité. 
 
-        Excuse.
-        Tant que j'y pense... comment as-tu réussi à tous nous faire tomber tout à l'heure ?
-        Ah ah, secret, fis-je énigmatique.    
 
Remus sourit en secouant la tête. Je ne voulais pas révéler mes pouvoirs particuliers.
 
-           Prue ? appela une voix derrière moi que j'identifiai comme celle de Cindy.
 
Je me retournai.
 
-           Hmm ?
-           La place est libre, Lily se douchera après toi, elle doit appeler ses parents.
 
Cela me fit sourire. "Appeler" ses parents. C'était bien une expression réservée aux moldus ça, avec leur téléphone.
 
-            Ok, merci de m'avoir prévenue, dis-je en me levant.
 
Je fis un signe de tête à Remus.
 
-            On se rejoint dans la Grande Salle pour le repas ? demanda-t-il.
-            Oui. A tout à l'heure.
 
Je fus contente de partir à la douche après avoir autant transpiré. Dix minutes après, je sortais et m'habillais en vitesse. En attendant l'heure du repas, je montai sur le large rebord de la fenêtre pour regarder au-dehors, me calant pour réfléchir.
Une heure plus tard, je quittai mon dortoir pour rejoindre la Grande Salle. Le repas allait bientôt être servi. Les Maraudeurs étaient déjà assis, discutant probablement du match. James me remarqua de suite.

-         Hé Prue ! Par ici !
 
* Ils ont un vrai radar c'est pas possible... *
Je me dirigeai vers eux sans me presser. Je croisai une fois de plus le regard ambré de Remus en m'installant, ce qui me déstabilisa. Je me cognai le genou en enjambant le banc, ce qui me fit serrer la mâchoire instantanément.
* Putain de... *
 
-         Dis-moi, Prue, on se demandait... Où passes-tu tes vacances ? demanda Sirius.
-         Et bien –
 
Je me stoppai nette.
* Argh j'ai failli le dire ! *
 
-         ...à l'orphelinat. Je ne vois pas où je pourrais les passer sinon.
-         Ici bien sûr !
s'exclama Peter.
-         Sérieux ?
-         Oui ! Tu peux rester si tu veux ! Il faut juste t'inscrire.
-       Ah... je ne savais pas. * Par pitié nooooon ! Je veux retrouver ma liberté pendant deux semaines ! Pouvoir vadrouiller, vaquer à mes occupations, tuer une ou deux – stop ! Je m'égare * Eh bien... je vais voir.
-         Ce sera toujours mieux que d'être seule dans ta chambre là-bas,
me lança Remus.
 
Que répondre ? Comment me défiler ? La vérité, c'est que je n'étais pas souvent dans mes appartements au manoir de mon père. Quand je n'étais pas en mission, je partais en repérage, cherchais de nouveaux contacts... je me tenais au courant de ce qu'il se passait dans le milieu. J'avais toujours quelque chose à faire, je n'avais pas le temps de m'ennuyer. Quitter Poudlard deux semaines me ferait beaucoup de bien pour retrouver ma liberté et mes habitudes... bon sang j'en avais tellement besoin. Sans oublier que j'avais reçu un nouvel ordre d'exécution de la part de mon père. La seule chose que je savais, c'est  que je devrai opérer pendant les vacances de noël. Je ne pouvais pas me permettre de manquer ça. Je savais que la mission allait me demander un peu de préparation.
D'un autre côté... deux semaines à Poudlard sans le moindre cours était une opportunité en or pour passer plus de temps avec les Maraudeurs et m'en rapprocher davantage. La tueuse en moi réclamait sa liberté, mais ma raison me rappelait à l'ordre. Je ne pouvais pas non plus manquer l'occasion de m'avancer davantage dans leur cercle. Les liens qui se tissaient en dehors de la période scolaire étaient toujours plus solides.
 
-         ...Ok. Je reste, finis-je par dire.
 
Ça ne m'arrangeait pas, mais je sentais que c'était la bonne décision.
* Pense au bien de ta mission avant tes préoccupations personnelles... *
 
-         Super ! On pourra en profiter pour passer un peu plus de temps ensemble, dit Sirius avec enthousiasme.
-         * Ça te réjouit autant que ça me mine...* J'en serais ravie. Par contre, je devrais sans doute m'absenter quelques jours.
-         Pourquoi ? interrogea James.
 
Pour pouvoir reprendre mes activités qui commençaient sérieusement à me manquer.

-       Voir la directrice un peu, dis-je calmement. Elle a toujours été très gentille avec moi, ça lui fera plaisir que je passe un peu de temps avec elle. Je lui dois bien ça.
-           Oui, normal.
 
Le repas commença dans la bonne humeur, le sujet étant principalement tourné sur les projets des Maraudeurs pendant les vacances. Et puis, la conversation glissa sur les cours, et j'en profitai pour l'orienter à mon intérêt.
 
-       Au fait, j'y repense, les profs parlent beaucoup d'orientation ces temps-ci... je ne vous ai jamais demandé... vous voulez faire quoi plus tard ?
-         Auror, répondirent les garçons en c½ur.
-    Et bien au moins vous êtes d'accord, plaisantai-je un peu étonnée par leur unanimité.
 
Hmm, s'ils devenaient effectivement Aurors, il y avait des risques que la prophétie se réalise. Père avait eu raison de m'envoyer ici... il fallait que je garde un oeil sur eux. Ils n'étaient pas encore redoutables bien sûr, ils n'étaient que des étudiants, un peu gamins sur le bords. Mais avec la maturité et l'expérience du terrain, ils avaient le potentiel pour devenir nos ennemis... et donc mes cibles.
 
-          Pourquoi ce choix ? repris-je, saisissant l'occasion de les entraîner sur ce sujet.
-      Défendre la justice en enfermant les criminels... ça me semble être une bonne motivation, répondit James.
 
Mon regard s'abaissa, mes pensées s'égarant malgré moi. J'eus un faible sourire en revoyant quelques souvenirs que je chassai rapidement. Oui, c'était une noble cause.
 
-         J'ai toujours rêvé de chasser des mages noirs, dit Peter entre deux bouchées.

Un peu plus surprenant venant de la part d'un froussard.

-         Parce que je suis le digne fils d'experts triple C, lâcha Sirius.
 
Je haussai un sourcil interrogateur, pressentant encore une connerie.
 
-         Crétin, Criminel, Connard, précisa Sirius. Il faut bien que quelqu'un s'occupe de les enfermer un jour.
 
Je m'efforçai de sourire pendant que les autres rigolaient, alors qu'à l'intérieur je devais me battre contre mon instinct meurtrier pour le rendormir. Une immense envie de lui tordre le cou me submergea. Sirius avait un véritable don pour réveiller ma colère. La famille Black était très proche de mon père, et sans doute LA famille la plus respectée dans le milieu. Orion était le Mangemort que j'appréciais le plus. Il était plus qu'un serviteur pour mon père. Je ne sais pas si on pouvait lui attribuer le statut « d'ami », car je doute que mon père ait connu ça un jour, mais en gros c'était ça l'idée. Malgré sa cruauté parfois insupportable, je savais qu'on pouvait compter sur lui. Il était fidèle et fiable, deux qualités rares et requises dans notre travail.
 
-         Ce n'est pas le grand amour toi et ta famille à ce qui parait., dis-je les dents serrées.
-     En effet. Ce sont des pourritures. Je suis bien content de ne plus avoir à les supporter en dehors de Poudlard. !
 
Je fronçai les sourcils. Comment ça il n'avait plus à les supporter ?
 
-         Je ne vis plus avec eux depuis juin dernier, expliqua Sirius en réponse à mon air étonné.
 
J'avais beau avoir souvent l'occasion d'entendre parler de Sirius Black, Orion ne s'était jamais vanté de cet évènement. Je n'osais imaginer la haine du père envers son fils après cette fuite. Car oui, il s'agissait bien d'une fuite. Sirius avait réussi à filer entre les doigts de ses parents, échappant au destin de Mangemort qui lui était destiné. Même s'il n'y avait aucune chance pour que Sirius le devienne un jour, j'étais persuadée qu'Orion devait très mal vivre de ne plus pouvoir le châtier.
 
-           Je vis chez James, termina Sirius.
-       Cool !

Diable que le père de James avait dû se régaler au Ministère de narguer Orion.

-         Ça tu peux le dire ! Je mange, j'ai une vie normale avec des gens normaux, et je suis avec mon frère de c½ur ! Que du bonheur ! rigola-t-il.
 
Ses paroles me détachèrent du présent momentanément. Je regardai ailleurs, mes pensées s'égarant sans que je parvienne à les contrôler. C'est dans ces moments-là que je me rendais compte à quel point la douleur était toujours enfouie dans mon être. Que le manque était bien réel. Et par-dessus tout, cette culpabilité au souvenir d'une promesse toujours pas honorée.
 
-         J'imagine, oui... soufflai-je la gorge un peu serrée.
-         Et toi ? Que comptes-tu devenir ?

Je souris faiblement. Moi ? J'étais une tueuse en pleine montée en puissance, et je comptais bien continuer.

Auror aussi.
-         T'as toujours voulu faire ça ? demanda James.
-       En fait, je veux être sur le terrain. Peu importe du moment qu'il y a de l'action. Donc tout ce qui est flic, Auror, ou même militaire, ça m'attire.
-         Toi dans l'armée ? s'étonna Sirius.
-         Où est le problème ? demandai-je, ne comprenant pas sa surprise. Il y a pas mal de filles dans l'armée je te signale.
-         Oui, je sais. Mais disons que tu fais très...
 
Il regarda vers ses amis avec un large sourire et je fronçai davantage les sourcils. Je faisais très quoi ?
 
-        ...femme, finit-il en me regardant avec un sourire appréciateur.
-         Ah parce qu'on peut l'être plus ou moins ? rigolai-je.
-      Non, ce que je veux dire, c'est que même si tu n'es pas précieuse comme ces demoiselles et que tu ne sembles pas avoir froid aux  yeux, voir une si belle fille en uniforme militaire pour te battre et tuer... c'est un peu comme voir Peter au régime.
 
Je ne pus m'empêcher de rire. S'il savait !
 
-         Je suis certaine de bien porter l'uniforme, dis-je avec un clin d'½il à l'adresse de Sirius auquel il répondit de son plus beau sourire.
 
Remus s'amusa encore une fois à plonger son regard dans le mien quand je commençai à retrouver mon calme, et son intensité me dérouta. Je ne pouvais pas croiser son regard sans repenser au passé, sans sentir ce courant électrique se propager et me faire tressauter le c½ur. Comme si ça ne suffisait pas, cette couleur dorée absolument fascinante m'empêchait de détourner le regard, prolongeant ces instants électriques. C'était limite insupportable d'être troublée de la sorte.
 
-         Et toi Remus... ? Tu n'as pas répondu à la question tout à l'heure... pourquoi devenir Auror ? rappelai-je pour le reprendre.
-         J'aime la chasse... et c'est encore plus excitant quand la proie est en fait un prédateur.
 
Ses paroles me firent sourire. C'est fou comme on pouvait se ressembler parfois. Je n'étais pas étonnée de sa réponse, car sa personnalité collait très bien avec ce job. Je n'avais aucun mal à l'imaginer sur le terrain. Il était calme, observateur et intelligent, un bon profil pour un enquêteur. Ses sens sur-développés seront un véritable atout dans sa carrière.
 
-         En parlant de chasse, à quand votre prochaine excursion ? demandai-je pour changer de sujet.
 
Remus parut quelque peu surpris. C'était la première fois que je m'y intéressais. En fait, je parlais très peu avec lui. Nos échanges étaient souvent silencieux... et visuels. Tout passait par le regard, et j'avais du mal à garder le dessus sur lui. Ça me frustrait d'ailleurs. Je dominais toujours normalement. Je ne détournais jamais les yeux. Avec lui c'était plus compliqué, raison pour laquelle je préférais engager la conversation. Là en général, le duel s'équilibrait.
 
-         Le 24 novembre, répondit Remus. Je t'inscris à la liste des participants ? ironisa le lycanthrope en me lançant un regard dont il avait le secret pour me mettre mal à l'aise.
-         Si gentiment proposé, j'accepte.
 
Ce fut à son tour d'être déstabilisé, à ma plus grande satisfaction. Il afficha un air un peu choqué, comme s'il n'en croyait pas ses oreilles.
 
-           Euh Prue, je plaisantais.
-           Pas moi.
-       Tu ne peux pas nous accompagner pendant... mon problème de fourrure, rappela Remus catégorique. 
-         Bien sûr que si je le peux, rétorquai-je en le plantant du regard.
-         ... Tu te sens bien ? demanda-t-il inquiet comme si j'étais gravement malade. Ou tu es complètement inconsciente du danger ?
-         Quel danger ? pouffai-je.
-       Tu ne sais pas de quoi je suis capable dans ces moments-là, murmura sombrement Remus.
-        Tu ne les as jamais tués que je sache, fis-je remarquer en désignant ses amis.
-         C-C'est vrai. Mais... il y a un risque.
-         Je suis prête à le prendre.
-         Pourquoi ?!
 
Remus était choqué, ne comprenant pas ma volonté. Moi, j'étais exaspérée par son attitude. Il n'y a que les Maraudeurs qui semblaient amusés. Je réfléchis rapidement pour trouver une raison crédible à ma proposition. Pourquoi le voulais-je ? J'avais tant de raisons...
« Pour te déstabiliser Remus Lupin... pour faire un pas de plus dans votre cercle... »
Je baissai les yeux une fraction de seconde.
« Et par-dessus tout pour revoir le loup qui est en toi... encore une fois »
 
-         Maintenant que nous avons fait connaissance sous forme humaine, il est temps de découvrir notre côté sauvage, dis-je avec un clin d'½il, essayant d'afficher une mine assurée.
-         On peut très bien le faire en-dehors des nuits de pleine lune... ce sera bien moins dangereux.
 
Je me renfrognai. Il allait être difficile à convaincre. Il se sentait dangereux... comment le rassurer ?
 
-        Ce n'est pas dangereux, assurai-je.
-        Pourquoi tu tiens tant à assister à... à ça ? dit-il avec dégoût.
-      Vous êtes présents pour moi depuis le début de l'année... j'ai envie de renvoyer l'ascenseur.
-         Je ne peux pas accepter, conclut Remus.
 
Je soupirai, sentant la colère m'envahir. Je n'aimais pas que les choses ne se passent pas comme je l'avais prévu. J'avais décidé de les accompagner, je le ferai, qu'il le veuille ou non !
 
-         Putain Remus tu fais chier... lâchai-je.
 
Changement de méthode. Remus me regarda avec surprise. C'était la première fois que je m'énervais contre lui.

-       Tu es toujours en train de te sentir dangereux, monstrueux... putain mais c'est qu'un loup qu'il y a en toi, pas de quoi en faire un drame ! Arrête de repousser ceux qui essaient de t'approcher comme si tu avais une maladie contagieuse !
 
Remus ouvrit la bouche mais la referma de suite, détournant le regard. Il fallait que je brise cette saloperie de muraille qu'il avait construite entre lui et les autres. Sinon, je ne pourrais jamais l'atteindre.
 
-         Remus... tu as toujours décidé pour les autres... Laisse-lui une chance... souffla James avec une lueur dans les yeux.
-          Tu appelles ça une chance ?! s'emporta vivement le lycanthrope en le foudroyant du regard.
 
Sa réplique me piqua dans la poitrine sans que je sache pourquoi. Ses paroles étaient imprégnées de douleur et je n'eus aucune difficulté à la ressentir. Remus détestait sa forme animale.
 
-           Bien sûr, dis-je doucement en retrouvant mon calme.
-      Je suis un monstre, Prue. Même si tu ne le vois pas, c'est ce que je suis, murmura-t-il furieusement pour pas que les autres entendent.
 
Alors celle-là c'était la meilleure ! Quelle ironie ! Il n'était pas en train d'échanger les rôles à tout hasard ?!

-         Un loup Remus. Juste un grand loup. Qui prend le dessus une fois par mois. Il n'y a rien de monstrueux là-dedans, je te l'ai déjà dit. Après, je sais que... on ne se connait presque pas et je te propose ça, d'un coup. Mais j'ai vraiment envie...de faire votre connaissance à tous... totalement.
 
Son visage exprimait l'inquiétude, le doute... Mes yeux balayèrent les trois cicatrices qui lui barraient le visage en forme de griffure et la pointe s'enfonça un peu plus dans ma poitrine. Je retins un geste vers lui et secouai la tête pour reprendre mes esprits. J'avalai péniblement ma salive pour essayer de faire passer la boule qui me serrait la gorge. Pourquoi cette soudaine envie de passer doucement mes doigts sur ses cicatrices ? Pourquoi ce malaise ? Il fallait que je me reprenne.
 
-         On fait l'essai et si ça devient trop risqué, je partirais, repris-je en essayant de reprendre le contrôle.
-         J'espère seulement que tu es consciente de la tournure que peut prendre cette décision.
-         J'espère seulement que tu es conscient d'à quel point je m'en tape ! renvoyai-je.
 
Il parut choqué.
 
-         Je n'ai pas peur Remus, assurai-je. Il n'y a pas de quoi.
-         Tu te trompes.
-         Non. C'est toi qui te fais une mauvaise opinion sur ta personne. Tu as trop laissé les préjugés des gens au sujet des loups-garous t'envahir.
-         Est-ce que tu sais le nombre de victimes qu'il y a chaque année ?
-         Tu ne peux pas payer pour les mauvais actes des autres. Les lycanthropes qui ont goûté au sang humain ne sont pas tes semblables. Toi tu prends tes précautions. Tu fais en sorte de ne blesser personne. C'est ce qui fait de toi un simple loup-garou...et des autres des monstres. Ne te compare jamais à eux.
 
Cette fois j'avais réussi à lui couper le sifflet. Je vis de l'émotion passer dans ses yeux avant qu'il les baisse.
 
-         Tu te transformes en quoi ? me demanda Sirius  pour briser le silence.
-         En louve. En louve noire...
 
Remus retrouva bien vite son sourire.

-         En fait tu serais venue même si j'avais refusé, dit-il.
 
Il releva la tête pour plonger son regard dans le mien, et cette fois je perdis pied. La lueur qui traversait ses yeux à cet instant était magnifique. Encore plus que d'habitude. Une lueur difficile à interpréter. Je n'arrivais pas à m'en détacher. Il avait retrouvé toute son assurance en moins d'une seconde... et c'était à mon tour de perdre la mienne. Comment faisait-il cela ?
 
-         Pourquoi tu dis ça ? soufflai-je.
-         Tu sors la nuit sous ta forme animale.
 
Comment l'avait-il découvert ? Ça, aucune idée. Mais à vrai dire, j'étais incapable de réfléchir.
 
-         ...Que les soirs de pleine lune, avouai-je. Comment tu le sais ?
 
Il me prit le bras gauche avec douceur et remonta un peu le poignet de force que je portais depuis la dernière pleine lune, mettant à jour ma blessure. Je frissonnai en sentant ses doigts passer doucement sur l'entaille encore visible dans la chair. Douée pour tuer, mais pas pour soigner, je n'avais pas réussi à guérir complètement l'entaille.
 
-         Tu n'es pas la seule à observer les cicatrices des autres... renvoya Remus.
 
Je déglutis, me souvenant de la conversation à Pré-au-Lard, dans le bar des Trois Balais. Sauf que là, c'était à moi de me faire dévoiler.
 
-         Pourquoi as-tu pris la défense d'un loup-garou inconnu ?
 
Parce que tu n'étais pas un inconnu... mais un mystère.
 
-   Je t'ai déjà dit que le loup était mon animal préféré. Je ne pouvais pas regarder tranquillement le centaure abattre un loup sans rien faire.
-         Il savait pourtant que j'étais un élève...
-         Je sais, j'ai assisté à la conversation entre Dumbledore et le chef des centaures.
-         Je ne vous remercierai jamais assez tous les deux...
-         Moi aussi je te dois la vie...
-         Ah bon ?
-         Juste après mon intervention, le centaure a réussi à me clouer au sol. Je ne crois pas que ma tête aurait ses sabots dans ma tête... tu lui as sauté dessus juste à temps.
 
Il sourit, un peu étonné malgré lui.

-         On se protège mutuellement, dit-il dans un souffle.
 
Il fit glisser sa main sur mon bras en la retirant, et j'eus l'impression de me sentir libérée d'un poids énorme. Il fallait vraiment que j'arrive à contrôler l'effet qu'il avait sur moi. C'était insupportable de me sentir fébrile comme ça. Et pourtant, il n'arrivait pas à m'énerver. Au contraire... ces moments déstabilisants étaient agréables. Un peu comme une drogue. On sait que c'est mauvais, mais le plaisir est trop intense sur le coup pour y renoncer. J'avais plutôt intérêt à ne pas tomber dans l'addiction, car son emprise me déstabilisait au plus haut point. Je n'arrivais pas à reprendre le dessus avec lui. Ça devrait me faire sortir de mes gonds qu'il me touche comme ça sans me demander la permission. Ça devrait...
 
-          Tu verras... dit Sirius. Tu vas adorer nos excursions.
-          Je n'en doute pas.

J'avais hâte d'y être désormais.

 

~ Point de vue de Remus ~

 
J'étais assez troublé par l'attitude que Prue avait eu toute la soirée. Plus je la découvrais, et plus elle me captivait.
D'abord avec son désir d'être sur le terrain plus tard, en action.
Puis sa fascination pour les loups.
L'assurance dont elle fait preuve en sortant sous sa forme animale pendant les nuits les plus dangereuses du mois.
Son courage pour affronter un centaure.
Prue était une fille fière et sûre d'elle. Rien ne semblait pouvoir se dresser sur son chemin. Personne ne semblait capable d'avoir le dessus sur elle. La détermination brillait dans ses yeux. Elle réussissait dans tout ce qu'elle entreprenait. Elle avait de la répartie. Du charisme. Du charme.
J'adorais lire tout ça en elle en la regardant. Seul moment où je la sentais déstabilisée d'ailleurs. J'avais beau sentir qu'elle n'appréciait guère mes analyses, je ne pouvais pas m'en empêcher.
Avoir la confirmation que c'était bien elle qui m'avait sauvé ne faisait que renforcer le magnétisme auquel j'étais soumis. Je n'aurais peut-être pas dû dévoiler sa blessure sans son autorisation... mais je n'avais pas pu résister au prétexte de la toucher. On ne rencontre pas une fille attirée par le danger tous les jours. Elle n'avait pas peur de moi. Pas peur de ma condition. Elle s'en fichait en fait. Elle avait envie de me rencontrer sous ma forme la plus dangereuse. J'ignorais d'où pouvait lui venir cette fascination pour les loups... ni un tel désir de connaître le monstre qui séjournait en moi. C'était tellement improbable. Incompréhensible.
J'avais beau craindre la prochaine pleine lune, car j'ai toujours peur de ce que je pourrais faire, je savais au fond que tout irait bien. Une louve de sa trempe ne pouvait pas déplaire à la bête que je suis.
J'interceptai un clin d'½il entre Sirius et James et me souvins de leur pari. Je me reportai sur Prue, qui détourna immédiatement ses yeux des miens pour s'intéresser à son assiette, me décochant un sourire.
Peut-être que je me faisais des films moi aussi, mais une chose était certaine : mon regard la déstabilisait. Raison pour laquelle je n'étais pas prêt d'arrêter de jouer avec.
 
 
Chapitre 9 : Un pas de plus dans leur cercle
 
 
Et voilà pour ce chapitre ! J'espère qu'il vous a plu. Vos réactions sont toujours autant attendues  =)
Ayant un (agréable) imprévu  pour la soirée, je ne posterai le "mot de Tracker" et l'aperçu du prochain chapitre que demain, veuillez m'en excuser.
Je vous souhaite un bon week-end !
 
 

Tags : L'histoire d'un assassin - Partie 1 : L'amour d'un Assassin - tome 1

Leave a comment

We need to verify that you are not a robot generating spam.

See legal mentions

Don't forget that insults, racism, etc. are forbidden by Skyrock's 'General Terms of Use' and that you can be identified by your IP address (54.167.202.184) if someone makes a complaint.

Comments :

  • Dum-Cha

    21/12/2016

    Coucou, je suis heureuse de faire la lecture de ce Chapitre. Je suis accro à Cette fic .

  • fichp-lifealwaysrestart

    24/08/2015

    Ca fait du bien de voir que quelqu'un peut venir à bout même des plus robustes... Etonnant que Prue soit déstabilisée par un simple regard... J'ai hâte de voir comment ça va évoluer entre elle et Remus.. Et aussi la prochaine pleine lune. C'est original cette idée de mettre Lily dans l'équipe, dans les fictions on la compare trop souvent à Hermione je trouve...

  • x3-Hogwarts-x3

    13/03/2015

    Coucou !
    Encore un bon chapitre ;)
    J'aime bien le début, le match de Quidditch, c'est agréable ce genre de passage léger, on s'attache plus à Prue comme ça, on la découvre mieux ;)
    Et Remus à l'air vraiment admiratif, intrigué aussi, j'ai hâte de voir leur relation évoluer !
    J'ai une question à propos du Quidditch, c'est ton idée où c'est vrai que Remus faisait partie de l'épquipe ? Bon pour James il n'y a aucun doute, pour Sirius j'avoue que je ne sais plus, et Remus je ne me souviens absolument pas que l'histoire l'évoque comme un ancien joueur, du coup je me demandais ^^'
    Et aussi, comment Lilly est-elle sensée appeler ses parents ? Avec un téléphone ? Il y en a à Poudlard ? x)
    En tout cas j'ai hâte de voir comment va se passer la prochaine nuit de pleine lune ;)
    A bientôt !

  • hostfresh-HarryPotter

    23/06/2014

    A croire que je me suis plantée, il y a combien de temps écoulé depuis le pari ???

  • assassin-maraudeurs

    26/04/2014

    aliseevila wrote: "Juste un petit commentaire pour te dire que je n'ai pas abandonné ton histoire. J'avance petit à petit dans ma lecture. à bientôt."

    Ok souci =) Bon week-end, à bientôt

  • aliseevila

    26/04/2014

    Juste un petit commentaire pour te dire que je n'ai pas abandonné ton histoire. J'avance petit à petit dans ma lecture. à bientôt.

  • Love-Dramione-220987

    12/04/2014

    ce chapitre est génial, surtout que ca se passe souvent entre prue et remus. J'ai vraiment bien aimer. Les discussions de Prue et Remus sont toujours captivante je trouve, on voit qu'il y a quelque chose de special même si ils ne le savent pas.

  • harry-potter-8-fic

    27/03/2014

    Je me répète à chaque fois mais j'ai encore adoré ce chapitre.
    On voit vraiment petit à petit l'évolution de Prue.

    Je reviens très vite pour lire la suite.
    Bisous

  • assassin-maraudeurs

    31/12/2013

    Hp-Prophetie-95 wrote: "J'ai adoré, comme toujours !!

    C'était et très bon match !! Et le bizutage était plutôt marrant surtout qu'il on tous se fini dans l'eau. J'ai une petite remarque au moment de la douche lily appel ces parents alors que les apereille électrique ne marche pas dans poudlard mais se n'est pas très grave.

    Alors il se prépare pour passer une pleine lune ensemble ça m'a étonné mais bon ça ne leur fera pas de mal. Je me demande d'ailleurs se qu'il va se passer . On voit que Prue et Remus se rapproche déjà qu'il la destabilise.

    J'ai vraiment adoré je continue ma lecture. ;)
    Bisous :)
    "

    Ah merci pour la remarque au sujet du téléphone, j'avais oublié qu'ils ne marchaient pas à l'intérieur de l'école ^^

    Oui pour la pleine lune, Prue tient vraiment à y participer ^^ ça se passera au chapitre 11 =)

  • Hp-Prophetie-95

    31/12/2013

    J'ai adoré, comme toujours !!

    C'était et très bon match !! Et le bizutage était plutôt marrant surtout qu'il on tous se fini dans l'eau. J'ai une petite remarque au moment de la douche lily appel ces parents alors que les apereille électrique ne marche pas dans poudlard mais se n'est pas très grave.

    Alors il se prépare pour passer une pleine lune ensemble ça m'a étonné mais bon ça ne leur fera pas de mal. Je me demande d'ailleurs se qu'il va se passer . On voit que Prue et Remus se rapproche déjà qu'il la destabilise.

    J'ai vraiment adoré je continue ma lecture. ;)
    Bisous :)

Report abuse