Chapitre 13 : Le Prodige des Assassins VS The Perfect Prosecutor

« Je savais bien que ça finirait par arriver... que mon activité d'assassin finirait par entrer en conflit avec mon métier de policier, sans qu'il y ait quoi que ce soit de personnel comme cela avait été le cas avec Alexander. Mais quand je pensais à ce moment, j'imaginais plutôt l'assassinat d'un coupable injustement blanchi. Mais là... c'est tout l'inverse. »
 
Chapitre 13 : Le Prodige des Assassins VS The Perfect Prosecutor
 Pour info, sachez que "Prosecutor" veut dire "Procureur". Littéralement, le bel homme sur la photo est donc surnommé "Le Procureur Parfait". Quant à "Sharp", ça veut dire selon l'usage "tranchant, pointu, net, ...", bref, je vous laisse deviner la personnalité du personnage dans son rôle de représentant de l'accusation :P








| 9 septembre 1979 – Manoir familial des Halliwell – 7h |
 
 
Je venais à peine de me réveiller. Je n'avais pas les idées très claires, mes rêves m'ayant autant fait voyager dans le passé... que dans le futur que j'imaginais. J'avais dormi en pointillés malgré la fête un peu arrosée avec les Maraudeurs, suite aux félicitations de Moser reçues la veille.
 
-          Tu as beaucoup bougé cette nuit, me dit Remus doucement.
-          Hum... désolée.
-          C'était bizarre, tantôt tu semblais détendue... tantôt tu te crispais.
 
Aïe, Remus avait dû passer pas mal de temps à me veiller dans mon sommeil pour se rendre compte de la diversité de mes rêves.
 
-          Tu rêvais de quoi ? La mission ?
-          En partie oui...
-          Quoi d'autre ?
-          ...Toi. Nous. D'où les phases « détendues », dis-je avec un clin d'½il.
 
Une lueur passa dans son regard alors qu'un sourire illuminait son visage.
 
-          Qu'a imaginé ton esprit à notre sujet ? s'intéressa Remus.
-          Tu le découvriras en temps et en heure mon ange, car je compte bien les réaliser ceux-là, et je ne veux pas gâcher l'effet de surprise.
 
Il rit avant de m'embrasser, sans doute amusé d'avoir de nouveaux « mystères » à résoudre. Je me rapprochai de lui, me laissant bercer par ses caresses. Rien ne pouvait me sortir de ces moments de tendresse entre nous. J'entendis au loin mon bipper.
« A part ça peut-être... »
 
-          C'était quoi ça ? me demanda Remus en cessant ses caresses.
 
Evidemment, si moi j'avais réussi à percevoir le vibreur de mon bipper, lui aussi.
 
-          Quoi donc ?
-          Tu n'as pas entendu ?
-          L'appel du loup ? Ah si, maintenant que tu le dis j'y réponds, dis-je en le faisant basculer pour me retrouver à califourchon sur lui.
-          Je n'y crois pas, tu sautes sur la moindre occasion !
-          Non, que sur toi, rectifiai-je en allant l'embrasser dans le cou.
 
Il rit à ma remarque avant d'entrer dans mon jeu, sans se faire prier.








| . . . |
 
 
Je revins dans la chambre, profitant que Remus lise la Gazette pour prendre contact avec l'Agence. Je m'installai au bureau pour sortir le parchemin noir et vierge d'un tiroir.  
 
« Ici Tracker » écrivis-je.
« Vous n'avez pas été rapide pour répondre cette fois »
« J'étais occupée »
« Nous avons un contrat un peu spécial à vous proposer »
« Vous savez toujours aussi bien attiser ma curiosité... en quoi ce contrat est-il spécial ? »
« Le client n'a communiqué aucune information sur le contenu du contrat. Il souhaite rencontrer le tueur qui s'en chargera pour l'expliquer lui-même. Il compte verser une récompense bien au-delà de vos tarifs habituels, d'où son exigence. »
 
Hmm, je n'aimais pas ça. Les clients ne devaient jamais nous rencontrer. Et puis pourquoi faire tant de mystères ? La Renarde est soumise au plus grand secret, passer par son intermédiaire est le meilleur moyen de préparer l'exécution d'un contrat pour les tueurs. Néanmoins, si la Renarde m'avait contacté, c'est qu'elle était potentiellement consentante pour changer les habitudes... et donc Jack aussi.
 
« Pourquoi me choisir alors que vous ne savez rien du contrat ? »
« Le client a demandé à rencontrer le meilleur assassin de l'Agence. Vous êtes cet assassin, Tracker »
« Admettons que j'accepte le zèle de notre client... »
« Vous aurez rendez-vous avec lui au plus vite dans un lieu de sa convenance »
« Je ne marche pas comme ça. Si j'accepte, c'est moi qui fixerais le rendez-vous. Question de sécurité. »
« Vous serez de toute façon couverte par d'autres membres de l'Agence, qui garderont un ½il sur vous pendant la rencontre ».
 
Je m'accordai quelques secondes de réflexion. J'étais vraiment curieuse de savoir pourquoi le client ne voulait pas passer par un intermédiaire pour parler du contrat. J'avais déjà eu des cibles « sensibles », le problème ne pouvait pas être là.
 
« Dites au client de fournir son identité. Je le contacterai moi-même et je vous préviendrai du lieu de rendez-vous »
« Le client a déjà donné son identité : John Heler. Il tient une boutique de bijoux sur le Chemin de Traverse »
« Ok merci »
« Cette rencontre avec le client ne vous engage pas Tracker. Vous le serez uniquement à l'issue du rendez-vous, si vous acceptez de signer ».
« Ça me va »
 
 
 
| Chemin de Traverse – 16h10 |
 
 
Voulant profiter du week-end pour en savoir plus sur ce fameux contrat, je m'étais lancée à la recherche de John Heler sans plus tarder. Il ne m'avait pas fallu très longtemps pour localiser la boutique, tout simplement nommée « Heler ». La vitrine exposait des bijoux de luxe, réservé à une clientèle d'une classe sociale assez haute à en juger par les prix affichés. Je n'avais nul doute que le client avait de quoi s'offrir mes services.
 
Avec ma tenue d'assassin, pas question d'entrer dans une telle boutique, où je ferais inévitablement tâche dans le décor. Ne voulant pas ôter mon masque, ni ma capuche, j'attendis patiemment sur le toit d'en-face, où je m'étais postée pour surveiller le client. A 16h30, il accompagna une cliente à la porte de sa boutique, et je profitai que la femme à l'intérieur soit occupée à ranger pour quitter mon perchoir.  Je sautai dès que la cliente fut éloignée de quelques mètres, ralentissant ma chute pour atterrir pile devant le client. Il sursauta en me voyant et eut le réflexe de mettre la main à sa baguette, mais je l'emportai dans un transplanage avant qu'il ait le temps de dégainer.
 
On se matérialisa sur la terrasse d'un bar, dont une seule table était encore libre. L'endroit était très fréquenté, et cerclé de bâtiments, où d'autres membres de l'Agence étaient postés pour surveiller les alentours. Je jetai un sort au client, pour m'assurer qu'il ne portait rien de suspect sur lui.
 
-          Vous êtes...
-          La meilleure, coupai-je. Asseyez-vous.
-          Merci d'avoir accepté de vous déplacer. Un verre ?
-          Non, allez à l'essentiel s'il vous plait.
-          Ici ?
 
Je ricanai, regardant les gens autour de nous. J'insultai un homme à la table juste à côté de nous, qui continua de parler avec ses amis, imperturbable.
 
-          Vous vous doutez bien que j'ai pris quelques précautions avant de vous amener ici, dis-je. Nous sommes comme dans une bulle. Les gens ne nous voient pas, ne nous entendent pas. Parlez-moi du travail que vous voulez me confier. De quoi s'agit-il ?
-          De l'assassinat d'une cible VIP. Karl Conan, un procureur très réputé.
 
Mon c½ur rata un battement à l'entente de ce nom. Karl Conan... le nom d'un procureur au talent et à la détermination à couper le souffle. Cet homme était un représentant de la loi au sens pur du terme. Un véritable défenseur de la justice. Ce procureur vouait une haine viscérale aux criminels et un amour fou à la vérité absolue. Il était le genre d'homme qui se fie aux  preuves et rien d'autre, le genre à ne rien laisser au hasard et à mener ses procès à la perfection. Quand nos dossiers lui étaient confiés, nous étions sûrs que les meurtriers que nous avions arrêtés n'avaient aucune chance. Cet as du barreau était tenu en très haute estime. Moi la première, j'avais beaucoup de respect et d'admiration pour cet homme. Procureur de génie, très charismatique, implacable... tout le monde l'appelait « Sharp », pour son côté tranchant et la précision remarquable de ses plaidoiries. A la BCM, comme chez les Aurors, ce procureur était notre grand favori, notre « perfect prosecutor ». Quand il prenait une affaire en main, on savait que rien ne pourrait nous barrer la route. Il ne faisait aucun compromis, quelle que soit la fonction de l'accusé. C'était un chasseur, pour lequel aucune espèce n'était protégée, et c'est pour ça qu'on l'adorait. Pour cette même raison que ma lame ne risquait pas de lui ôter la vie.
 
-          Vous auriez dû passer par la procédure habituelle, soupirai-je. Ça aurait évité de me faire perdre du temps.
-          En quoi vous perdez votre temps ?
-          Si l'intermédiaire que vous avez eu avait su le nom de la cible... jamais je n'aurais été choisie pour remplir ce contrat.
-          J'ai demandé le meilleur assassin.
-          Et vous l'avez en face de vous. Seulement il y a un problème qui me rend incapable d'honorer ce contrat.
-          Lequel ?
-          La cible ne correspond pas au type de gibier que je prends en chasse.
 
Le client parut surpris, il marqua un instant d'arrêt, ne comprenant pas où je voulais en venir.
 
-          Et quel est votre « type » ?
-          Prédateur exclusivement.
 
L'étonnement de Heler redoubla, il ne semblait pas croire ce qu'il entendait. Comme toute personne ne me connaissant pas bien sûr. Difficile d'avaler ce genre de discours quand on a demandé le meilleur assassin.
 
-          Même si je double la récompense ? tenta Heler.
-          Ma lame ne s'imprègne pas de sang innocent. C'est non négociable.
-          Qui vous a dit qu'il était innocent ? renvoya le client.
 
Imaginer Sharp en meurtrier m'était quasi impossible, mais Heler venait de me faire redoubler d'attention. Etait-il possible que le meilleur procureur...
 
-          Ce mec a tué ma s½ur, continua Heler. Et son statut lui a permis de s'en sortir sans la moindre vague. Je veux qu'il paie.
 
J'étais assommée. Si cet homme disait vrai... c'était un comble ! Mais en même temps... il pouvait me mentir pour me convaincre d'accepter. Cela me donna une idée.
 
-          Ce qu'on va faire est très simple. J'accepte à une seule condition.
-          Laquelle ?
-          On va rajouter une petite clause dans le contrat.
-          Je vous écoute.
-      « Je ne m'engage à éliminer la cible que si elle est effectivement coupable de crime ».
-          Ça me va, je sais que Sharp est un meurtrier.
 
Je me penchai un peu vers le client.
 
-          Ce que cette simple ligne veut dire, c'est que je vais mener une enquête. Si la cible est coupable, je l'assassinerais. Mais si Sharp est innocent... c'est vous que je tuerais pour trahison.
 
Je lui tendis la plume pour qu'il signe.
 
-          Marché conclu, dit-il en apposant sa griffe en bas du parchemin sans la moindre hésitation.
 
Il me rendit le parchemin... et je vis l'habituel choix apparaître « Accepter » ou « Refuser ». J'avoue que j'étais perplexe. La confiance du client m'avait complètement déroutée, je pensais qu'il se retirerait face à la menace. Mais au lieu de ça, il avait accepté sans ciller, certain de la culpabilité de la cible. Etait-ce vrai ? Sharp était-il réellement ce meurtrier crapuleux qui avait fait jouer ses relations pour s'en sortir ? Il n'y avait qu'un moyen de le savoir. J'entourai le mot « Accepter » sans plus attendre. La clause me protégeait de toute façon. Si Sharp était innocent, sa vie ne tomberait pas entre mes mains. Sinon... je crois bien que ce sont les 50 000 Gallions que j'aurais le plus de mal à voir apparaître sur mon compte.
 
-          Parfait, dit Heler. Conan passe son week-end à l'hôtel Berkeley, sur la côte. Je ne pense pas avoir besoin de vous le décrire ?
-          Ce ne sera pas nécessaire, confirmai-je en me levant.

 
| Hôtel Berkeley – 19h |
 
 
Après avoir inventé une après-midi avec Jack se soldant par un restaurant, Remus m'avait laissé partir sans poser de questions, organisant une soirée entre hommes en mon absence.
En réalité, j'avais bien sûr passé mon temps libre à préparer cette mission, effectivement très spéciale. Déjà, je ne comprenais toujours pas pourquoi le client avait voulu me rencontrer. Le contenu de la mission n'avait rien d'extraordinaire. Au contraire, elle était plutôt simple étant donné que la cible se trouvait dans un lieu accessible. La seule difficulté pour moi était l'identité de la cible, pour une question de valeur, mais ça ne concernait que moi. Alors pourquoi me rencontrer ? Etait-ce un moyen de savoir s'il pouvait avoir confiance ? Hmm, c'était trop difficile de juger en si peu de temps face à un masque.
En attendant, il fallait à tout prix que je trouve un moyen de déterminer avec certitude si Conan était coupable. Je n'avais pas le droit à l'erreur. Ce serait terrible de le tuer pour rien. Une faute que j'aurais bien du mal à me pardonner.
 
Cette fois, j'avais choisi de me faire passer pour une cliente ordinaire voulant profiter du week-end dans l'un des hôtels les plus cotés du pays. Pour l'occasion, j'avais modifié les traits de mon visage pour me rendre méconnaissable, mais j'étais toujours aussi brune aux yeux bleus. J'avais fait le minimum pour que Sharp ne puisse pas me reconnaître, sans me rendre dépendante de Polynectar.
 
A mon arrivée à l'hôtel, j'avais essayé d'en apprendre un peu sur ma cible, qui avait apparemment passé la journée à se divertir avec les nombreuses activités proposées dans l'hôtel. Tout cela lui ayant ouvert l'appétit, il était désormais installé au restaurant. A cette saison, autant dire qu'il n'y avait pas grand monde qui faisait l'ouverture, à part les irréductibles du troisième âge, auxquels il était bien difficile de changer les heures de repas.
Je pris une profonde inspiration en entrant à mon tour dans la grande salle du restaurant. Le maître d'hôtel m'accueillit immédiatement. Quand je lui donnai le nom de réservation, il me proposa une table près de la grande baie vitrée donnant sur la mer. En plus de profiter du paysage, cela me mettait à trois tables de ma cible, place plutôt confortable pour garder un oeil dessus.
 
Le maître d'hôtel tira une chaise et m'invita à m'asseoir, tout en me remettant la carte du soir. Je commandai un apéritif en voyant que Sharp regardait au-dehors, un peu perdu dans ses pensées. Il était seul et n'avait encore rien de servi sur la table. Peut-être devait-il être rejoint pour le dîner ? Ce serait vraiment fâcheux pour moi...
 
Mon cocktail arriva en même temps que la coupe de champagne de Sharp. Je pris bien mon temps avec les petites verrines qui accompagnaient mon apéritif, afin de rester au même rythme de ma cible. Finalement, au bout d'un moment, j'eus le soulagement de constater que personne ne viendrait se rajouter au tableau du soir. Conan était réellement seul, c'était déjà un problème en moins. Pourtant, la logique aurait voulu qu'il profite de ce week-end ensoleillé... accompagné. C'était le genre d'homme que j'avais du mal à imaginer célibataire. Et la raison était simple : il appartenait à la catégorie très restreinte des hommes dits « irrésistibles ». Grand, châtain foncé coiffé en arrière, des yeux bleus électriques, un regard droit et un charisme sans limite venant compléter un charme magnétique... voilà les quelques mots qui venaient en premier en le regardant.
 
Conan dut se sentir observé, car il tourna la tête dans ma direction. Loin  de me sentir grillée en pleine contemplation, je lui souris en levant ma coupe dans sa direction avec un signe de tête auquel il répondit. Je me replongeai dans ma lecture de la carte, ne sachant pas quoi choisir tellement tout était appétissant. Une adresse à retenir pour amener mon loulou faire une dégustation. Ce serait un endroit idéal pour organiser une soirée en tête à tête. 
 
-          Je vous conseille les raviolis au homard en entrée et la sole à la crème de cèpes ensuite.
 
Je sursautai en abaissant la carte d'un geste vif, reconnaissant la voix. Sharp était debout devant la chaise en face de moi, un sourire en coin face à ma réaction.
 
-          Vous m'avez fait peur, avouai-je en souriant nerveusement.
-          Veuillez m'en excuser. Je peux ? demanda-t-il en montrant la chaise qui me faisait face.
-          Je vous en prie, autorisai-je en reprenant contenance.
 
Je le regardai s'installer en essayant de ralentir les battements de mon c½ur qui étaient toujours aussi affolés. Je ne l'avais pas vu se déplacer, je ne pensais pas qu'il répondrait à mon invitation. Mais je n'allais pas me plaindre, j'avais exactement ce que je voulais pour bien démarrer ma mission.
 
-          Karl Conan, se présenta ma cible en me tendant la main par-dessus les verres.
-          Katherine Stalker, répondis-je en lui serrant. 
-          Ravi de vous rencontrer.
-          Et moi donc !
-          Oh, vous me connaissez.
-          Votre réputation vous précède... Sharp.
-          Sacrée Gazette.
-          Je dis ça à cause de l'un de vos procès auquel j'ai assisté.
 
Conan me fixa quelques secondes.
 
-         Vous étiez... partie prenante ? demanda-t-il.
-          Non, simple spectatrice.
-          Comment ai-je fait pour ne pas remarquer une beauté aussi éblouissante ?
 
Je souris, feintant un brin de timidité.
 
-          Vous étiez trop focalisé sur votre cible, répondis-je avec un clin d'½il.
 
Conan eut un petit rire.
 
-          Je l'admets, je suis dans ma bulle dans ces moments-là. Le spectacle était à votre goût ?
-          Evidemment. Ça me fait frémir à chaque fois... la manière dont vous faites exploser la vérité à la tête de la cour... vraiment impressionnant. C'est comme si vous saviez déjà comment le procès allait se terminer avant même d'avoir commencé. On sent bien que c'est vous qui menez la danse.
-          Je ne me présente jamais à la barre sans être parfaitement préparé.
-          Ça se voit.
-          Mais assez parlé de moi. Que faites-vous dans la vie ?
-          Je suis dans l'armée.
 
Il haussa les sourcils.
 
-          Pas très sexy je sais, dis-je en rigolant.
-          Au contraire... vous devez bien porter l'uniforme.
 
J'eus un sourire en coin.
 
-          En effet.
-          Vous avez une spécialité ?
-          Tireuse d'élite de baguette magique.
-          Vous êtes en permission ?
-          Oui, j'en ai obtenu une pour le week-end. Je repars ensuite.
-          Où allez-vous ?
-          En Orient. Mais j'aimerais ne pas m'étaler sur le boulot si ça ne vous ennuie pas. Que faites-vous dans un hôtel ici, sur la côte ?
-          Je me suis accordé un petit week-end de repos. Et vous ? Curieuse destination pour occuper une permission.
-          C'est vrai, mais je n'ai personne à retrouver et j'avoue que le menu affiché  à l'extérieur m'a donné envie d'entrer.
-          Vous ne passez pas la nuit ici ?
-          Ce n'est pas prévu... pour l'instant.
 
Je fis en sorte qu'il comprenne à mon regard que mon programme pouvait changer, et je vis à ses yeux qu'il avait très bien saisi le message. Le serveur arriva à ce moment-là rompre notre échange visuel pour le moins intense.
 
-          Vous avez choisi ?
-          Oui, dis-je. Je vais suivre vos conseils, lançai-je à Sharp.
-          En entrée ? demanda le serveur.
-          Raviolis de homard.
-          Deux, informa Sharp sans me quitter des yeux.
-          En plat ?
-          Sole à crème de cèpes, ajoutai-je.
-          Deux aussi.
-          En vin ? 
-          Un château d'Yquem, me devança Sharp.
 
Je me retins de sourire. Ce vin faisait partie des vins les plus prestigieux.
 
-          C'est le grand jeu, plaisantai-je.
 
Il m'adressa un sourire (très) charmeur en guise de réponse.
 
-           Et en dessert ? demanda le serveur lorsque sa plume eut finit de noter.
-           On choisira après, informa ma cible.
-           Parfait.
 
Le serveur s'éloigna d'un pas énergique et je reportai mon attention sur Sharp, reprenant la discussion. 
 
Le repas se passa tranquillement, dans une ambiance de drague et de charme. Tout était dit avec finesse et par détour. Quant au repas, il était absolument exquis. Conan était de compagnie agréable, et je faisais en sorte qu'il pense la même chose de moi.
 
-          Je me suis régalée, avouai-je.
-          Moi aussi. Ça fait bien longtemps que je n'avais pas passé un si bon moment... et si bien accompagné. 
 
Je souris, m'amusant à plonger mes yeux dans son regard pour le dérouter. Mais il me regardait sans ciller, avec son sourire scotché aux lèvres.
 
-          Que diriez-vous de prendre un dessert hors du restaurant ? proposa Conan.
-          ...Pourquoi pas ?
 
Le serveur revint à ce moment-là.
 
-          Nous n'allons pas prendre de dessert. Ajoutez la note à celle de la chambre 307.
 
Je fus agréablement surprise par son geste. Il s'en rendit compte d'ailleurs.
 
-          Merci beaucoup.
-          Ça me fait plaisir, dit-il en se levant.
 
Il vint à mes côtés proposer son bras. Je me levai lentement et crochetai mon bras au sien. On sortit du restaurant pour aller prendre l'ascenseur. Au lieu d'appuyer sur le bouton 3, on se rendit au tout dernier étage.
 
-          Où allons-nous ? demandai-je.
-          Prendre le dessert, dit-il avec un sourire.
 
Les portes s'ouvrirent sur une terrasse au style exotique. Il me guida vers une table un peu à l'écart. Nous avions vue sur la mer, où se reflétait la clarté du soleil couchant.
 
-          Un verre ? proposa Sharp.
-          Avec plaisir. 
 
Il fit signe à un serveur de venir.
 
-          Du Rhum pour moi, dit-il. Et pour vous ?
-          Vodka Flamme.
-          Ça vient de suite, répondit le serveur.
-          Merci.
 
Je posai ma tête sur mes mains, les coudes appuyés sur la table.
 
-          C'est agréable ici... soufflai-je en regardant le soleil décliner.
-          Je savais bien que ça vous plairait.
 
J'avoue que je m'attendais à un autre dessert... qui me permettrait de changer mes méthodes d'interrogatoire. Nos verres arrivèrent en flottant tranquillement vers nous, et on continua à discuter, cherchant toujours plus à se connaître.
 
-          J'ai passé un excellent moment en votre compagnie, avouai-je.
-          Moi aussi. Que diriez-vous de prendre une coupe de champagne ?
-          Je sens les bulles monter au cerveau rien que d'y penser.
 
Sharp rigola. Quand le serveur arriva pour présenter l'addition, je devançai Sharp en posant une bourse de Gallions sur la table.
 
-          Cette fois c'est pour moi, dis-je avec un clin d'½il.
 
On marcha vers l'ascenseur, et cette fois on se rendit bien au troisième étage. Le chemin dans le couloir me parut long jusqu'à la 307. Chaque pas qu'on faisait rapprochait Sharp d'une éventuelle Mort et je ne savais toujours pas ce qu'on lui reprochait. Je me redoutais un peu ce que je pouvais découvrir.
Je chassai mes doutes lorsque Sharp ouvrit la porte, devant rester concentrée. Il se dirigea vers le mini bar pour en sortir une bouteille de champagne, alors que je me rendais sur le balcon, admirant le paysage qui commençait à être plongé dans la nuit. Conan me rejoignit presque aussitôt, se mettant à mes côtés en m'offrant une coupe. On trinqua sans se lâcher des yeux.
Au bout de quelques gorgées, je sentis l'étau de l'alcool commencer à se serrer autour de mon esprit, alors que je n'avais pas encore fini mon verre. Curieux, il me semblait tenir plus que ça, même si je n'étais pas une habituée.
 
-          Je vous débarrasse ? proposa Conan lorsque j'eus enfin fini.
-          Je veux bien, merci, dis-je en lui rendant la coupe.
 
Je restai dehors alors qu'il rentrait. Quelques instants plus tard, j'entendis un air de tango s'élever dans la pièce au moment où deux mains se posaient sur mon ventre. Je souris en sentant Sharp m'encercler par derrière pour me coller à son torse musclé.  Quelque peu surprise, mais reconnaissant une invitation à cette danse, je levai mon bras gauche lentement, le pliant en arrière pour aller poser ma main sur la nuque de Sharp. La musique accéléra, et je me retournai vivement pour lui faire face, lui affichant un sourire charmeur pour répondre au sien. Conan se mit à tourner lentement autour moi, tel un prédateur autour de sa proie. Je posai une main sur son torse en tournant sur moi-même pour suivre son mouvement.
 
La musique s'arrêta d'un coup, et on se rapprocha d'un seul mouvement. Elle repartit immédiatement, les notes devenant plus continues. Je remontai ma jambe autour de la sienne, et il m'emporta en tournoyant, toujours une main sur ma hanche. Nos regards s'étaient accrochés et on ne se lâchait pas des yeux une seule seconde.
 
Nouvel arrêt bref, je tournai la tête sur le côté, envoyant une mèche fouetter doucement son visage au passage. Sharp me fit tourner et j'en profitai pour lui donner une tape sur le bras dans mon élan pour le faire lâcher. Il tourna alors les talons, feintant l'énervement mais je le rattrapai et l'encerclai par derrière, posant mes deux mains sur son torse, tout en remontant lentement ma jambe par-dessus la sienne. Il bascula la tête en arrière pour savourer ce contact contre ma joue et se retourna vivement. Je fis des petits pas en arrière pour le fuir, mais il se dirigea vers moi d'un pas dominateur. Il me passa une main dans le dos me ramener contre lui avec autorité. Je me penchai en arrière jusqu'à quelques centimètres du sol. Sharp passa sa main gauche sur mon ventre en une caresse qui me fit frémir, avant de se pencher lui aussi sur moi, au moment où la musique s'arrêta pour la dernière fois.
Une mèche rebelle de mon partenaire vint me chatouiller le cou et je me redressai, passant ma main droite dans ses cheveux. Il avait son visage à quelques centimètres seulement, un fin sourire aux lèvres et l'espièglerie faisant pétiller ses yeux. Il baissa enfin son regard sur mes lèvres et s'approcha doucement. Emportée par un certain désir, je parcourus la distance qu'il restait pour l'embrasser.
 
Il répondit à mon baiser avec douceur. Je jouai avec sa langue pendant que je défaisais sa cravate, sans précipitation. Il posa doucement ses mains sur mes épaules et les fit glisser, emportant les bretelles de ma robe. Il descendit lentement ses mains sur mon corps pour ralentir la chute de ma robe avant de la laisser s'échouer au sol. J'en fis de même avec sa veste et ôtai sa chemise, caressant son torse musclé avec envie. Je défis sa ceinture pendant qu'il m'embrassait dans le cou, continuant ses caresses sur mon corps. Je laissai tomber son pantalon au sol et on resta debout encore quelques instants, à découvrir le corps de l'autre en contrôlant parfaitement nos ardeurs.
Puis, il me souleva sans cesser de m'embrasser et me déposa sur les draps frais, s'allongeant sur moi pour continuer ses caresses, qui devinrent plus ardentes. Je le fis basculer pour me retrouver à califourchon sur lui... échange que je faisais souvent avec Remus... Je tressaillis sous l'effet de la puissante décharge qui me parcourut en pensant à lui. J'ouvris les yeux sur Conan qui m'embrassait toujours. Bon sang, mais qu'étais-je en train de faire ?!
 
-          Un problème Kate ? me demanda Conan dans un souffle en posant sa main sur ma joue avec tendresse.
 
J'avais la sensation d'avoir plongé ma tête dans une eau glaciale. J'étais au lit avec un autre homme que celui que j'aimais, et j'avoue que je ne savais plus trop comment j'en étais arrivée là.
 
-          Non, pourquoi ? renvoyai-je.
-          Je vous sens tendue tout d'un coup.
-          C'est votre imagination, répondis-je en collant à nouveau mes lèvres aux siennes pour ne pas éveiller ses doutes.
 
Je me rendis compte avec surprise que Sharp avait un effet difficilement contrôlable sur moi. Même s'il était sacrément beau, ce n'était pas suffisant pour me pousser à la faute. Et pourtant, même si depuis que j'étais revenue à la réalité je voulais me détacher de lui, je me rendais compte que j'avais du mal. Comme si mon corps agissait contre ma volonté. Je repensai à la sensation étrange qui m'avait envahi en buvant le champagne. Je manquais de lucidité depuis, et ce dérapage en était la preuve flagrante. Il fallait absolument que je reprenne le contrôle.
Pourtant, j'avais beau me raisonner, je n'arrivais pas à repousser ma cible. J'essayai alors de penser le plus possible à Remus. A ma récente décision. Aux projets que je rêvais de concrétiser avec lui. Tout cela avait une valeur inestimable à mes yeux, je refusais d'entacher ma relation d'un écart, même s'il était peu probable que Remus l'apprenne un jour. Je ne pouvais tout simplement pas commettre cette faute. 
 
A force de penser à Remus, mon esprit parvint à se détourner de Conan. Lorsque celui-ci fit lentement descendre sa main sur mon ventre, une nouvelle décharge me rendit ma lucidité. Les draps se soulevèrent brusquement sous mon influence, attachant les mains de ma cible à la tête de lit. A bout de souffle, je m'éloignai un peu de Sharp, ayant besoin de reprendre mes esprits. Conan eut un instant d'arrêt face à cette brusque séparation, surtout en voyant à quel point les draps étaient bien noués autour de ses poignets. Il ne s'était pas du tout attendu à se retrouver immobilisé.
 
-          Je ne suis pas un habitué du genre, mais bon pourquoi pas ? plaisanta Sharp.
 
J'étais un peu sous le choc à vrai dire. Autant par ma perte de contrôle... que par ce qu'elle signifiait. Conan n'avait qu'une raison de me droguer... une raison qui me pousserait à son meurtre. Lui. Le procureur de génie en lequel j'avais tant d'estime. Jamais je n'aurais imaginé en arriver là.
 
-          Vous comptiez me tuer à quel moment ? demandai-je froidement.
 
Il afficha une mine surprise.
 
-          De quoi parlez-vous ?
-          Je ne sais pas ce qu'il y avait dans le champagne... mais ça a dépassé le sortilège de Confusion...
 
Il ricana, ce qui éveilla ma rage. Je découvrais une toute autre facette de sa personnalité.
 
-          Ce n'était qu'un moyen de vous détendre un peu, expliqua ma cible.
-          Comme pour Heler ? renvoyai-je.
-          Qui est -
 
Mon couteau apparut dans ma main et je plaçai la lame sous la gorge de ma cible.
 
-        Ne jouez pas à ça avec moi, menaçai-je. Dites-moi ce qu'il s'est passé avec Heler.
-        Sinon ?
 
Je fis glisser la lame sur son torse, le regardant en lui promettant silencieusement une mort certaine.
 
-         C'est son frère qui vous envoie ? Ce minable n'a pas eu le courage de venir me confronter lui-même ?
 
Une pierre tomba en moi tellement la déception était grande. Je n'aurais jamais cru ça de lui.
 
-           Avez-vous tué sa soeur ? demandai-je, voulant l'entendre de sa bouche.

Avant que ma cible ne réponde, j'entendis mon bipper vibrer plus fort que d'habitude... et en continu. Ça eut l'effet d'une décharge sur moi, car c'était le signal d'une urgence... et étant en mission, d'un danger. Le silence entre nous provoqué par ce vibreur me permit de capter un autre bruit... qui me fit comprendre enfin en quoi ce contrat serait le plus spécial qu'on m'ait confié. Je ricanai en me redressant, éloignant la lame redoutable du corps de ma "cible".
 
-          Bien tenté, lançai-je à Sharp.
 
Je bondis au même moment où la porte de la chambre vola en éclats. Mes habits de tueuse m'enveloppèrent en plein vol. Je m'emparai de la baguette de Sharp et engageai les duels contre les assaillants. J'entendais des ordres fuser dans tous les sens pour essayer de m'encercler. Je reconnus sur leur poitrine le badge de la Brigade de Police Magique et compris alors dans quel piège j'étais tombée. Sharp n'avait jamais fait quoi que ce soit de mal. Ce n'était que pour m'attirer et me faire arrêter. La Renarde avait dû finir par le découvrir pour que le bipper vibre autant.

 

Je me servis du charme du bouclier pour repousser les sortilèges et m'avançai vers la robe que je portais un peu plus tôt pour récupérer le bipper, qui ne cessait de vibrer. Je me plaçai devant la grande baie vitrée et rompis le charme du bouclier en sautant sur le côté pour éviter les sorts. Ils fracassèrent la vitre, libérant l'accès au balcon. Je me protégeai avec ma cape des éclats de verre et balançai une fiole en direction des policiers. Dès qu'elle se brisa, une fumée asphyxiante se libéra, me laissant un peu de répit. Je lâchai la baguette de Conan et pris mon élan pour sauter dans le vide. Je voulus transplaner... sans succès. Les flics avaient dû sécuriser la zone pour que je ne m'échappe pas. Je ralentis ma chute par télékinésie, atterrissant en effectuant plusieurs roulades, emportée par mon élan. Je me redressai péniblement et regardai vers le balcon où j'avais sauté. Quelqu'un regardait vers le bas et je devinai que c'était Sharp.
 
-       Bouge pas ! cria quelqu'un derrière moi.
 
Je me retournai pourtant, faisant face à trois policiers qui avaient leur baguette braquée sur moi.
 
-         A genoux, les mains derrière la tête !
 
Je m'exécutai lentement, sans lâcher mes adversaires des yeux. Les trois hommes s'approchèrent en m'encerclant. Quand l'un d'eux rapprocha sa baguette de mes mains pour faire apparaître des liens, je me redressai brusquement en lui faisant une prise pour le désarmer. J'expulsai les deux autres et pris la fuite en voyant les policiers qui m'avaient attaquée dans la chambre arriver dans le hall. Des sortilèges rouges me dépassèrent, me faisant pester contre mes assaillants. Je ne voulais pas les blesser, mais s'ils continuaient comme ça, j'allais devoir cesser d'être "pacifiste". Je me soulevai magiquement jusqu'au sommet d'un toit, reprenant ma fuite.
 

 | Manoir des Halliwell |

 
J'entrai par la fenêtre de la chambre, soulagée de rentrer au manoir. J'entendais les Maraudeurs au salon, qui se narguaient. Ils devaient faire une partie de cartes sans doute. Je me laissai tomber sur le fauteuil de mon bureau, laissant mon masque disparaître dans une bulle de fumée pour me permettre de respirer. Ma tenue toute entière disparut, alors que des vêtements civils venaient la remplacer. J'étais encore un peu essoufflée par ma course poursuite, car la zone sécurisée avait vraiment été plus étendue que ce que je pensais. J'étais encore un peu sonnée par la rapidité avec laquelle la soirée avait basculé. Que s'était-il passé ? Je n'y comprenais rien. Me souvenant que le bipper m'avait alerté du danger, je sortis le parchemin noir. La Renarde aurait certainement des informations.
 
« Ici Tracker. C'est quoi ce bordel ?! »
« Tout cela était un coup monté par la BCM. Sharp a pris l'affaire en main et a mis en place ce piège. C'est un membre de la Brigade Secrète qui m'a prévenu juste à temps. Vous le connaissez d'ailleurs »
« Lupin ? »
« Exact. Je suppose que ça a été sa manière de vous renvoyer l'ascenseur après votre sauvetage chez les Mangemorts »
 
Je remerciai intérieurement Lyall d'avoir un sens de l'honneur exemplaire. Il avait trahi ses collègues en donnant cette précieuse information à la Renarde. J'appréciais son geste, même si je n'avais pas été prévenue à temps pour éviter l'assaut.
 
« Comment les flics ont eu connaissance de notre existence ? Je croyais que seule la Brigade Secrète était au courant »
« Je ne peux  pas vous expliquer dans les détails car je n'ai moi-même pas toutes les réponses, mais il semble évident qu'un traître se trouve dans nos rangs »
« Un traître ? Mais qui pourrait bien faire une telle erreur en connaissant le règlement ? »
« Je l'ignore encore. Peut-être qu'un assassin s'est fait prendre et a parlé en échange de sa remise en liberté »
« ...Si c'est le cas, je tuerais le traître »
« Je n'en attendais pas moins de vous. Je ne peux lancer aucun autre membre de l'Agence dans cette traque. Le traître peut être n'importe qui. »
« Je le trouverai. »
« Le patron n'accordera pas de seconde chance. Si vous trouvez le traître, tuez-le. Pas la peine de ramener le corps, vous me direz juste son identité. »
 

| Hôtel Berkeley – Chambre 307 |

~  Point de vue général ~

 
-           Alors ? demanda Sharp en voyant les policiers revenir.
-           Elle nous a échappé, soupira Moser. Ça va toi ?
-           Oui...
-           On dirait bien que tu t'es fait avoir dans ton propre filet, plaisanta le lieutenant avec amertume en regardant la robe noire échouée au pied du lit.
 
Sharp eut un rire nerveux en y repensant. Il n'était pas du tout d'humeur à plaisanter. Lui qui pensait que son piège serait parfait grâce à la drogue mise dans la coupe de champagne de sa cible, celle-ci s'était avérée bien plus résistance que prévu. Comment avait-elle réussi à reprendre le contrôle ? Elle venait à peine de boire en plus, les effets étaient très actifs. Elle n'aurait jamais dû réussir à éviter le piège. Comment avait-elle réussi à retrouver sa lucidité ? Ça l'énervait au plus haut point, mais il était bien forcé de constater que son adversaire était de taille. Il s'essuya les lèvres machinalement, se maudissant d'avoir échoué. Il tenait sa proie contre lui, et il n'avait pas réussi à l'empêcher de s'échapper.  Peut-être aurait-il dû agir avant que les flics soient prêts à intervenir. Il secoua la tête, se jurant de réparer cette erreur.
 
-       On la tenait bon sang ! s'énerva Sharp. C'était notre seule chance de l'avoir ! Maintenant elle va être sur ses gardes, comme le restant de cette maudite Agence !
-         On savait que l'échec était très probable, rappela Moser. Cette tueuse n'est pas la meilleure pour rien. On va interroger l'indic' à nouveau. Elle aura sans doute d'autres renseignements à nous donner.
 
Conan soupira d'agacement. Il s'en voulait de ne pas avoir réussi.
 
-        Rentre chez toi et repose-toi. Une équipe va venir assurer ta sécurité.
 

| Manoir du Procureur Conan – 22h |
 

Sharp n'avait pas réussi à retrouver l'esprit clair. Le temps avait semblé s'arrêter quand il était avec la tueuse. Tout se passait exactement comme il l'avait prévu... jusqu'à ce qu'elle rompe leur échange brusquement. Il l'avait sous-estimé. Il pensait que l'équipe d'intervention suffirait à avoir raison d'elle, mais elle avait réussi à leur filer entre les doigts, gérant le surnombre avec une facilité déconcertante, malgré l'effet de surprise. Mais comme l'avait bien fait remarquer Moser... elle n'était pas la meilleure pour rien. C'était un prédateur aussi redoutable qu'intelligent.
Cette soirée lui avait au moins permis de faire un rapport sur sa cible. Une excellente actrice. Une assez bonne danseuse, ce qui laissait deviner une certaine éducation, car le tango faisait partie des danses qui ne s'improvisaient pas. Une surprenante duelliste, avec un sang-froid impressionnant. Et surtout... une faiblesse : ses valeurs. Cette tueuse, aussi redoutable qu'on la décrive, était incapable de toucher aux innocents. Elle n'avait blessé aucun policier dans sa fuite, alors que le surnombre aurait dû la faire paniquer et faire passer son instinct de survie avant tout. Sa conscience pourrait éventuellement être la clé d'un piège plus performant. Mais pour l'heure, le procureur était incapable d'imaginer un nouveau plan.
 
Il poussa un soupir en fermant le dossier portant sur l'Agence. Il se frotta les yeux, fatigué de cette soirée forte en sensations. Il se résigna à patienter jusqu'au lendemain, espérant que l'indic aurait plus d'informations à leur donner. Mais dès qu'il entra dans sa chambre, une autre personne s'y trouvait déjà, l'attendant tranquillement dans un fauteuil. Conan porta la main à sa baguette, mais l'autre le désarma et le mit à genoux.
 
-           Bonsoir  Sharp, salua l'intrus en se levant, entièrement vêtu de noir.
 
Cette voix lui était familière. Le coeur de Conan râta un battement lorsque la personne se démasqua. C'était impossible... cette femme était censée être enfermée dans une cellule du Ministère. Comment avait-elle réussi à s'échapper ?
 
-         Vous pensiez sincèrement pouvoir piéger le meilleur d'entre nous ? ricana la femme. Allons... c'était tellement naïf de votre part.
-          Pourquoi nous avoir permis de tendre ce piège ? demanda Sharp.
-          Parce que pendant que tous les meilleurs flics étaient occupés avec cette mission... l'un de mes amis a pu venir me libérer. Ainsi... vous en êtes toujours au même point dans votre enquête... l'Agence sait désormais qu'elle doit être prudente... et votre cible court toujours. Et bien entendu, pour prouver ma bonne foi envers l'Agence, je vais leur ramener votre corps sans vie avec le dossier de l'affaire.
 
Conan réfléchissait à une issue, mais son cerveau était comme au ralenti. Il n'arrivait pas à croire qu'ils avaient pu se faire berner de la sorte. Comment une telle évasion avait-elle pu réussir ? L'indic avait été enfermée dans l'une des cellules les plus sécurisées du Ministère. Le coeur palpitant, il prit alors conscience à quel point ces tueurs n'étaient en rien vaniteux lorsqu'ils se considéraient comme les meilleurs. C'était la triste réalité, des gens comme eux existaient. Des gens capables de préméditer avec une précision redoutable.  
 
Conan ressentit une profonde colère envers son adversaire, forcé d'admettre qu'elle avait été plus forte, même enfermée. Il allait mourir pour rien. Aucun des tueurs n'avait été arrêté. Elle les avait eu sur toute la ligne. La mission était un échec total.
Il déglutit en voyant la baguette de son adversaire se pointer sur sa tête. Il fixa la tueuse sans ciller, alors qu'au fond de lui... l'attente de la mort commençait presque à lui faire regretter d'avoir tendu ce piège.
 
-           Avada
 
Un bruit de chair déchirée coupa le souffle à la tueuse. Sharp écarquilla les yeux en voyant un couteau dans la gorge de son adversaire. Elle tomba à genoux, les yeux fixés sur quelque chose derrière lui. Des pas, calmes, entrèrent dans la chambre. Une autre personne vêtue de noir passa à côté de Sharp, entrant dans son champ de vision. La première tueuse tendit une main vers son assassin, comme pour la supplier. Mais le nouvel arrivant s'accroupit à ses côtés pour sortir la lame de la gorge et la planter à nouveau dans le coeur, finissant de l'achever. Cette scène, aussi irréaliste qu'inattendue, coupa le souffle à Sharp pendant quelques instants.
 
-        Kate ? tenta Conan.
 
Mais l'assassin ne broncha pas, immobile aux côtés du cadavre. Il passa sa main gantée pour clore les yeux de sa victime.
 
-        Repose en paix Assassin, souffla la tueuse.
 
 
~  Point de vue de Prue ~
 
J'étais arrivée juste à temps pour sauver Sharp. J'avais entendu le plan que ma consoeur avait mis à exécution pour se libérer, sans jamais vraiment vouloir tromper l'Agence. J'étais certaine qu'elle était de bonne foi quand elle disait être sûre que je m'en sortirais... et de ne pas mettre l'Agence en danger à cause du piège qu'elle avait contribué à me tendre. Mais je ne pouvais pas lui pardonner. Elle avait pris le risque de me faire tomber. Elle avait agi pour son propre intérêt, au détriment du collectif de l'Agence. Et par-dessus tout, elle avait tué les gardes de Sharp. Je ne connaissais aucun de ces policiers, mais j'avais le coeur lourd à l'idée que ma Brigade serait désormais amputée de dix loyaux membres. Alors je n'avais aucune raison de ne pas appliquer le règlement à la lettre. C'est au contraire avec une certaine joie que je regardai la mort dans les yeux de ma consoeur. Je regrettais de ne pas être arrivée avant pour empêcher tout ça.
 
-          Et maintenant ? demanda Sharp, me sortant de mes pensées.
-          Maintenant je disparais, avec le corps et le dossier, répondis-je en m'approchant de lui.
-       Ça ne mettra fin à rien, vous le savez ?
-       Je me doute que vous n'abandonnerez pas la traque aussi facilement. Mais si j'ai bien un conseil à vous donner, c'est de revoir vos priorités. Nous sommes les tueurs les plus redoutables en termes de précision et de crimes parce que nous sommes capables de commettre le meurtre parfait... quasiment à chaque fois. Mais je peux vous assurer que vous avez plus de souci à vous faire avec ceux qui se font appeler les Mangemorts. Eux, contrairement à nous, n'ont aucun code et défendent une idéologie qui entraînera le pays dans une guerre sanglante. Vous voulez défendre de justes causes Sharp ? Vous êtes prêt à mourir pour elles ? Alors le cas des Mangemorts est fait pour vous. Beaucoup plus de vies sont en jeu. Il s'agit d'un pays. 
-          Alors on va se quitter comme ça ? Vous allez disparaître dans la nuit en espérant que je vous obéisse ?
-          Je me doute bien que nous aurons l'occasion de nous revoir. Vous ne lâcherez pas l'affaire. Vous êtes trop déterminés pour ça.  
-          Pourquoi ne pas l'avoir laissé me tuer dans ce cas ? Pourquoi vous, vous ne me tuez pas ?
-          ...Le monde de la Justice ne saurait se passer de son perfect prosecutor. Les hommes de justice sont rares. De la vraie justice, je parle. Celle qui est implacable.
-          C'est au nom de cette justice que vous tuez exclusivement des « prédateurs » ?
-          Ma justice s'appelle « vengeance ».
-          La vengeance châtie mais n'élimine pas les fautes.
-         La justice non plus... et elle châtie de moins en moins. C'est pour ça que les gens comme vous sont importants.
 
Il ricana.
 
-          Vous pensez agir pour le Bien, mais vous serez à jamais une Force du Mal.
-           Il n'y a pas de frontière Sharp. Le temps vous l'apprendra.
-           Il y en a une, et elle est très claire. Votre place est à Azkaban avec vos semblables.
-        Voilà une bien curieuse façon de me remercier de vous avoir sauvé la vie, taquinai-je.
-           Ca ne change rien à ce que vous êtes. Et je jure que vous ne m'échapperez pas la prochaine fois.
 
Je souris avant de m'accroupir devant lui.
 
-          Je vous échapperai toujours. Un fantôme est insaisissable.
 
Je lus dans son regard la promesse de me prouver le contraire. Un mouvement attira mon attention sur le seuil de la porte. Je reconnus Moser, titubant. Il brandit sa baguette sur moi mais s'affala au sol avant que j'ai eu besoin de me défendre. Stupéfaite, je me levai d'un bond pour aller à ses côtés. 
 
-        Qu'est-ce qui vous est arrivé ?! demandai-je.
 
Ma voix avait peut-être trahi l'inquiétude... mais j'avais été incapable de me contrôler sur ce coup-là tellement j'étais effarée. Moser n'était visiblement pas apte à me répondre. Il se contentait de me fixer, le regard se perdant peu à peu. J'eus beau le regarder, je ne comprenais pas quel mal le rongeait. Il n'y avait aucune blessure apparente. Je sortis ma baguette pour essayer de le soigner, mais sans savoir ce qu'il fallait guérir, ça allait être compliqué.
 
-        Je croyais... que vous deviez... me tuer, articula Moser. J'ai menti. 
 
Je compris alors que c'était lui qui avait joué le rôle de "Heler".
 
-      Taisez-vous, dis-je. Ne vous fatiguez pas.
 
Il fallait que je reste concentrée, je ne voulais en aucun cas assister à la mort de Moser. C'était un bon flic, et un bon professeur. Même s'il avait été dangereux pour ma couverture avec l'histoire de sa fille, j'appréciais cet homme. Il ne méritait pas de mourir. Pas comme ça. Mais mes tentatives ne suffirent pas à le retenir bien longtemps. Moser ferma les yeux malgré mes efforts. Je refusais d'y croire. Je vérifiai son pouls, espérant qu'il soit juste inconscient. J'avais l'impression de sentir la peur de Sharp tout près de moi.
 
-       C'est pas fini, le rassurai-je en sentant des pulsations.
 
Je tentai alors un dernier sort. Une fumée noire sortit de ma baguette pour aller s'engouffrer dans le corps de Moser par le nez et la bouche. J'attendis fébrilement de voir si l'effet désiré allait se produire. Moser rouvrit faiblement les yeux, me décochant le sourire.
 
-       Amenez-le à Sainte Mangouste sur-le-champ, dis-je à Sharp en le libérant d'un coup de baguette.
 
Il se releva et m'obéit sans discuter, mais je savais que mon sauvetage ne changerait rien. Un jour, la traque reprendra.
 
Chapitre 13 : Le Prodige des Assassins VS The Perfect Prosecutor
 
Et voilà pour ce 13ème chapitre. Pour commencer, je tiens à m'excuser pour l'heure de publication, plus que tardive. Mais j'ai eu des petits imprévus, dont le pire reste un problème de sauvegarde, qui m'a obligé à revoir une partie de chapitre que j'avais retravaillée :(  heureusement, comme je l'ai fait de suite, j'ai réussi à me souvenir de mes modifications, mais ça a pris du temps.
Enfin bref, j'espère que cette confrontation entre Tracker et Sharp vous a plu ! Vos réactions seront les bienvenues ;)
A bientôt pour la suite, bisous

Tags : L'histoire d'un assassin - Partie 1 : L'amour d'un Assassin - tome 2

Leave a comment

We need to verify that you are not a robot generating spam.

See legal mentions

Don't forget that insults, racism, etc. are forbidden by Skyrock's 'General Terms of Use' and that you can be identified by your IP address (54.158.208.189) if someone makes a complaint.

Comments :

  • Dum-Cha

    22/12/2016

    Heureusement que prudence n'a pas trompé Remus..

  • LeMaitreDesLieux

    03/12/2015

    Coucou,
    J'ai bien cru que Prue allait tromper Remus et au final, cet histoire était juste parfaite ! Je n'y ai vu que du feu avant que tu dévoiles toute la supercherie avec l'arrivée des flics. Non vraiment, magnifique. :)

  • Nakwen

    27/08/2015

    Salut ! Un chapitre magnifique comme d'habitude ;) Je l'ai vraiment adoré, tu m'as fait peur pour Prue tout le long ! Sans ça, j'aime bien le personnage de Sharp, il ressemble un peu à Tracker au niveau de ses motivations et des causes qu'il défend mais avec des techniques différentes. Sinon j'espère que Moser va rester encore un peu avec nous !
    Merci pour ce chapitre, je commence le prochain :)

  • Hurricany

    16/08/2015

    J'adore tout simplement. Un chapitre plein d'action, mais surtout de rebondissement et de suspense. Juste incroyable. Le scénario est parfait. Tout s'enchaîne et s'emboite à la perfection. J'espère quand même que Moser restera avec nous pendant encore quelques temps.

  • MikaWolfeHP

    27/06/2015

    Ayoye! Ça c'était chaud! Haha! xD J'aime quand c'est risqué et sur le point de déraper (sans qu'elle se fasse coincé pour de bon quand même! Je prends pour Prue ;) ) Wow! Je lis la suite bientôt :D Mais dis, curiosité, pourquoi n'y a-t-il pas de mot de Tracker entre ce chapitre et le suivant?

  • assassin-maraudeurs

    22/06/2015

    Visiteur wrote: "À quand le prochain chap?!?"

    Aujourd'hui ou demain. Je suis désolée pour le retard, je n'ai pas été là du week-end, ce n'était pas prévu au programme.

  • Visiteur

    22/06/2015

    À quand le prochain chap?!?

  • Harry-Potter-generationx

    20/06/2015

    Hey ! :D

    Me revoilà. Je suis désolé de mon inactivité dans tes commentaires :)
    J'ai vraiment beaucoup aimé ce chapitre ! Pfiou j'ai pas vu le chapitre passer, c’était presque trop court ^^
    J'ai vraiment hâte de lire la suite pour voir ce qui arrive a Moser, s'il survit ou non, et qu'est-ce qui l'a donc mis dans cet état ?! Rhaaaaa !
    Tu es dur de nous laisser comme ca ! :'(

    A la prochaine ;D

    Camille

  • clochinettedu76

    12/06/2015

    Et bah dis donc ! C'était chaud pour Prue, mais heureusement, elle y a échappé, et de justesse ! J'espère que Moser ira mieux. Et j'ai comme l'impression que ça risque d'être de plus en plus chaud pour Prue de garder son identité secrète...

  • hobbits-tale

    09/06/2015

    Hello!

    Ouf! Il s'en est passé des choses dans ce chapitre! Sur le coup, j'ai vraiment cru que tu allais tuer Moser, mais finalement non... :3 J'ai bien hâte de voir ce que la "resurrection" que Prue lui a fait subir apportera comme conséquences... C'est bien un Horcruxe qu'elle a fait de lui, non?

    Sinon, pour Sharp et Tracker, belle dualité. Tous deux défendent la même cause, ou presque, mais de manières totalementb différentes. J'ai bien aimé :)

    À dans... deux semaines? pour le prochain chapitre!

    Plume

Report abuse