Chapitre 4 : L'exil

« La vie que je chérissais tant a été détruite il y a deux ans. Plus rien ne me retient. Il ne me reste qu'à partir. Loin. »
 
Chapitre 4 : L'exil
 

| 15 novembre 1983 – Italie – Florence |


Diego n'avait plus qu'une chose en tête désormais : l'exil. Plus il y pensait, et plus il sentait que c'était la meilleure chose à faire. Il n'avait plus de doute sur la marche à suivre. Prue avait clairement exprimé sa volonté de fuir l'Angleterre... de fuir les combats. Pour lui offrir la paix qu'elle désirait tant, il n'y avait qu'un seul prix à payer. Et aux yeux de Diego, ça en valait la peine. Prue renonçait parce qu'elle était brisée... mais en fait, c'était l'occasion parfaite de raccrocher. Même quand elle sera guérie. L'exil leur offrirait enfin ce qu'ils n'avaient jamais eu en Angleterre : une vie normale. Diego ne pensait pas pouvoir y aspirer un jour, et désormais enfin, il voyait l'opportunité à portée de main. En renonçant à Tracker, Prue n'abandonnait pas seulement son clan... mais sa vengeance aussi, la lutte mortelle contre son père, et toutes les batailles engagées qui étaient au centre de sa vie. Elle mettait fin à de longues années de guerres et de souffrances. Elle lâchait enfin prise. Vu sous cet angle, était-ce si alarmant que Prue « dépose les armes » ? C'était surprenant la connaissant, et preuve de la gravité de son traumatisme... mais au fond, c'était une excellente chose. Un mal pour un bien en quelque sorte.

-__Remus ? appela Prue.

Diego sursauta et fit volte-face. Prue regardait en direction de la porte ouverte, effarée. Elle semblait vraiment voir quelqu'un. Diego comprit qu'elle avait une hallucination. C'était cruel ce qui lui arrivait. Voir les fantômes de son c½ur...

-__Prue... murmura Diego en se rapprochant d'elle.

Prue se tourna vers lui, les yeux emplis d'espoir. Diego s'en voulut de ne pas pouvoir lui apporter ce qu'elle voulait le plus. Prue comprit qu'elle hallucinait encore.

-__Il semble si réel parfois, dit-elle la voix étranglée.

Diego lui prit la main et la serra un peu fort, sous le coup de ses propres émotions. Mais Prue semblait ailleurs... toujours le regard fixé sur le fantôme qu'elle seule pouvait voir.

-__Prue... il faut que tu restes concentrée sur la réalité, conseilla Diego.
-__Ca ne t'ait jamais arrivé toi... ?
-__De ?
-__Voir ceux que tu as perdus ?

Diego secoua négativement la tête.

-__Jeff, ma mère, maintenant Remus... souffla Prue.

Diego resta silencieux. Jamais Prue n'avait parlé des morts qu'elle voyait. Mais maintenant qu'il le savait, il comprenait certains de ses souvenirs du camp... lorsque Prue regardait en silence un endroit invisible.

-__Ceux que nous aimons ne nous quittent jamais, termina Prue dans un murmure.

Diego la prit contre lui, attristé. Prue avait toujours eu du mal à oublier ceux qu'elle avait perdu. Et il savait que cette fois ce serait pire.


| 16 novembre 1983 |


Prue errait dans une forêt sombre et froide. Les arbres se dressaient au-dessus d'une vague de brume, si épaisse que le sol était invisible en-dessous. Prue ignorait ce qu'elle faisait là. Elle n'avait pas le contrôle de son corps. Elle se déplaçait, sans même avoir l'impression de marcher. Elle flottait plutôt. Oui c'est ça. Elle se rendit également compte qu'elle avait la respiration difficile. Un faible râle sortait de sa bouche à chacune de ses expirations. Mais seul son souffle sifflant lui permettait de le deviner, car elle ne sentait pas son corps. En fait, en regardant bien autour d'elle, elle se rendit compte qu'elle ne sentait rien. Le sol était couvert de neige, et le vent agitait les branches autour d'elle. Mais le froid ne l'atteignait pas, et le vent n'avait aucune emprise sur elle. C'est comme si elle était devenue insensible à toute sensation physique. Seul son esprit conservait un parfait état de fonctionnement. Un esprit clair, envahi par la rage et la frustration. Elle se sentait faible, tandis qu'elle errait sans but dans cette forêt inconnue.

La situation était étrange, et les lieux troublants, pourtant elle savait qu'elle était en sécurité ici. Elle ne risquait rien, c'était une certitude ancrée au fond d'elle. Alors elle continua à avancer, lentement, regardant tout autour, cherchant avec attention ce qui pourrait l'aider. Car elle avait terriblement besoin d'aide. C'était une sensation qu'elle n'avait jamais connu auparavant, et c'était une véritable source de colère de se retrouver ainsi. Elle avait survécu à la Mort de justesse, grâce à sa maitrise exceptionnelle de la magie noire. Cependant, même sa puissance trouvait ses limites, car elle n'avait pas réussi à quitter cette semi-existence. Elle était piégée. Elle avait besoin de reprendre des forces, et elle ne savait pas comment faire. C'était inédit. Jamais auparavant elle ne s'était retrouvée aussi désemparée. Jamais elle n'avait eu autant besoin de quelqu'un. Cette situation lui faisait horreur, elle qui s'en était toujours sortie seule, sans jamais rien demander aux autres. Il était humiliant pour elle de rester là, à espérer que quelqu'un finisse par la trouver... à espérer que ses loyaux serviteurs soient toujours à sa recherche.

Un bruit attira son attention. Elle se tourna vers la droite, repérant au loin la lueur orangée d'une lanterne. Elle glissa lentement dans cette direction, avide de découvrir l'identité de la personne qui s'aventurait ici. L'espoir la submergea à l'idée de reconnaitre un visage familier. C'était dur à admettre, mais elle avait grand besoin de mettre un terme à son exil. Cela faisait déjà trop longtemps qu'elle errait ainsi. Peut-être que cette nuit serait la dernière dans ces lieux. Ses espoirs retombèrent bien vite en apercevant la personne. Il s'agissait en réalité d'un jeune homme, qui avait une vingtaine d'années. Il avançait avec assurance dans cet environnement pourtant terrifiant. Prue en éprouva une terrible déception. Elle ne le connaissait pas. Il ne pouvait pas l'aider. Seul l'un de ses serviteurs le pourrait, mais jusque-là, personne n'avait réussi à remonter jusqu'à elle. Ce n'était pourtant pas les indices qui manquaient. Elle s'évertuait à provoquer des phénomènes étranges, dans la limite de ce qu'elle pouvait faire, dans le but d'attirer l'attention des bonnes personnes. Ses fidèles étaient-ils longs à la détente, ou préféraient-ils fermer les yeux sur ces pistes ? Cette pensa lui déclencha une colère destructrice. Elle ne pouvait compter sur personne. Il n'y avait qu'elle pour se sortir de là ! Si elle attendait après les autres, elle passerait le reste de l'éternité seule, piégée dans cette existence inutile. Il n'y avait pas de pire châtiment à ses yeux que d'être vivant, juste assez pour être de ce monde, mais pas pour y appartenir.

Prue se rapprocha alors du jeune homme, qui ne l'avait pas repérée. Il semblait en pleine santé, et vigoureux. Peut-être que ça allait marcher cette fois ? Elle l'espérait, car elle en avait assez de cette vie. Prue regarda aux alentours, pour s'assurer qu'ils étaient bien seuls, et que le jeune homme ne rejoignait personne. Elle reconnut ce sentiment qui naquit en elle : ce calme mêlé à la satisfaction avant de bondir sur sa proie.
« Non... »
Prue savait ce qui allait suivre, mais elle n'avait aucun moyen de l'empêcher. De reprendre le contrôle sur le déroulement des évènements. Pourquoi ? Elle lutta pour faire demi-tour, mais elle continuait à avancer. Contre sa volonté. C'était comme un cauchemar, d'un réalisme saisissant, dont elle ne parvenait pas à se réveiller. Elle était soudain prise d'une dualité insupportable. Son désir était de tuer ce jeune homme, alors que son esprit la retenait de toutes ses forces. Ce jeune homme ne méritait sûrement pas de mourir. La pulsion meurtrière fut plus forte. Prue fonça sa proie dans un sifflement strident. Le jeune homme eut à peine le temps de la voir, écarquillant les yeux d'effroi. Un hurlement retentit, et tout redevint noir.

Un hurlement sortit Diego de son sommeil. Paniqué, il regarda Prue allongée à côté de lui, qui semblait faire un horrible cauchemar. Elle était en proie à une crise visiblement. Il la réveilla pour la sortir de ce mauvais rêve. Elle se redressa vivement, les yeux fous, parcourue de violents tremblements.

-__Prue, tout va bien... tu es en sécurité ici, tenta de calmer Diego.

Prue semblait complètement paniquée. Elle regardait de tous côtés, comme si elle ne reconnaissait pas les lieux. Comme s'il y avait quelque chose de terrifiant auprès d'elle. Le souffle court, elle repoussa les draps trempés. Elle était en sueur. Diego s'inquiéta de la voir ainsi affolée. A quoi avait-elle bien pu rêver pour être dans un tel état de panique ? Jamais il ne l'avait vue ainsi... jamais. Elle était méconnaissable.

-__Ce n'était qu'un mauvais rêve, assura Diego en la prenant contre elle.
-__Ce n'était pas un rêve, dit-elle dans un sanglot.
-__Qu'est-ce que tu veux dire ?
-__Mon père...

Un vent de crainte balaya le c½ur de Diego. Quoi son père ?! Le Lord était-il de retour ?! Prue avait les larmes aux yeux. Elle tremblait toujours, en proie à une terreur sans nom.

-__Tu l'as vu ?! paniqua Diego.
-__J'étais...dans son esprit.
-__Où est-il ?!
-__Je l'ignore. Il erre dans une forêt. Il ne semblait pas avoir un corps humain. Mais il peut encore tuer. Il vient de le faire.

Diego la regarda les yeux écarquillés. Il n'avait pas prévu ça. Il connaissait le lien qui unissait Voldemort et sa fille. Prue était en train de décrire une connexion mentale. Elle était entrée dans l'esprit de son père pendant son sommeil, et avait pu voir à travers lui. Il fallait à tout prix qu'elle se contrôle, car si elle parvenait à entrer en contact avec son père, l'inverse était également possible. Cela mettrait toute tentative d'exil en échec, car le Lord pourrait la retrouver n'importe où qu'ils aillent. Diego réfléchit à toute vitesse, devant trouver une solution. Ce lien était une grave menace. La seule qui pouvait vraiment briser leur seconde chance. Il fallait à tout prix y remédier.

-__Repose-toi, dit Diego. Je vais veiller sur toi. A ton réveil, nous nous entrainerons à l'occlumencie. Il faut que tu te fermes comme avant.

Prue acquiesça, encore sous le choc. Pendant des années, elle avait appris à barricader son esprit, pour empêcher toute intrusion mentale, même pendant son sommeil. Malheureusement, sa captivité avait affaibli ses défenses et la rendait vulnérable.
Diego serra sa protégée contre lui et essaya de la rassurer, au moins pour stopper ses tremblements. Mais Prue était bien trop paniquée. Sentir la présence de son père et ses sentiments lui avait rappelé qu'il n'était pas mort. Que rien n'était vraiment terminé, et qu'un jour, il serait de retour. Cette perspective la hantait. Même sous sa forme actuelle, il était encore capable de faire des victimes. Ce monstre n'avait aucune limite.

-__Il faut vraiment que nous partions, insista Prue.
-__Tu ne peux pas voyager... rappela Diego. Il faut d'abord que tu reprennes des forces.
-__Pourquoi ne pas y aller en voiture comme tu l'as fait pour m'amener ici ?
-__Le voyage serait trop long. Et puis je n'ai pas encore fini de préparer notre arrivée là-bas.

Prue ferma les yeux, désespérée. Elle ne supportait plus de rester ici, dans ce manoir qui était à ses yeux une cible facile. Il fallait prendre la fuite tant qu'ils le pouvaient. Son père n'avait visiblement par réussi à revenir totalement à la vie, mais ce n'était qu'une question de temps. Elle le savait. Elle n'était pas encore débarrassée de lui. Jamais il n'abandonnerait. Il était déterminé à survivre, et il y parviendrait.

-__Il va revenir, dit-elle dans un souffle.
-__Oui... mais pas avant que nous ayons disparu. Lorsqu'il sera de retour, ça n'aura plus aucune importance. Nous serons loin. Si tu parviens à fermer ton esprit comme avant, il ne nous retrouvera jamais. Le monde est trop vaste.

Prue acquiesça, à peine rassurée. Diego lisait clairement la terreur dans les yeux de Prue. Sentir son père en vie avait de quoi lui faire peur. Le Lord reviendrait plus furieux que jamais d'avoir été vaincu. Et Prue ayant personnellement participé à sa défaite, le Lord se ferait un affaire d'honneur de la retrouver pour qu'elle paye. Pour l'instant, elle n'était que la proie des Mangemorts, mais bientôt, elle deviendra également celle de son père. Prue serait traquée sans relâche pour rendre compte de ses actes contre l'Armée du Mal. Diego le savait, et elle aussi. C'est pourquoi il était primordial qu'ils prennent la fuite le plus vite possible. La lutte n'était pas envisagée, Prue n'était pas en état de combattre. Cette nouvelle vie qu'ils avaient accepté de démarrer prochainement était leur seule issue. Et la seule faille, c'était cette connexion entre le Lord et sa fille. Diego était inquiet, car si Prue ne parvenait pas à se fermer comme avant, ils seraient en danger. Elle devait à tout prix réussir à forger à nouveau sa carapace mentale. Il était hors de question que le Lord parvienne à la détruire à nouveau, en transformant leur exil en drame. Diego voulait qu'elle échappe à tout ça. A toute cette souffrance. Qu'elle puisse vivre enfin en paix... et avec le temps, qu'elle finisse par être heureuse. C'est tout ce qu'il voulait pour elle.

| 20 novembre 1983 – Italie – Florence |


Depuis qu'elle était entrée en connexion avec l'esprit de son père, Prue avait trouvé une deuxième raison de reprendre des forces rapidement. Elle ne voulait pour rien au monde avoir affaire à nouveau au monstre qui avait détruit sa vie. Alors elle se reposait beaucoup et acceptait les petits repas fréquents, ainsi que des médicaments énergisants pour se rétablir plus vite. Elle devait à tout prix retrouver sa force mentale pour empêcher de nouvelles connexions intempestives avec son père. Elle aurait pu s'en servir pour savoir où il était, et surtout dans quel état, mais elle craignait trop les conséquences pour prendre un tel risque. Son père pourrait finir par se rendre compte des intrusions, et s'en servir à son tour contre elle. Ce n'était pas envisageable. Son seul souhait était de ne plus jamais revoir son père. De lui échapper définitivement. La peur avait éveillé en elle l'instinct de survie.

Son corps faible et fatigué l'avait empêchée de se lever toute seule depuis sa libération. Mais aujourd'hui, elle avait envie d'essayer. Chaque jour passé en Italie était pour elle un calvaire, car elle savait que les Mangemorts rôdaient, à leur recherche. Parmi ses cauchemars les plus horribles, l'attaque de ses cinq ans avait lieu à nouveau, sauf que cette fois, c'étaient des Mangemorts qui faisaient irruption dans le manoir, et c'était Diego qui mourait. Cette vision la terrifiait. Elle ne voulait pas que Diego meure. Ce serait le coup de grâce pour elle.
Alors, Prue prit une grande inspiration et bascula péniblement en position assise au bord du lit. Ce mouvement lui arracha un gémissement. Ses muscles étaient douloureux, tout comme ses articulations. Elle avait passé tant de temps allongée qu'elle ne savait plus bouger. Elle posa ses pieds au sol et poussa sur ses jambes pour essayer de se lever. Ses cuisses tremblèrent violemment, et elle dut se rasseoir pour ne pas tomber.

-__Prue ?

Elle lança un triste regard à Diego. Il l'observait depuis le seuil de la porte, en silence, un sachet de viennoiseries à la main. Elle ne s'était pas attendue à ce qu'il revienne aussi vite. Elle détestait qu'il la voie ainsi... si faible.

-__Tu veux te lever ? proposa Diego.
-__Je n'y arrive pas.

Diego s'approcha d'elle et lui tendit ses bras. Prue s'agrippa et essaya de se lever encore une fois. Diego la tira doucement pour l'aider. Mais ses jambes tremblèrent, et elle se rassit. Attristé de la voir aussi fragile, Diego resta toutefois impassible pour ne rien montrer de son chagrin. Ce devait être suffisamment difficile pour elle... elle n'avait sûrement pas besoin de voir la pitié dans ses yeux. Alors, il s'assit à ses côtés et la caressa d'une main dans le dos, pour la réconforter. Elle semblait dépitée.

-__Tu vas y arriver, encouragea Diego. Ton corps doit juste s'habituer à être à nouveau actif.
-__J'ai l'impression d'être infirme.
-__Ce n'est pas le cas.

Diego passa un bras autour d'elle et l'aida à se lever en la soutenant. Il sentait qu'elle avait du mal à tenir sur ses jambes encore trop maigres. Il lui fit faire néanmoins quelques pas dans la pièce. Prue croisa son reflet dans le miroir, qui la stoppa nette. Elle ne voyait qu'un cadavre. Son teint pâle lui rappelait celui de ses victimes quand la mort les enlaçait... et sa maigreur effrayante dégageait faiblesse et fragilité. Elle avait l'impression que le moindre choc pourrait la casser en deux, comme une allumette. Diego la regarda au travers du miroir sans ciller. Il la connaissait suffisamment bien pour deviner ce qu'elle ressentait à cet instant. Il l'embrassa sur la joue avec tendresse pour la réconforter. Mais Prue semblait écoeurée. Son dégoût fut accentué lorsqu'elle vit la marque de son ancêtre sur sa poitrine. Comme si cette simple vision suffisait à la blesser. Des larmes de rage coulèrent sur ses joues, tandis qu'elle continuait à fixer ce tatouage devenu insupportable pour elle. Il symbolisait Serpentard, mais surtout son lien avec son père. C'est lui qui lui avait dessiné cette marque. Et elle ne voulait plus porter le symbole du monstre qui avait détruit ce qu'elle avait de plus cher au monde.

-__Enlève-moi ça, demanda Prue les dents serrées.
-__Quoi ?
-__Le Basilic. Je ne veux plus le voir.
-__Prue, c'est une marque magique... je ne peux pas la faire disparaitre sans te mutiler. Il faudrait enlever toute la chair... et je ne suis pas sûr que ça cicatrise.

Prue ferma momentanément les yeux, se remémorant les contraintes liées à une marque magique. C'était bien plus qu'un simple tatouage. C'était un message gravé à jamais dans la peau.

-__Donne-moi ton couteau, ordonna Prue.
-__Compte pas là-dessus.
-__Je vais simplement le modifier un peu. Donne-moi ton arme Diego. Tu ne m'empêcheras pas éternellement de le faire, dit-elle avec une profonde rage.

C'était la première fois depuis son réveil que Diego apercevait la louve en Prue. Il consentit à lui donner son couteau, préférant être présent plutôt qu'elle le fasse seule. Prue posa la lame sur sa poitrine et la laissa glisser avec lenteur et précision. Malgré la fatigue, il résidait dans son regard une lueur assassine. Le sang perla légèrement, sans lui arracher la moindre grimace. Quand elle eut fini, Diego fit disparaitre le sang d'un coup de baguette, révélant la marque modifiée. Le Basilic portait désormais lui aussi une blessure au c½ur. Diego comprit la volonté de Prue par ce geste, et le message que cette entaille représentait. Prue reniait à jamais son père et ses origines. L'entaille dans le c½ur du Basilic restera gravée, comme celle qu'elle portait dans le sien, incurable.

Prue se détourna du miroir, ne voulant plus voir son reflet qui lui faisait horreur. Avec l'aide de Diego, elle retourna se coucher, résignée à se reposer encore. Son corps n'était pas prêt à supporter d'efforts trop intenses. Diego resta auprès d'elle, à la câliner silencieusement. Il savait qu'il n'y avait pas de mots suffisants pour décrire ce qu'elle ressentait. Elle avait accepté de se ressaisir pour lui, mais elle avait perdu le goût de la vie.

| 21 novembre 1983 – Italie – Florence |


Diego se leva de bonne heure. Il devait aller en Polynésie, pour trouver leur futur logement, et préparer leur nouvelle vie. La perspective de cet exil était un réel soulagement pour tous les deux, chacun espérant y trouver la paix et la sécurité. Diego déposa un baiser sur le front de Prue, encore endormie, et se résigna à partir. Il n'aimait pas la laisser seule, mais c'était nécessaire. Il fallait bien qu'il s'occupe de ramener à manger, et de préparer leur fuite. Il passa la journée sur l'île de Moorea, à visiter les maisons à vendre. Il en voulait une isolée, avec une belle vue sur la mer. Il fallait qu'il y ait de l'espace... qu'on s'y sente bien. Prue en avait grandement besoin. Le climat de l'île et la beauté de la nature seront sûrement favorables à son moral, qui demeurait bien bas jusqu'à maintenant. Elle broyait du noir depuis son réveil, même si elle essayait de faire des efforts pour Diego.

En Italie, Prudence ne mit pas longtemps à se réveiller. Elle venait encore de se perdre dans le passé... auprès de Remus. Maintenant que les Détraqueurs n'étaient plus là pour influencer son esprit, elle arrivait à se replonger dans les souvenirs heureux de sa vie. Ils étaient à nouveau accessibles. Elle n'aurait su dire si c'était réconfortant ou pire. Quand elle repensait à lui, elle se sentait bien... et puis, le drame de sa perte revenait, et c'était le vide complet dans son c½ur. Elle se haïssait de ne pas avoir réussi à le protéger. Lui et les autres. Elle savait depuis le début que les Maraudeurs étaient en grave danger... mais le temps avait fini par estomper la menace dans son esprit. Elle se sentait si confiante autrefois... tellement sûre de son plan. Elle pensait réussir. Elle avait commis la même erreur que son mentor. Comme Jack, elle avait tout perdu. Une larme coula sur ses joues à cette pensée. Elle tourna machinalement l'alliance autour de son doigt, tout juste assez gros pour ne pas la perdre.

 

La perte des Maraudeurs et le choix de l'exil laissaient un grand vide en elle. Elle avait tant besoin de revoir Jack. Julie et Hélène Noven. Ses amis et collègues Aurors. Le jeune Harry. Tous lui manquaient atrocement. Mais elle ne pouvait pas revenir. Ce serait pire. Elle les exposerait au danger. A l'heure qu'il est, les Black devaient la croire morte eux aussi. Elle savait qu'Orion pistait le moindre signe de son retour en Angleterre, auprès des siens. C'était sa faille. Le moyen de l'atteindre. Elle ne devait pas leur donner. Elle devait au contraire faire ce qui était le plus inattendu aux yeux des Mangemorts : disparaitre. S'exiler. Rester loin de ceux qu'elle aimait. C'était le seul moyen de les protéger. Elle ne supporterait pas que les rares survivants de son c½ur soient tués eux aussi. Ce choix lui faisait mal. Ca la déchirait un peu plus. Mais elle n'avait pas le choix. Elle devait disparaitre.

| Angleterre |


Orion Black frappa du poing sur la table, enragé. Pas de piste pour son Maitre. Pas de piste pour Prudence. Sa frustration était grandissante. L'humeur des quatre Mangemorts rescapés de l'assaut était massacrante. Ils passaient leur temps à changer de planque... à chercher le Lord disparu. Et quand il avait un peu de temps libre, Orion le consacrait à retrouver la trace de Prue. Il ne comprenait pas ce qu'il s'était passé. Il n'y avait rien indiquant son retour. Rien ! Pas de changement d'habitude auprès de son entourage... recherches toujours actives officiellement... pas d'annonce... rien ! Comment était-ce possible ?! Le sauvetage de Prue aurait dû faire la une des journaux. Orion l'avait espéré en tout cas dès le lendemain de l'assaut. Il était resté attentif aux nouvelles depuis... mais le retour de Prue n'était annoncé nulle part. Il ne comprenait pas. Ou alors, c'était pour la protéger que son sauvetage était resté secret ?

-__Encore en train de te faire du mal avec cette saloperie ? demanda Bellatrix de mauvaise humeur. Tu ferais mieux de chercher le Maitre !
-__Nous n'avons pas de piste pour le moment pour lui. Il faut bien essayer de la récupérer en parallèle ! Quand nous aurons retrouvé le Lord, il sera content qu'on lui serve sa fille sur un plateau. Que tout n'ait pas été vain !
-__Nous n'avons pas plus de piste pour elle. On ne sait même pas qui a pu la faire évader ! L'entourage de Prue était plutôt restreint... et aucun d'eux n'a pu mener l'assaut !
-__Il existe des équipes d'intervention spéciale, siffla Orion. Ils auraient pu être envoyés sur ordre des Aurors pour mener l'assaut, en toute discrétion.
-__Tu oublies le sang. Tu oublies les victimes ! Tu cherches l'annonce du retour de Prue, mais tu devrais plutôt chercher l'annonce des enterrements ! Aurors, policiers, ou autre enfoiré du Ministère ! S'il y avait eu des morts dans leurs rangs, on l'aurait su !

Orion resta bouche bée plusieurs secondes. Il était tellement obsédé par Prudence qu'il n'avait pas pensé à cet angle d'attaque. Bellatrix avait entièrement raison, il n'avait pas cherché du bon côté. Il fouilla dans sa mémoire, mais il ne se souvint à aucun moment d'une telle annonce dans la Gazette. Pourtant, autant de victimes au Département de la Justice Magique auraient dû faire la une des journaux. Et si ce n'était pas des Aurors qui étaient venus la chercher ? Orion eut beau réfléchir à cette option, c'était une impasse. Il ne voyait pas qui aurait pu venir la sauver.

-__Tu as raison, murmura pensivement Orion. Prue a été sauvée par une personne à laquelle nous n'avons pas encore pensé. Quelqu'un de son entourage nous échappe... quelqu'un qui aurait les compétences, ou les relations, pour mener ce genre d'assaut.

Bellatrix secoua vivement la tête, agacée. Leur cavale était suffisamment pénible depuis que leur refuge avait été détruit... ce n'était pas le moment de se disperser. Les tensions ne cessaient de monter au sein du quatuor. Walburga et Rodolphus avaient encore la volonté à continuer la quête du Lord, bien que ce soit déprimant jusqu'à maintenant. Par contre, il était hors de question pour eux de prendre des risques afin de retrouver Prudence Lupin. Walburga avait littéralement explosé en apprenant qu'Orion continuait la traque.

-__Maintenant que je t'ai ouvert les yeux sur cette piste, je vais te dire où elle mène, reprit Bellatrix avec colère. Ça nous évitera de perdre du temps. Tu sais pourquoi personne ne parle de son retour ?

Orion la regarda en silence.

-__Parce qu'elle est morte ! cracha Bellatrix. Elle était fragile... instable... et l'évasion a tourné au carnage. Tu veux retrouver Prudence Lupin ? Commence par les cimetières !

Orion resta silencieux, pensif. Peut-être que Bellatrix avait raison. C'était probablement l'explication la plus logique face à ce silence. Orion aimerait quand même en avoir la certitude. Il n'était pas question de laisser Prue guérir. La simple éventualité qu'elle soit quelque part, en sécurité, en train de se relever de cette épreuve, lui donnait des pulsions meurtrières. Elle ne devait pas s'en sortir.

-__Et si elle est en vie ? objecta Orion.
-__Alors nous n'avons plus qu'à espérer qu'elle ne recouvre jamais la santé... sinon, tout recommencera comme pendant la guerre ! Elle, qui nous prend pour cible ; et le Maitre, qui veut la récupérer !

La fidèle Mangemort tourna les talons, énervée de voir Orion plus obsédé par la traque de Prue que par celle de son Maitre.

-__Cette fois nous ne lui en donnerons pas l'occasion, promit Orion à voix basse.

Il ne s'acharnait pas à retrouver Prue pour satisfaire le Lord contrairement à ce qu'il laissait croire. Il ne voulait pas la récupérer. Il voulait la retrouver pour la tuer. Qu'elle ne puisse plus jamais nuire aux projets du Lord, et qu'elle paie enfin pour ses actes. C'est pourquoi, Orion n'était pas disposé à stopper ses recherches. Bellatrix venait de lui fournir une nouvelle piste, il devait la suivre. Il quitta discrètement l'appartement qui leur servait temporairement d'abri, n'ayant qu'une idée en tête : établir la liste des personnes qui constituaient l'entourage proche de Prue... pour savoir qui aurait pu la faire évader.

| 30 novembre 1983 – Italie – Florence |


Diego revint de sa petite virée en Polynésie, où il avait passé la matinée. Il avait enfin trouvé une maison qui lui plaisait. Maintenant, il devait s'occuper de toutes les démarches afin de préparer leur arrivée sur l'île, en tant que parfaits inconnus. Bientôt, il pourra amener Prue dans leur nouveau nid. Elle allait un peu mieux. La balance avait affiché une prise de poids de trois kilos, ce qui était une excellente nouvelle. Elle en avait encore beaucoup à prendre pour retrouver son poids de forme, mais Diego était confiant. Prue essayait de plus en plus de se déplacer. Elle avait un meilleur appétit aussi, même si elle n'était pas prête à faire un festin. La guérison serait longue.

De retour au manoir, Diego signala sa présence. Prue ne lui répondit pas, ou alors trop faiblement pour qu'il entende. Il déposa ses courses sur la table du salon et monta les escaliers rapidement, pressé de la revoir. Il n'était jamais rassuré lorsqu'il la quittait, craignant au fond de lui qu'un drame se produise. Cependant, il fallait bien qu'il s'absente de temps en temps. Il ouvrit la porte de la chambre, et fut stupéfait de ne pas voir Prue dans son lit. Pendant quelques secondes, la surprise bloqua Diego. Il se demanda où elle pouvait bien être, et s'imagina les pires choses. Les Mangemorts avaient-ils fini par la retrouver, comme elle le craignait tant ? Ou avait-elle décidé de partir, et d'en finir ?

-__Prue ! appela Diego d'une voix plus forte.
-__Je suis là.

Soulagé, Diego se dirigea vers l'origine de la voix. Il ouvrit la porte de la salle de bains et découvrit Prue dans la baignoire. Il sourit de la voir ainsi, dans l'eau chaude sous une épaisse couche de mousse. Elle avait eu l'idée en se souvenant de son retour du camp. Son premier bain lui avait fait un bien fou à l'époque, et aujourd'hui encore, c'était toujours aussi bon.

-__Une petite envie de baignade ? taquina Diego en s'asseyant sur le rebord de la baignoire.
-__Ça fait du bien, répondit Prue.

Diego s'insulta intérieurement de ne pas y avoir pensé plus tôt. La scène lui fit néanmoins bondir le c½ur, car Prue avait réussi à se déplacer toute seule de la chambre à la salle de bains, et elle avait pris l'initiative de faire quelque chose pour son bien-être. C'était plutôt encourageant.

-__Je pense que tu es prête à voyager, annonça Diego.

Prue eut un faible sourire. Ce n'était pas encore la grande forme, mais Diego était persuadé qu'elle retrouverait le moral en Polynésie. Une fois exilés, plus rien ne pourra ternir leur quotidien. Prue devra faire le deuil, et chasser les fantômes de son passé. Ce n'était pas une mince affaire, mais il croyait en elle. Elle y arrivera, comme toujours. Il sera là pour l'aider.


| 1er décembre 1983 |


Prue était assise au bord du lit, pensive. Diego avait fini de préparer leurs affaires. Ce n'était pas seulement l'Italie qu'ils quittaient... mais aussi tout le reste. Leur ancienne vie, leur entourage... tout. Ils repartaient de zéro. Prue espérait que l'exil soit suffisant. Contrairement à Diego, elle ne voyait pas ce départ comme une seconde chance... mais plutôt comme un moyen d'en finir avec ses batailles. En se tenant loin de l'Angleterre, Prue protégeait le peu d'êtres chers qui lui restait... et elle mettait fin à ses combats. Elle ne reprendra pas son rôle auprès de son clan... elle n'ira pas au bout de sa vengeance... elle ne finira pas la guerre contre son père... elle n'aura plus jamais à se battre pour défendre sa vie, ou toute autre cause. Le seul fardeau qu'elle aura à porter était celui du remord. Prue soupira en faisant tourner son alliance autour du doigt, le c½ur douloureux. Diego semblait plutôt joyeux à l'idée de partir. Il pensait vraiment pouvoir lui offrir une nouvelle vie. Mais Prue savait que ce n'était qu'un leurre. Une illusion. Jamais elle ne pourra oublier ce qu'elle avait vécu... et perdu. Jamais elle ne pourra vraiment se relever.

-__Tu es prête ? demanda Diego dans son dos.

Prue acquiesça lentement et fit l'effort de se lever. Elle était encore très fatiguée, mais elle avait tellement hâte de quitter cet endroit qu'elle prenait sur elle pour en laisser paraitre le moins possible. Elle n'était pas rassurée ici. Alors elle prit la main de Diego sans plus tarder, et se prépara mentalement pour un transplanage.

Il y eut un crac sonore, et ils se matérialisèrent devant une végétation exotique plutôt fournie. Prue était pliée en deux, le souffle coupé par le transplanage.

-__Ça va ? s'inquiéta Diego.

Le voyage, pourtant de courte durée, avait été intense pour elle. Elle avait mal partout. Prue releva la tête, parcourue de tremblements. Diego la soutint, de peur qu'elle ne tombe. Elle semblait très affaiblie. Ils auraient peut-être dû utiliser la voiture finalement.

-__Oui, souffla Prue. Ne restons pas là.

Diego se retint une nouvelle fois de dire qu'elle ne risquait rien. Ca ne servait à rien de lui répéter toute la journée. Il préféra la guider au-delà de la végétation, où leur maison apparue dans leur champ de vision. Leur nouveau domicile était chaleureux à vue d'½il. C'était une maison en très bon état, au milieu d'un immense jardin à la végétation colorée. De grands palmiers défiaient le ciel bleu. Une terrasse couverte était aménagée, pour pouvoir profiter de l'extérieur tout en étant protégé du soleil.

-__C'est très beau, complimenta Prue.

Ce que Prue appréciait le plus, c'était la protection de la végétation, qui rendait la maison invisible aux potentiels voisins. En regardant autour d'elle, elle aurait pu penser qu'ils étaient seuls sur cette île. Il n'y avait que la nature, et cette maison.

-__Tout le périmètre est sécurisé, assura Diego.

Prue le crut sur parole. Elle pouvait sentir la puissance des enchantements qui les entouraient. C'était rassurant.

-__Il y a tout ce qu'il faut ici, et nous sommes près des commerces, continua Diego. Nous avons un accès privé à une petite crique à moins de cent mètres. C'est un vrai petit coin de paradis.

Prue le regarda avec reconnaissance et se laissa guider à l'intérieur. La maison était loin du riche manoir italien de Diego, ou encore de celui des Halliwell. Mais c'était très bien. Prue appréciait la simplicité de cette nouvelle demeure. C'était confortable et très joli.

-__Il y a très peu de sorciers sur cette île, informa Diego. Il faudra veiller à ne pas user de la magie devant eux.

Prue acquiesça d'un air absent. Elle ne comptait pas sortir de leur nouveau domaine de toute façon. Elle avait trop peur des personnes qu'elle pourrait croiser. Elle pourrait être reconnue. Et puis, elle n'avait pas utilisé la magie depuis longtemps, avec ou sans baguette. Elle n'était pas prête à s'en servir de nouveau.

-__Ça te plait ? demanda Diego. Je l'ai choisie en retrait pour qu'on soit tranquilles.
-__C'est parfait, dit-elle sincèrement.


| 02 décembre 1983 – Ile de Moorea |


Premier jour sur l'île. Prue était trop fatiguée pour sortir, alors elle se reposait. Diego en profita pour faire une petite balade. Il avait commencé à visiter lorsqu'il cherchait une maison, mais il voulait en savoir plus sur Moorea. Pour parfaitement s'intégrer à la population, il devait connaître les coutumes, les traditions, le rythme de vie... il voulait tout savoir pour se fondre dans la masse. C'était primordial que les habitants ne fassent pas attention à eux. Et la première chose à travailler, ce serait le français. C'était une langue difficile par rapport à l'anglais. Prue avait appris quelques bases pendant sa formation, mais pas plus. Elle maîtrisait l'espagnol, peut-être que ça l'aiderait. Diego acheta pas mal de livres, et plein de cadeaux qui pourraient éveiller la curiosité de Prue. Il voulait vraiment lui donner envie de partir à la découverte de l'île.

De son côté, Prue était confortablement installée dans le fauteuil. Il pleuvait au-dehors, mais la température restait néanmoins élevée. Elle ne connaîtrait jamais le froid ici, c'était une certitude. Diego avait laissé plusieurs magazines sur Mooera, traduits d'un coup de baguette. Elle y avait appris qu'il n'y avait que deux saisons : l'hiver austral, et l'été austral. Les deux étant chaudes dans tous les cas, avec une amplitude thermale de 21 à 30°C. Rien à voir avec l'Angleterre. Ici, le froid n'existait pas. Prue sentit que ce climat allait lui plaire. 
Elle continua de feuilleter le magazine. Diego avait choisi sans doute l'un des plus beaux magazines sur l'île. De sublimes paysages étaient fixés dans des photographies de grande qualité. Les plages étaient superbes, et la couleur de l'eau donnait envie de se baigner. Surtout lorsque la légende indiquait une température du lagon à 23 au pire, à 26 au mieux. Cette île semblait réellement paradisiaque. Cependant, Prue n'était pas prête de sortir. Dehors, elle se sentait à découvert... en danger. Alors qu'ici, elle était en sécurité. C'est la seule chose que ce voyage lui avait apporté pour l'instant. Peut-être qu'avec le temps, ça changera, mais elle en doutait. Elle n'arrivait pas à se sortir la dernière bataille de la tête... où elle avait vu Remus pour la dernière fois.

La mort dans l'âme, elle songea que Remus aurait aimé un endroit pareil. Elle referma le magazine et s'allongea sur le canapé, pensant encore une fois à l'homme qu'elle avait perdu. Elle fit machinalement tourner son alliance. C'était devenu un véritable tic. Elle avait l'impression de garder une partie de Remus avec elle au travers de cette bague, et un fragment rescapé de son ancienne vie. La perte de Remus était une plaie à vif impossible à apaiser. Une maladie incurable. Malgré l'exil, de nombreux éléments ici lui rappelaient son homme.

Cette île lui faisait penser à leur voyage de noces annulé. La pleine lune lui rappelait leurs nuits nocturnes, où ils étaient ivres de liberté. Son ventre encore trop maigre contrastait avec son souvenir un peu arrondi d'avant sa captivité. Comment aurait été sa fille si elle ne l'avait pas perdue suite à sa blessure ? Et cette vie que promettait Diego, calme et sans souci, n'avait rien à voir avec le souvenir de la guerre en Angleterre, dans laquelle Prue s'était lancée pour pouvoir vivre avec Remus. Tout. Tout la ramenait à l'homme qu'elle avait aimé. Cet homme exceptionnel avec qui elle aurait voulu partager sa vie. Elle aurait mené toutes les guerres pour lui. Elle ferma les yeux, se rappelant de son doux visage... de son sourire, et par-dessus tout, de son magnifique regard qui avait le don de la faire chavirer. Son c½ur se serra en se souvenant de ses tendres baisers. Le manque était toujours là, immense et impossible à combler. Jamais elle ne l'oublierait. Elle aurait aimé le voir une dernière fois, au travers de son fantôme, pour lui dire combien elle était désolée de ne pas avoir réussi à le protéger. Malheureusement, Remus ne saura jamais à quel point elle était navrée. Il s'était laissé tuer en la croyant morte, alors qu'elle était en vie... il ne pouvait pas y avoir de plus cruelle injustice. Le drame avec Jeff s'était reproduit. Le remord était dur à vivre. Le manque était insupportable. Elle ressentait une sensation de vide impossible à combler. Cette mort intérieure avait rongé tout son être en apprenant la mort des Maraudeurs, dans le refuge des Mangemorts. Il avait fallu que Cygnus prononce quelques mots pour la détruire à jamais. C'est comme si elle avait succombé ce jour-là elle aussi, sans pouvoir mourir pour autant. Son immortalité était son fléau. 

| 06 décembre 1983 – Ile de Moorea – 11h |


Diego soupira en voyant Prue dans le canapé. Cette première semaine d'exil avait apporté peu d'amélioration. Prue était seulement plus calme. Sinon, rien n'avait changé. Elle était toujours aussi morne et fatiguée. Diego se dit que ça allait passer. Qu'elle avait juste besoin de temps et de repos. Il ne pouvait pas y avoir de miracle du jour au lendemain. Mais il redoutait le rythme qui était en train de s'installer.

 

Prue restait à l'intérieur de la maison, et faisait peu de choses de la journée, malgré les sollicitations de son frère de c½ur. Comme elle était encore faible, Diego n'insistait pas. Il ne voulait pas la brusquer. Il ne lui restait qu'à espérer que ça ne dure pas ainsi. Prue ne manifestait aucune volonté à découvrir son nouveau territoire. Elle n'allait même pas dans le jardin. Pourtant, l'extérieur de la maison était très agréable. Diego soupçonna une tendance paranoïaque chez elle. A contrecoeur, il se résigna à sortir. Il avait des courses à faire, et ne pouvait pas éternellement les reporter. Prue ne semblait pas prête à l'accompagner de toute façon. De son côté, Prue resta dans le fauteuil. Elle était pensive. Ailleurs. Diego la retrouva dans la même position qu'il l'avait quittée, une heure plus tard. Il y avait une tristesse infinie dans son regard, et un vide difficile à ne pas remarquer. En sentant la présence de Diego, Prue sortit de ses pensées et ébaucha un faible sourire. Diego ne resta pas et alla directement dans la cuisine, le c½ur lourd. Il commença à se demander s'il avait fait le bon choix. Prue n'était pas heureuse ici.
« Elle ne le sera nulle part » pensa Diego avec amertume.
Il aurait donné cher pourtant pour revoir un vrai sourire sur son visage... qu'elle retrouve sa joie de vivre, et cette lueur magnifique si rare qui faisait pétiller son regard avant que sa vie ne bascule.

| . . . |


Les jours passèrent à l'identique, et s'étirèrent en semaines. Prue reprit encore du poids, retrouvant peu à peu un appétit correct. Elle semblait moins épuisée aussi, bien que de profondes cernes la marquent encore. Physiquement, il y avait donc du progrès. Mais mentalement, aucun. Diego songea qu'elle faisait une dépression. Prue parlait peu, aimait se retrouver seule... et ne faisait pas grand-chose. Diego la surprenait souvent dans une sorte d'état second. Elle n'était pas vraiment là. Diego commençait à désespérer. Il faisait de son mieux pour essayer de lui remonter le moral, en vain. Elle faisait l'effort d'ébaucher un sourire parfois... mais c'était faux. Elle se forçait. Elle n'allait pas bien en réalité.

Dépité, Diego termina de se préparer pour sortir. Il avait besoin de faire une petite balade pour se changer les idées. En voyant l'air triste sur son visage, Prue consentit à faire un effort pour lui. Elle s'en voulait de le faire souffrir. Il ne méritait pas son comportement. Diego faisait beaucoup pour elle.

-__Attends, retint Prue. Je viens avec toi.

Diego s'arrêta net, surpris. Néanmoins, comme c'était la première fois que Prue manifestait son envie de sortir, il s'enquit de l'aider à se préparer.

A pas incertains, ils sortirent de la maison. Agrippée au bras de Diego, Prue avançait prudemment vers le portail. Elle le fixait avec une certaine appréhension. C'était une frontière à ses yeux. Au-delà de ce portail, elle n'était plus en sécurité. Diego sentit la tension de son amie. Il ne fit aucune remarque cependant, et ouvrit le portail. Prue le suivit sans broncher, bien que son rythme cardiaque s'affola.
« Calme-toi » se dit-elle. « Tout va bien. »
Diego prit le sentier qui menait à la petite crique. En chemin, Prue regarda fréquemment derrière elle, et sursauta au moindre bruit. Diego lui murmurait des mots rassurants pour qu'elle se calme et profite de leur balade. Elle essayait de se concentrer sur sa respiration... de se répéter que tout allait bien, et que rien ne pouvait leur arriver ici. Mais il y avait une peur au fond d'elle impossible à faire taire. Elle se sentait traquée. Elle pensait aux Black... à son père... et elle avait peur. Peur d'être retrouvée. Diego serait alors tué lui aussi. Prue s'arrêta nette, le souffle coupé. La crainte d'un nouveau drame la tenaillait.

-__Prue ?

La respiration de Prue devint sifflante, comme si elle étouffait. Diego comprit qu'elle avait une nouvelle crise d'angoisse. Prue chercha à reprendre son souffle. Elle avait l'impression que l'air ne passait plus dans ses poumons. Diego lui insuffla de l'oxygène d'un coup de baguette, attristé. Il ne pensait pas qu'elle referait de crise ici. Sachant que c'était peine perdue pour cette fois, Diego la ramena à la maison. Prue semblait complètement chamboulée. Ses mains tremblaient légèrement, et sa respiration était encore difficile. Troublé par cette crise, Diego l'installa dans le canapé et ferma les volets. La peur consumait Prue de l'intérieur.

-__Je suis désolée, s'excusa Prue la voix tremblante. C'est plus fort que moi.
-__Ce n'est rien, assura Diego en s'asseyant à côté d'elle. Nous allons trouver une solution.

Il la fit basculer contre lui pour la prendre dans ses bras. Ça lui faisait mal de la voir dans cet état. Il ne savait pas quoi faire pour remédier à ses peurs. Alors il décida de faire des recherches, à défaut de pouvoir consulter un médecin. Prue n'était pas un cas à part... il devait bien y avoir des pistes de guérison.

| 15 janvier 1984 |


Diego avait mis en place un programme à domicile pour lutter contre les troubles post-traumatiques de Prue. Elle était rongée par l'anxiété. La simple idée d'être à nouveau capturée par les Mangemorts lui déclenchait de violentes crises, pendant lesquelles une peur intense l'envahissait. Diego se sentait aussi impuissant qu'elle dans ces moments-là. Comment la rassurer ? Comment la convaincre qu'elle était en sécurité ? Que ses ennemis ne pouvaient pas la retrouver ? Elle était si troublée que sa raison se taisait. Elle ne voyait plus le monde autour d'elle comme il l'était, elle le voyait seulement dangereux, dans n'importe quelle situation. Elle était sur ses gardes, réagissant au moindre bruit suspect.

Alors le but était de la relaxer. Diego avait complètement revu la décoration de la maison, pour la rendre encore plus apaisante. La journée, il faisait plusieurs séances de massages doux, des exercices de relaxation, des bains chauds, des jeux de société... il avait mis des musiques de détente aussi, qui s'entendaient dans la maison, en fond. Diego essayait tout ce qu'il trouvait pour détendre Prue, sans passer par des médicaments. Il ne voulait pas qu'elle devienne dépendante à des cachets, qui la feraient replonger si elle arrêtait le traitement. Il voulait une solution efficace et durable. C'était aussi un formidable moyen de passer d'agréables moments avec elle. Pendant les séances, elle se détendait complètement. Diego parvenait à chasser ses craintes momentanément. Il était sûr qu'elle finirait par se calmer pour de bon. En attendant, il s'occupait d'elle, de lui faire plaisir, et lui ramenait souvent des cadeaux lorsqu'il partait faire des courses. Le soir, il câlinait Prue longuement jusqu'à ce qu'elle parvienne à trouver le sommeil. Il lui parlait de ses découvertes quand il partait en vadrouille. Comme à leur retour du camp, Prue souffrait d'insomnie. Elle craignait de s'endormir, et de retourner en enfer en rêve, alors elle luttait contre l'endormissement, préférant rester dans les bras de Diego. Celui-ci était conscient du rôle majeur qu'il devait jouer dans sa guérison.

Prue lui était vraiment reconnaissante pour tout ce qu'il faisait. Il se mettait en quatre pour elle. Il se consacrait totalement à son rétablissement. Il était en quelque sorte son médecin personnel. Prue était consciente qu'elle lui devait beaucoup. Il l'avait sauvée des Mangemorts, et il s'était désormais donné pour mission de la guérir. Comme elle avait pris soin des prisonniers du camp, c'était à son tour d'être soignée. Cela lui faisait bizarre d'ailleurs. Souvent, elle repensait à la femme forte qu'elle était autrefois, courageuse et déterminée. Elle trouvait qu'elle était tombée bien bas. Elle se maudissait chaque fois qu'elle sentait la peur la dominer. Chaque fois que les souvenirs venaient se superposer à la réalité. Elle se sentait faible. Un sentiment insupportable. Comment avait-elle pu en arriver là ? Les Détraqueurs avaient réussi à faire d'elle ce qu'elle détestait le plus : une proie apeurée. Elle tentait de lutter contre ça, mais il était difficile de reprendre le contrôle de ses émotions. Elle faisait des efforts considérables pour essayer de se dominer, et de calmer ses réactions. Elle ne supportait pas de faire vivre cette épreuve à Diego, car il souffrait presque autant qu'elle, elle le savait.

| 07 février 1984 – Ile de Moorea – 11h |


Prue rejoignit Diego dans la cuisine, où il déballait les courses. Il avait prévu de cuisiner avec elle une spécialité de l'île. Prue appréciait la cuisine, alors il avait cessé de recourir à des sortilèges pour préparer la nourriture. C'était une activité de détente supplémentaire qu'ils pouvaient partager ensemble. Diego appréciait beaucoup la cuisine locale, bien meilleure que celle de l'Angleterre.

-__Qu'est-ce que c'est ? demanda Prue en montrant une seconde poche.
-__Ton cadeau d'anniversaire, répondit Diego avec un grand sourire.

Prue resta de marbre plusieurs secondes. Elle avait complètement oublié que c'était son anniversaire. Le temps s'était suspendu pour elle depuis sa captivité.

-__Merci, dit-elle. Il ne fallait pas.
-__Ce n'est pas grand-chose...

Diego sortit le paquet et l'offrit à Prue. Incertaine, elle déballa, se demandant ce que pouvait bien contenir un tel emballage. C'était petit et plat. En ôtant le papier cadeau, elle se rendit compte qu'il s'agissait d'un sachet de graines de rosiers. Prue le fixa, la gorge nouée.

-__Je me suis dit que ça te ferait plaisir qu'il y en ait un dans le jardin, dit Diego. Le climat n'est pas très adapté, mais quelques sortilèges devraient l'aider à survivre.

Prue essaya de rester concentrée sur le présent, mais elle ne cessait de revoir le visage de Remus, souriant, alors qu'il lui offrait une rose magnifique contenant l'alliance en guise de demande en mariage.

-__C'est une bonne idée, finit par dire Prue, d'une voix un peu émue. Mais nous n'avons aucun outil de jardinage pour le planter.
-__Nous sommes des sorciers, rappela Diego avec le sourire.
-__Je préfère ne pas utiliser la magie.

Diego était si content qu'elle accepte de jardiner, et donc de sortir, qu'il ne releva pas la remarque.

-__J'irai acheter les outils nécessaires.

Prue lui sourit et l'aida à finir de ranger les affaires, pour cacher son trouble. Diego s'inquiéta toutefois par ce nouveau refus d'utiliser la magie. Il se demanda juste quand est-ce que Prue acceptera à nouveau d'assumer son statut de sorcière. Depuis son évasion, elle n'avait pas fait une seule fois appel à la magie. Pourtant, Diego lui avait ramené une bonne baguette. Elle ne valait pas celle que Prue avait autrefois, mais c'était tout de même une bonne remplaçante. Prue ne l'avait même pas prise en main. Pourtant, il lui faudrait bien pratiquer à nouveau un jour. Elle ne pouvait pas se comporter comme une Cracmolle. En cas de besoin, elle devait savoir utiliser cette baguette comme si c'était la sienne.
« Chaque chose en son temps » pensa Diego.
Ce n'était pas une priorité. Pour l'instant, l'important était de ramener le calme dans l'esprit de sa protégée. L'entrainement reviendrait plus tard. Beaucoup plus tard.

L'après-midi, ils plantèrent les graines de rosier après avoir travaillé la terre. Diego dut lancer quelques sortilèges sur la plantation, pour favoriser sa croissance.

-__Dans quelques jours, il sera presque aussi grand que celui de ton manoir, se réjouit Diego.

Prue ne dit rien, regardant l'endroit où ils avaient planté les graines avec tristesse. Pour elle, ce rosier représenterait un hommage discret à Remus. En souvenir de leur amour, qui ne fanera jamais, comme la rose éternelle qu'il lui avait offerte. Remus restera à jamais dans son c½ur.

 
Chapitre 4 : L'exil

 
Hello ! Ca faisait bien longtemps que je n'avais pas posté un chapitre en avance ! J'espère que vous avez apprécié la lecture de cet exil. Prue a bien changé, et elle est maintenant loin de l'Angleterre, et de toutes les batailles qu'elle a pu livrer autrefois. Est-ce que ça durera ? Je crois que vous avez une idée de la réponse  ;) 
Le mot de Tracker est en ligne, à la suite.
Le prochain chapitre sera publié dans deux semaines. 
A bientôt donc !
Je vous souhaite de bonnes vacances si vous avez la chance d'en avoir ! Sinon... beh bossez bien !

Tags : L'histoire d'un assassin - Partie 2 : La (re)naissance de l'Assassin - tome 3

Leave a comment

We need to verify that you are not a robot generating spam.

See legal mentions

Don't forget that insults, racism, etc. are forbidden by Skyrock's 'General Terms of Use' and that you can be identified by your IP address (54.80.83.123) if someone makes a complaint.

Comments :

  • assassin-maraudeurs

    12/11/2017

    Elisa wrote: "Salut ! Ca faisait un petit moment que je n'étais pas passée voir ton blog ( travail tous les soirs jusque tard dans la nuit est réveil tôt le matin, la prochaine fois je m'avancerai pendant les vacances ^^) et je n'ai pas été déçue, ce qui ne change pas de d'habitude :)

    Cela me déprime un peu de voir Prue si faible et surtout le fait qu'elle ait l'air d'avoir perdu sa combativité. C'est l'une des choses que j'aimais le plus c'est elle, le fait qu'elle ne baisse jamais les bras. En même temps je la comprends un peu, savoir ses amis morts n'est pas facile pour elle, après tout c'est pour eux qu'elle avait continué à se battre.

    J'espère que l'on reverra les mauraudeurs, au moins savoir comment ils sont morts. Je ne pense pas qu'ils soient morts ou en tous cas pas tous. Ce n'est que mon avis mais je ne pense pas qu'elle reprendra le combat s'ils sont vraiment morts, et je ne suis pas sûre que tu vas la laisser en Polynésie le reste de sa vie ;) Alors ça me laisse espérer que Prue retrouvera Remus. Après tout Cygnus est tout à fait capable de mentir à Prue juste pour lui faire mal.

    Concernant son bébé tu n'en parles pas souvent alors on ne peut pas deviner mais de toute façon c'est théoriquement impossible que le bébé soit vivant sinon il serait né depuis longtemps. Pendant un moment je me suis dis qu'il était possible qu'on lui ai menti et que son bébé était vivant , puis qu'ils aient profité de ses longues périodes d'inconscience pour prendre le bébé une fois les 9 mois écoulés. Et oui ça va loin ! :) Mais après j'ai abandonné cette idée parce que :
    - d'après ce que tu as écrit dans le dernier chapitre du tome 2 la femme qui lui a annoncé la mort de son bébé avait l'air sincère
    - ils n'ont aucune raison de faire ça et il leur est même préférable que Prue n'est aucun descendant
    - Prue se serait surement aperçu de la taille de son ventre
    - tu n'as donné aucun indice concernant la présence possible d'un bébé dans le repère des mangemorts
    Mais je ne peux pas m'empêcher d'y repenser parfois parce que toutes les raisons que j'ai écrit au dessus ne sont pas vraiment bonnes puisque :
    - la femme peut être vraiment désolée pour elle juste parce qu'elle sait que Prue ne verra jamais son enfant et elle peut aussi juste faire semblant
    - il est possible que Bellatrix ait interdit de tuer bébé parce que Voldemort ne voulait pas tuer Prue et donc qu'il aurait peut-être voulu garder en vie l'enfant
    - tu as écrit qu'elle faisait des rêves éveillés et qu'elle croyait voir les gens qu'elle aimait alors il est possible qu'elle ait remarqué son ventre arrondi en qu'elle ait cru que c'était encore son imagination
    - le bébé a pu être emmener autre part, dans la famille d'un mangemort ou autre
    Bref ça va loin mais bon... Après tout un humain a besoin d'espérer même si c'est quasiment impossible, si on n'espérait pas, la vie ne serait pas très joyeuse :)

    J'aimerais bien savoir ce qu'il s'est passé dans le monde sorcier pendant l'absence de Prue, mais j'imagine qu'on va très bientôt le savoir ;)

    J'ai encore beaucoup de truc que j'aimerais te dire mais ce serait beaucoup trop long à écrire surtout qu'on ne peut pas dire que j'ai écrit un petit commentaire x) Mon imagination pense à tout plein de truc concernant les maraudeurs mais bon... j'expliquerais une autre fois.

    En tous cas bravo pour ton fabuleux travail et porte toi bien :)
    "

    Hello !
    Un grand merci pour ton commentaire détaillé ! En plus de faire plaisir, c'est très intéressant pour moi d'avoir des opinions / des théories, ça m'aide beaucoup !

    C'est vrai que Prue n'est pas au meilleur de sa forme depuis le début du tome 3. Elle a beaucoup souffert, et sa captivité laisse des marques.

    Pour tes théories sur les Maraudeurs et sur la fille de Prue, tout ce que je peux te dire, c'est que beaucoup de lecteurs se demandent en effet si j'ai écrit la vérité à leur sujet, ou s'il reste encore un espoir de revoir quelques-uns de ces personnages... et que vous aurez prochainement des débuts de réponse.

    Merci encore, vraiment, pour chacun de tes commentaires, qui sont toujours un plaisir à lire, instructifs, et encourageants !

    Un aperçu du chapitre 5 est en ligne si tu veux avoir une idée de la suite. Et dans tous les cas, le chapitre sera publié la semaine prochaine, ou pendant le week-end.

    D'ici là, je te souhaite bon courage pour tes études !!

    A bientôt :)

  • Elisa

    11/11/2017

    Salut ! Ca faisait un petit moment que je n'étais pas passée voir ton blog ( travail tous les soirs jusque tard dans la nuit est réveil tôt le matin, la prochaine fois je m'avancerai pendant les vacances ^^) et je n'ai pas été déçue, ce qui ne change pas de d'habitude :)

    Cela me déprime un peu de voir Prue si faible et surtout le fait qu'elle ait l'air d'avoir perdu sa combativité. C'est l'une des choses que j'aimais le plus c'est elle, le fait qu'elle ne baisse jamais les bras. En même temps je la comprends un peu, savoir ses amis morts n'est pas facile pour elle, après tout c'est pour eux qu'elle avait continué à se battre.

    J'espère que l'on reverra les mauraudeurs, au moins savoir comment ils sont morts. Je ne pense pas qu'ils soient morts ou en tous cas pas tous. Ce n'est que mon avis mais je ne pense pas qu'elle reprendra le combat s'ils sont vraiment morts, et je ne suis pas sûre que tu vas la laisser en Polynésie le reste de sa vie ;) Alors ça me laisse espérer que Prue retrouvera Remus. Après tout Cygnus est tout à fait capable de mentir à Prue juste pour lui faire mal.

    Concernant son bébé tu n'en parles pas souvent alors on ne peut pas deviner mais de toute façon c'est théoriquement impossible que le bébé soit vivant sinon il serait né depuis longtemps. Pendant un moment je me suis dis qu'il était possible qu'on lui ai menti et que son bébé était vivant , puis qu'ils aient profité de ses longues périodes d'inconscience pour prendre le bébé une fois les 9 mois écoulés. Et oui ça va loin ! :) Mais après j'ai abandonné cette idée parce que :
    - d'après ce que tu as écrit dans le dernier chapitre du tome 2 la femme qui lui a annoncé la mort de son bébé avait l'air sincère
    - ils n'ont aucune raison de faire ça et il leur est même préférable que Prue n'est aucun descendant
    - Prue se serait surement aperçu de la taille de son ventre
    - tu n'as donné aucun indice concernant la présence possible d'un bébé dans le repère des mangemorts
    Mais je ne peux pas m'empêcher d'y repenser parfois parce que toutes les raisons que j'ai écrit au dessus ne sont pas vraiment bonnes puisque :
    - la femme peut être vraiment désolée pour elle juste parce qu'elle sait que Prue ne verra jamais son enfant et elle peut aussi juste faire semblant
    - il est possible que Bellatrix ait interdit de tuer bébé parce que Voldemort ne voulait pas tuer Prue et donc qu'il aurait peut-être voulu garder en vie l'enfant
    - tu as écrit qu'elle faisait des rêves éveillés et qu'elle croyait voir les gens qu'elle aimait alors il est possible qu'elle ait remarqué son ventre arrondi en qu'elle ait cru que c'était encore son imagination
    - le bébé a pu être emmener autre part, dans la famille d'un mangemort ou autre
    Bref ça va loin mais bon... Après tout un humain a besoin d'espérer même si c'est quasiment impossible, si on n'espérait pas, la vie ne serait pas très joyeuse :)

    J'aimerais bien savoir ce qu'il s'est passé dans le monde sorcier pendant l'absence de Prue, mais j'imagine qu'on va très bientôt le savoir ;)

    J'ai encore beaucoup de truc que j'aimerais te dire mais ce serait beaucoup trop long à écrire surtout qu'on ne peut pas dire que j'ai écrit un petit commentaire x) Mon imagination pense à tout plein de truc concernant les maraudeurs mais bon... j'expliquerais une autre fois.

    En tous cas bravo pour ton fabuleux travail et porte toi bien :)

  • Harry-Potter-generationx

    07/11/2017

    > Hello !
    Tes commentaires me donnent toujours autant la pêche, merci ! :D
    Profite bien du calme ... ça ne va plus durer. Vous avez tous bien compris dans quel état se trouve Prue, ce qu'elle a vécu, les traumatismes, tout ça.... il est temps de repasser aux choses sérieuses !

    Effectivement, Prue ne s'est pas encore remise à l'occlumencie. Trop faible. Pour l'instant, le plus urgent était qu'elle se rétablisse physiquement déjà ! Mais sinon, tu as tout à fait raison, Prue doit s'entrainer à nouveau, sinon l'exil ne servira à rien.

    Bon ça me rassure un peu si tu te réconcilies un peu avec Diego. C'est vrai qu'il a fait un choix difficile, mais il l'a fait pour elle avant tout.

    En effet tu as raison, Voldemort va revenir. C'est d'ailleurs l'objet du prochain chapitre (no spoil, mais il s'appelle Renaissance, je donne l'aperçu le week-end prochain). Du coup... la guerre reprendra tôt ou tard... et Prue devra faire le choix de rester spectatrice ... ou pas.

    Haha, tu t'ajoutes à la liste des lectrices qui veulent savoir pour les Maraudeurs, et revoir Jack:Noven !! :P Comme je vous comprends... moi qui ne les mentionne même plus depuis le début (sadique que je suis). Là encore, certaines attentes seront satisfaites ... bientôt ! ;)

    Merci encore en tout cas, ça me fait toujours autant plaisir de lire tes commentaires !
    Bonne soirée :)

    _______________________

    Re salut !

    Ecoute, voir le commentaire annonçant qu'un nouveau chapitre est sortie me rends toujours dingue alors c'est le moins que je puisse faire ^^

    Franchement, je ne sais pas ce que tu nous réserve mais j'ai hâte !!!! Depuis que je suis ta fiction, c'est à dire longtemps (pas le tout début mais j'ai commencé alors que tu n'avais pas encore finis le tome 1) je n'ai jamais été déçue ! Tu es super douée et je sais que je vais me sentir vraiment triste quand on arrivera a la fin ! :'(

    C'est normal que tout le monde se pose des questions, tu ne laisses aucuns indices mais on fait tous le lien avec la véritable histoire, on essaie de deviner ce que tu as changer et donc ... c'est une torture pour nous !!! x)

    Bonne soirée ! :D

  • Harry-Potter-generationx

    06/11/2017

    Hello !

    Quel chapitre ! Calme et posé, ça change de ce que tu écrivais avant ;)
    Bon il y a bien le moment où Prue est dans la tête de son père, tu as vraiment bien écrit se passage, au début je pensais qu'elle rêvait où que c'était un moyen de nous montrer que la Prue que l'on connaissait tentait de revenir, même si je trouvais bizarre l'emploi du terme serviteur xD

    Par contre, ce que je ne comprends, on dirait que Prue ne s'est pas entrainer à l'occlumancie avant de partir pour la Polynésie, ça serrait vraiment con que Voldemort entre dans sa tête par hasard et voit où elle se trouve ... Tout le travail de Diego tomberait à l'eau ! :o

    Bon, j'avoue, Diégo remonte dans mon estime, il fait tout pour aider Prue, il se donne vraiment du mal et c'est triste que Prue ne soit pas receptive au début :/

    La scène du tatouage me laisse à penser que la Prue combattive reviendra un jour, différente mais elle reviendra. Je ne pense pas qu'elle restera terrée en Polynésie jusqu'à la fin de ton histoire. Surtout que maintenant, tu as changé l'histoire, Harry n'a aucun lien avec Voldemort, c'est Prue qui est liée à lui. Or, tout le monde sait que son cher et tendre père va revenir un jour ou l'autre !!!

    Je garde toujours espoir que tu n'ai pas tué tous les maraudeurs lors de la bataille du 31 Octobre ! J'aimerais beaucoup revoir Jack et les Nowen, les Aurors, voir comment évolue tout ce petit monde en l'absence de Prue, des Maraudeurs et en période de Paix !!

    Bon, je crois que j'ai tout dit, à la prochaine !! :D

    Camille

  • LeMaitreDesLieux

    05/11/2017

    Quel rebondissement ! Alors comme ça, Prue et Voldemort sont bien liés mentalement et cet affreux cauchemar nous le rappelle avec force. Je me demandais comment tu allais nous raccrocher aux événements passés, c'est chose faite ! Diego a raison, si Prue n'arrive pas à remettre ses barrières mentales, l'exil ne servira à rien. Voldemort reviendra plus fort que jamais avec une soif de vengeance plus forte qu'avant. Les choses ne vont vraiment pas en s'arrangeant ...

    La scène est triste mais j'aime beaucoup, parce que ça me semble tellement réel. La faiblesse de Prue, sa rage, son envie de renier ses origines, le comportement de Diego. Très triste mais très réel, bravo !
    Petit tour chez les Black et leur quête de vengeance, enfin surtout pour Orion. Il ne lâchera rien, jamais, et j'attends de voir s'il arrivera jusqu'à la piste de Diego.

    Le rétablissement sera long, difficile et douloureux. La quiétude du lieu risque d'être troublé à un moment ou un autre, la question est quand. J'espère juste que Prue se sera mieux remise, qu'elle sera plus en forme et qu'elle sera apte à pratiquer la magie. Sinon ... Sinon je ne suis pas sûre qu'elle survive, ou même que Diego survive Mais bon, normalement, tu ne vas pas tuer Prue ^^

    J'ai hâte de lire la suite !
    Dragoste

    PS : l'hommage à Remus via le rosier était très beau.

  • MikaWolfeHP

    01/11/2017

    Wow! Toujours aussi bon ^^
    C'est tellement réaliste comment tu présentes son choc post-traumatique! Vraiment, bravo!
    Mais dis, elle s'est pratiquée à l'Occlumencie pour réétablir ses barrière mentale contre une possible intrusion?
    Et les mangemorts savent qu'elle est la fille de Voldemort pcq elle leur avait dit en fin du tome précédent, cest bien ça? Mais ils ne savent que ça, pas qu'elle est Tracker?
    Et oui ça doit lui faire un grand bien d'être calme là! Jme demande bien si elle va refaire de la magie... Et si elle se rétablira complètement :o
    J'ai comme l'impression qu'ils ne seront pas tranquille longtemps!
    J'ai comme aussi une petite impression que tu nous réserves une surprise :D p-e en lien avec son bébé? :o Ou un maraudeur... XD
    Va-t-on retrouver Jack aussi? :'( !!!
    Bref :D je suis toujours ultra fan!!!

Report abuse