Chapitre 7 : Un ennemi insoupçonné

« La peur et l'ignorance font commettre des erreurs. De graves erreurs. Avec du pouvoir, ça devient une folie. » 
 
Chapitre 7 : Un ennemi insoupçonné
 
| 16 mars 1988 - Ministère de la magie – QG des Aurors |


Retour des Mangemorts : Celui-Dont-On-Ne-Doit-Pas-Prononcer-Le-Nom aurait-il survécu ?
Une véritable tragédie s'est déroulée la nuit dernière dans le village de Wiggle. Les Mangemorts sont sortis de l'ombre après sept ans d'absence. Selon les premiers résultats de l'enquête, l'attaque a été brève et d'une rare violence. Les autorités, alertées tardivement, n'ont pu intervenir à temps pour combattre les Mangemorts. On dénombre pour l'instant 562 morts. Ce nombre déjà effroyable risque cependant d'augmenter au cours des prochains jours.
« C'est une évidente déclaration de guerre » commente tristement Alastor Maugrey, chef des Aurors. « Les Mangemorts ont annoncé leur retour, et envoient un message à toute l'Angleterre. C'est une mise en garde envers nous tous, et une menace de mort pour les nés-moldus. Wiggle était le village comptant le plus de nés-moldus en Angleterre. Je leur conseille de quitter le pays en attendant qu'on ramène la paix. Les Mangemorts ne vont pas s'arrêter là. »

Alors que la terreur recommence à se répandre, une question effraie encore plus : Vous-Savez-Qui est-il lui aussi revenu ? Assassiné pendant la Glorieuse Bataille par Albus Dumbledore, les chances d'une survie au sortilège de mort sont assez faibles. Pourtant, Dumbledore lui-même n'écarte pas cette possibilité : « N'oublions pas qu'il s'agit du mage noir le plus puissant et redoutable de notre temps. L'éventualité de sa survie n'est donc pas à exclure. » a-t-il confié.
Comme si ce n'était pas déjà suffisamment alarmant, le secret de notre communauté a lui aussi failli être percé.
« Ils ne se cachent plus, même pas pour les moldus. Ils ont bien failli violer le secret de notre communauté » a déclaré notre Ministre. Le nettoyage des preuves a pris des heures avant de transformer le carnage en attaque terroriste moldus. Il serait

Lyall Lupin stoppa sa lecture en lançant la Gazette sur le bureau avec colère. Depuis le massacre qui avait eu lieu à Wiggle, il n'arrivait plus à se calmer. Pendant sept ans, il avait aidé Dumbledore dans la quête des Horcruxes, avec la peur au ventre constante de voir le Lord revenir avant qu'ils aient terminé. Le cauchemar était devenu une réalité. Le Lord était de retour, et il possédait encore des Horcruxes intacts, rendant son assassinat aussi inutile que la première fois.

 

L'Auror se passa une main légèrement tremblante sur le visage. La pression était lourde, et le poids de la responsabilité écrasant. Il fallait à tout prix rendre Voldemort mortel. Cette fois, le mage noir était passé à la vitesse supérieure. La violence et la cruauté de cette attaque avaient répandu une vague de terreur dans tout le pays. Les articles au sujet de l'attaque avaient été traduits dans toutes les langues. Tous les pays, même les plus éloignés, étaient au courant de ce drame. Le monde entier avait désormais les yeux rivés sur l'Angleterre. Le secret de la communauté magique risquait d'être brisé à tout moment, ce qui faisait monter les tensions déjà trop fortes. Lyall avait l'impression d'être lancé droit dans un mur, sans pouvoir faire quoi que ce soit d'autre que de se préparer à l'impact. Il pressentait un grand malheur.

| Ministère de la Magie – Bureau ministériel |


Cornelius Fudge était assis dans son fauteuil, vidé. Son corps était engourdi, parcouru de tremblements réguliers. Il avait l'impression de ne plus avoir de forces. Son esprit était prisonnier de la panique. Il y a sept ans, l'Angleterre était sortie des ténèbres à la mort du Lord. Il avait fallu du temps pour que les anglais s'en remettent... mais au moins, ils étaient en paix et en sécurité. La vie avait peu à peu repris un cours normal. Il n'y avait plus à craindre l'apparition funeste de Mangemorts. Pour ces derniers au contraire, c'était devenu un calvaire. Les rôles s'étaient inversés. Les Aurors, déchaînés, s'étaient lancés dans une chasse à l'homme pour traquer les déserteurs. Une chasse qui avait bien souvent payé. Mais voilà que l'Angleterre basculait à nouveau. Les Mangemorts étaient de retour, ramenant avec eux l'horreur de la guerre. Et le pire, c'est que le mage noir à leur tête était immortel.
« Tout est fichu » se répéta mentalement le Ministre.
La révélation de Dumbledore par rapport aux Horcruxes avait été le coup de grâce pour le Ministre. Il ne voyait pas comment gagner la guerre si leur ennemi était immortel. Même si Dumbledore lui avait assuré qu'il y avait encore de l'espoir, Fudge n'y croyait plus. Il était lassé de gouverner. C'était invivable d'avoir la responsabilité de gérer cette crise... de savoir toute la population en danger, et de ne pouvoir rien faire pour la protéger vraiment.

-__Mr. le Ministre, appela doucement l'un de ses prédécesseurs peint sur un tableau derrière lui. La réunion va bientôt commencer.

Fudge poussa un profond soupir. Les réunions de crise s'enchainaient pour mettre des plans d'actions en place et organiser la défense. Mais de toutes, celle-ci serait la pire. Il n'y avait que deux invités : Albus Dumbledore, et le Premier Ministre Britannique moldu. Deux personnes que le Ministre évitait de voir en temps normal. Mais dans les circonstances, il devait laisser toutes les rivalités de côté. 

-__Bonjour Cornelius, salua gravement Dumbledore.
-__Bonjour.

Les deux hommes s'observèrent, sachant tous les deux qu'une coopération était requise dans un moment aussi difficile. Dumbledore était le sorcier le plus craint par Voldemort... et celui qui avait réussi à le vaincre. Son implication dans la guerre était donc importante. Il faisait partie des héros qui représentaient l'espoir de victoire.

-__Il arrive, prévint un personnage de tableau.

Les deux hommes se tournèrent vers la cheminée. Le Premier Ministre moldu fit son apparition, à la fois défait et déterminé.

-__Bonjour, dit-il les dents serrées.

S'il y a bien une chose que détestait le Premier Minitre moldu, c'était d'être invité à une réunion avec les sorciers. Cela n'arrivait qu'en de très rares occasions... mais c'était à chaque fois synonyme de terribles nouvelles. Le Premier Ministre moldu était un homme dur et froid, qui aimait contrôler parfaitement la situation. Il gouvernait depuis des décennies, sans jamais faillir. Alors, comme lors de la première guerre sorcière, le Premier Ministre trouvait insupportable de devoir compter sur des gens aussi bizarres que les sorciers pour résoudre une telle situation de crise. 

-__Je suppose que si vous m'avez fait venir, c'est que les responsables de cette dramatique attaque sont sorciers ? envoya le Premier Ministre sans mettre de gants.
-__En effet, confirma Dumbledore.
-__C'était facile pour vous de maquiller ce drame en attaque terroriste moldus... cracha le Premier Ministre avec mépris. Je me retrouve à devoir chercher un faux coupable, et à prendre des mesures injustifiées !
-__Nous sommes désolés des répercussions de cette décision sur votre politique, renvoya Fudge avec amertume. Mais nous avons pensé qu'il serait plus facile de reporter la faute sur vos terroristes habituels, que de dévoiler l'existence d'une communauté sorcière.
-__Faut-il en conclure que vous êtes à nouveau en guerre ? La paix est-elle trop ennuyeuse pour des gens comme vous ? De qui s'agit-il cette fois ?
-__De Mangemorts, comme la dernière fois. Les soldats de Lord Voldemort.

La colère du Premier Ministre ne fit que grandir. Il fusilla ses interlocuteurs du regard, avec beaucoup de haine dans les yeux.

-__Il y a sept ans, vous m'avez dit que ce Lord machin était mort de votre propre main Dumbledore ! M'auriez-vous menti ?
-__Non, je l'ai bien tué. Malheureusement, la magie peut faire bien des miracles... Le mage noir a réussi à survivre.
-__Quoi ? Comment est-ce possible ?
-__Nous l'ignorons encore.
-__En clair, vous n'êtes pas plus aptes à protéger l'Angleterre que la dernière fois ! 
-__Nous faisons tout notre possible ! s'emporta Fudge.
-__Vous le faites mal ! rugit le Premier Ministre.

Le Premier Ministre était dans une colère noire. Il se mit à tourner en rond, comme un chien enragé dans une cage. Il devait prendre les choses en main. Puisqu'il était dans le secret de cette communauté, et leader du pays, c'était à lui de prendre les mesures nécessaires. 

-__Je savais que ça arriverait un jour ! cracha le Premier Ministre. Nos deux communautés sont vouées à s'affronter !
-__C'est faux, et vous le savez, rétorqua Dumbledore.
-__Les Mangemorts sont la preuve du contraire ! Comment je fais pour protéger mon peuple ? Les anglais n'y sont pour rien dans vos querelles meurtrières !
-__Vous allez devoir vous fier à nos propres forces armées, répondit calmement Dumbledore. Le niveau d'alerte est maximal... nous allons fusionner les brigades comme la première fois, et nous avons fait appel à nos alliés pour reconstituer une armée.
-__Ce ne sera pas suffisant !
-__Vous avez une meilleure idée ? renvoya Fudge irrité.

Le Premier Ministre lui lança un regard noir. Une idée ? Bien sûr qu'il en avait une ! Il savait que les sorciers représentaient un grave danger, il l'avait toujours su. A l'instant même où il avait appris leur existence. C'est pour cette raison qu'il avait pris des mesures il y a bien longtemps. Sa seule hésitation désormais, c'était d'en faire part aux deux hommes en face de lui. Mais c'était peut-être l'occasion qu'il attendait pour mettre son plan à exécution. 

-__Je suis à la tête du pays, rappela le Premier Ministre. Il est de mon devoir de gouverner et de protéger les anglais... croyez-vous que je n'ai jamais pensé aux mesures à prendre dans le cas où la situation déraperait ? Que j'ai compté sur vous ?

Les deux sorciers ne cachèrent pas leur surprise. Quel genre de mesures pouvait prendre un moldu... envers des sorciers ?

-__Nous vous écoutons, encouragea Fudge, s'attendant à une proposition absurde.
-__Je dispose d'une armée de sorciers...

Dumbledore sursauta violemment, regardant le Premier Ministre avec effarement. Fudge resta immobile, sous le choc. Avait-il bien entendu ? Le Premier Ministre avait constitué une armée de sorciers, et lui, le Ministre de la Magie, n'était pas au courant ? Qui dans son gouvernement avait bien pu coopérer secrètement avec la communauté moldue ? Et d'où sortaient ces mystérieux soldats ?

-__Comment pouvez-vous disposer d'une telle armée ? demanda Dumbledore d'une voix tendue.
-__Ça n'a aucune importance, répliqua froidement le Premier Ministre. Je l'ai, c'est tout.

 

Fudge était tellement au bord du gouffre que la perspective de nouveaux alliés était très alléchante. Cette armée secrète pouvait apporter le souffle dont ils manquaient dans cette nouvelle guerre. Seul Dumbledore ne parvenait pas à se réjouir. Le mystère autour de cette armée ne présageait rien de bon.
 
-__Qu'attendez-vous de nous ? demanda Fudge.
-__Vous avez l'habitude de maquiller la vérité... alors pour justifier l'apparition de cette armée, vous direz que suite à la première guerre, vous vous êtes rendu compte de l'importance d'en avoir une. Pas une composée de flics ou autre, mais de vrais soldats entraînés à la guerre. Je suis sûr que votre communauté accueillera cette nouvelle avec joie.

Cornelius trouva l'idée plutôt crédible, et envisageable. Avec cette armée, les sorciers avaient peut-être une chance de l'emporter sur celle de Voldemort. 

-__Qu'en dites-vous Dumbledore ? demanda Fudge.
-__Nous pourrions effectivement nous laisser tenter... en pensant que c'est la bonne option, répondit le concerné. 
-__C'est la bonne option, assura le Premier Ministre avec fermeté.
-__Si vous aviez réellement pour seule intention de nous aider à remporter notre guerre... vous n'auriez pas constitué cette armée dans le secret. Et vous n'auriez pas non plus attendu une telle situation de crise pour en parler. Non, je pense plutôt que vous voulez attaquer notre communauté de manière plus globale, parce que nous représentons un danger pour vous, Mangemorts ou non. Vous ne savez pas faire la différence, parce que vous n'avez jamais cherché à apprendre réellement de nous. Le drame de Wiggle est donc un très bon prétexte à vos yeux, pour infiltrer vos soldats dans nos rangs. 
 
Le Premier Ministre eut un sourire mauvais en coin. A l'instant même où il pensait pouvoir berner ces deux imbéciles, l'un d'eux s'avérait justement très clairvoyant. 
 
-__Vous êtes très intelligent Dumbledore, complimenta le Premier Ministre.
-__Vous êtes un grand malade, répondit Albus. Déclencher une guerre entre nos deux communautés ne peut mener qu'à l'extinction des moldus. J'espère que vous en êtes conscient.
-__Vous n'avez pas idée de la puissance de mon armée...
-__J'ignore ce que vous avez dit à ces soldats pour qu'ils acceptent de coopérer... mais à l'instant où ils connaîtront vos intentions, ils se retourneront contre vous. Une armée sorcière ne peut pas accepter de détruire sa propre communauté.
-__Vous pensez qu'ils ont le choix peut-être ?! s'esclaffa le Premier Ministre.
 
Dumbledore ne répondit plus, soudain très méfiant. Il sentait qu'il y avait quelque chose de terrible derrière cette armée. Le Premier Ministre semblait être un homme bien plus dangereux qu'il n'y paraissait. Fudge était quant à lui en train de se décomposer. Pendant quelques secondes, il avait cru voir une solution se profiler... maintenant, il pressentait le cauchemar arriver. Le pire de tous.
 
-__Avec les bonnes méthodes, et un peu de patience, il est possible de formater les gens... nargua le Premier Ministre. 
 
Dumbledore esquissa un mouvement vers sa baguette, mais le Premier Ministre moldu fut plus rapide. En un éclair, il sortit un pistolet et tira sur les deux hommes, en pleine gorge. Dumbledore et Fudge tombèrent à genoux à l'impact. A leur grande surprise, ils n'avaient pas reçu une balle... même si c'était très douloureux. Ils saignaient très peu. Le tir n'était pas mortel.
 
-__Je viens de vous injecter une puce, informa le Premier Ministre. Une puce qui vous empêche de pratiquer la magie.
 
Il sortit une deuxième arme pour tenir ses adversaires en respect. Fudge dégaina sa baguette d'un geste vif. 
 
-__Expelliarmus !
 
Rien ne se produisit. Le Premier Ministre ricana devant cette tentative. Fudge regarda sa baguette comme si elle était soudainement défaillante. Il était tellement surpris qu'il resta planté là, la bouche grande ouverte. Il ne comprenait pas ce qui se passait. Dumbledore lui-même ressentit une grande crainte face à cette démonstration. Il eut beau essayer à son tour de déplacer discrètement un objet... ne serait-ce qu'une plume... Rien ne bougea. 
 
-__Celui-là tire de vraies balles, prévint le Premier Ministre en désignant son arme. Je vous suggère donc de rester tranquilles. 
 
Les deux sorciers étaient tellement sous le choc qu'ils ne bougèrent plus. C'était incroyable ce qu'il se passait en ce moment dans cette pièce, et très inattendu. Très grave aussi. Des moldus avaient mis au point une arme contre les sorciers.
 
-__Comment avez-vous pu être assez naïfs pour penser que je resterais sans rien faire pendant toutes ces années... cracha le Premier Ministre avec haine. Deux espèces humaines ne peuvent pas cohabiter. C'est toujours l'espèce dominante qui l'emporte, et qui condamne l'autre à disparaître. Mais je refuse que ça soit nous !
-__C'est faux... nous pouvons cohabiter, nous le faisons depuis des siècles ! rétorqua vivement Dumbledore. 
-__Une belle illusion d'harmonie !
-__Vous provoquerez une guerre mondiale si vous vous en prenez à la communauté sorcière, fit remarquer Fudge.
-__Raison pour laquelle je vais sagement attendre que vous frappiez les premiers. Quand les Mangemorts révéleront votre existence... ceux que vous appelez « moldus » auront conscience du danger que vous représentez. Ils attendront de moi que je prenne les mesures nécessaires pour vous combattre. Les autres pays en feront autant. Alors oui, la guerre pourrait bien devenir mondiale... mais avec les armes dont je dispose, je peux vous assurer que vous n'avez pas la moindre chance face à nous. Cela fait des décennies que je me prépare pour cette guerre. C'est vous qui mourrez. Les sorciers disparaîtront.
 
Pour la première fois de sa vie, Dumbledore ressentit une haine d'une rare violence le submerger. Le monstre en face de lui complotait depuis des années, en espérant que ce jour finisse par arriver. Il attendait patiemment un prétexte pour tenter d'exterminer les sorciers.
 
-__J'ai hâte que ce jour vienne, avoua le Premier Ministre. Bientôt, il ne restera plus rien de vous. Le monde n'aura plus à faire les frais de votre magie !
 
Le Premier Ministre moldu retourna dans la cheminée et disparut sans rien ajouter, un sourire dément collé sur son visage cruel. Son masque était tombé... révélant un redoutable ennemi. Un ennemi que personne n'avait vu grandir dans l'ombre, et qui était désormais prêt à frapper de toutes ses forces.
 
-__Ils ont trouvé le moyen de nous rendre Cracmol ! s'offusqua Cornelius. 
-__Je suis certain qu'il suffit d'enlever cette puce pour retrouver nos pouvoirs, assura Dumbledore en se relevant. Aucune science, aucune magie ne peut priver un sorcier de ses dons.
-__Nous devons l'empêcher de mettre en ½uvre son plan !
-__Et pour cela, nous devons préserver le secret de la magie coûte que coûte. Si le monde n'apprend pas notre existence, il ne pourra pas déclencher de guerre sans que ça retombe sur lui. 
-__Les Mangemorts risquent à chaque fois de révéler notre secret ! s'écria Fudge à bout de nerfs. 
-__Nous devons nous préparer à cette éventualité. Il faut mener l'enquête... pour détruire les armes que possèdent les moldus contre nous... et localiser l'armée. Je suis sûr que les soldats sont retenus prisonniers quelque part, avec cette puce dans le corps. Sinon, le Premier Ministre n'aurait jamais réussi à constituer cette armée.
-__Comment faire ?! Nous n'avons jamais soupçonné l'existence de ce complot contre nous ! L'enquête sera très difficile. Et puis d'ailleurs... à qui confier cette mission ? Si notre communauté apprend que les moldus ont créé des armes contre nous...
-__Voldemort n'aura aucun effort à faire pour convaincre les sorciers de rejoindre sa cause. Les moldus seront exterminés.
 
Les deux hommes se regardèrent gravement.
 
-__Je sais à qui confier ce secret, assura Dumbledore. Mais avant, débarrassons-nous de cette maudite puce.
 

| Poudlard |


Dumbledore convoqua Lyall sitôt revenu dans son bureau à l'école. L'Auror était son partenaire depuis de nombreuses années maintenant, dans la quête des Horcruxes et dans l'Ordre du Phénix. C'était quelqu'un de confiance, Albus savait qu'il pouvait partager les plus grands secrets de guerre avec lui. 

-__Bonjour Albus, salua Lyall. J'ai fait aussi vite que j'ai pu.
-__Je te remercie.
-__Que se passe-t-il ? Une nouvelle piste ?
-__Non. J'étais en réunion avec le Premier Ministre moldu et Fudge... j'ai découvert quelque chose d'épouvantable. La guerre pourrait bien devenir mondiale.
-__Quoi ?! Que s'est-il passé ?!
-__Le Premier Ministre moldu compte profiter de notre guerre... pour nous la déclarer.
-__Mais c'est stupide... les moldus n'auraient pas la moindre chance face à nous. 

Dumbledore raconta alors ce qu'il s'était passé avec le Premier Ministre moldu. Lyall en fut abasourdi. 
 
-__Alors vous... vous ne pouvez plus pratiquer de magie ? 
-__Je me suis enlevé cette puce pour pouvoir revenir ici au plus vite. Une opération qui m'a demandé beaucoup de vigilance pour ne pas me trancher la gorge. 
-__Alors il suffit de l'enlever ? 
-__Oui. Mais pendant un combat... ce serait un atout décisif. Les sorciers ne pourraient plus se défendre face aux armes moldues, qui sont aussi redoutables que nos sortilèges.

Lyall était enragé contre le Premier Ministre moldu, et paniqué à l'idée qu'il passe à l'acte. C'était une terrible découverte en effet... qui pouvait changer le monde. 
 
-__On doit agir ! 
-__Oui... et c'est pour cette raison que je t'ai fait venir. Les Horcruxes ne seront plus notre seule priorité désormais... nous devons également mettre la main sur ces armes... et retrouver les soldats pour les ramener de notre côté. 
-__Le Premier Ministre va sûrement redoubler de vigilance maintenant qu'il vous a avoué son secret ! Il va peut-être même effacer le preuves !
-__En effet. Heureusement, il ne peut pas effacer sa mémoire. Un simple tour dans son esprit nous permettra de tout savoir. 
-__Il ne vous laissera jamais approcher. 
-__Raison pour laquelle nous devrons nous préparer à une mission d'infiltration très délicate. Mais j'ai de bons espoirs. La magie nous donne l'avantage... notamment avec un peu de Polynectar.

Lyall sourit en voyant clair dans l'esprit de Dumbledore. Ce n'était pas dans ses habitudes d'abuser ainsi de la magie... mais le Premier Ministre avait choisi les règles du jeu. Il avait opté pour un combat inégal.

-__J'ai déjà participé à des missions de protection au palais royal, rappela Lyall. Je connais les lieux et le protocole.  
-__Je ne voudrais pas te mettre la pression, mais il est impératif que tu parviennes à soutirer des informations rapidement. Pour l'instant, le Premier Ministre est dans l'attente d'une occasion pour nous déclarer la guerre... profitons-en pour le prendre de vitesse.
 
Lyall acquiesça. Il devait se mettre au travail immédiatement. S'infiltrer ne sera pas facile, et il n'aura droit qu'à un seul essai. Il prit donc congés sans plus tarder. Lui qui pensait que la situation ne pouvait pas être pire...
 

| Polynésie – Île de Moorea |

~ Point de vue de Prue ~


J'étais exténuée. J'avais appris le retour des Mangemorts le matin même... et depuis, Diego m'entraînait sans relâche. Il me poussait à bout depuis des heures. J'avais l'impression que ma formation avec Jack appartenait à une autre vie. J'avais toujours de bons réflexes, mais j'étais lente dans mes coups, et je n'anticipais plus aussi bien les attaques de mon adversaire. Résultat, je me faisais rapidement déborder. Diego parvint à nouveau à me toucher, et il dut lui-même me rattraper pour m'épargner un vol plané. Je récupérai ma baguette, fatiguée. J'étais découragée de voir l'ampleur du travail qu'il me restait avant de retrouver mon niveau. 

-__Tu te débrouilles bien, rassura Diego.
-__Tu parles, renvoyai-je dépitée.
-__Prue... le vrai problème, c'est que tu n'as pas envie de te battre. Je le vois dans tes yeux. Il n'y a aucune conviction dans tes coups. Imagine que je suis un Mangemort... imagine que je suis ton père, et que notre fils est en danger de mort. Tu as suffisamment fait de cauchemar à ce sujet, ça ne devrait pas être difficile de te mettre en situation.

Certes, mais cela ne changeait pas le visage de Diego en celui de mon père. En plus d'avoir perdu mon niveau de combat, je craignais de blesser Diego.

-__Aller, range ta baguette, demanda Diego. On change d'exercice.
-__Je ne veux pas me servir de mes pouvoirs contre toi, rappelai-je fermement.
-__Tu n'as pas le choix. Tes pouvoirs sont les seules armes qui te permettront de garder l'avantage face à n'importe quel adversaire. Aie confiance et tout ira bien. C'est le dernier exercice pour aujourd'hui.

Je soupirai avec un certain agacement. N'ayant pas usé de mes pouvoirs sans baguette depuis longtemps, ils étaient devenus très instables. Je ne les maîtrisais plus. C'est comme si quelque chose s'était brisé en moi. Mais Diego, borné, posa un couteau sur la commode et fit apparaître une cible sur le mur d'en face. L'exercice était simple en théorie... et pourtant, j'eus beau me concentrer de toutes mes forces, l'arme ne bougea pas d'un centimètre. J'avais l'impression de revenir à l'époque où j'apprenais tout juste à me servir de la magie.

-__Fais le vide dans ton esprit, conseilla Diego.

Je fermai les yeux et respirai à fond, essayant de trouver le calme. A l'époque où je pensais que la fureur était le déclencheur le plus efficace de mes pouvoirs, Jack m'avait appris que c'était au contraire la maitrise de soi. Mais j'eus beau essayer... rien ne se produisit. Dépitée, je demandai à Diego d'en rester là pour aujourd'hui. J'étais épuisée.

-__Nous reprendrons demain, concéda Diego. Viens, je vais te préparer quelque chose à grignoter. Tu as besoin de reprendre des forces.

Je me laissai entrainer dans le salon, où se trouvait notre fils. Je le pris dans mes bras pour le câliner, heureuse de pouvoir à nouveau m'occuper de lui. Il était toujours aussi sage. Il m'accueillit d'un grand sourire, ce qui me redonna instantanément le moral. Je m'assis dans le fauteuil avec lui, pour souffler un peu. Mon regard se posa machinalement sous la table basse. Il y avait un morceau de papier brûlé, et quelques traces de cendres. Je ramassai le papier. « ième guerre ». C'est tout ce qu'il restait. Deuxième guerre. L'article parlait du retour des Mangemorts. Pourquoi Diego avait-il détruit le journal ? 

-__Et voilà ! s'écria Diego de la cuisine.

Je jetai le papier au sol, mine de rien. Diego revint dans le salon avec un plateau de fromage et de charcuterie, des tranches de pain grillé, et deux verres de vin rouge. On aimait bien s'accorder ce genre d'apéritif de temps en temps.

-__Merci, soufflai-je.

Je n'arrivais pas à me détacher de ce mystérieux article. Je ne comprenais pas pourquoi Diego l'avait brûlé. Etait-ce de colère, ou pour me cacher quelque chose ? Diego se rendit compte de mon trouble.

-__Tout va bien Prue ?
-__Je ne peux pas m'empêcher de me poser des questions sur ce qu'il s'est passé en Angleterre.

Diego cessa de mâcher pendant une seconde.

-__Tu ne devrais pas, dit-il un peu durement. C'est derrière nous tout ça.

Je regardai Diego avec un certain étonnement. Il semblait irrité que je m'intéresse au sort de notre ancien pays.

-__Nous avons tout ici, reprit Diego plus doucement. La paix, un fils, la sécurité, et tout ce dont nous avons besoin. Je t'en prie, laisse le passé derrière toi.

J'acquiesçai lentement, quelque peu dépitée. Diego faisait tout pour que j'aille bien... et il avait raison, nous avions tout ici. J'avais tort de me poser des questions sur une guerre que je ne pouvais de toute façon pas reprendre. Il était hors de question que je retourne au combat. Je n'étais plus apte à remporter cette bataille. Il y a des années, j'aurais pu... j'avais le plan, les compétences, et la détermination. Aujourd'hui, j'avais seulement une famille. Et c'était largement suffisant. La seule chose que j'avais à faire, c'était m'entraîner, au cas où on serait retrouvé. Je devais pouvoir protéger ma famille.

Alors le lendemain, l'entrainement repris, encore plus intense. Diego ne se rendait pas compte à quel point c'était éprouvant pour moi. Je parvenais à lui tenir tête en duel, au prix d'immenses efforts. J'étais sur les nerfs, je me sentais débordée... mes défenses étaient fragiles, et mes attaques manquaient de vivacité. C'était blessant de constater une telle perte de niveau. Il était loin le temps où j'étais quasiment invincible. 

-__Ça suffit, dis-je en esquivant une nouvelle attaque. Diego, j'ai besoin de me reposer.
-__Tu n'y mets pas tout ton c½ur, reprocha Diego.
-__Tu crois que ça ne me rend pas malade d'être incapable de me battre comme autrefois ?! renvoyai-je.
-__Ce n'est pas un problème de capacité Prue ! Tes pouvoirs sont toujours là... et tes réflexes au combat aussi. Je le sais. Ça ne peut pas disparaitre. Rien ne pourra jamais les détruire.

Diego prit mon visage entre ses mains avec douceur, me regardant droit dans les yeux.

-__C'est en nous, Prue. La bête est née il y a des années, si féroce que rien ne pourra jamais la tuer. Elle est juste endormie... il ne tient qu'à toi de la réveiller.

Comment ? J'avais renoncé à Tracker... et à tout ce qui allait avec. C'est comme s'il y avait un blocage... un refus de redevenir cette femme, forte et redoutable... qui avait été incapable de protéger les siens. 

-__Aller viens, allons prendre l'air, ça te fera le plus grand bien, proposa Diego. C'est bientôt le coucher du soleil.

L'idée n'était pas pour me déplaire. Je mis Enzo dans sa poussette, et on alla prendre un verre en bord de plage. On prit place le plus près possible du lagon. L'eau était si claire que l'on pouvait voir les nombreux poissons qui nageaient paisiblement en l'absence de baigneurs. Enzo était assis sur mes genoux, calme et émerveillé par un collier de fleurs qui pendait au-dessus de nous. Puis, il se détourna, et fut amusé par autre chose. Je suivis du regard ce qu'il pointait du doigt, et mon c½ur rata un battement en voyant un journal déplié, tenu par une personne cachée derrière. Les images dessus étaient animées. Le c½ur battant, je fis signe à Diego. Il repéra lui aussi l'individu, et plaça immédiatement sa main sur sa ceinture, prêt à dégainer sa baguette. Je sentis l'adrénaline monter en moi. C'était la première fois qu'on repérait un sorcier sur cette île. Avec le retour des Mangemorts, ça ne pouvait pas être une coïncidence.

Je serrai Enzo un peu plus fort contre moi et me levai lentement, sans paraître suspecte. Je le remis dans sa poussette, essayant de trouver du courage dans son regard. J'avais si peur qu'il s'agisse d'un Mangemort que mes muscles commençaient à être parcourus d'une désagréable décharge. Je contournai l'individu pour voir son visage derrière le journal. Je ne le connaissais pas, mais ça ne voulait rien dire. En revanche, les gros titres attirèrent de suite mon regard : « Angleterre : une deuxième guerre ». Et en sous-titre : « Les Mangemorts ont fait 562 victimes lors d'une attaque meurtrière. » Je ne pus en lire davantage. Je croisai le regard de Diego, blême. Je compris de suite pourquoi il avait fait en sorte que je ne lise pas cet article. J'étais en train de sentir quelque chose monter en moi que je n'avais pas ressenti depuis longtemps.

Je revins auprès de Diego, prise de nausée. Je pris la poussette et fis signe à Diego de régler l'addition. Je ne pouvais pas rester ici une minute de plus. Il fallait que je m'éloigne. Des tremblements me parcouraient, incontrôlables, rendant mes déplacements incertains. Je lâchai la poussette, qui s'immobilisa. J'avais le souffle de plus en plus court.

-__Prue ? appela Diego.

Je tombai à genoux, prise de vertiges. 562. Les Mangemorts avaient tué 562 innocents. J'étais à la fois effrayée... et enragée. Un profond dégoût faillit me faire rejeter mon cocktail. Mon esprit était braqué sur cette horreur. Cela faisait bien longtemps que je n'avais plus senti la haine m'irradier le corps. J'entendis un grand fracas derrière moi, me faisant sursauter. Plusieurs tables semblaient avoir été balayées. Diego se jeta à mes côtés, craignant un dérapage de ma part. Le sorcier au journal s'approcha, interloqué de voir des chaises glisser doucement. Quelques moldus regardèrent la scène, sans comprendre ce qu'il se passait. Le sorcier s'approcha de nous, et s'agenouilla auprès de moi.

-__Je suis ravi de trouver... d'autres gens spéciaux ici... mais si vous ne vous reprenez pas, on va avoir un problème, dit-il à voix basse. La brise est trop faible pour expliquer ce qui se passe.

 

Diego sortit discrètement sa baguette, et je sentis immédiatement la faible brise se transformer en un vent plus violent. Je fermai les yeux, et essayai de retrouver mon calme. Mais l'horreur de cette attaque avait le même effet qu'un coup de lame. Je n'y étais pour rien si mon père donnait des ordres de plus en plus fous et cruels à ses hommes. En revanche, j'étais responsable de son retour. C'est moi qui avais arrêté la quête des Horcruxes, laissant Dumbledore et Lyall continuer seuls. C'est moi qui connaissais mon père mieux que personne. Et c'est encore moi qui avais enterré le secret de la prophétie révélant son adversaire. Le pire, c'est que même si Dumbledore parvenait à détruire tous les Horcruxes et à assassiner mon père une seconde fois, tant que j'étais en vie, cela ne servirait à rien. L'Angleterre ne pourra jamais retrouver la paix tant que je posséderais un Horcruxe de mon père en moi. Et j'avais fait le choix il y a sept ans de cesser un combat que j'étais la seule à pouvoir remporter. Au lieu de profiter de ces sept ans de paix pour finir le plan que j'avais commencé, j'avais tout abandonné. Une vague de culpabilité me saisit avec plus de vigueur que d'habitude. J'avais condamné l'Angleterre... par lâcheté. Je me sentis très faible tout à coup... comme vidée de mes forces. Le paysage de Polynésie se voila devant moi, et je tombai dans l'inconscience.


| Angleterre – Manoir Voldemort |

~ Point de vue général ~


Lord Voldemort était debout devant la fenêtre, le sourire aux lèvres. Il se délectait de voir dans les journaux la terreur qu'il inspirait déjà. Les gens craignaient qu'il ait réussi à survivre... et bientôt, ils en auront la preuve. Mais pas encore... il fallait les laisser mijoter dans la peur et le doute encore un peu. 

-__Maître, toujours aucun signe, annonça une voix dans son dos.

Le Lord soupira avec agacement. En plus de déclarer la guerre, il espérait que l'attaque publique chez les moldus soit l'occasion de provoquer des représailles de la part de Prudence. Il avait envoyé un groupe de Mangemorts à son ancien QG, pour lui permettre de s'infiltrer et de faire quelques victimes avant de découvrir qu'elle n'était pas au bon endroit. Mais les Mangemorts étaient toujours en vie... et la sécurité intacte. C'était insupportable aux yeux du Lord de ne pas réussir à la faire sortir de l'ombre. Peut-être était-elle là, tout près, à élaborer des plans pour contre lui pour le faire tomber. Il fallait la pousser à la faute. Le Lord ne tolérerait pas davantage de sentir cette menace invisible sur lui.

-__Laisse-moi, répondit simplement le Lord sans se retourner.

Le Lord ferma à nouveau les yeux, comme bien souvent ces derniers temps. Il essayait toujours d'entrer en contact avec Prudence par la pensée quand il avait du temps libre. Il se concentra avec intensité, désirant profondément réussir. Un flash irradia son esprit, lui décochant un cri de douleur. Il sentit ses genoux percuter le sol. Un autre flash passa, sans qu'il ait le temps d'identifier quoi que ce soit.

-__Maître !

Une main sur son épaule rompit la connexion et le ramena dans son propre esprit. Il hurla de rage en repoussant Bellatrix. Elle tomba en arrière, et le regarda avec le même effarement que le soir de sa renaissance.

-__Maître, vous saignez ! dit-elle d'une voix blanche.

Le Lord porta sa main à la bouche, sentant effectivement le goût du sang. Il était essoufflé, en sueur, et avait l'impression qu'on lui avait empoigné le cerveau à mains nues. Cette fois il le savait, il avait réussi à retrouver l'esprit de sa fille. Mais il était étonnamment bien protégé. Le Seigneur des Ténèbres ignorait quel maléfice l'avait frappé, mais il comprit en sentant du sang s'écouler lentement de ses oreilles et des deux fentes qui lui servaient de nez, qu'il aurait peut-être fini légume sans l'intervention de Bellatrix. Il reconnaissait bien là sa fille. Elle avait mis en place une protection psychique qui pouvait faire un véritable massacre dans l'esprit de l'intrus. Le Lord aurait pu être condamné à vivre dans la folie pour l'éternité s'il était resté une seconde de plus dans l'esprit de sa fille.

-__Que s'est-il passé ? osa demander Bellatrix.

Le Lord baissa les yeux sur le sang sur sa main, encore un peu étourdi par ce qui venait de se produire. Il était encore sonné, mais une certitude le maintenait accroché à la réalité.

-__J'ai une piste pour Tracker.

Bellatrix écarquilla les yeux, ne s'étant pas attendue à une telle nouvelle. Prudence était restée introuvable jusqu'à maintenant, comment avait-il pu trouver une piste sans sortir du manoir ?

-__Comment-
-__Pas maintenant, coupa sèchement le Lord. Laisse-moi, j'ai besoin d'être seul.

La Mangemort ne répliqua rien et sortit, ne voulant pas augmenter la fureur de son Maître. Le Lord quant à lui entreprit de replonger dans son propre esprit, parcourant sa mémoire pour revoir ces flashs et essayer d'en tirer des indices. C'était son seul espoir de la retrouver, car il n'était pas prêt de tenter une nouvelle intrusion dans l'esprit de sa fille. C'était bien trop dangereux.

Au bout d'une longue heure de travail sans relâche, le Lord rouvrit les yeux, envahi d'une joie sauvage. Il l'avait localisée. Elle était sur une île. Près d'une plage. Plusieurs tables et chaises venaient troubler le paysage, comme si un vent violent les avait terrassées. Et puis enfin, le véritable indice : une enseigne. Bar Moorea. Il ne fallut pas plus de deux minutes à Voldemort pour découvrir que Moorea était le nom d'une île appartenant à la Polynésie. Prue s'était véritablement exilée ! Le Lord dut s'asseoir tant il était sous le choc. Sa fille avait abandonné le combat, et les êtres qui lui étaient chers. Tout simplement. Elle ne rôdait pas autour de lui... elle avait renoncé à tout, même à sa vengeance. Cela fit beaucoup réfléchir le Lord. Après tout, si elle était si loin... pourquoi ne pas la laisser là-bas ? Si elle n'avait plus envie de se battre, il était très risqué de l'y forcer. Mais Voldemort chassa cette option. Ce n'était pas envisageable.

-__Va chercher Orion et Bellatrix, siffla le Lord à Nagini, son fidèle serpent.

Le Lord n'eut pas à attendre bien longtemps avant que ses deux fidèles serviteurs viennent à lui. 

-__J'ai localisé Tracker, annonça le Lord.

Orion ne put rester impassible. Une lueur assassine traversa ses yeux ombrageux.

-__Où est-elle ? demanda-t-il.
-__Sur une île appelée Moorea. C'est en Polynésie.
-__Alors elle s'est vraiment exilée... souffla Bellatrix.
-__Il semblerait en effet qu'elle ait tiré un trait sur le passé.
-__Nous n'avons donc plus à craindre une attaque de sa part ? Le problème est réglé ?

Le Lord ricana.

-__Crois-tu un seul instant que la grande rebelle et vengeresse restera impassible en lisant les journaux ? Nous tuons des innocents en masse... nous voulons renverser le pouvoir pour imposer des valeurs qu'elle ne cautionne pas... alors sois sûre d'une chose : quelles que soient les raisons qui l'ont poussée à choisir l'exil, elles vont s'envoler. Ce n'est qu'une question de temps avant que Tracker revienne dans la partie.
-__Que comptez-vous faire ?
-__Je n'ai aucun moyen de la contacter... alors vous allez vous rendre sur cette île tous les deux. Vous allez la retrouver, et lui parler du fameux atout que nous avons en notre possession. A partir de là, je pense qu'elle sera disposée à vous écouter. Vous lui direz donc d'ôter ses protections mentales pour que je puisse lui parler moi-même. Ensuite, nous ferons un petit échange... et Tracker fera à nouveau partie des rangs, qu'elle le veuille ou non. Le seul moyen de ne plus la craindre, c'est de la contrôler.

Les deux Mangemorts restèrent silencieux. Ils ne voyaient pas comment retrouver une personne sur une île sans avoir plus de renseignements... et ils étaient persuadés que Prue les tuerait à vue sans leur laisser le temps de parler. Il était difficile de négocier avec Tracker... plus encore quand elle a un mobile pour tuer.

-__Nous avons un argument de taille contre elle, rappela Voldemort avec impatience. Bellatrix, préviens ta s½ur avant de partir. Je veux que tout soit prêt à votre retour.

Bellatrix allait s'exécuter, mais le Lord ajouta un dernier ordre :

-__Je la veux en vie, et en état de combattre. Vous n'avez pas le droit à l'erreur.

Orion resta de marbre plusieurs secondes. Son Maitre s'obstinait. Il tenait absolument à ramener Tracker... à la forcer à reprendre du service. Le Seigneur des Ténèbres pensait qu'un atout suffirait à la contraindre... Orion était au contraire convaincu que ce serait le meilleur moyen de précipiter une seconde défaite. Tracker était loin de l'Angleterre... elle avait choisi de commencer une nouvelle vie. Si le Lord la forçait à revenir, ce serait du suicide. Alors dès cette nuit, Orion partira. Sans Bellatrix. Ce sera sa dernière mission. Puisque le Seigneur des Ténèbres était incapable de prendre la décision de tuer sa fille, Orion le ferait pour lui. Pour son bien, et pour que ses projets deviennent un jour réalité. C'était nécessaire. Prudence Lupin ne devait pas revenir en Angleterre. Elle ne devait surtout pas reprendre la guerre qu'elle avait abandonnée. Le Lord était le Seigneur des Ténèbres, le plus grand mage noir de tous les temps. Mais elle était Tracker, et aucune cible ne lui avait jamais échappée. Il fallait la mettre hors d'état de nuire. La tâche sera difficile, mais Orion était prêt à en payer de sa vie pour réussir.
 
 
Chapitre 7 : Un ennemi insoupçonné
 
Bonjour !  Voici le dernier chapitre de l'année 2017 ! J'espère qu'il vous a plu. Deux événements majeurs se sont produits... une fois encore, votre avis est très attendu  :) 
Passez d'excellentes fêtes de fin d'année, et profitez de vos vacances ! Pensée très compatissante pour ceux qui sont en période d'examens... bon courage ! 
Meilleurs voeux pour 2018 ! Santé et réussite surtout ! (et puis de la lecture et de l'inspiration aussi...)
Bisous !  ♥ ♥ 

Tags : L'histoire d'un assassin - Partie 2 : La (re)naissance de l'Assassin - tome 3

Leave a comment

We need to verify that you are not a robot generating spam.

See legal mentions

Don't forget that insults, racism, etc. are forbidden by Skyrock's 'General Terms of Use' and that you can be identified by your IP address (54.92.197.82) if someone makes a complaint.

Comments :

  • LeMaitreDesLieux

    07/02/2018

    Salut, comment vas-tu ? Je vais essayer de rattraper mon retard chez toi mais je suis pas certaine d'être à jour avant un petit moment ^^

    J'ai rapidement compris le titre de ton chapitre et ça m'a vraiment surpris. Le Premier Ministre moldu veut exterminer tous les sorciers et va se servir de la guerre contre Voldemort pour mener à bien son ambition. Et forcément, il a une arme secrète éliminant les pouvoirs d'un sorcier ... Cette nouvelle menace rajoute encore du piment à ton histoire, j'ai hâte de voir commet Dumbledore et Fudge vont gérer tout ça.

    La guerre et ses conséquences arrivent jusqu'en Polynésie. Prue est malade de lire ça et s'en va énormément car elle est la seule quasiment à pouvoir ramener la paix en Angleterre et dans le monde. Mais peut-on la blâmer d'avoir tout abandonner après ce qu'il s'est passé ? Je la comprends, elle a juste eu envie d'aller de l'avant et vivre. Maintenant, il va juste falloir qu'elle est la force nécessaire pour reprendre les choses en mains.

    Voldemort est vraiment têtu ! Orion a raison, faire revenir Prue dans la partie est une très mauvaise idée, encore plus de la forcer à se battre. Son sacrifice sera peut-être vain mais pour ma part, il prend la décision la plus raisonnable. Bien sûr j'espère qu'il perdra face à Prue quand même parce que Prue reste Prue ;)

    Bonne journée et à bientôt,
    Dragoste

  • Harry-Potter-generationx

    27/12/2017

    Oulala ! Trois chapitres de retard !! Excuse moi mais j'avais énormément de travail et pas forcément la motivation de laisser un commentaire .. Honte à moi !!

    Alors, commençons déjà par ce qui m'a le plus marquer que je n'ai pu oublier ! Prue à un fils ! Avec Diego !!!! :o
    Alors je suis contente pour elle, elle à retrouver une raison de vivre et un semblant de paix, de plus, un enfant c'est magnifique mais je ne peux m'empêcher de me dire que ce petit la, aurait du être de Remus ... :'(
    Et comme j'ai toujours encore le ferme espoir qu'il ne soit pas mort durant la bataille à la fin du deuxième tome, ça le rends encore plus triste parce que les retrouvailles (s'il y a retrouvailles, j'ai l'espoir mais je te connais, avec toi on sait jamais xD) vont être assez ... embarrassantes :(

    Le retour de Voldemort était à prévoir, c'est sur et d'un côté c'est plutôt sympa car après tout, c'est un des méchants les plus emblématique de mon enfance !!
    L'attaque contre le village a été vraiment horrible, tu as très bien écris ce passage et on retrouve cette noirceur qui caractérisait le début de ta fiction. En plus, ça correspond vraiment à l'idée que je me faisais des actions des Mangemorts durant la première guerre, dont on a presque aucunes information dans les bouquins

    Bien sur, la chose qui m'a le plus choqué ... le premier ministre moldu ! Alors comme ça c'était lui derrière les enlèvements des enfants et ce camps d'entrainement/torture ... Quel monstre !! Je me demande où se trouve son armée, comme Prue et Diego avaient libéré tout les enfants du camps, mais c'étaient certainement ceux dont l'entrainement et le lavage de cerveaux n'étaient pas achevé ... Si Prue décide de ne pas combattre son père, elle ne pourra pas laisser passer ça. Elle a trop souffert elle même et elle voudra détruire une bonne fois pour toute cet enfer ...

    On dirait bien qu'elle commence à reprendre du poil de la bête !!!! Et l'imminente attaque d'Orion contre elle va sans doute la remettre d'aplomb une bonne fois pour toute (enfin j'espère, elle peut très bien décidée de fuir encore une fois ...). Je me demande bien, qui est ce sorcier qu'ils viennent de rencontrer ...

    Bon, et bien voila, j'ai tout dit je crois ^^
    Je te souhaites encore de belles fêtes de fin d'années et à la prochaine !!! :D
    Camille

  • MikaWolfeHP

    18/12/2017

    Woah!!! Super surprise que de venir voir si le nouveaux chapitres étaient arrivés et de decouvrir qu'il l'est!!! J'adore! Super realiste, intriguant, bouleversant, rempli d'émotions :) merci! Eh bien ce fameux ministre moldu... Ayoye qu'il va passer un mauvais quart d'heure si Tracker revient en force! Bien curieuse de finalement connaitre l'atout hum.... Sa soeur? Ou Remus.... Damn. Et jsuis contente de retrouver Lyall! Et jme demande ce qu'en dit Jack de tout ça! Oh et : Joyeux Noël et Bonne année! :D

Report abuse