Chapitre 10 : Mon ancienne vie

Chapitre 10 : Mon ancienne vie




| 23 mars 1988 – Ministère de la Magie – Département de la Justice Magique – 17h30 |

~ Point de vue de Prue ~


J'étais debout face à Orion. Il reprenait lentement connaissance, sonné.

-__Bonjour Orion... Je crois qu'on a beaucoup de choses à se dire toi et moi, lançai-je.
-__Tiens tiens... une revenante. Toujours aussi habile pour les infiltrations, le Maître appréciera.

Je le frappai au visage avec force. Mais ça le fit sourire. Il avait une lueur de triomphe dans les yeux. J'avais répondu à l'appel... j'étais de retour en Angleterre comme ils le voulaient. J'étais entrée dans leur jeu.

-__Surtout quand j'aurai récupéré mon fils sous son nez, sifflai-je.

Orion éclata de rire.

-__Pour ça, il faudrait que tu saches où aller... comme ce n'est pas le cas, et que tu n'as pas le temps de me le faire avouer, il va falloir que tu acceptes d'ouvrir ton esprit... c'est le Seigneur des Ténèbres qui te dictera quoi faire.

Un nouveau coup partit, en pleine tête. Il fut sonné pendant plusieurs secondes. J'étais paniquée à l'idée de devoir en arriver là.

-__Tu ne devines pas la joie de ton père quand il a découvert l'existence de ce nouvel enfant, nargua Orion. Un véritable cadeau n'est-ce pas ?

Je le frappai encore, m'explosant la main au passage. Ça le fit rire bien qu'il pisse le sang. Il était en train de gagner du temps cet enfoiré. Il me provoquait en attendant patiemment le retour des Aurors. Il fallait que je change de méthode. A la fois paniquée et enragée face à mon ennemi, je lui lançai un Doloris si puissant qu'il ne put retenir un long hurlement de douleur. Sentir sa souffrance me fit vibrer d'une joie sauvage. J'avais renoncé à ma vengeance à l'époque... mais maintenant que j'avais l'une de mes proies à ma merci, c'était exaltant de pouvoir lui faire payer. Voyant le corps de ma proie parcouru de spasmes de plus en plus violents, je mis fin à la torture, ne voulant pas qu'il tombe dans l'inconscience. Il n'avait pas droit au moindre répit.

-__Tu ferais mieux de te montrer bavard, conseillai-je.

Orion ricana avec amertume, les yeux emplis de haine.

-__Tu devrais savoir que je ne suis pas un traître.
-__Et toi que personne ne me résiste...

Nouveau Doloris. Orion poussa un cri encore plus déchirant. Mais quand j'y mis un terme, il parvenait encore à ébaucher un sourire.

-__Tu vas manquer de temps, provoqua mon ennemi. Les Aurors seront bientôt revenus.
-__Ils ne pourront pas entrer, assurai-je.
-__Mais toi tu ne pourras plus sortir quand ils se seront rendu compte de la présence d'un intrus... ils n'auront qu'à attendre que tu ouvres la porte pour te cueillir. Qui ira récupérer ton fils si tu te fais capturer ?

J'attrapai Orion par les cheveux et le cognai contre la table, lui éclatant le nez. Je le laissai appuyé contre la table, et dessinai une entaille dans son dos, bien profonde. Je fis apparaitre une bouteille de Vodka et me servis un verre, tranquillement. La respiration d'Orion accéléra davantage en devinant la suite. Il connaissait aussi bien que moi les méthodes de torture... et celle-ci était particulièrement cuisante.

-__Tu ne veux toujours pas me dire où se trouve mon fils ?

Orion se tendit, se préparant déjà à souffrir. Il ne comptait pas cracher le morceau. Je renversai le verre d'alcool sur sa plaie. Ce genre de pratique est déjà très douloureuse avec un alcool ordinaire... mais avec de la vodka pur flamme, c'est pire. Au contact de la chair, l'alcool s'enflamma, et flamba tout le long de la blessure. Orion hurla comme un fou. L'odeur de chair brûlée ne tarda pas à emplir la salle. Je regardai le petit spectacle quelques secondes, avant de faire disparaitre les flammes. Affaibli, Orion n'avait même plus la force de m'insulter. Je l'avais amené au point de rupture. A ce stade, je n'avais plus besoin de le faire parler... il était suffisamment faible pour que je brise ses défenses psychiques. Alors j'entrai dans son esprit sans ménagement, lui arrachant un nouveau cri. Orion tenta de contrôler ses pensées, sans parvenir à m'empêcher de parcourir ses souvenirs.

Je vis donc ce qui semblait être le nouveau QG de mon père. Orion y entrait aux côtés de Bellatrix, qui tenait une couverture dans les bras. Je ne pouvais voir ce qui se cachait à l'intérieur, mais à la façon qu'avait Bellatrix de la porter, ça ne pouvait être qu'un bébé. Mon fils. Je remontai rapidement les souvenirs, pour voir leur arrivée au QG, et ainsi localiser les lieux. J'avais déjà vu cet endroit, ce ne serait pas très difficile d'y retourner. En revanche, ce qui me choqua, c'est que Bellatrix tenait déjà Enzo. Alors je remontai encore... pour voir comment elle l'avait eu... et je vis apparaître les paysages de la Polynésie. Ce n'était pas mon père qui était venu... ni une armée de Mangemorts... non, seulement les deux pires d'entre eux : Orion et Bellatrix. C'est eux qui étaient venus m'enlever mon fils. Voulant savoir la vérité jusqu'au bout, je remontai encore dans le temps. Très peu. Juste assez pour revoir le visage de Diego.

Orion l'épiait dans l'épicerie du village. Quand Diego eut fini, Orion le suivit dehors, sur le sentier... se rapprocha de lui, et transplana avec par surprise. Quand ils furent matérialisés dans le jardin de la maison, Diego ne mit que quelques secondes à maitriser son ennemi. Orion était au sol, blessé au ventre. Diego était bien trop fort pour lui. Il n'avait aucune chance de s'en sortir. Alors comment la situation avait-elle pu basculer ?

Attiré par du mouvement un peu plus loin, Orion se détourna une seconde du visage haineux de Diego. Il reconnut Bellatrix, qui se tenait non loin du portail. Elle semblait chercher quelque chose. Hors du périmètre, elle ne semblait pas voir la maison. Saisissant sa chance, Orion lança un dernier sortilège, non pas contre son adversaire, mais pour ouvrir le portail. Il espérait que ce soit suffisant pour que Bellatrix le voie de l'extérieur, et vole à son secours.

-__C'est vraiment gentil d'être venu jusqu'ici Orion... moi qui rêve depuis tant d'années de te faire la peau, dit Diego avec rage.

Il avait sa baguette presque posée sur le front d'Orion. Le Mangemort tenta de se souvenir où il avait déjà vu ce visage, sans succès. Et ça n'avait aucune importance, car Bellatrix les avait repérés, et était entrée dans le jardin.

-__On s'est déjà rencontrés ? demanda Orion pour gagner du temps.

Pour toute réponse, Diego fit apparaître son masque tigré sur le visage. Orion fut stupéfait de découvrir Asesino devant lui. Ses questions au sujet de l'évasion de Prue trouvèrent une réponse évidente.

-__Ton cadavre sera un magnifique cadeau pour Prudence, souffla Diego. Avada –

Tout se passa en une fraction de seconde. Orion était sur le point de mourir... mais dans son champ de vision, dans le dos de Diego... on pouvait voir Bellatrix qui avait elle aussi levé sa baguette, et lancé un sortilège de mort. Diego fut percuté avec violence, et tomba au sol, inerte.

Je sortis brusquement de l'esprit d'Orion, et tombai à genoux sous la violence du choc. Je savais maintenant comment était mort Diego. Des larmes brûlantes coulèrent instantanément sur mon visage. Je ne cessais de revoir le sortilège le frapper et le projeter au sol, de manière aussi cruelle qu'inattendue.

-__Pauvre tigrounet, parvint à articuler Orion. Mort comme un chien !

L'appel de la vengeance résonna dans tout mon être. Je me redressai d'un bond et me jetai sur mon ennemi. Je le frappai de toutes mes forces, sans relâche. Mes poings ne tardèrent pas à être en sang, et mes articulations douloureuses. Mais je frappai encore. J'étais en proie à une folie meurtrière difficilement contrôlable. Diego n'avait eu aucune chance. Il n'avait même pas eu le temps de se défendre. Bellatrix l'avait attaqué par derrière, pour l'avoir par surprise. J'étais éc½urée par leur monstruosité. Ils allaient payer pour leur crime.

A bout de souffle, je dus marquer une pause. Orion commençait à ne plus ressembler à rien tant je l'avais frappé au visage. Il pissait le sang. Je le saisis à la gorge d'une main, l'étranglant à moitié. J'étais en train de perdre le contrôle.

-__Je peux t'assurer que tous les membres de ta famille mêlés à cette guerre connaîtront un sort atroce ! promis-je. Quand j'en aurai fini avec vous tous, la branche pourrie des Black sera enfin coupée ! Il ne restera que ceux que vous avez reniés !
-__Le Seigneur des Ténèbres ne te laissera pas faire ! cracha Orion avec haine.
-__Il ne pourra pas l'empêcher ! J'aurai ma vengeance !

D'un seul mouvement, mon couteau apparut dans ma main, et je le plantai dans le c½ur de mon ennemi avec une rage démesurée. Orion se figea de surprise, n'ayant pas vu le coup venir.

-__Pour Diego, soufflai-je en le regardant dans les yeux.

Je retirai la lame d'un coup et la plantai encore. Et encore. Plusieurs fois. Je n'arrivais pas à m'arrêter. Cette ordure m'avait trop fait souffrir. Je parvins à m'éloigner du corps de ma victime, troué par mes frappes. J'étais essoufflée comme une bête, couverte du sang de mon ennemi. J'étais enivrée par ce meurtre. Je n'en ressentais aucun soulagement... mais cet assassinat me faisait renouer avec mes sensations d'antan. J'avais ce sentiment d'infinie puissance... cette joie sauvage à l'idée d'avoir vengé un être cher... d'avoir éliminé un monstre de la pire espèce. Voir le cadavre d'Orion était l'un des plus beaux spectacles meurtriers à mes yeux. Mais je devais me ressaisir. J'avais eu les informations que je voulais... il était temps que je parte, avant de me faire repérer par les Aurors. La pause touchait sûrement à sa fin, il n'y avait plus une seconde à perdre.

Je regardai mon arme dans ma main ensanglantée. Mon couteau était apparu naturellement... comme autrefois. Un peu engourdie par cette violente pulsion meurtrière, j'essuyai le sang de mes mains, et fis disparaitre les tâches qui avaient giclé sur ma tenue. Une fois assurée que rien ne pouvait me trahir, j'ouvris la porte et sortis. Je me figeai en voyant Lyall et Maugrey à l'autre bout du couloir. Ils marquèrent un instant d'arrêt eux aussi.

-__David ? Que fais-tu là ? s'étonna Lyall.

J'ouvris la bouche, mais je fus incapable d'inventer une excuse crédible. Ce ne fut pas nécessaire d'ailleurs... car le vrai David débarqua dans le couloir. Il s'immobilisa net en me voyant. J'étais grillée. Les Aurors sortirent leur baguette d'un mouvement vif, et je contrai leurs attaques par réflexe. Les sortilèges fusèrent, tandis que David repartait en courant pour prévenir les autres. Je lui lançai un sortilège dans les jambes, qui le cloua au sol. Lyall et Maugrey redoublèrent d'intensité, me mettant à mal. Je fis apparaitre un bouclier pour me protéger, et me permettre de réfléchir à la suite. Il fallait à tout prix les empêcher de donner l'alerte au restant des Aurors. J'étais foutue sinon. Maugrey lança un éclair sur mon bouclier, qui le fit exploser. Je parvins à retourner cette décharge magique contre eux, les plaquant au mur avec suffisamment de force pour les dérouter quelques instants. Des liens s'enroulèrent autour de leurs poignets pour les immobiliser. Un foulard apparut également sur leur bouche, pour les réduire au silence.

Le couloir redevint calme, à l'exception des gémissements de mes trois adversaires neutralisés. Je me mis à courir, la poitrine en feu. Je savais que mes chances de m'en sortir s'amenuisaient au fil des secondes. Quelqu'un ne tarderait pas à découvrir mes victimes attachées. L'alarme serait alors déclenchée, et toutes les issues condamnées. Si je restais piégée... je craignais pour l'avenir de mon fils. Surtout quand mon père aura appris la mort de son plus fidèle serviteur. A l'approche du hall central du QG, je ralentis pour reprendre une démarche normale. Je jetai un bref coup d'½il, pour prendre la température. Les Aurors semblaient tendus, et sur leur garde. De toute évidence, David avait dû les prévenir qu'un intrus était au Ministère, avec son apparence. Je me concentrai très fort pour prendre une nouvelle identité : celle de Lyall Lupin. En quelques secondes, mes traits avaient changé de manière plutôt crédible. Je repris donc ma route, tâchant de rester loin des autres. Il fallait que je sorte au plus vite. J'accélérai un peu le pas, impatiente de quitter le QG. Au détour d'un couloir, je percutai une autre personne qui arrivait en courant. Je tombai en arrière sous la violence de l'impact.

-__Excusez-moi, je –

Ma voix s'éteignit en posant mes yeux sur la personne qui m'avait percutée. Je secouai la tête, confuse. J'avais l'impression d'avoir été subitement arrachée à la réalité. Remus était devant moi, désolé. Mais ce n'était pas possible. Ce n'était qu'un effet de mon imagination. Remus était mort il y a sept ans.

-__Pardon papa, s'excusa Remus en me tendant la main.

Réel ou irréel ? Tout portait à croire que c'était bien la réalité. Le choc de l'impact... la consistance de son corps... la clarté de sa voix... la cohérence de la scène. Et pourtant, un détail foutait tout en l'air : s'il était en vie... pourquoi avais-je passé les sept dernières années à le pleurer ? Diego m'aurait forcément dit la vérité.

-__Papa ? Tu t'es cogné la tête ou quoi ? s'inquiéta Remus.

Comme dans un rêve, je pris la main tendue. Son contact me provoqua une nouvelle onde de choc... car il était bien réel. Je pouvais sentir sa main chaude autour de la mienne. Il m'aida à me relever, mais j'étais immensément fébrile. C'est tout juste si mes jambes pouvaient supporter mon poids. Je le regardais, trop choquée par sa présence pour me rappeler la nécessité de fuir. J'aurais pu rester ici des heures, heureuse d'être en face de lui... et de pouvoir à nouveau admirer son regard si beau et profond qui m'avait toujours captivée.

-__Tu n'as pas l'air bien, reprit Remus.

Il me prit la tête entre ses mains et regarda attentivement mes yeux.

-__Tu es avec moi ? demanda-t-il.

Je sentis les larmes me monter, et je dus faire un effort considérable pour ne pas craquer. Je posai mes mains sur les siennes, parvenant à sourire. Il n'y avait pas de mot assez fort pour décrire ce que je ressentais en cet instant.

-__Oui, soufflai-je. Je suis là.

J'étais confuse... je ne comprenais pas comment c'était possible... mais c'était réel, et c'est tout ce qui comptait. Remus était vivant.

-__REMUS ! cria une voix dans mon dos.

La voix de Lyall me rappela à la réalité. Le rêve se brisa soudainement. Oui, Remus était en vie... mais ce n'était pas le moment pour des retrouvailles. J'avais usurpé l'identité de son père, et celui-ci était de retour, libre de ses mouvements et paniqué de voir son fils avec un imposteur. Sans réfléchir, je fis une prise à Remus et me plaçai dans son dos, pour le prendre en otage. C'était aussi le merveilleux prétexte pour le serrer contre moi. C'était si bon.

-__Laissez-le ! ordonna Lyall fou de rage.

Découvrir Remus en vie était merveilleux... mais la situation ne pouvait pas être pire. Je devais à tout prix m'évader. Il fallait que je sauve mon fils. Je serrai Remus un peu plus fort contre moi, la baguette toujours posée sur sa gorge pour le dissuader de se débattre. Je reculai de quelques pas, pour protéger mes arrières en me collant au mur. Il fallait que je reprenne mes esprits quelques instants. Je faisais face à une vingtaine d'Aurors... tous tenant leur baguette braquée dans ma direction. Et j'avais encore de nombreux étages à parcourir avant d'atteindre la sortie. Mes chances de m'en tirer s'amenuisaient au fil des secondes. L'alarme générale ne tarderait pas à être déclenchée. La prise d'otage était la seule chose qui les empêchait d'agir pour le moment, et ça n'allait pas durer.

Je fermai les yeux, essayant de faire le vide dans mon esprit. J'avais un mal fou à réfléchir. Comment garder son sang-froid dans une situation pareille ? Je pensai à mon fils pour m'encourager. Il avait besoin de moi. Je devais trouver le moyen de sortir. Moi seule pouvais le sauver. Je pris une grande inspiration, essayant de ralentir le rythme effréné de mon c½ur. Il fallait que je retrouve mon calme. Je sentis un objet lisse et froid dans mon poing. Une fiole. Le c½ur battant à tout rompre, je la laissai tomber devant nous. L'éclat de verre détourna momentanément l'attention de mes adversaires sur le sol, et j'en profitai pour reprendre la fuite, alors qu'une épaisse fumée emplissait le couloir. Je fis apparaitre mon masque pour me protéger du gaz libéré. Ça devrait les ralentir. Je me laissai emporter dans un tourbillon de fumée noire pour prendre de la hauteur, et échapper plus vite à mes poursuivants. Arrivée dans le couloir principal, il ne me restait qu'une dernière ligne droite avant de rejoindre la cage d'ascenseur.

Je me sentis percutée sur le côté alors que j'allais bientôt atteindre mon objectif. Une fumée blanche s'enlaça autour de moi, m'obligeant à me matérialiser à nouveau. Je chutai, sans parvenir à me servir de la télékinésie pour me ralentir. Le choc de l'atterrissage fut violent, m'arrachant un gémissement de douleur. Mes articulations venaient de prendre un sérieux coup. Je me relevai pourtant, baguette pointée vers mon nouvel adversaire. Mais je l'abaissai l'instant d'après en reconnaissant James.

-__Rendez-vous ! ordonna mon ami.

J'étais tellement sous le choc face à ces deux retrouvailles inespérées que j'avais du mal à rester concentrée sur la fuite. Remus et James étaient en vie, comme de nombreux de mes anciens collègues et amis. Je faillis éclater d'un rire nerveux. C'était presque trop beau pour être vrai. Je m'apprêtai à désarmer James pour reprendre ma fuite, quand Remus arriva à son tour. Il était secoué par une quinte, à cause du gaz que j'avais libéré, mais il était encore debout, et apte à se battre. Comme plusieurs autres Aurors d'ailleurs, qui arrivaient en titubant.

-__Jetez votre baguette ! ordonna Remus, plus menaçant.

Pour la première fois, je remarquai le côté sauvage sur le visage d'homme de Remus. Il brillait une détermination et une rage dans ses yeux que je ne lui avais jamais connue. L'attaque était imminente, et je n'étais pas certaine de pouvoir faire face au surnombre. Il fallait changer de tactique.

Je jetai loin de moi la baguette que j'avais volée à David, et mis mes mains en évidence... poings fermés. Les Aurors s'approchèrent d'un même mouvement, pour m'encercler.

-__Ouvrez vos poings ! ordonna James, devinant que je cachais quelque chose dans mes mains.

J'obéis avec le sourire. Je lâchai une fiole bien différente de la première. Je fermai les yeux pour me protéger et plaquai mes mains sur les oreilles. Les Aurors n'eurent pas ce réflexe. Ils poussèrent un cri à l'explosion, et de nombreux tombèrent au sol. Cette fiole reproduisait les effets de la grenade M84, plus connue sous le nom de « flashbang ». Une merveille en situation d'assaut, ou pour créer une diversion. Elle produit un éclair aveuglant, et un son tel, que toute personne subissant son exposition sans protection est déroutée pendant plusieurs minutes. Ainsi, tous ceux qui se trouvaient dans le couloir tombèrent à genoux, désorientés, confus, et incapables de se déplacer. C'était suffisant pour me permettre de reprendre une avance considérable dans ma fuite.

J'ouvris la cage d'ascenseur et me laissai emporter par un tourbillon de fumée noire pour atteindre le niveau de l'atrium. J'eus à peine le temps de voir un groupe de gardes m'attendant de pied ferme juste à la sortie de la cage d'ascenseur. Les sorts fusèrent dans ma direction, et je les esquivai de justesse en sortant de leur fenêtre de tir. Je me matérialisai juste au-dessus de l'ouverture de l'atrium, essayant de trouver une solution. Les Aurors avaient dû prévenir tous les agents de sécurité qu'un intrus allait tenter de s'enfuir. Il ne me restait plus de fioles de diversion en manche, et cette foutue cage d'ascenseur était mon seul moyen de rejoindre l'atrium rapidement. Je lançai un sortilège sur le mur, pour le faire ricocher vers les gardes. Le sort provoqua une explosion, assez forte pour les écarter, mais pas assez pour les blesser gravement. J'en profitai pour sortir dans un filet de fumée noire, fusant à côté d'eux sans qu'ils parviennent à m'arrêter. L'atrium tout entier était secoué d'une grande agitation. Les employés étaient évacués, provoquant un mouvement de foule incroyable. Les gardes étaient tous en alerte. Attirés par l'explosion que j'avais provoquée, ils me repérèrent sans difficultés. Mais la seconde d'après, je provoquai une chute parmi les employés. Je profitai de la confusion pour me matérialiser parmi eux, et me mêler à la foule. C'est là que les gardes perdirent leur chance de m'arrêter. Quelques minutes après, je quittai le Ministère, hors d'atteinte.
 

~ Point de vue général ~


Comme tous ses collègues, Remus était au sol, terriblement mal. Tout était instable autour de lui. Dès que son regard changeait de direction, sa vue lui jouait des tours, lui déclenchant des vertiges. Alors il fixa un point au sol et se concentra dessus, attendant que ça passe. Ses oreilles sifflaient, et ses muscles refusaient d'obéir. C'était la définition même d'une arme incapacitante : les victimes étaient incapables de réagir.

-__Remus ? appela Lyall au bout de plusieurs minutes.

Les effets commençaient à s'estomper. Remus se redressa, encore sonné mais l'esprit clair. Il tituba jusqu'à son père, toujours au sol.

-__Tu vas bien ? s'inquiéta Remus.
-__Oui je crois... et toi ?
-__J'ai l'impression d'avoir été percuté par un troll...

Tous les Aurors portaient les mêmes symptômes. Vertiges, saignement des oreilles, cécité temporaire... jamais de leur vie ils n'avaient subi les effets d'une flashbang, normalement utilisée chez les moldus. Les deux Lupin parvinrent à atteindre l'ascenseur. James les suivit avec difficultés. Ils espéraient que les gardes présents dans l'atrium aient réussi à arrêter l'imposteur. Quand la porte de l'ascenseur s'ouvrit, ils tombèrent sur plusieurs gardes au sol, blessés et étourdis, entourés d'autres collègues qui leur apportaient des soins.

-__Qu'est-ce qui s'est passé ? demanda James.
-__On a attendu votre gars à la sortie de l'ascenseur... expliqua le chef de la sécurité. Mais il a provoqué une explosion. On l'a perdu dans la foule.
-__C'était il y a longtemps ?
-__Plusieurs minutes oui... laissez tomber, il n'est plus au Ministère à l'heure qu'il est.

Remus se retint de pousser un juron. Les gardes avaient eu aussi été victimes d'un tour de passe-passe de l'intrus.

-__Heureusement, il n'y a aucun blessé grave à déplorer, termina le chef de la sécurité.

Probablement la seule bonne nouvelle de cette intrusion. Qui était cette personne ? Pourquoi être venu jusque dans le couloir le plus sécurisé du QG des Aurors ? Qui que ce soit, cet intrus allait alimenter des pages dans la Gazette. La sécurité du Ministère avait à nouveau été percée. Le QG même des Aurors avait été pris pour cible. Skeeter n'allait pas les rater, et Fudge non plus. C'était la troisième fois en dix ans qu'une intrusion réussissait, et ça commençait à devenir inquiétant. Les autres fois cependant, ça s'était passé en toute discrétion. Personne n'avait eu l'occasion de griller l'intrus. Aujourd'hui, une personne seule avait réussi à échapper à l'ensemble des Aurors, et aux autres agents de sécurité. Du jamais vu.

Les trois Aurors retournèrent au QG, la mine sombre. Lyall se rendit machinalement dans la salle d'interrogatoire où se trouvait Orion puisque c'est de là que l'intrus sortait. La porte était déjà ouverte. Maugrey se tenait debout, immobile. Dégoûté. La fiole de Veritaserum était dans sa poche... et ne pourrait plus servir sur Orion. Ce sale chien était mort avant d'avoir pu révéler de précieuses informations pour la guerre.

-__Non, gémit Remus en voyant l'identité de la victime.

Il avait appris un peu plus tôt la capture d'Orion Black, raison pour laquelle il était revenu aussi vite que possible au Ministère. C'est ce salaud qui avait kidnappé Prue... il avait donc représenté l'espoir pour Remus de la retrouver. Grâce à lui, il aurait pu savoir où sa femme était détenue, et la libérer. A la place, il faisait face à un cadavre en piteux état. Le désespoir l'envahit en voyant une nouvelle piste s'envoler encore une fois. Il frappa le mur dans un cri de rage. Chaque fois qu'il pensait tenir l'ombre d'une piste... elle disparaissait. C'était à devenir fou. Lyall regarda son fils avec grande peine. Lui aussi était dégoûté, mais il n'avait même plus la force de jurer tant il était abattu. Après tous ces efforts pour capturer un Mangemort de grande valeur, ils le perdaient bêtement le jour même. Comment une chose pareille avait-elle pu se produire ?

-__Ce n'est pas un nettoyeur de Voldemort, souffla Lyall en voyant le corps.
-__Sûrement pas, confirma Maugrey.

Julie Noven arriva à son tour, informée du meurtre. Sa surprise d'apprendre la mort d'Orion au sein même du Ministère ne fit que doubler en voyant l'état du cadavre. Elle s'approcha lentement de lui, scotchée par une telle brutalité. Elle regarda les blessures avec attention. Les Aurors restèrent silencieux, comme d'habitude, la laissant faire ses premières constatations.

-__C'est un meurtre au mobile très personnel, dit-elle en se redressant. Il a été frappé de nombreuses fois à mains nues... au visage et sur le torse, preuves d'une immense colère. Il y a aussi des traces de torture intense, par Doloris, et brûlure dans le dos. Le tueur était déchaîné. C'est un poignard à l'origine de la mort. Il y a une frappe précise dans le c½ur... les onze autres le sont moins.
-__Vengeance, souffla Lyall.
-__La liste de suspect va être longue dans ce cas, cracha Remus avec amertume.
-__Elle devrait au contraire être courte, objecta son père. A part les Aurors en planque, et ceux présents au Ministère quand Orion a été amené, personne ne savait qu'il était là. Aucune annonce n'a été faite.
-__L'elfe des Black savait... précisa Maugrey. Il nous a vus pendant la perquisition. Mais il est clair que ça ne peut pas être un Mangemort vu le meurtre. Orion était un bon serviteur, il n'aurait pas été torturé de la sorte. Et puis, l'assassin aurait fait des victimes sur son passage... ça aurait été un choc qui aurait grandement affaibli le Ministère face à Voldemort. A la place, même piégé, le tueur n'a blessé aucun de nous.
-__L'intrus chez les Black par contre pourrait correspondre, souffla Lyall.
-__Si l'elfe l'a couvert, c'est qu'il était des leurs.
-__Pas forcément, ce type est un caméléon. Il a très bien pu se faire passer pour un allié auprès de l'elfe. C'est le seul suspect crédible... sinon, ça veut dire qu'il y a un agent double parmi nous.

Les Aurors se regardèrent en silence, espérant que le tueur ne soit pas un gars de chez eux. Rogue était déjà la preuve qu'un résistant pouvait accéder à au cercle restreint de Voldemort... ce serait dramatique qu'un Mangemort ait réussi le même exploit chez les Aurors.

-__Maugrey, Lyall, dans mon bureau ! aboya Croupton.

Les deux Aurors suivirent leur chef, laissant Remus et Julie seuls derrière eux. Remus était si vidé qu'il se contentait de regardait le cadavre de son pire ennemi avec regret et amertume. Il se rendit compte avec une once de honte, qu'il aurait voulu être l'assassin d'Orion. Il avait tant de fois rêvé lui mettre la main dessus. Il aurait été prêt à recourir à des méthodes de torture pour lui arracher des informations si nécessaire. A la place, Orion était réduit au silence... et Prue toujours aussi inaccessible.

-__Je suis désolée Remus, dit sincèrement Julie. Moi aussi j'aurais aimé qu'il parle avant de mourir.

Julie était aussi choquée et dépitée que Remus à l'idée de voir une nouvelle piste s'envoler pour retrouver Prudence. Après toutes ces années, l'espoir de la retrouver continuait de les animer. C'était comme si cette flamme était impossible à étouffer... comme si sa mort n'était pas envisageable. Contrairement à l'opinion publique, qui lui avait déjà rendu les hommages... les proches de Prue estimaient qu'il n'y avait pas de deuil à faire, et qu'elle était en vie, quelque part, se battant elle aussi pour retrouver un jour ceux qu'elle aimait.

N'ayant plus rien à faire ici, Remus quitta la scène de crime. Il ne supportait plus de voir ce nouvel échec en face. James l'attendait dehors, désolé. Il tenta de mettre une main sur l'épaule de son ami, en signe de réconfort, mais Remus se détourna et continua son chemin. Sa haine était désormais orientée sur cet intrus, qui l'avait privé d'une incroyable opportunité de retrouver sa femme. Plus il pensait à ce tueur, et plus la rage qui séjournait en lui depuis sept ans s'intensifiait. Il ne comprenait pas. Il repensa à ce moment, où il avait percuté l'assassin, sous l'apparence de son père. Sur le coup, Remus avait senti un immense trouble. Il pensait que son père était sonné sous le choc. Et puis, ses sens lui avaient indiqué une intense émotion. Une émotion incompréhensible dans une situation pareille, surtout en découvrant par la suite que ce n'était pas son père, mais un criminel en fuite.
 

| Domaine Halliwell – Cimetière familial |

~ Point de vue de Prue ~


Un mélange d'émotions très étrange s'était emparé de moi. L'adrénaline de mon meurtre, couplé à ma fuite presque catastrophique, balayait mon esprit confus. L'instinct avait subitement repris le dessus, me faisant agir par réflexe. Tracker s'était sommairement réveillée dans la salle d'interrogatoire. Mon arme était apparue comme autrefois... tout comme les fioles de diversion au moment où j'en avais eu le plus besoin.

En parallèle, Remus revenait à la vie sous mon regard. Tout comme James. Il y avait fort à parier pour que Sirius soit également en vie. Mon ancienne vie était revenue soudainement, me frappant de plein fouet. J'étais folle de joie de découvrir la survie de Remus. Il ne pouvait pas y avoir de meilleure nouvelle au monde : l'homme que je n'avais jamais cessé d'aimer, et dont la mort avait failli me tuer, était finalement en vie. C'était un réel bonheur de l'apprendre. Pourtant, cette découverte mettait à jour un mensonge très douloureux... une trahison inattendue : celle de Diego.

Assommée par les événements, je m'assis par terre, trop fébrile pour rester debout une minute de plus. J'étais sous le choc. Je me souvins de mon réveil auprès de Diego, après qu'il m'ait sauvée des Mangemorts. Je répétais sans cesse le même refrain... sur ce qui m'était arrivé. C'est comme ça que Diego avait su que je croyais les Maraudeurs morts... et pourtant, au lieu de me dire que c'était faux... que j'avais tort... il n'avait rien dit. Il n'avait pas rétabli la vérité. Comment avait-il pu faire une chose pareille ? Alors que j'étais au plus mal... que je n'avais plus le goût de rien... au lieu de me redonner un souffle de vie, il avait maintenu la version que je croyais vraie. Il savait pourtant que la mort de Remus m'avait tuée mentalement. Comment avait-il pu me regarder déprimer pendant tout ce temps, en sachant qu'il détenait le moyen de me faire renaitre ? Il ne s'était pas passé une seule journée sans que mon c½ur se déchire en pensant à Remus... sans que je voie son fantôme, ou que je sois prise d'hallucinations qui auraient pu me rendre folle. Sept ans de regrets et de torture émotionnelle. Pour rien. Remus était vivant... et je l'apprenais le jour funeste de la mort de Diego. En quelques heures, la nouvelle vie que j'avais tenté de construire était brisée... me ramenant brusquement à l'ancienne. Celle que j'avais laissée en suspens.

-__Pourquoi ? soufflai-je en regardant la tombe de Diego.

Je ne comprenais pas sa décision. Diego avait toujours été mon partenaire... un homme fidèle et dévoué sur lequel je pouvais compter. Nous avions tout traversé ensemble. Je lui faisais confiance. Et il m'avait trahie de la pire des manières. C'était si cruel de sa part... si injustifié. J'étais si choquée par son acte que j'étais incapable de le haïr... surtout après l'avoir tant aimé. Car oui, je l'aimais. Pas comme Remus. C'était un amour différent... mais un amour fort et intense, qui accordait une grande place à Diego dans mon c½ur. Jamais je n'avais pu envisager de continuer à la vivre sans lui... et c'est le jour de sa mort... le jour où je devais justement réussir à me relever, et à continuer... que le mensonge est dévoilé. Comme si je n'étais pas suffisamment déchirée par sa perte, je découvrais une facette tout à fait inattendue, et insoupçonnée : celle d'un traitre. C'était presque monstrueux. Moi qui lui faisais confiance. Il disait m'aimer... mais on ne commet pas une telle trahison quand on aime. Il n'aurait jamais dû profiter du mensonge des Mangemorts pour me garder pour lui. Il aurait dû me ramener auprès des miens.
« C'est toi qui as fait le choix de l'exil » fit remarquer une douce voix.
Je levai un regard plein de larmes vers Jeff. Un flash me rappela que c'est probablement moi qui avais donné cette idée à Diego.

J'étais assise sur le lit, encore trop faible pour bouger. Le vide du désespoir m'abritait de sa plus cruelle manière.

-__Tant de personnes ont continué à te chercher, souffla Diego. Tu as beaucoup manqué.
-__Ils devront m'oublier, répondis-je.
-__Pourquoi tu dis ça ?
-__Je ne reviendrai pas. L'exil est ma seule option, tu le sais.

Je fermai douloureusement les yeux en me prenant le visage dans les mains. « L'exil est ma seule option ». J'avais prononcé ces mots, car à mes yeux, il m'était impossible de retourner en Angleterre. Les Maraudeurs morts, je n'avais plus aucune raison de me battre. Tracker était morte en moi. Alors, pour les protéger, j'avais fait le choix de rester loin d'eux. Jack, Julie, Hélène, Harry, Roy... et tous mes amis. J'étais persuadée que les Mangemorts se serviraient d'eux pour m'avoir si je refaisais surface. En restant loin de mon entourage... je privais les Mangemorts d'un moyen de pression. Voilà pourquoi j'avais fait ce choix. Pour les protéger. Et Diego, il avait décidé de maintenir le mensonge en lequel je croyais, pour me faciliter la tâche.

Même si j'avais su pour la survie de Remus, il m'aurait fallu beaucoup de temps avant que je sois à nouveau apte à reprendre le combat, et à éliminer mes ennemis. Un temps que je n'aurais pas pu passer avec Remus. Diego le savait, et il avait dû penser que ce serait plus simple pour moi de croire Remus mort... plutôt que de rester loin de lui. Les larmes me montèrent en regardant vers la tombe de Diego. Voilà une explication qui collait bien mieux avec le partenaire qui m'avait accompagnée toute ma vie. Mais il avait eu tort d'agir ainsi. C'était à moi de prendre cette décision. Pas à lui. C'était à moi d'agir en connaissance de cause. Diego avait pensé bien faire... mais une fois de plus, le mensonge même pour une bonne cause, est toujours aussi destructeur.
Ma guérison aurait été beaucoup plus rapide si j'avais su pour les Maraudeurs. J'aurais eu une raison de me relever... et la volonté de me battre. Je n'aurais pas renoncé à Tracker. Au contraire. J'aurais massacré les Black, et toute menace pesant sur ma famille et mes amis, pour pouvoir revenir libre et savourer ma victoire. La paix retrouvée dans le pays, j'aurais pu profiter de ma famille. En parallèle, avec l'aide de Lyall et Dumbldore, nous aurions pu terminer la quête des Horcruxes. Peut-être pas assez vite pour empêcher mon père de revenir... mais suffisamment pour éliminer tous les Horcruxes inconnus, et ne garder que les faciles comme Nagini ou moi.

A la place, rien de tout cela n'était fait. J'avais perdu de précieuses années... loin de tous ceux que j'aimais. Je manquais terriblement d'entrainement pour mériter à nouveau le masque de Tracker. Je ne maitrisais plus la situation comme lors de la première guerre. Je ne savais même pas où en était la quête des Horcruxes. Et d'ailleurs, dans mon état, je n'étais même pas certaine de pouvoir rendre Voldemort mortel. Après avoir mené un plan quasi parfait lors de la première guerre... il avait suffi de cette foutue capture par Orion pour que tout bascule. Désormais, avec mon fils en otage, c'était mon père le nouveau maître du jeu. J'avais plutôt intérêt à changer ça rapidement si je voulais échapper à un triste sort.

La première étape pour y parvenir, c'était le sauvetage de mon fils. Si je parvenais à le récupérer sans passer par les négociations, la partie était complètement relancée. J'étais touchée par la mort de Diego, et j'avais sept ans d'absence à rattraper... c'est vrai, et c'était énorme. Mais j'avais encore l'espoir de remporter la bataille. Avec l'aide de Jack, je pourrais rapidement redevenir Tracker. Lyall me permettrait de savoir où en était la quête des Horcruxes. Les hommes de mon clan seraient sûrement prêts à m'obéir à nouveau, et m'apprendraient tout ce que j'avais raté d'important pendant mon exil. Tout était à ma disposition pour reprendre le combat. J'avais les armes, et les alliés. Et maintenant, grâce à mes retrouvailles avec Remus, j'avais aussi retrouvé la volonté.
Un faible sourire se dessina sur mes lèvres. Il y a quelques heures encore... je n'avais plus qu'une envie : mourir. Et maintenant, tout ce que je voulais, c'était reprendre ma vie d'autrefois. Quand j'aurai sauvé mon fils, ce sera à nouveau possible. C'était la seule variante vraiment bloquante, car si j'échouais... un frisson me parcourut à cette pensée, et je préférai ne pas y penser. Je devais rester concentrée sur l'objectif.

Grâce à Orion, je savais désormais où me rendre. L'instinct meurtrier était de retour, décuplé par le besoin de protéger mon fils... mais il ne me rendait ni ma puissance, ni mes talents au combat. Pourtant, cette nuit, je me rendrai au manoir de mon père pour reprendre mon enfant. Je serai sûrement attendue. Il était prévisible que je tente quelque chose. Mon père le savait. C'était de la folie d'y aller dans ces conditions... je n'étais pas prête. Mais je n'avais pas le choix... ni le temps. Si je ne répondais pas à l'appel ce soir, mon père serait capable de s'en prendre à mon fils pour me punir, et me forcer à venir. Incapable d'envisager cette option, je me rendis dans ma planque pour me préparer.
 

| 20h |


J'avais les mains qui tremblaient tant je me sentais mal. Jamais je n'avais autant stressé. Mon fils était en danger, j'étais la seule à pouvoir le sauver, et je savais que je n'étais pas à la hauteur de la tâche. Il avait suffi que je m'exerce dans ma planque pour le comprendre. J'étais plus lente dans mes gestes... moins précise dans mes attaques. Mes pouvoirs sans baguette étaient toujours aussi défaillants. J'avais l'impression de me revoir à mes débuts au camp... lorsque j'avais envie de frapper mes adversaires, sans savoir me battre, ni manier une arme. C'est comme si toute ma carrière de tueuse ne comptait plus. Le titre de « prodige criminel » semblait lointain. La lame de la mort n'avait plus rien de redoutable...

La pression montait au fil des minutes qui me séparaient encore du manoir de mon père, à l'inverse de ma confiance, qui subissait une chute libre. La suite de l'histoire dépendait de la réussite de cette mission, et je me savais incapable de l'accomplir. Je ne voyais pas comment m'infiltrer sur un territoire inconnu, où je serais attendue de pied ferme. Si ça se trouve, mon fils avait même été déplacé dans un autre endroit, pour que toute tentative de sauvetage échoue. Je me pris la tête entre les mains et poussai un cri de rage. Comment avais-je pu en arriver là ?! Devenir aussi faible ! Aussi incapable ! Je me souvins d'une époque où rien ne pouvait m'arrêter, où aucun obstacle n'était suffisamment grand pour me détourner de mon chemin. Où était donc cette guerrière forte à la volonté inébranlable ?!

Dépitée par mes piètres résultats à l'entrainement, je balançai tout et sortis hors de ma planque. J'avais besoin de prendre l'air. Je ne devais pas craquer nerveusement avant de me rendre au QG de mon père. Mais dès que je fus dehors, la première chose qui me frappa, c'est une lueur flamboyante à l'horizon, et une tête de mort flottant haut dans le ciel. Une bataille faisait rage en ce moment même. Mon c½ur battit un peu plus vite à cette vision. C'était la diversion inespérée pour sauver Enzo. Beaucoup de Mangemorts étaient occupés à se battre... loin de leur QG. Il ne devait y avoir qu'un effectif réduit auprès de mon père. C'était l'occasion parfaite. Trop peut-être, car mon instinct me souffla de ne pas agir. Mon père ne savait pas que j'avais énormément perdu de mes capacités. Pour lui, j'étais toujours aussi dangereuse qu'autrefois. Ce n'était pas cohérent de mobiliser ses forces sur une attaque publique, alors que le manoir allait être pris pour cible. C'était un piège. Mon père ignorait où je me trouvais, et à quel moment je comptais attaquer. En m'offrant une diversion, il provoquait ma venue. Je ne lui accorderai pas le plaisir d'être prévisible. Il fallait que je patiente encore un peu... jusqu'à la fin de la bataille. Il devait douter de moi... ne pas savoir à quel moment j'allais agir. Il fallait à tout prix que je préserve l'effet de surprise. Ma discrétion était ma seule chance. Si j'étais repérée, je n'aurais aucune chance d'atteindre mon fils.

Alors je restai là, plantée, les yeux rivés vers ce sombre horizon. Ne pas céder à la tentation de cette diversion était très dur. Même si j'étais persuadée que mon père ne toucherait pas à mon fils avant mon retour, c'était insupportable de le laisser encore entre ses mains. Et cette bataille au loin... j'étais presque certaine que Remus s'y trouvait, accompagné des autres Maraudeurs, et de mes anciens collègues. Les hommes de mon clan avaient-ils maintenu la mission de protection que je leur avais confiée ? Comment pouvais-je être persuadée que Remus survivrait à cette nouvelle bataille... ? Je ne supporterai pas de le perdre encore, alors que je venais à peine de le retrouver. Ne pouvant pas sauver mon fils dans l'immédiat, je répondis à l'appel du combat... pour Remus.
 

| Canterbury |


Les Mangemorts étaient venus en nombre. C'était impressionnant à vrai dire. Mon père avait dû profiter de l'entre-deux guerres pour recruter davantage. L'Armée du Mal semblait bien plus étoffée que la dernière fois. Face à eux, les forces de l'ordre étaient également présentes en masse, pour les combattre et protéger les civils. La boule au ventre, je cherchai Remus du regard. Des tremblements recommencèrent à me parcourir. La bataille était excessivement violente. La peur me tétanisa plusieurs secondes. J'étais incapable de faire un pas en avant. Et puis, un civil fut abattu devant mon regard, et ce fut le déclic. Les Mangemorts étaient là pour faire le plus de victimes possible... il fallait les en empêcher. Alors je visai un premier Mangemort avec ma baguette, et lui lançai un sortilège mortel. Il s'effondra sans même avoir vu le danger venir... comme il le faisait avec ses victimes. Je me faufilai parmi les combattants, aidant ceux que je pouvais, éliminant les Mangemorts sur ma route. L'adrénaline se répandit en moi, augmentant mes sensations comme autrefois. Mes sortilèges ne manquaient pas leur cible. Peu à peu, la tension que je ressentais retomba. Je n'étais peut-être plus Tracker, mais je savais encore me battre.

Le souffle d'une explosion me projeta à plusieurs mètres. Complètement sonnée, j'eus du mal à me redresser. L'environnement était instable, et ma vision troublée. Je vis des silhouettes se rapprocher de moi. Je les visai à l'aveugle, mais mon bras fut abaissé. Je me sentis soulevée par les bras, et trainée sur plusieurs mètres, à l'écart des combats. Il me fallut plusieurs minutes avant de retrouver une vue normale. Ca sifflait toujours dans mes oreilles. C'était désagréable. Je regardai autour de moi, et vis plusieurs autres blessés allongés sur le sol. J'eus le réflexe de porter ma main sur mon visage... je portais toujours mon masque. Je me redressai péniblement, encore un peu prise de vertige. Je n'avais pas vu le coup venir.

-__Restez baissée, chuchota une voix de femme.

Je tournai la tête et étouffai une exclamation de surprise. C'était Lily. Elle était couchée près d'un autre corps, et lui administrait les premiers soins. Nous étions dans une maison abandonnée, qui avait largement été ravagée par les combats. Lily semblait en avoir fait un refuge de fortune pour les blessés. D'autres médicomages étaient là, à faire de leur mieux pour sauver des vies.

-__Merci, soufflai-je.

Elle sourit faiblement, toujours concentrée sur son blessé. C'était bon de la revoir. Elle n'avait guère changé. Il n'y avait que l'inquiétude qui gâchait ses traits. Elle devait prier pour James, qui était au c½ur des combats. Je devais y retourner. Alors je rampai entre les blessés vers la sortie.

-__Restez ici ! chuchota Lily. Si nous sommes repérés on est foutu !

Il n'était pas envisageable que je reste ici alors que Remus était dehors à se battre. Sourde aux appels de mon amie, je sortis discrètement après m'être assurée qu'aucun Mangemort ne trainait dans le coin. Je sortis, le c½ur un peu plus léger. Harry n'avait jamais été orphelin... ses parents était en vie tous les deux. Il ne restait plus que Sirius désormais... c'était le seul que je n'avais pas encore revu. Mais ce n'était pas le moment pour les retrouvailles.

Cette fois, je ne me jetai pas dans le c½ur des combats. J'étais encore trop sonnée pour y retourner. Je voulus me faire léviter sur le toit d'une maison, comme j'avais pour habitude de faire, mais une fois encore, je manquai de maitrise. Je heurtai le mur, et dus m'accrocher au bord du toit pour ne pas tomber. Je me hissai avec difficultés. C'était navrant.

Une fois en hauteur, je me mis en position près du bord. Je visai un Mangemort avec ma baguette, essayant de calmer mon rythme cardiaque pour gagner en précision. Mon sortilège frappa ma cible de plein fouet. Ce fut un soulagement de constater que je n'avais pas perdu la main pour ça. Je tuai plusieurs Mangemorts à la suite, ayant l'embarras du choix de cibles. Alors je frappais sans relâche, abattant tous ceux que je pouvais. C'était délicat, car je craignais parfois de toucher un allié. La plupart des combattants que j'aidais ne se souciaient guère de voir leur adversaire s'écrouler subitement. L'un d'eux pourtant se retourna pour regarda dans ma direction. C'était Remus. J'abaissai mon bras, surprise qu'il m'ait repérée aussi vite. Et puis un autre Mangemort l'approcha, et j'eus le réflexe de le tuer. En s'écroulant, ma cible révéla le dernier des Maraudeurs : Sirius. J'eus un rire nerveux en le reconnaissant. Ils avaient tous survécu à la première guerre... et j'allais tout faire pour qu'il en soit de même pour la seconde.

Les deux amis se frayèrent un chemin parmi les autres combattants. Je les suivis, stressée de les voir traverser ainsi le champ de bataille. Les sorts fusaient dans tous les sens. Ils risquaient de se faire toucher à tout moment. Je tuai tous les Mangemorts qui leurs accordaient trop d'intérêt, les empêchant de les prendre à revers. Je pestai en les voyant entrer dans une maison en feu. Je me déplaçai rapidement dans un filet de fumée noire pour les rejoindre, espérant qu'un Mangemort n'ait pas l'idée de faire exploser la maison.

Je poussai un cri en reprenant forme à l'intérieur. La chaleur dégagée par les flammes était brûlante. Je me lançai un sort pour me protéger par réflexe, le corps endolori. Je n'avais pas l'habitude de craindre les flammes. Mon pouvoir sur le feu était si faible que je n'étais même plus immunisée. Mon masque me protégea de l'épaisse fumée qui se dégageait du salon. Je ne voyais plus les deux Maraudeurs, mais je les entendais tousser. Je vis une silhouette monter à l'étage, alors je m'y rendis, péniblement, évitant les flammes grandissantes. Je jetai des sorts pour inonder le rez-de-chaussée, afin que l'incendie cesse de se répandre.

C'est à l'étage que le feu avait été déclenché, car il était déjà bien détruit. Les poutres menaçaient de s'effondrer à tout moment, englouties par les flammes. J'aperçus enfin Remus et Sirius dans une chambre. Ils faisaient sortir un enfant qui s'était caché dans un placard. Sirius le recouvrit immédiatement de sa cape pour le protéger. Je me rendis dans une autre pièce pour ne pas me faire repérer.

Sirius passa dans le couloir le premier, tenant l'enfant dans ses bras. Je me préparai à suivre Remus en me rapprochant de la porte. Un énorme craquement me fit sursauter. C'est comme si un arbre se faisait déraciner. Je compris que la poutre au-dessus du couloir allait céder. Je bondis hors de la chambre sans réfléchir. Remus eut un mouvement de recul en me voyant. Il n'eut pas le temps de me viser avec sa baguette que je le prenais dans mes bras et l'emportai dans un tourbillon de fumée. Je fonçai sur la fenêtre, la brisant sur notre passage. Le choc me sonna. Je parvins toutefois à assurer notre atterrissage, bien qu'il fût brutal. Je roulai à plusieurs mètres de Remus. Tous deux sonnés, on fut incapables de se redresser de suite.

Remus était pris d'une quinte à cause de la fumée de l'incendie qu'il avait respiré pendant plusieurs minutes. Il se lança un sort pour s'oxygéner, avant de se reporter sur moi. Il me regarda avec incompréhension. Troublée, je me contentai de le regarder sans rien dire. Je mourrais d'envie de le prendre contre moi, de lui dire combien j'étais désolée pour ces sept dernières années de silence... lui dire combien je regrettais tout ce qui s'était passé. Mais cette fois encore, ce n'était pas le moment pour des retrouvailles. J'étais toujours masquée... et mon fils attendait d'être libéré.

-__Restez au sol ! cria une autre voix.

James arrivait auprès de Remus, sa baguette pointée dans ma direction. C'était la deuxième fois qu'il me tenait en joug aujourd'hui. Je jetai un coup d'½il autour de nous, me rendant compte que la bataille avait pris fin. Il n'y avait plus de combat, seulement des cadavres et des maisons en feu. Les secours commençaient à arriver pour s'occuper des blessés. Je retrouvais un paysage familier de la guerre, toujours aussi chaotique.

-__Mettez-vous à plat ventre, les mains derrière la tête ! ordonna James.

Remus était aussi paralysé que moi. On se regardait, immobiles et silencieux. James se rapprocha, plus menaçant, en voyant que je ne lui obéissais pas. Remus se releva et abaissa le bras armé de son ami. James le regarda avec stupéfaction. J'en profitai pour me relever péniblement.

-__Ce n'est pas un Mangemort, informa Remus.
-__Qui êtes-vous au juste ? demanda James avec méfiance.
-__...Une alliée, répondis-je.

C'était horrible d'être en face d'eux... et de me comporter comme une inconnue. J'étais incapable de supporter leur présence tout en gardant mes distances. J'avais tant envie de serrer Remus dans mes bras... le manque et la douleur que j'avais porté toutes ces années ne fit que se raviver. C'était atroce de devoir conserver mon masque. Alors je préférai tourner les talons, et partir. Il fallait que je sauve mon fils. C'était ma seule priorité. J'étais séparée des Maraudeurs depuis sept ans... il fallait patienter un jour de plus.

-__Hé attendez, retint Remus.

Je m'arrêtai nette. La voix de Remus avait l'effet de coup de feu sur moi. Je me retournai pour lui faire face. Il me regardait étrangement.

-__Merci... pour votre intervention tout à l'heure.

J'acquiesçai, contente d'avoir un masque pour cacher mon trouble. Je transplanai avant de dérailler. Ce n'était pas le moment de perdre les pédales... j'avais une autre bataille à remporter.


| Manoir Voldemort – 22h |

~ Point de vue général ~
 

Lord Voldemort était assis dans son fauteuil, immobile. Tout était silencieux au manoir. Les troupes n'allaient plus tarder à revenir du combat. Le Lord aurait parié que sa fille profiterait de la bataille pour tenter un sauvetage. Pourquoi ne s'était-elle toujours pas manifestée ? Etait-elle déjà revenue en Angleterre ? S'apprêtait-elle à attaquer ? Le Seigneur des Ténèbres soupira avec agacement, ne supportant pas de rester ainsi dans l'attente. Il était persuadé que Prue foncerait tête baissée. En découvrant Diego mort, et son fils enlevé, c'était obligé qu'elle réplique sans attendre. A quoi jouait-elle ? Pensait-elle que la menace sur son fils n'était pas réelle ? Qu'elle pouvait prendre son temps ? La colère et l'impatience commencèrent à donner des idées folles au Lord pour motiver sa fille. Des coups à la porte le sortirent de ses pensées.

-__Entrez, accorda le Lord.

C'était Bellatrix. Elle avait un sourire de triomphe.

-__Elle a mordu à l'hameçon.

Voldemort se redressa, soulagé. Il eut l'ébauche d'un sourire, qui rendit son visage encore plus terrifiant.

-__Parfait, dit-il avec satisfaction. Célébrons le retour de Tracker comme il se doit.

La Mangemort éclata d'un rire cruel et quitta les appartements du Maitre avec joie. Prue ne pouvait pas imaginer ce qui l'attendait.
 
Chapitre 10 : Mon ancienne vie


J'espère que la (petite) surprise de ce chapitre vous a plu ! Je sais que vous avez tous plus ou moins espéré que ça se produise, j'espère ne pas vous avoir déçu !  ;) 
 

Tags : L'histoire d'un assassin - Partie 2 : La (re)naissance de l'Assassin - tome 3

Leave a comment

We need to verify that you are not a robot generating spam.

See legal mentions

Don't forget that insults, racism, etc. are forbidden by Skyrock's 'General Terms of Use' and that you can be identified by your IP address (54.166.172.33) if someone makes a complaint.

Comments :

  • LeMaitreDesLieux

    18/04/2018 at 7:45 PM

    Salut, tu vas bien ?

    J'ai envie de dire enfin !!!!! Je savais qu'ils n'étaient pas morts et j'attendais avec impatience leur retour. C'est chose faite ! Je vais lire de ce pas la suite :)

  • Visiteur

    17/02/2018

    J'aime beaucoup la confrontation avec Orion ! J'ai été ravie que tous sentiments de vengeances et de cruauté n'ont pas quitté Prue ! Super scène ! Jouissif xD

    Par contre, Prue n'est plus aussi efficace qu'avant (bon c'st normal hein !), les aurors l'ont démasqués assez bêtement. La fuite est très bien décrite, elle tient en haleine jusqu'à la fin !!

    AAAAAAAAAAAAAAAAAHHHHHHHHHHHHHHHH !!!!!!! J'ai du me mettre en PLS plusieurs fois pour le reste du chapitre ! Remus VIVANT ! JAMES !!! LILY !!! AAAAAAHHHHH !
    J'avais raison ! Je le savais ! Jamais croire ce qu'un Mangemort raconte !!!! JAMAIS !!

    Mon dieu ! J'ai tellement de peine pour Remus ! Ca fait 7 ans qu'il cherche Prue alors qu'il aurait pu la retrouver 5 ans auparavant !! Et la ! Il etait tellement proche d'elle mais ... !!!! :'(
    C'est horrible !!! J'avais envie de pleurer en PLS, dans mon pyjama avec un pot Ben et Jerry xD

    Ahlala ! Prue est très compréhensible envers Diego. Il lui a quand même mentis délibérément. mais bon, je comprends aussi son raisonnement, donc je n'ai rien à redire ^^

    Par contre, je ne comprends pas trop c'est quoi l'hameçon dont parle Bellatrix. J'ai deja lu le chapitre suivant mais je ne comprends pas. C'est quoi l'hameçon ? A quoi à donc servie l'attaque des mangemorts ?

  • evanalinch-lunalovegood

    11/02/2018

    trop bon comme chapitre, trop contente de voir que tous les maraudeurs sont encore en vie et hâte de savoir enzo hors de portée de son père pour qu'elle puisse revenir vers ses amis pour finir sa mission première pour tuer son père

  • MikaWolfeHP

    05/02/2018

    YESSSSSS Haha!!! Yeeeeeesssss!!! Ayoye, jsuis trop contente de retrouver les Maraudeurs et Lily! Ayoye! Merci! Ça ne pouvait pas demeurer aussi triste trop longtemps :D et jadore comment tu as présenté ça! Ils ne savent pas encore que c'est elle et elle les sauve xD c'est génial! Reste à ce qu'elle se dévoile, revoir Jack et découvrir ce que prépare Voldemort :o

  • Visiteur

    04/02/2018

    Bonjour!
    Et bien je crois que c’est le chapitre que j’ai préféré dans toute ta fiction’ il est juste génial et voir Prue « retrouver » les Maraudeurs bien vivants et en bonne santé est un réel bonheur aha ???
    J’attend la suite avec impatience et encore merci pour cette histoire juste incroyable!

Report abuse