Chapitre 13 : Le retour de Tracker

« Certaines situations sont parfois une question de perspective. Encore faut-il réussir à toutes les voir. »
 
Chapitre 13 : Le retour de Tracker
 

| 25 mars 1988 – Planque de Tracker |


J'avais perdu la notion du temps. Je ne savais plus depuis combien d'heures j'étais là, recroquevillée dans ma planque, prise entre deux eaux. Vivre... ou mourir ? La vie avait un tel potentiel de saveurs à m'offrir que j'avais du mal à la quitter. La mort restait pourtant l'issue la plus raisonnable. Comment envisager de continuer à respirer... en sachant que cela condamnerait des innocents, les êtres qui m'étaient chers... et probablement l'Angleterre ?

J'avais beau essayer de trouver une solution, j'étais dans une impasse. Je n'avais pas le choix. Je me sentais incapable de vivre en sachant les conséquences. Alors à contrecoeur, après avoir passé une dernière nuit avec mon bébé, je me résolus à me séparer de lui. Il fallait que je le confie aux Noven. Plus j'attendrai, et plus il sera difficile d'accomplir mon devoir. Alors je me levai péniblement, fatiguée. Je préparai les affaires de mon fils, le c½ur lourd, avant de le prendre dans mes bras. Il était temps de partir.
 

| . . . |


Je frappai à la porte des Noven, au bord de la crise de nerfs. Hélène m'ouvrit quelques secondes plus tard, le regard plein d'espoir. Elle baissa les yeux sur mon fils, déglutissant avec difficultés. Elle comprit que ma décision n'avait pas changé.

-__Entre, dit-elle.

Je fis un pas en avant, comme dans un état second. L'imminence de la séparation me parut encore plus brutale et douloureuse. J'allais peut-être dire au revoir à mon fils... de manière définitive... ainsi qu'aux Noven, et à Jack. J'allais quitter cette vie. Julie vint à ma rencontre, aussi éteinte que moi. On aurait dit qu'elle était condamnée à mort elle aussi.

-__Bonjour Prue, dit-elle à voix basse.
-__Bonjour, répondis-je la bouche sèche.

Je baissai les yeux sur mon fils, qui dormait paisiblement contre moi. Je sentis ma gorge se serrer plus que jamais. La douleur dans ma poitrine devint plus vive... plus violente. Je lui déposai un tendre baiser sur le front, avant de le confier à Julie. Je ne pus retenir mes larmes en me séparant de lui.

-__Je te présente Enzo, soufflai-je.
-__Il est beau, dit Julie émue.

Je me forçai à rester concentrée sur ce que j'avais à faire, pour ne pas craquer encore. J'avais amené un sac à dos, auquel j'avais lancé un sortilège d'extension pour pouvoir y mettre toutes les affaires d'Enzo.

-__Il y a tout là-dedans, informai-je en ouvrant le sac. Vêtements, couches, biberons, jouets...

Je tendis le sac à Hélène, qui le posa sur la table du salon. Elle commença à fouiller dedans, tandis que j'essuyais mes larmes.

-__Nous nous occuperons bien de lui, assura Julie.

Je baissai la tête, le c½ur ravagé. Je sortis une enveloppe de ma cape, fermée par un cachet de cire. L'attention des deux femmes se focalisa immédiatement dessus. Elles savaient que c'était très important.

-__J'aimerais que vous lui donniez cette lettre... le jour où il se demandera pourquoi il n'a pas grandi avec ses parents.
-__Prue, commença Hélène.
-__Je t'en prie, coupai-je. Je tiens à ce qu'il sache combien j'aurais préféré rester sa mère... combien je l'aime... et que le quitter restera la pire décision de ma vie.
-__Ça n'arrivera pas, assura une voix dans mon dos.

Je sursautai en reconnaissant la voix de Jack.

-__Je crains que cette fois je n'aie pas l'occasion de changer la fin de l'histoire, soufflai-je.
-__Je refuse de te laisser faire... pas avant d'avoir exploré toutes les options ensemble.
-__Tu crois que je ne les ai pas déjà explorées ?! m'emportai-je. Tu crois que ça m'amuse de devoir en finir ?!
-__Je pense que tu n'es pas en état de décider de manière raisonnable. Tu es sous le choc, Prue... tu as besoin de prendre du recul.
-__Jack –
-__Si tu dois vraiment mourir Prue, je tiens à avoir une dernière discussion avec toi, trancha Jack. Est-ce que tu peux m'accorder un peu du temps qu'il te reste ?

Je me mordis la lèvre. La situation était déjà suffisamment difficile, je n'avais pas besoin que Jack tente de me convaincre de renoncer. J'avais déjà pris du recul... tout hier, et toute la nuit. J'avais cherché une issue... en vain. Je ne voyais pas comment Jack pourrait trouver une solution. Cependant... il était mon mentor, mon père de c½ur... je pouvais lui accorder cette dernière faveur.

Je laissai l'enveloppe à Hélène, et suivis mon mentor à l'étage. Il m'amena dans ce qui semblait être une chambre d'invités à en juger par son état. Il verrouilla la porte derrière nous, et l'insonorisa.

-__Hélène m'a rapporté ton récit, commença Jack. Je suis sincèrement désolé pour Diego. Je sais combien tu l'aimais.

A nouveau, la simple évocation de mon ancien partenaire me fit monter les larmes aux yeux. Sa perte était une douleur atroce. Une véritable torture, comme lorsque je pensais avoir perdu Remus.

-__C'était un partenaire exceptionnel, soufflai-je. Il ne méritait pas de finir ainsi.
-__Toi non plus tu ne mérites pas l'avenir que tu t'es choisi. Tu as un fils... et l'opportunité de renouer avec tous ceux qui te sont chers. Je t'en prie, ne brise pas cette chance.
-__Elle est déjà brisée, tranchai-je. L'espoir de retrouver les miens s'est envolé au moment où j'ai accepté de sceller un serment avec mon père. Je refuse de subir les conséquences de mon engagement. Je dois mourir pour y échapper, avant qu'il soit trop tard.

Jack secoua négativement la tête. Il refusait d'admettre que c'était la seule solution.

-__Il doit bien y avoir une alternative, dit-il.
-__Pas cette fois. Il n'y a pas de faille dans le serment que j'ai fait.
-__Quels sont les termes exacts ?
-__Je suis obligée de « planter ma lame dans le c½ur de chaque personne que me désignera mon père, et à ne jamais la retourner contre lui ou les membres de son armée ». Je n'ai pas non plus le droit de fuir. En d'autres termes, je suis obligée de redevenir son instrument mortel.

Mon mentor se mit à faire les cent pas, visiblement plongé dans une intense réflexion. Tout comme moi, il essayait de trouver une faille.

-__Ton père a peut-être commis une erreur, dit Jack au bout d'un moment.
-__En utilisant des mots indirects pour m'interdire de m'en prendre à lui et son armée, terminai-je. Je sais. Je peux continuer à tuer des Mangemorts, et même mon père si je le souhaite, à condition de ne pas utiliser une lame en guise d'arme.

J'avais trouvé cette faille moi aussi, à force de me répéter les termes du serment en boucle. Quand mon père m'avait interdit « de retourner ma lame » contre son armée et lui, c'était pour éviter une nouvelle trahison de ma part. Cependant, il faut utiliser des termes directs et non ambigus dans le cadre d'un serment inviolable. Pas d'allusion, pas d'expression... que des termes précis.

-__C'est une sacrée faille ! s'exclama Jack. Au lieu de se protéger, il t'a seulement restreinte sur le mode opératoire !
-__Ça ne change rien. Ce n'est pas cette partie du serment qui me pousse au suicide. Je me fiche pas mal de pouvoir tuer des Mangemorts ou mon père ! Le plus terrible, c'est l'autre partie du serment... celle qui me force à tuer sur ordre. Il n'y a pas de faille dans cet engagement. Je ne peux pas me défiler. Ça va commencer avec Dumbledore... et si je ne me tue pas, ça continuera avec tous ceux qui représentent une menace pour mon père. Tôt ou tard, le nom des Maraudeurs sera prononcé.
-__Exactement Prue... « tôt ou tard ». Si tu détruis ton père avant qu'il te demande de tuer les tiens, tu t'en sors.

J'éclatai d'un rire nerveux. Etait-il sérieux ?!

-__Tu penses peut-être que je vais accepter de sacrifier des vies innocentes pour gagner du temps et me permettre de vivre ?! m'emportai-je. Tu crois que je vais accepter de livrer l'Angleterre à ce fou furieux en assassinant les seules personnes capables de l'empêcher de prendre le pouvoir ?
-__Et toi tu penses peut-être que l'Angleterre peut renouer avec une paix durable sans ton aide ? rétorqua Jack. Que les êtres qui te sont chers ont de meilleures chances de survivre à la folie de ton père si tu ne les protèges pas ? Tu crois peut-être que ta mort sauvera des vies ? Ouvre les yeux Prue ! Personne n'est en sécurité tant que ton père est en vie ! Nous sommes tous en danger de mort. Imagine ce que ferait Bellatrix avec Remus à sa merci... imagine ce que ferait ton père s'il retrouvait la trace d'Enzo !
-__Tais-toi, suppliai-je en sentant une boule se former dans mes entrailles.
-__Non Prue. Tu es terrorisée à l'idée de perdre les êtres qui te sont chers... et tu as raison. Parce que si tu refuses de ta battre, ils mourront tous un par un.

Je portai ma main à ma gorge, prise d'une nouvelle crise d'angoisse. Mais Jack continua, impitoyable.

-__Voldemort est bien plus puissant que la dernière fois... il est beaucoup mieux préparé aussi. Ce n'est qu'une question de temps avant qu'il soit au pouvoir. Et quand ce sera fait, je peux t'assurer que les Maraudeurs ne seront pas les seuls innocents à être massacrés injustement. Tous ceux qui penseront différemment du Lord seront exécutés... le reste réduit à l'esclavage. A moins que tu l'en empêches...

Je dus m'appuyer sur la commode pour ne pas tomber. L'air me manquait de plus en plus. Jack devait se taire... avant que ma respiration ne se bloque totalement.

-__C'est la raison pour laquelle tu t'es retournée contre lui à l'époque, rappela Jack. C'est pour ça que tu as pris part à la guerre. Tu t'es battue, pour que ceux que tu aimes puissent vivre libres, et en sécurité. Tu dois reprendre cette bataille, et la gagner.
-__...Comment ? demandai-je désespérée.
-__Tu avais bien un plan lors de la première guerre pour en finir avec ton père ?
-__Bien sûr mais...
-__Il n'y a pas de « mais » Prue. Finis ce que tu as commencé. C'est notre seule chance. Les résistants n'ont pas réussi à empêcher ton père de revenir... ils se font massacrer un par un dans cette nouvelle guerre... ils ont besoin d'un atout. De toi.

Une grande faiblesse m'envahit, et je tombai à genoux, incapable de rester debout plus longtemps. J'étais la proie d'un stress intense, et d'une peur sans nom. C'était trop de responsabilités... mon devoir était trop lourd, trop difficile. Jack s'accroupit à mes côtés, et me lança un sortilège pour m'aider à respirer plus facilement.

-__Les choses ont tellement changé, dis-je lorsque j'eus retrouvé mon souffle. Les contraintes... le contexte... moi... ! Le plan que j'avais élaboré n'est plus viable. Je ne suis plus cette guerrière que rien ne pouvait arrêter !

Jack resta silencieux plusieurs secondes. Il s'assit par terre à côté de moi, pensif.

-__Il y a longtemps, quand tu étais encore mon élève, je ne cessais de me demander à chacun de nos entraînements d'où provenait la rage qui t'animait, avoua Jack. Tu avais survécu au camp, là où de nombreux autres avaient trouvé la mort, ou se l'étaient donnés. Toi, et Diego, vous avez accompli le miracle de survivre, et de vous échapper. N'importe qui aurait été brisé après de telles années de souffrances et d'atrocités... n'importe qui aurait eu besoin de temps pour se relever. Pas vous. Paradoxalement, les épreuves subies semblaient vous avoir rendu... plus forts. Et vous vous êtes acharnés à devenir toujours plus redoutables... afin de retourner affronter vos ennemis.

Mon mentor marqua une pause, l'esprit perdu dans ses souvenirs.

-__Si vous n'aviez pas été là toi et Diego, le camp serait encore en train de tourner à plein régime. C'est pour ça que tu t'es accrochée à la vie... et que tu t'es évertuée à devenir la meilleure tueuse. Tu as fait naître Tracker... par esprit de vengeance, certes, mais aussi parce que tu savais que si tu ne détruisais pas le camp... personne ne pourrait le faire. Tes ennemis agissaient dans le plus grand secret... personne d'extérieur ne pouvait donc intervenir. Aujourd'hui, tu es dans une situation très similaire. Tu peux faire le choix de mourir... de t'exiler... d'abandonner... mais sache que si tu ne te charges pas toi-même de détruire ton père, il sera très difficile de mettre fin à cette folie. Tu es encore la personne la mieux placée pour le vaincre... et ramener la paix.
-__Es-tu vraiment en train de me demander d'accepter le sacrifice d'innocents ? résumai-je avec dépit. De tuer sur ordre de mon père, tant que ça ne me touche pas de trop près, pour pouvoir contribuer à sa destruction ?
-__Je te demande de réfléchir à nouveau comme la grande stratège que tu étais autrefois, afin de remporter la foutue partie qui t'oppose à ton père depuis trop longtemps. Et je te demande... de ne pas oublier pourquoi un jour, Tracker est née.
-__Parce que seul un prédateur peut en tuer un autre... soufflai-je.

C'était l'origine même de Tracker... et mon père était probablement le pire prédateur de notre temps. L'un des pires démons de ma vie. Il m'avait anéantie... privée de ceux que j'aimais. Privée d'une vie normale. Il m'empêchait d'être libre, et d'accéder au bonheur que je chérissais tant. Ce sale monstre... cet être sans c½ur à l'âme torturée sera un éternel fléau, pour moi, mon entourage, et tout le pays... si personne ne l'arrêtait. Que je vive ou que je meurs, il ne renoncera jamais aux Maraudeurs... la folie de ses projets n'aura aucune limite. Pour arrêter un prédateur pareil, il fallait un chasseur aussi redoutable.

-__Exactement Prue. Tu es la meilleure dans le domaine du crime... tu possèdes un clan tout entier prêt à se battre pour toi... des alliés qui te suivront dans la bataille... et tu as toutes les raisons du monde de détruire ton ennemi. Tu connais les Mangemorts et ton père mieux que personne, tu peux retrouver ton influence dans la résistance. Si tu recommences ton double jeu, tu pourras manipuler les deux camps pour les amener à l'objectif que tu vises. Quant à ton serment... tu ne peux peut-être pas le contourner, mais tu peux avoir une once de contrôle dessus.
-__Comment... ?! m'étonnai-je.
-__Ton père a perdu beaucoup de temps avec son premier échec. Il veut accéder au pouvoir rapidement. Alors avant de te punir en te donnant des proches à éliminer... il va se focaliser sur la priorité du moment : les obstacles à ses projets. Dumbledore évidemment, les Aurors trop bien placés comme Maugrey et Lyall, le Premier Ministre, et tous ceux qui le gêneront. Même si tu peux enchaîner les victimes rapidement, ton père est obligé de trier sa liste de victimes selon un ordre de priorité.

Je croisai le regard de Jack avec surprise en comprenant où il venait en venir.

-__Il lui faut une autre cible ! m'écriai-je.

Je me relevai d'un bond, accrochée à cette idée avec l'espoir que ça soit la faille indirecte de mon serment.

-__Si mon père est occupé avec un nouvel obstacle, plus dangereux et gênant que les autres... commençai-je.
-__Il reléguera les autres victimes à une priorité inférieure, termina Jack sur un ton léger.

On se regarda avec complicité. C'était une possibilité réalisable !

-__Vu le niveau d'emmerde que sont capables d'atteindre les cibles actuelles, il va falloir que je sorte le grand jeu pour prendre la première place, fis-je remarquer.
-__Je ne me fais pas de souci à ce sujet... tu es capable d'être bien plus redoutable qu'eux. Après tout... tu es Tracker. Le Fantôme de la Mort.

J'eus l'ébauche d'un sourire. C'est comme si mon c½ur devenait soudainement plus léger. J'entrevoyais cette piste inespérée comme la solution miraculeuse à mon problème. Je devais créer un ennemi de l'armée du Mal. Le pire... le plus redoutable... le plus impactant. Je devais faire en sorte d'attirer toute l'attention de mes adversaires sur moi. Pas en tant que Prudence Lupin... pas en tant que Tracker... non. Mon père devait craindre un nouvel ennemi, dont il ne savait rien. Un ennemi qui n'avait donc pas de faille, aussi longtemps que son identité était secrète. J'eus un rire nerveux en songeant que j'avais peut-être une chance. Tout n'était pas encore perdu. Je pouvais reprendre les armes !

Un voile de fumée noire se forma devant moi, de plus en plus épais, jusqu'à former ma tenue d'assassin. Je connaissais par c½ur ce phénomène. La louve en moi s'était réveillée brusquement en repérant une faiblesse dans sa cage. J'écartai lentement les bras, acceptant de me laisser envahir par cette fumée. Ma fidèle tenue d'assassin me recouvrit dans un tourbillon noir. Mon regard s'accrocha à mon masque qui s'était formé dans ma main. J'avais abandonné Tracker il y a des années suite à la bataille contre mon père... n'ayant pas réussi à protéger Remus. J'avais renié la tueuse en moi, lassée de me battre. Aujourd'hui, Tracker avait à nouveau une raison d'être. Alors je lâchai le masque, pour qu'il vienne se poser sur mon visage.

-__Aide-moi à redevenir le prédateur que j'étais, demandai-je à Jack.
-__Voilà un discours qui me plait davantage ! Sors ta baguette, on va s'entraîner. Comme au bon vieux temps.

Je me mis en place, animée par une détermination nouvelle. Je commençais même à me sentir inspirée pour mon nouveau rôle à tenir dans la partie. Après tout ce que Voldemort et ses chiens m'avaient fait... l'idée de pouvoir me venger, même partiellement, éveillait en moi toute la sauvagerie de la tueuse que j'étais autrefois.

-__Prête ? défia Jack.

Une boule de feu se forma dans ma main. Les flammes se répandirent sur tout mon corps.

-__Et toi ? renvoyai-je.

Je projetai un jet de flammes sur lui, qu'il contra avec un puissant bouclier. C'était si bon de sentir à nouveau la puissance m'envahir... d'être traversée de ce courant électrique si particulier qui me faisait frémir. Je me sentais redevenir moi-même. Concentrée sur les attaques de Jack, je parvenais à les contrer, et même à les anticiper pour prendre le dessus. Mes défenses étaient plus robustes... plus fiables. J'avais à la fois retrouvé ma force, mais aussi ma vivacité. L'étau qui emprisonnait mon être avait explosé.

Notre duel dura près d'une demi-heure. Jack me fit passer en revue les meilleures techniques d'attaque et de défense. Le bilan était concluant : je n'avais rien perdu. Absolument rien. Le blocage était seulement dans ma tête... et il venait de sauter. L'instinct de chasse avait repris le dessus sur la peur qui m'abritait. Je parvins à désarmer Jack, et à le mettre au sol. A l'aide de la télékinésie, je le maintins à genoux le sourire aux lèvres.

-__Te serais-tu ramolli en mon absence ? provoquai-je.

Je libérai Jack, qui se redressa avec un grand sourire complice. Je le pris dans mes bras avec élan, soulagée.

-__Merci Jack. Tu m'as rendu ce qui m'a quitté depuis longtemps.

Jack se sépara de moi, m'encourageant d'un regard à dire de quoi il s'agissait.

-__L'espoir, soufflai-je. L'espoir inébranlable de vaincre.

Il rit en m'embrassant sur le front.

-__Bon retour parmi nous Tracker.

Oh oui... bon retour en moi, ma chère louve enragée. Je me sentais à nouveau capable de me battre... et à la hauteur de mes lourdes responsabilités. Quelques entraînements supplémentaires suffiront pour que je redevienne le Fantôme de la Mort.

-__Nous devrions poursuivre cette petite remise à niveau ailleurs, suggéra Jack en regardant autour de nous.

J'éclatai de rire en voyant la pièce dévastée autour de nous. Le mobilier était éventré, victime collatérale de nos sortilèges trop puissants. Une poutre avait commencé à prendre feu au plafond. On aurait dit qu'une terrible bataille avait eu lieu ici.

-__Remettons tout en ordre avant que Julie s'en aperçoive, conseilla Jack.

Ensemble, on remit la pièce en état, pour effacer les traces de notre duel. Je fis disparaitre mon masque d'assassin pour sortir de la chambre, et retourner au rez-de-chaussée avec Jack. Julie et Hélène se levèrent du canapé à notre vue, emplies d'espoir. Julie tenait encore mon fils dans ses bras, endormi contre elle. Je leur adressai un sourire confiant en m'approchant.

-__Je vous confie la lourde tâche de prendre soin de mon fils... et de veiller à sa sécurité, commençai-je.

Julie ferma les yeux, pensant que ma décision n'avait pas changé. Je pris son visage entre mes mains avec tendresse, pour lui déposer un baiser sur le front.

-__...Le temps que je revienne, terminai-je dans un souffle.

Julie me regarda avec surprise, n'y croyant pas.

-__Tu as changé d'avis ?! s'exclama Hélène.
-__Pour l'instant. J'ai une piste à explorer. Il y a peut-être une chance qu'elle ne mène pas à une impasse.

Et je l'espérais de tout c½ur, car c'était ma seule échappatoire. Si j'échouais... si je me trompais, et que mon père me donnait un être cher à tuer plus tôt que prévu, je serais obligée de me tuer pour laisser une chance à mes proches de survivre. Même si ma mort ne garantissait pas leur survie, c'était toujours mieux que de devenir leur assassin.

Soulagée, Hélène me prit dans ses bras. Je savourai cette dernière étreinte avant de retourner au combat. Ma mission allait être très éprouvante. J'aurai besoin de leur soutien pour ne pas craquer sous la pression intense.

-__Tu m'as fait une promesse un jour, rappela Hélène.
-__Je ferai tout pour la tenir, assurai-je. Mais si j'échoue...
-__N'y pense pas, coupa Hélène.

J'acquiesçai, un peu émue, avant de me tourner vers Julie.

-__Nous sommes avec toi, dit-elle.

Je l'embrassai sur la joue, essayant de lui partager mes sentiments en silence dans ce dernier geste. Je me penchai aussi sur mon fils, pour lui déposer un tendre baiser sur le front. Je me fis la promesse silencieuse de tout faire pour rester sa mère. Et pour maximiser mes chances, je devais encore m'entrainer, et réfléchir à une nouvelle stratégie. Alors après de difficiles au revoir, je sortis de la maison des Noven, et me rendis à l'ancien domicile de Jack. Il me rejoignit quelques minutes plus tard pour continuer mon entrainement. Un entrainement qui dura des heures. A la fin, épuisée mais satisfaite du résultat, je m'assis auprès de mon mentor, que j'avais encore envoyé au sol.

-__Il est temps pour moi de revenir dans la partie, soufflai-je. Merci pour ton aide Jack.
-__Je serai toujours là pour toi. Alors au moindre besoin... même pour un simple conseil, n'hésite pas à venir me voir.
-__Pour l'instant, la seule chose que tu puisses faire, c'est de veiller sur les Noven et mon fils. Il ne doit rien leur arriver.
-__Je le ferai.

Je me relevai, soulagée en partie. Jack me retint et me prit une dernière fois contre lui. Je pus ressentir son inquiétude malgré la confiance qu'il essayait de m'insuffler. Il y avait peut-être une chance, c'est vrai, mais elle serait très difficile à exploiter. Il le savait. Ma mission allait être très éprouvante.

-__Bonne chasse, dit-il simplement.


| 26 mars 1988 |


L'avenir n'était pas encore très clair à mes yeux. Il fallait que je reprenne le cours de l'histoire, et adapte mon plan en conséquence. Il y avait une certitude pourtant dans la marche à suivre : en finir avec les Horcruxes. Pour cela, je devais savoir où Lyall et Dumbledore en étaient. En sept ans de paix, ils avaient dû faire un bond en avant. Je l'espérais en tout cas, car ce serait une très mauvaise nouvelle qu'ils soient restés au point mort. Si eux n'avaient pas trouvé de nouvelles pistes pendant tout ce temps, je ne risquais pas de débloquer la situation en quelques semaines. Le temps étant l'une des clés de mon avenir, je n'avais pas intérêt à en perdre.

C'est la raison pour laquelle je me tenais non loin de l'entrée du Ministère, à midi. Il fallait que je sache où on en était. Je repérai Lyall, entouré de ses collègues et des Maraudeurs. Je déglutis en voyant la fine équipe. Je donnerais très cher pour retourner auprès d'eux... et reprendre ma place dans leur vie. Malheureusement, la guerre m'empêchait de revenir. Ce n'était pas encore envisageable. Mon père m'ordonnerait de tuer les Maraudeurs s'il me voyait à nouveau avec eux. Je devais lui faire croire que j'avais tiré un trait sur le passé. Que seul Enzo comptait désormais dans ma vie. C'était un moyen supplémentaire de protéger ceux qui m'étaient chers. Les retrouvailles devront attendre la fin de la guerre. Jack, Julie et Hélène étaient les seules exceptions, par nécessité.

Quand le groupe d'Aurors me dépassa, je me mis à les suivre discrètement. L'équipe avait un peu changé, il y avait deux personnes supplémentaires que je ne connaissais pas. Ils parlaient de l'assassinat d'Orion avec véhémence, et du mystérieux intrus devenu célèbre dans les journaux par cet exploit. Je craignais un peu la réaction de mon père en découvrant la mort d'Orion. J'étais très étonnée qu'il ne m'ait pas rappelée au manoir, pour me châtier. C'était un meurtre très dommageable pour lui. Je frissonnai en songeant que mon père avait déjà choisi le moyen de me punir.

Je sortis de mes pensées en voyant Lyall s'arrêter pour saluer une connaissance. Ses collègues continuèrent à avancer, me laissant la voie libre. Lyall reprit sa route bien vite, mais je l'interceptai en l'agrippant au bras.

-__Hé ! s'indigna Lyall en essayant de se dégager.
-__Tracker, soufflai-je à son oreille.

Lyall se calma instantanément, surpris. Je l'amenai dans une rue perpendiculaire à l'avenue principale, pour que les autres Aurors ne nous voient pas.

-__Vous n'avez pas idée à quel point je suis heureux de vous revoir ! Je vous ai cherché partout !
-__Vous n'êtes pas le seul.
-__Où étiez-vous bon sang ?! J'ai failli croire que vous étiez morte.
-__Ecoutez, ce n'est pas le meilleur endroit pour en parler. Sachez seulement que je reprends du service, et donc notre ancienne traque aussi.
-__Vous apporterez sûrement du souffle à notre enquête. Nous pouvons nous retrouver ce soir, avec les autres membres.

J'eus l'impression de recevoir un coup de massue. Qu'avait-il dit ? Ils avaient besoin de « souffle », ce qui ne présageait rien de bon sur l'avancée... et il y avait « d'autres membres » ?!

-__Les autres membres ?! m'étonnai-je.
-__L'équipe s'est un peu agrandie depuis votre dernière intervention.
-__Q-Quoi ?! Je vous avais pourtant bien dit de garder ça pour vous ! murmurai-je furieusement.
-__Nous ne pouvions plus continuer à deux, défendit Lyall. Rassurez-vous, ce sont des personnes de confiance.

Je soupirai avec agacement. Je la sentais mal cette histoire.

-__21h chez notre ami commun ? proposa Lyall.

Au pied du mur, j'acceptai d'un hochement de tête. Je m'éloignai d'un pas vif, sentant une boule se former dans ma gorge. La pression commença à me gagner. Mon double jeu risquait fortement de se compliquer... car j'avais une idée plutôt précise de l'identité de ces « autres membres ». C'était étrange... d'avoir cette impression de reprendre le cours d'une ancienne vie. Comme si les sept dernières années n'avaient été qu'un simple détour, sur le chemin obscur et dangereux dont je ne pouvais me détourner. Je me sentais comme une touriste revenue d'un trop long voyage. J'avais l'impression qu'une éternité s'était écoulée depuis la première guerre. Et pourtant, les enjeux avaient pris une ampleur démesurée.


| Gogric's Hollow – Maison des Dumbledore – 21h |


En arrivant devant le portail de Dumbledore, la première chose qui me frappa, c'est l'absence de sécurité renforcée. Dumbledore ne semblait pas avoir jugé opportun de former un bouclier autour de sa maison. Je contournai la maison, pour passer par une fenêtre de l'étage. Je n'eus aucun mal à m'infiltrer. Il s'agissait d'une chambre qui n'avait pas été habitée depuis très longtemps. La tapisserie était un mélange de bleu ciel et de blanc. C'était apaisant. Je ne m'attardai pas sur cette pièce, qui semblait avoir appartenu à une jeune fille. Je sortis dans le couloir et me mis près de l'escalier. Je pus entendre des voix provenant du salon. J'avais besoin de confirmer mes doutes avant de descendre... pour ne pas paraitre surprise devant eux.

-__Elle est ponctuelle d'habitude, dit Lyall.

Quelqu'un frappa à la porte, détournant l'attention des deux hommes. Dumbledore alla ouvrir sans tarder. Je m'accroupis pour voir les nouveaux arrivants. Je sentis une décharge me parcourir le corps en voyant le visage de Sirius. Il entra, laissant place à James... puis Remus. Je m'assis sur la première marche, le souffle court. Mes soupçons s'avéraient justes... les Maraudeurs avaient rejoint la quête des Horcruxes. C'était un dangereux imprévu pour mon double jeu. Comment allais-je pouvoir supporter leur présence ? Jouer la comédie alors que je crevais d'envie de les retrouver ?

La nervosité m'irradia le corps. Attendre la fin de la guerre pour les retrouver était très difficile, mais faisable... à condition de ne pas les fréquenter ! Je me passai une main sur le visage, en sueur. Je n'allais plus me contenter de n'être qu'un fantôme... j'allais devoir leur parler, et agir avec eux. Comme si de rien n'était. Comme s'ils n'étaient rien pour moi... rien de plus que de simples alliés. Ça me semblait insurmontable. Pourtant, encore une fois... je n'avais pas franchement le choix. Je devais reprendre la quête des Horcruxes à tout prix. Alors je pris une profonde inspiration, et je me redressai. Il était temps de reprendre cette maudite chasse. Je remis mon masque, et entrepris de descendre discrètement l'escalier pour ne pas me faire repérer.

-__Vous avez eu des nouvelles de Severus, et de cette... mission secrète des Black ? demanda Lyall.

Je m'arrêtai nette dans l'escalier. Je me sentis fébrile tout à coup. J'avais presque oublié que Rogue était un agent double... et qu'il était donc potentiellement au courant pour mon retour chez les Mangemorts. Ça foutrait en l'air mon alliance avec les résistants avant même de la reprendre.

-__Tout ce que nous savons pour l'instant, c'est que tu avais probablement raison, soupira Dumbledore. Les volontaires sélectionnés par Bellatrix ne sont jamais revenus. On peut donc supposer que la mission consistait effectivement à trouver une arme... et qu'elle est efficace.

Je soupirai de soulagement. Rogue ne savait rien dans les détails pour l'instant. J'avais plutôt intérêt à m'assurer que ce secret soit bien gardé. Je n'avais aucun moyen d'expliquer de manière crédible comment je pouvais à la fois être une alliée... et une ennemie. Reprenant contenance, je fis en sorte de me concentrer pour jouer mon rôle.

-__Affligeant, lançai-je en me montrant dans le salon.

Ils dégainèrent leur baguette et me mirent en joug. Je mis les mains en évidence, montrant que je n'étais pas armée.

-__Bon sang, vous m'avez filé une de ces frousses ! s'exclama Lyall en me reconnaissant.
-__Et ça n'aurait pas dû arriver. Votre tête est mise à prix Dumbledore... vous feriez mieux de renforcer la sécurité de votre domicile. Je n'ai eu aucun mal à entrer. S'il s'agissait d'un Mangemort ce soir... vous seriez tous morts, et ce Severus, qui semble être votre agent double, aurait été tué lui aussi. Ça fait beaucoup de conséquences pour une simple négligence...
-__D'une certaine façon, moi aussi ça me fait plaisir de vous revoir, répondit Albus.
-__Qui est-ce ? demanda James avec méfiance.

Les Maraudeurs n'avaient pas abaissé leur baguette, contrairement à Dumbledore et Lyall. J'évitai soigneusement le regard de Remus, qui semblait plus que perplexe.

-__Appelez-moi Kate, répondis-je. Je suis une ancienne alliée de la résistance.
-__Vous ressemblez étrangement à des individus que nous croisons souvent sur le champ de bataille, fit remarquer Sirius.
-__Ces mystérieux combattants qui veillent à la protection de plusieurs résistants... je les ai déjà vus moi aussi. Ils vous ont sauvé la mise quelques fois.

Les Maraudeurs ne semblaient pas confiants, mais Dumbledore et Lyall étaient si détendus qu'ils finirent par ranger leur baguette à leur tour.

-__Kate, voici les nouveaux membres de l'équipe, commença Lyall.
-__Sirius Black, James Potter, et Remus Lupin, terminai-je en les désignant un par un. Aurors tous les trois.

Me retrouver en la présence de toutes ces personnes me rendait très nerveuse. Rester derrière mon masque et conserver la distance qu'imposait mon personnage était très douloureux. Je devais me comporter comme la tueuse que Lyall et Dumbledore avaient toujours connue : froide, calculatrice, pragmatique. Alors qu'en ce moment, ma seule envie était de sauter dans les bras des Maraudeurs, de m'excuser, et de leur parler pendant des heures pour renouer ce lien qui m'était si cher.

-__Je n'étais pas emballée que vous ayez agrandi l'équipe... mais je suis au moins rassurée de constater que vous avez choisi des personnes de confiance, repris-je.
-__Nous ne pouvions plus rester les seuls gardiens de ce secret, expliqua Lyall. Et nous avions besoin d'aide.

Je me détournai de lui avec amertume. Je comprenais qu'ils aient eu besoin d'un souffle nouveau. Seulement, leur choix ne faisait qu'aggraver la situation des Maraudeurs. Ils faisaient déjà l'objet d'une prophétie, d'une vengeance, ils étaient Aurors... voilà qu'ils se retrouvaient également sur le chemin de la destruction de mon père. Autant dire que leurs chances de survie étaient minces.

-__Qu'ai-je raté depuis notre dernière collaboration ? demandai-je pour changer de sujet.
-__Avant de répondre à votre question... j'aimerais vous en poser une, rétorqua Dumbledore.
-__Où étais-je pendant ces sept ans de silence ? devinai-je.

Je me mis à marcher lentement dans la pièce, principalement pour ne pas avoir à les regarder dans les yeux. C'est comme si j'étais dans un souvenir, où il m'était impossible d'entrer en contact avec les personnes. Mon rôle de partenaire secret était mon seul moyen de les approcher. Ça me rendait dingue de devoir me contenter de si peu.

-__J'ai été gravement blessée lors de la bataille à la résidence ministérielle, avouai-je.
-__Vous y étiez ?! s'étonna Lyall.
-__Je participe à toutes les batailles, répliquai-je. Celle-ci a été terrible pour moi. Je n'étais plus apte à me battre. J'ai dû...disparaître.
-__Que vous est-il arrivé ? s'intéressa Dumbledore.
-__Je ne suis pas plus disposée à m'étaler sur ma vie privée que lors de notre dernière collaboration, renvoyai-je froidement. Une seule chose compte désormais Dumbledore : êtes-vous prêt à reprendre notre partenariat, ou dois-je terminer la quête des Horcruxes de mon côté ?

Lyall supplia silencieusement Dumbledore de ne pas mettre fin à notre alliance. Moi aussi j'espérais que ça continue. C'était mon seul moyen de les aider, et de veiller sur eux.

-__Nous avons découvert deux Horcruxes de plus, répondit Dumbledore. Malheureusement, la tragique disparition de Prudence Lupin nous a privés du seul moyen de destruction que nous avions.

Je jetai un coup d'½il à Remus, qui avait les yeux brillants rien qu'à l'évocation de mon nom.

-__Je suis désolée pour cette...perte, soufflai-je. Lesquels avez-vous trouvé ?
-__Le diadème de Serdaigle, répondit Albus.
-__Le légendaire diadème perdu... où était-il ?
-__Dans la Salle sur Demande, à Poudlard, informa Sirius. J'avais déjà vu ce diadème il y a quelques années, quand nous avions eu besoin de cacher...

Il prit un coup de coude de la part de James.

-__Enfin bref, nous avons eu beaucoup de chances avec celui-là, termina Sirius.

Je ne pus m'empêcher de sourire. Le passé maraudesque des trois amis avait permis de retrouver un Horcruxe, au sein même de Poudlard. Ils avaient fait du bon travail. Sans eux, nous n'aurions probablement jamais pu retrouver ce Horcruxe. La Salle sur Demande était la meilleure des cachettes de Poudlard, car il fallait savoir la salle désirée pour qu'elle apparaisse. La trouver sans la connaitre était impossible, ou du simple hasard.

-__Excellent. Quel est le second ? demandai-je.
-__Nous ne l'avons pas encore localisé, mais nous avons de bons espoirs de l'avoir identifié, répondit Dumbledore. Nous savons avec certitude que Voldemort a eu l'occasion de voler la coupe de Poufsouffle il y a bien des années.
-__Un Horcruxe de choix, concédai-je. Il a quasiment réussi à rassembler les reliques des fondateurs. Récapitulons : la bague et le médaillon sont détruits... le diadème doit l'être... on en est à trois. La coupe de Poufsouffle est à localiser : quatre. Plus l'âme de Voldemort, cinq. Nous soupçonnons très fortement le serpent d'être une cible... six. Il reste un Horcruxe à identifier...

...Qui n'était autre que moi. J'étais le septième fragment de l'âme de mon père. Il ne restait donc plus que cette foutue coupe à trouver avant la phase finale de mon plan. Nous étions proches du but... et en même temps, j'avais l'impression qu'il restait une montagne à gravir. Comment retrouver la trace de la coupe ?

-__Exact, confirma Albus. Et nous pensons le trouver dans la Chambre des Secrets. C'est un endroit idéal pour un héritier de Serpentard. Nous avions évoqué cette possibilité à l'époque...

Je tressaillis à ces paroles. La Chambre ! J'avais complètement oublié ! Nous avions déjà parlé de cette piste avec Lyall et Dumbledore auparavant... et c'était effectivement un endroit de prestige pour un Horcruxe. Mais Voldemort n'aurait jamais caché un objet étranger à notre ancêtre dans la Chambre. Ça ne pouvait pas être la cachette de la coupe. J'étais persuadée que la chambre renfermait plutôt un objet appartenant à Serpentard. Si c'était le cas, cela voulait dire que mon père avait divisé son âme en plus de sept fragments ! M'étais-je trompée sur le choix symbolique du nombre de parcelles d'âme ? Mon père avait-il créé autant de Horcruxes que possible ? Si c'était le cas, nous n'avions aucun moyen de savoir le nombre exact d'obstacles à détruire pour le rendre mortel.

Je me mis à marcher dans la pièce, me torturant l'esprit pour essayer de comprendre. J'avais vraiment du mal à croire que mon père ait pu dépasser le chiffre sept. Ça me paraissait déjà énorme ! Je m'arrêtai devant le mur, m'appuyant dessus pour réfléchir.

-__Kate, tout va bien ? s'inquiéta Lyall.
-__Oui oui... assurai-je.

En réalité, j'étais presque au bord d'une nouvelle crise d'angoisse. S'il y a bien une chose sur laquelle le flou n'était pas permis, c'était sur les Horcruxes !
« Attaque les choses sous un autre angle » me dis-je.

Je fermai les yeux et pris une profonde inspiration pour me calmer. Partons du principe que mon père avait effectivement fait le choix initial de sept fragments... pourquoi aurait-il dépassé ce chiffre ? La réponse me frappa avec évidence : mon père avait cessé de prendre en compte l'Horcruxe en moi le jour où je m'étais retournée contre lui, car il savait que je n'étais plus fiable. Dans ce cas, il aurait effectivement dû faire un Horcruxe supplémentaire, pour remplacer celui que je portais, dans le cas où il serait obligé de me tuer.

Je soupirai, à la fois soulagée et agacée. Soulagée, car il n'y avait pas un nombre inconnu d'Horcruxes à trouver... agacée, car la liste s'allongeait. En plus de la coupe, il fallait réussir à pénétrer dans la Chambre. Un lieu si mystérieux que son existence avait plus d'une fois été remise en cause. Son entrée était demeurée introuvable jusqu'à aujourd'hui.

-__Je suppose que vous avez déjà fait tous les lieux rattachés au passé du Lord ? demandai-je avec dépit.
-__Tous ceux que nous connaissons, soupira Lyall. Son passé est très difficile à tracer... certaines années sont dans l'ombre, on ne sait pas où il était, ni ce qu'il a vécu. La coupe va être un calvaire à retrouver. Quant à la Chambre des secrets... nous n'avons toujours pas percé son mystère.
-__Commencez par le lieu du crime de la dernière victime faite lors de l'ouverture de la Chambre, conseillai-je. Essayez de remonter jusqu'à l'entrée de la Chambre en reconstituant le parcours de la victime.
-__Vous nous aiderez ? demanda Lyall. Je pense qu'un regard neuf sur cette enquête serait utile.
-__Si Dumbledore me permet de venir dans son école... oui, je vous aiderais.

Dumbledore me lança un regard dont il avait le secret pour percer les gens, bien que je porte toujours mon masque.

-__En attendant, j'aimerais récupérer le diadème je vous prie, repris-je. Je sais comment le détruire.

Après une fraction d'hésitation, Dumbledore quitta la pièce. Je me sentis mal à l'aise de rester en la présence des Maraudeurs et de Lyall. Je ne savais pas quoi dire, alors je gardai un silence de plomb, en espérant que Dumbledore ne soit pas trop long à revenir. En faisant les cent pas, je surpris le regard méfiant de Remus posé sur moi. Il semblait préoccupé.

-__Y aurait-il un problème ? interrogea Remus.
-__Pourquoi ?
-__Je vous sens très nerveuse.

Pente glissante. Remus parvenait à sentir mes émotions... qui étaient hors de contrôle. Et je ne pouvais évidemment pas lui mentir sans qu'il s'en rende compte. Il fallait que je me reprenne. Que je remette en place ma carapace... comme du temps de ma mission à Poudlard.

-__Je suis revenue il y a peu en Angleterre, avouai-je. C'est difficile de renouer avec une vie abandonnée pendant sept ans. Surtout sur des sujets aussi sensibles.
-__Je suis sûr que vous reprendrez très vite vos marques, assura Lyall.

Je ne répondis pas, essayant de ne pas trop m'attarder sur Remus. Le retour de Dumbledore dans la pièce mit fin à la discussion. Il me tendit le diadème, qui capta toute mon attention. Je pris l'objet maudit, sentant déjà sa puissance émaner autour de nous. Je fus envahie d'une joie sauvage à l'idée de m'apprêter à détruire un nouveau fragment d'âme de mon monstrueux père. A cette pensée, ma main s'enflamma, détruisant l'Horcruxe. Je sursautai violemment, ce qui étouffa les flammes. Mais les autres avaient été témoins de la scène, et l'Horcruxe était déjà réduit en cendres.

-__Vous maîtrisez le feu ?! s'étonna Lyall.
-__L'exil m'a permis d'approfondir certaines aptitudes, dis-je d'un ton dégagé.

Je déglutis péniblement, regardant les cendres toujours au creux de ma main. Mon pouvoir sur le feu était revenu... mais il était visiblement encore plus sensible à mes émotions qu'avant. Remus fixait mes mains avec étonnement. Je déglutis en songeant que ça lui rappelait sûrement moi à l'époque. Il ne devait pas trouver davantage de similitudes entre le personnage que j'incarnais... et la femme qu'il avait connu.

-__Je dois partir, dis-je maladroitement. J'ai quelques affaires à régler.
-__On vous tient au courant pour la suite, assura Lyall.

J'acquiesçai et pris congés sans plus tarder. Lorsque je passai à côté de Remus, je ne pus empêcher un frisson de me parcourir. Je dus me faire violence pour ne pas m'arrêter à sa hauteur.
~ Point de vue général ~

Remus observa Kate partir. Il ne savait pas comment l'expliquer, mais il y avait des émotions très étranges qui se dégageaient de cette femme.

-__Très mystérieuse cette alliée, dit-il à l'adresse de son père.
-__C'est dans sa nature, répondit Lyall avec un faible sourire.
-__Elle est quoi au juste ? demanda Sirius.

Lyall et Dumbledore échangèrent un regard. Ils n'étaient pas persuadés que c'était une bonne idée de dire la vérité aux Maraudeurs. Kate avait beau être étrange et secrète, elle était puissante et très utile dans cette guerre. Il fallait donc veiller à préserver l'alliance. Avouer aux Maraudeurs que c'était une tueuse professionnelle pourrait créer quelques tensions dans l'équipe.

-__Disons qu'elle a des compétences spéciales, se contenta de dire Dumbledore.
-__Mais –
-__Je ne voudrais pas vous mettre dehors, coupa Albus, mais il me semble que vous avez un poste à reprendre tous les trois.

Les Maraudeurs obéirent à contrec½ur, quittant la maison de Dumbledore. Albus se tourna vers Lyall, l'air grave.

-__Je ne vais pas te le cacher, notre alliée me laisse perplexe, prévint Dumbledore.
-__Laissons-lui un peu de temps, conseilla Lyall. Nous ne savons pas ce qu'elle a vécu après tout. S'il lui a fallu sept ans pour se remettre de sa blessure, c'est que c'était vraiment très grave. Et puis maintenant, nous avons un nouveau moyen de détruire les Horcruxes, ce qui n'est pas négligeable.

Dumbledore ne répondit pas, préoccupé par le retour de la mystérieuse alliée. Les blessures physiques ne mettaient pas autant d'années à cicatriser. Le vieux sage craignait que la tueuse ait été touchée différemment... de manière beaucoup plus profonde. Il fallait s'assurer que ça n'ait pas eu d'impact sur ses compétences. Cependant, Lyall avait raison. Il fallait lui laisser un peu de temps. Surtout maintenant qu'elle maîtrisait l'un des rares moyens de détruire un Horcruxe. L'apparition de ce pouvoir était tout aussi mystérieuse... l'entrainement ne suffisait pas, il fallait avoir des prédispositions, et une grande puissance. 

-__Personnellement, une autre personne me préoccupe : le Premier Ministre moldu avoua Lyall. Il n'a toujours rien prévu qui requiert nos services de sécurité, et donc de l'approcher. Nous ne pouvons pourtant pas laisser traîner cette affaire... qui sait ce qu'il prépare dans l'ombre avec cette armée... 
-__Nous devrons peut-être tenter une approche moins fine, soupira Dumbledore. Nous ne pourrons pas attendre éternellement que l'opportunité apparaisse... surtout que je le soupçonne d'éviter cette situation. Il ne doit plus vouloir être en contact avec des sorciers qu'il ne maîtrise pas... il doit craindre une réaction de notre part. 
-__Je pensais justement que Kate pourrait nous aider dans cette mission. Elle a toutes les compétences requises pour la remplir rapidement.
-__Malgré toute l'aide que nous a apportée Kate lors de la première guerre, j'hésite à lui confier une mission si capitale juste après son retour... 
-__Je crains que nous n'ayons pas le temps d'attendre... Kate est mystérieuse par nature, vous n'aurez jamais de certitude la concernant.
-__Nous lui ferons pas de ce secret en dernier recours.

Lyall soupira, ne comprenant pas une telle méfiance de la part de Dumbledore. Kate était un atout hors du commun, qui avait manqué pendant sept ans, et avait fini par revenir ! Pourquoi ne pas utiliser ses services ? En tant que tueuse, Lyall était persuadé que ce serait un jeu d'enfant pour elle de s'infiltrer dans un bâtiment sécurisé et de soutirer les informations nécessaires au Premier Ministre. Dumbledore semblait néanmoins avoir clos le sujet et passé à autre chose pour ce soir. Alors Lyall n'insista pas, et prit congés à son tour.
Dehors, les Maraudeurs marchaient côte à côte dans la rue qui menait à la maison des Potter. Ils étaient perplexes suite à leur rencontre avec la nouvelle alliée.

-__Rassurez-moi, je ne suis pas le seul à trouver la situation étrange ? C'est qui cette foutue alliée dont on n'a jamais entendu parler ? demanda James.
-__Je l'ignore, mais je la sens encore moins que Rogue, répondit sombrement Sirius. C'est quand même étonnant que Dumbledore ait pu faire confiance à une personne aussi mystérieuse.
-__Nous ne connaissons pas l'origine de cette alliance, fit remarquer Remus. Je ne pense pas que Dumbledore aurait partagé cette quête avec n'importe qui. Elle a sûrement déjà fait ses preuves. 
-__Il faudra poser plus de questions la prochaine fois, conclut James. J'aime savoir avec qui je me bats. Et une personne masquée ne m'inspire absolument aucune confiance.

Remus n'ajouta rien. Il préféra garder pour lui ce qu'il avait ressenti en la présence de l'alliée. Grâce à ses sens sur développés, il pouvait sentir bien plus que la normale. Alors, les fortes émotions de Kate ne lui avaient pas échappé. Cette femme semblait torturée de l'intérieur. C'était très troublant. Jamais encore il n'avait rencontré une personne qui semblait aussi brisée que lui.


| Forêt de Dean |

~ Point de vue de Prue ~
 
J'étais encore perturbée par ma réunion. Revoir les Maraudeurs ainsi... discuter avec eux, continuer la quête des Horcruxes à leurs côtés... tout cela me semblait irréel. J'avais l'impression d'être dans un rêve. Un rêve éveillé où j'avais l'espoir de retrouver un jour les miens, et de rester la mère de mon enfant. Pour y parvenir, l'épreuve sera dure... mais il fallait que je tienne le choc.
Alors maintenant, l'étape suivante était de renouer avec mon clan. Le clan que j'avais eu tant de mal à fonder, et que j'avais abandonné pendant sept ans. Ce soir pourtant, je savais qu'il était temps que je les retrouve. J'avais besoin d'eux pour remporter la bataille. Je ne pouvais pas jouer seule sur tous les fronts. Alors j'avais fait appel à eux dès le portail des Dumbledore franchi. Depuis, j'attendais ici, dans cette forêt. Je me demandais sérieusement si mon clan serait capable de pardonner une telle absence. Surtout qu'en sept ans de silence, j'avais perdu ma place de chef. Qu'était devenu mon clan ? S'était-il divisé comme les Mangemorts ? La cause avait-elle changé ? Mon ½uvre avait-elle été perpétuée... ou abandonnée ? Je craignais un peu de découvrir la réponse. Si mon clan avait changé d'orientation, la guerre contre les Mangemorts n'était pas la plus à craindre. Il fallait que je sache.

-__Tracker ?

Je me retournai, prise par surprise. Un membre de mon clan était là... incertain. Je remarquai qu'il avait sorti sa baguette et son couteau.

-__Oui, confirmai-je.

Aucune réaction. Mon interlocuteur resta de marbre.

-__J'ai du mal à y croire... après tout ce temps, dit-il avec méfiance.
-__Je sais... je suis sincèrement désolée d'avoir disparu ainsi.
-__Pourquoi revenir maintenant ?
-__Parce qu'il est temps que je termine ce que j'ai commencé. J'ai une guerre à remporter... et une vengeance à mener.
-__Ça, c'est bien toi, il n'y a pas d'erreur.

Le « loup » s'avança vers moi et m'étreignit amicalement.

-__Viens, dit-il. Je ne suis pas le seul à avoir répondu à ton appel.

Je le suivis de l'autre côté de la bute, découvrant les membres de mon clan. A vu d'½il, ils étaient au complet. Il y eut des cris de joie et des applaudissements qui me réchauffèrent le c½ur. Quand le silence revint, je pris la parole.

-__Merci à tous d'être venus. J'ai un paquet d'excuses à vous faire... mais je pense que vous voulez surtout savoir pourquoi je vous ai laissé sans nouvelle pendant sept ans. J'ai été capturée par les Mangemorts pendant la bataille à la fin de la première guerre.

Une vague de murmures révoltés balaya le restant de la meute.

-__Le chef du clan des Tigres est venu me libérer deux ans après. A cette époque, je n'étais pas apte à reprendre ma place. Les Mangemorts étaient à ma poursuite, et j'étais bien incapable de les combattre. Il fallait que je quitte l'Angleterre. Je suis sincèrement désolée de ne pas avoir donné signe de vie... mais il était primordial que je reste dans l'ombre le temps de me rétablir. Pour ma sécurité, personne ne devait savoir que j'avais survécu, ni où je m'étais exilée.

Je marquai un instant d'arrêt, ne sachant pas quoi dire. Ils semblaient tous attendre quelque chose.

-__Je sais que rien ne pourra jamais excuser mon comportement, repris-je. Je ne suis pas fière d'avoir tout abandonné. Je tenais à ce que vous le sachiez maintenant que je suis de retour... et prête à reprendre le combat.
-__Alors tu reprends le commandement ? lança un membre de mon clan depuis l'assemblée.
-__Je ne pense pas que la décision me revienne. J'ai perdu ce pouvoir à ma disparition. Il me semble que la meute a un nouvel alpha ?
-__C'est moi, Erik, dit-il en sortant des rangs.

Je l'avais désigné comme potentiel successeur pendant la première guerre, au cas où il m'arrive quelque chose. J'étais contente que mon choix ait été accepté par le restant du groupe. C'était un excellent élément qui avait les épaules suffisamment solides pour me remplacer.

-__Je n'ai pris ta place qu'en attendant ton retour, expliqua Erik.
-__Et je t'en suis très reconnaissante. Avec ta permission, je reprendrais les rênes, le temps de mettre fin à la guerre. Après, la meute t'appartiendra aussi longtemps que tu seras apte à la diriger.

Cette annonce répandit une nouvelle vague de murmures. Mon c½ur se serra à sa demande. Ils semblaient tous attendre mon retour. S'ils avaient eu l'espoir de me voir à nouveau à la tête du clan, je comprenais leur déception. Ils ne devaient plus rien attendre de moi désormais. La guerre était la dernière raison qui me poussait à rester Tracker.

-__Pourquoi une telle décision Tracker ?! s'étonna Erik. Tu nous as toujours guidés !
-__Ça a été un véritable honneur pour moi de le faire pendant des années. Mais j'estime avoir fait mon temps. Il faut savoir tirer sa révérence. Quand la guerre sera finie, il sera temps pour moi de ranger mon masque. Ma lame est usée par une vie de batailles. C'est mon dernier combat.

Les murmures redoublèrent, mais personne n'osa contester ma décision. C'était mon choix. Ils avaient un nouveau chef depuis sept ans, largement capable de prendre le relais. La meute me survivra. Ils n'avaient pas besoin de moi pour continuer mon ½uvre.

-__Je comprends votre surprise, repris-je. Mais quand j'ai fondé ce clan, ce n'était pas dans le but d'en rester l'unique chef. J'ai toujours voulu que la meute me survive, et je suis fière de constater que c'est le cas. Je n'ai été que votre premier Maître... Erik est le second, et il y en aura encore. Aussi longtemps qu'il y aura une lame pour défendre notre cause, notre clan existera.
-__Tout comme ton souvenir Tracker, promit Erik. Ton nom traversera les âges et les frontières de notre meute. Les anciens membres se chargeront de transmettre notre histoire aux nouveaux. Le clan n'oubliera jamais son passé.

Je lui posai la main sur l'épaule, touchée par sa promesse. En tant que première génération, tout le clan actuel connaissait notre histoire. Mais Erik avait raison... pour une meilleure cohésion, les nouveaux membres devront connaitre le passé de notre clan.

-__Je ne vous oublierai pas non plus. Aucun de vous, assurai-je.

Je les invitai à poursuivre les missions en cours, leur promettant de prendre plus de temps pour les retrouver autour d'un bon repas, plus tard. Je leur devais au moins ça. J'allais leur demander beaucoup au cours des prochains mois. Alors, le temps de la guerre, je devais redevenir le mentor qu'ils avaient accepté de suivre et d'écouter. Tout le clan retourna à ses activités, à l'exception d'Erik.

-__La meute s'est agrandie non ? demandai-je à Erik en me mettant à marcher dans la forêt.
-__Nous avons continué à suivre tous tes ordres, expliqua fièrement Erik. Les missions, le recrutement, la formation... tout. Ça a été très dur au début suite à ta disparition... mais nous avons réussi à poursuivre.

Mes loups avaient respecté ma volonté, même en mon absence. J'étais très fière d'eux, et infiniment reconnaissante. Contrairement aux Mangemorts, qui avaient abandonné les projets du Lord à sa chute, mes loups étaient liés à la cause. C'est ce qui assurait notre pérennité.

-__Excellent. Donc la majorité du clan a terminé sa formation si mes calculs sont bons ?
-__85% de la meute a atteint le niveau maximal. Les autres n'en sont pas loin. Nous avons quelques nouveaux aussi. Je ne les ai pas fait venir aujourd'hui, je ne savais pas trop ce qui nous attendait quand on a reçu ton appel.
-__Parfait, dis-je avec le sourire. Vous avez vraiment fait du bon travail, c'est très bien. Je tiens à te féliciter particulièrement d'avoir réussi à prendre le relais.
-__Toute la meute a été solidaire. Nous connaissions tous ta volonté, alors nous l'avons suivie. Tu nous avais bien formés, alors on a réussi à continuer malgré tout. Mais je peux t'assurer qu'il ne s'est pas passé un seul jour sans qu'on essaye de te retrouver. Il y avait une équipe dédiée à ta recherche... pendant sept ans. Et pendant sept ans, j'ai agi comme un chef temporaire. Je t'avoue que je ne me sens pas capable de devenir le nouvel alpha... définitivement.
-__Tu l'as bien fait pendant tout ce temps. Tu es un Maître assassin Erik... tu as largement les compétences nécessaires pour me remplacer.
-__J'ai pourtant le sentiment d'être toujours ton élève.
-__Tu le seras toujours. Tout comme moi, qui suis encore celle de mon mentor.

On marcha silencieusement sur plusieurs mètres, perdus dans nos pensées. Ça me faisait bizarre à moi aussi, de passer officiellement le flambeau. C'est comme si une partie de moi allait bientôt se déchirer. Il m'avait fallu beaucoup d'énergie pour former ce clan, et le diriger pour l'amener à haut niveau. Nous avions combattu ensemble pendant des années. Même si je savais que mes hommes seraient entre de bonnes mains, c'était difficile de tout quitter. A mon évasion, je n'avais pas vraiment eu le choix. Aujourd'hui je l'avais. Et je ne me sentais plus capable de continuer cette vie. Tracker était vouée à disparaitre, c'était ainsi.

-__Au fait, l'un des Aurors t'a beaucoup cherché ces dernières années. Il disait te connaitre.
-__Lyall Lupin ? devinai-je.
-__Oui. Tu devrais aller le voir. S'il continue, les gens vont finir par penser que tu collabores avec les Aurors.
-__Merci de m'avoir prévenue. Je ne pense pas qu'il continue désormais. Il sait que je suis de retour en Angleterre.
-__Qu'est-ce que tu envisages pour la suite ?
-__La guerre devient notre priorité absolue.
-__Tu crains qu'elle dérape n'est-ce pas ?
-__Oui... il faut en finir avec ces tarés. Ils menacent l'équilibre de l'Angleterre. Nous devons intervenir de manière plus franche que lors de la première fois.
-__C'est-à-dire ?
-__Je compte suspendre toutes les missions sur le sol Anglais tant que la guerre n'est pas remportée, excepté celles portant sur la protection de VIP, et celles pouvant nous servir à remporter la guerre. Genre espionnage et infiltration. Tout le reste, on oublie pour le moment.

La nouvelle ne manqua pas d'éveiller la curiosité de mon second. Jamais une mission n'avait impliqué autant de membres de la meute.

-__Que comptes-tu faire avec 80% de la meute ?
-__...La plus grosse partie de chasse jamais orchestrée.
Chapitre 13 : Le retour de Tracker
 
Après de sombres chapitres, voici une petite lueur : la possibilité d'un retour de Tracker en tant que combattante ! J'espère que ça vous a plu ! Vous avez été nombreux à espérer un retour, mais était-ce de cette façon ? 

Tags : L'histoire d'un assassin - Partie 2 : La (re)naissance de l'Assassin - tome 3

Leave a comment

We need to verify that you are not a robot generating spam.

See legal mentions

Don't forget that insults, racism, etc. are forbidden by Skyrock's 'General Terms of Use' and that you can be identified by your IP address (54.80.83.123) if someone makes a complaint.

Comments :

  • MikaWolfeHP

    19/03/2018

    OMG! Quel espoir! Ça me fait revivre! Wow! Jsuis contente de la voir enfin de retour ^^ Je ne peux m'empêcher d'espérer une fin heureuse à tout ca! XD Au moins tu nous fais le cadeau de ce chapitre où tout se passe bien!! Haha! Hum... Ca signale certainement un proche tracas! J'ai l'impression.
    Yesss! Jack!!! Il m'avait trop manqué :D
    Et quand Lyall a dit qu'il y avait des nouveaux membres, j'ai tout de suite pensé : ca serait l'occasion de revoir les maraudeurs.... Et tu ne m'as pas déçu!! Yeahhh!!!
    Hum quand tu dis 'la possibilité du retour de Tracker' tu m'inquiètes qq chose de rare! :o :'(
    Bien hâte de lire la suite! :)

Report abuse